« Nous n’avons pas réinventé la roue, mais au moins, nous lui avons offert des pneus neufs ! »

C’est de cette façon qu’Anders Wikström définit les grandes lignes de sa collaboration avec son ami de longue date, Mats Levén, et on ne peut que saluer cette franchise qui part d’une constatation pleine de lucidité et d’honnêteté. Honnêteté, c’est d’ailleurs le mot clé de cette association de bienfaiteurs, qui s’agitent dans l’ombre depuis pas mal d’années, mais qui ont enfin décidé de franchir le pas les séparant de la lumière des projecteurs. Et en écoutant les onze pistes de ce premier LP éponyme, impossible de ne pas les féliciter d’avoir enfin tenté leur chance, puisque les chansons qu’ils nous offrent sont simples mais efficaces, et méchamment mémorisables. Leur recette ? Un Hard-Rock subtilement moderne, qui va pourtant piocher son inspiration dans deux décades bénies pour notre genre de prédilection, les glorieuses 70’s et les chatoyantes et exubérantes 80’s. Mais peut-être serait-il utile d’en savoir un peu plus sur ces deux musiciens attachants, qui ne cherchent pas l’effet choc, mais plutôt la séduction sur le moyen et long terme, et qui parviennent en quelques idées classiques mais appliquées avec passion à nous convaincre de leur potentiel de persuasion. Mats Levén (chant) et Anders Wikström (guitare) viennent donc de Stockholm, peuvent se targuer d’une amitié longue de trente ans, et d’un pedigree de compositeurs extérieurs assez solide. Ayant tous deux fait partie d’une multitude de combos nationaux, le désir de partager un peu de cette complicité de façon plus formelle les titillait depuis trop longtemps pour qu’ils n’y cèdent pas, et c’est donc ainsi que REVERTIGO naquit.

Au départ, le projet formula concrètement une démo de trois titres, qui termina son périple sur le bureau du stakhanoviste Serafino Perugino, enchanté de ce qu’on offrit à ses oreilles expérimentées. L’homme décida donc de signer le duo sur son label, leur offrant ainsi la possibilité de s’exprimer sur un LP complet, qui se présente donc aujourd’hui sous un emballage éponyme et une pochette pour le moins abstraite. Mais leur musique elle, est aussi simple qu’elle n’est riche, et aussi directe qu’elle n’est à la croisée des chemins. Mais ça n’est pas pour autant qu’elle tourne en rond pour revenir à son point de départ, puisque les horizons sous lesquels évolue le duo sont multiples, et complémentaires, tant dans le fond que dans la forme.

Première chose frappante lorsque nos tympans se retrouvent chatouillés par ce Revertigo bien troussé, le professionnalisme des intervenants. On sent à chaque note que les deux instrumentistes/compositeurs traînent leurs basques dans le business depuis un bail, et qu’ils en connaissent toutes les astuces, évitant de fait l’écueil dangereux de la complaisance de vieux briscards se reposant sur un passif plus que sur un passé. Si le label italien aime à les comparer à un certain nombre de valeurs sures (TREAT, PRETTY MAIDS, ECLIPSE, HARDLINE, REVOLUTION SAINTS), avec une indéniable pertinence, leur inspiration peut aussi se chercher du côté de leur propre parcours, mais aussi dans les traces d’un SIXX A.M dont ils empruntent pas mal de tics d’interprétation et de création (« The Cause », qu’on aurait pu trouver sur Prayers for the Damned, Vol. 1 ou Prayers for the Blessed, Vol. 2). Même propension à intégrer des mélodies presque Pop dans un contexte alternatif contemporain, même conviction d’incarnation, et même musicianship complémentaire et complice. Pour autant, le parallèle ne se veut pas global, puisque chaque morceau possède son emprunte, et l’ensemble sa cohésion. On trouve aussi des traces de révérences beaucoup plus anciennes, dont l’ombre du ZEP qui plane bas au-dessus de l’introductif « HoodWinked », adoubant son riff qu’on croirait échappé de « Kashmir », et donnant l’accolade à cette rythmique parrainée par feu Bonham et Jones. On pense alors à une mouture plus agressive des BLACK COUNTRY COMMUNION qui auraient troqué leurs tics seventies contre une attitude solidement 90’s, juxtaposant leur amour du Blues à une passion du Néo-Hard Rock de la décennie Grunge. Et si les surprises sont plutôt discrètes sur ce premier album, elles n’en sont que plus appréciables, et transforment de fait ce premier album en véritable réussite qu’il convient de saluer comme elle le mérite. Musicalement, le groupe est évidemment affuté, et si les deux associés se sont chargés de la quasi-totalité de l’interprétation ils ont confié les rythmic duties au vieil ami Thomas Broman (GREAT KING RAT, MICHAEL SCHENKER, ELECTRIC BOYS), qui offre au duo une assise plombée et assurée (« Symphony Of The Fallen Angels »). Dans son rôle de MC, Anders Wikström ose des incarnations vraiment agressives, que le chant râpeux mais harmonieux de Mats Levén transforme en petits hymnes à la gloire du Metal scandinave, empruntant de fait le vocabulaire musical du EUROPE le plus contemporain, pour le traduire dans un langage purement américain (« Gate Of The Gods », jumpy). Mais les morceaux défilent et on s’échine à tenter de trouver le moindre point faible à cette première réalisation des REVERTIGO sans vraiment y parvenir.

Il faut dire que les deux instrumentistes/compositeurs ont mis les petits plats dans les grands, en osant quelques clins d’œil bien sentis. Ainsi, « False Flag » et son parfum légèrement Techno Metal nous explose à l’occasion d’un refrain fédérateur déchainé, tandis que « Luciferian Break Up » ose le groove chaloupé soutenu d’une guitare enflammé pour nous rapprocher de seventies bondissantes catapultées dans des 80’s chamarrées. On pense à un STRYPER dopé, ou à un GREAT WHITE modernisé, et surtout, à une science de l’idée pertinente qui tombe toujours pile quand il faut, notamment sur ces chœurs fédérateurs qu’on peut reprendre à toute heure. Les analogies semblent parfois curieuses à ceux possédant un bagage musical typiquement frenchy, et j’ai cru déceler dans la montée harmonique de « Sailing Stones » un démarcage à peine travesti de la mélodie popularisée par Joe Dassin sur « Dans les Yeux d’Emilie », ce qui en dit long sur le spectre d’influences possibles et inconscient de Mats et Anders…

Mais comme il est relativement difficile de définir un courant porteur, autant apprécier cet album pour ce qu’il est. A savoir une sacrée compilation de morceaux qui groovent, et qui bénéficient d’une production parfaite signée par le trio Peter Mansson/Anders Wikström/Mats Levén, et d’un mixage équilibré soigné par Peter Mansson. Ce qui leur permet parfois d’imiter les BONFIRE à la perfection (« Joan Of Arc », avec ce petit parfum HARDLINE qui fait la différence), ou de se montrer plus nuancés mais commerciaux, revenant dans le giron des SIXX A.M à l’occasion d’un « Break Away » au riff vraiment béton. Et comme elle fait souvent le larron, tout ça autorise un peu toutes les variations de direction, passant d’un Hard n’Heavy carton (« Revertigo », un hymne qui fait déjà référence là-haut), à une sensibilité montant crescendo (« Unobtainium »), pour un résultat aussi homogène qu’hétéroclite, révélant le talent éclatant de deux amis dont la complémentarité et la complicité font vraiment du bien à entendre. Il eut été dommage que Mats et Anders restent chacun de leur côté, puisque leur union leur permet d’exploser, et de proposer l’un des LP les plus séduisants de l’écurie Frontiers de ce début d’année. Alors non, ils n’ont pas inventé la poudre, mais savent la faire parler. Et non, ils n’ont pas révolutionné la roue, mais lui ont offert de belles jantes chromées, et des pneus de qualité. De quoi avaler des kilomètres de route des tubes plein la tête, histoire de relier la distance séparant la Californie de l’Italie, pour finalement rentrer chez soi du côté de Stockholm en connaissant le parcours sur le bout des doigts.


Titres de l'album:

  1. Hoodwinked
  2. Sailing Stones
  3. Symphony of Fallen Angels
  4. The Cause
  5. Gate of The Gods
  6. False Flag
  7. Unobtainium
  8. Luciferian Break Up
  9. Joan of Arc
  10. Break Away
  11. Revertigo

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/02/2018 à 14:28
82 %    246

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.