Proclamation of War

Morphetik

24/02/2023

Witches Brew Records

Comment bien commencer un dimanche ? Simple, fouiner, débusquer, et analyser la dernière sortie à la mode, en l’occurrence un bel exemple de Thrash revival venu de Suède, le pays dont la production musicale ne s’arrête jamais. Aujourd’hui, un sympathique groupe venu d’Uppsala, et qui nous propose son deuxième long en mode court, sous la barre de la demi-heure, mais intense comme un missile longue portée testé par la Corée.

MORPHETIK accuse aujourd’hui cinq ans d’existence, et peut se targuer d’une jolie discographie. Deux albums et deux splits, pour un parcours impeccable, mais mesuré et réfléchi. Point trop de sorties, mais les bonnes, comme le prouve cet énervé et salement agacé Proclamation of War, à la pochette de circonstance. Une explosion nucléaire, une cathédrale qui brûle, des soldats affairés et un homme défiguré pointant du doigt je-ne-sais-quoi dans les fourrés, voilà de quoi avertir les pèlerins égarés du contexte et de sa mise en musique.

Encore une fois, c’est la carte vintage qui a été jouée, alors inutile de vous attendre à un renversement de gouvernement. Le quatuor (Anton Örjes-Liljedahl - basse, Seb Reyex - guitare, Julian Bellenox - chant et Jester J - batterie) met donc en avant des valeurs clairement rétrogrades, sans même essayer de les transposer dans une époque plus exigeante. En découle évidemment un jeu prévisible, une envie légitime, et une routine inévitable. Mais en faisant preuve d’abnégation, on parvient quand même à se motiver pour headbanguer, au son d’hymnes concis qui nous ramènent rapidement aux conflits les plus modérés des années 80.

Si le modèle de ces suédois semble être celui de leurs aînés d’AGONY, on trouve aussi dans ce tracklisting des allusions poussées à SLAYER, GAMA BOMB, EXODUS, et la liste serait longue si je tentais de la reproduire de manière exhaustive. Des riffs prétextes en scie circulaire tournant à bon régime, un chant mordant mais pas trop agressif, une rythmique solide mais souvent bloquée sur le même niveau de rendement, voilà les premières constatations d’une chronique qui n’est certainement pas dupe.

En mode War Metal tranquille, les MORPHETIK troquent les médailles de SODOM contre les décorations d’AGONY, et paradent lors du défilé annuel en prenant soin de distiller quelques figures techniques sympathiques. S’ils se définissent comme le visage le plus laid du Thrash suédois, les musiciens n’en restent pas moins musicalement polis. Pas trop rapide, pas trop méchant, et surtout, pas trop dispersé, puisque les morceaux se suivent et se ressemblent beaucoup, comme à la grande époque du style qui trustait les playlists des ados rebelles de la génération 1986/1987 

    

Vous aimez « Death Incarnate » ? Alors vous aimerez tout l’album, qui n’est qu’une grosse répétition de ce titre d’introduction. On peut trouver ce jugement un peu péremptoire, mais restons honnête je vous prie. La Suède nous a offert beaucoup mieux que ce carbone peu inspiré, certes enthousiaste et facile à écouter, mais peu gratifiant en termes de créativité. Les MORPHETIK se contentent de recycler en espérant que la sauce prenne et que la déchetterie ne leur colle pas un procès pour plagiat.

Mais, on ne peut nier l’efficacité de l’ensemble, et sa façon crossover de syncoper sur le côté. Avec quelques bruitages de guerre totale, et des allusions au SUICIDAL le plus Hardcore, « World Wide War » confirme la tendance belligérante, et fonce droit devant à l’assaut d’ennemis de la nostalgie.  

Correct mais timoré, rapide mais cadencé, sauvage mais caressé, le Thrash des suédois n’est toutefois pas si générique qu’il n’en a l’air, et hume le parfum Punk des productions de Venice pour restituer une énergie notable. On accepte le parti-pris, on respecte les décisions, mais on déplore l’absence d’un titre vraiment fort, d’un autre ultraviolent, et d’un dernier ambitieux, avec déroulé, sujet et conclusion.   

Seul « Resist to Exist » atteint le format Pop des sacro-saintes trois minutes et trente secondes, et encore, de façon biaisée par le truchement d’une longue intro d’une minute. L’efficacité absolue est donc de mise, la noirceur des riffs fait se dresser les tifs, et le bilan n’est pas trop mauvais, au regard d’une linéarité prononcée. D’autant que le conflit se termine sur une grosse explosion de violence et un « Nuclear Homicide » plus musclé que le reste du plan de bataille.

Bilan juste positif donc pour un second album ferme et concis, mais scolaire et parfois proche de l’ennui. On attend un peu plus de punch, des idées plus variées, et une pugnacité renforcée. Sinon, la guerre est loin d’être gagnée.

        

  

Titres de l’album:

01. March of the Fallen

02. Death Incarnate

03. World Wide War

04. Domination

05. Death from Above

06. Endless Pain

07. Resist to Exist

08. Acolytes of Destruction

09. Fatal Incursion

10. Nuclear Homicide


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/06/2023 à 17:39
72 %    211

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49