Le monde ne vous effraie plus, mais vous rend perpétuellement morose ? Vous en avez marre de votre boulot ou même de votre prochain ? Vous vous sentez moqué par les informations ? Les nations vous semblent toutes complètement dépassées et irresponsables ? Je crois que j’ai un remède pour vous.

J’ai personnellement découvert ALL OUT WAR en 2015 avec la sortie de l’EP Dying Gods. Imagerie biblique désenchantée, haine et dégoût omniprésent d’un monde qui court à sa propre chute, et surtout une musique lourde et nerveuse, qui vomi sa bile sur tout, tout le monde, tout le temps. En plus de ce background pour le moins sympathique, je constate aussi que le groupe joui d’un statut particulièrement culte dans le milieu Hardcore.

Faisant office de précurseur dans le domaine du Metalcore pur et dur, ALL OUT WAR c’est surtout  deux albums cultes sorties coups sur coups en 1997 (Truth In The Age Of Lies) et 1998 (For Those Who Were Crucified) posant les bases d’un style particulièrement vilain, qui ne sera égalé qu’à de très rares occasions. Les cinq New-yorkais peuvent être comparés à HATEBREED, même si, paradoxalement, ces derniers sont plus le pendant NYHC du Metalcore, tandis que ALL OUT WAR fait plus dans le Hardcore négatifs aux mosh parts belliqueuses.

Pour conclure sur la présentation du groupe, sachez que le quintet revient d’assez loin. Séparation de 2004 à 2006, membres quittant le navire, légère baisse de réputation, les années 2000 n’auront pas été très clémentes, malgré une discographie à la qualité incontestablement constante. Pourtant, en 2015, l’espoir renaît pour les fans, qui peuvent se remettre à rêver d’un retour à une efficacité encore plus marquée.

C’est donc chose faite, sept ans après leur dernier LP, voilà que sort Give Us Extinction, cinquième albums des Coreux de New-York, avec en guise de cerise sur le gâteaux, le line-up de For Those Who Were Crucified. Le meilleur est attendu.

Bon, le meilleur n’est pas encore là (difficile d’égaler les chefs d’œuvres de fin 1990), mais en tout cas on s’en rapproche nettement. L’entame du LP se fait sur une piste éponyme en guise d’intro, lourde, lente et inquiétante, comme pour le précédent EP, où les premières paroles scandés avec l’aversion traditionnelle de la voix de Mike Score, ne sont autres que les trois mots du titre de l’album. Autant dire que la joie et la légèreté ne sont pas à l’ordre du jour, surtout quand on connaît la voix caractéristique du frontman.

Passée la première piste, le reste de l’album est un enchaînement de réquisitoires misanthropiques, dans la pure tradition du quintet. Les riffs Thrash très inspirés de SLAYER, et parfois Death à la OBITUARY, côtoient les breaks les plus sales du Hardcore qui ne sont inspirés par personne pour leur part, pattes personnelles de ALL OUT WAR, qui se fait un malin plaisir à les rendre carrément cinglant. Chaque piste contient son lot d’attaque binaire bas du front mais diablement efficace, comme la fin de "Choking On Indifference". Mais les New-Yorkais savent faire preuve d’un poil d’originalité dans le break comme l’avant dernier de "Burn These Enemies" qui crée une ambiance de guerre à chaque coup de grosse caisse. La majeure partie de ces breaks sont précédés de ponts faisant monter la température progressivement, et qui pour la plupart peuvent même se montrer effrayant ("Ingested Vile" à partir de 1'38).

Les musiciens sont tous excellents dans leur domaine, les guitares, saturés à souhait, savent variés leur propos pour desservir totalement l’ambiance pessimiste du groupe, que ce soit dans le riffing Thrash Metal des passages "tchouka tchouka", ou même dans les moments plus lents pour nous asséner de boucles de trois ou quatre notes rendant l’ambiance malsaine. La batterie se passent de mots, votre rythme cardiaque frisant la tachycardie dès l’entame de "Burn These Enemies" parlera de lui même. Véritable mitrailleuse, Jesse Sutherland ne vous laissera tranquille qu’à l’interlude "Carcass Rot". La prod du LP rend donc parfaitement hommage à tous les membres du groupes, si ce n’est la basse qui reste relativement absente tout le long de l’album. Une production un peu plus baveuse aurait peut être rendu les mosh parts encore plus impitoyables.

Mais ce petit défaut est bien vite rattrapé par ce frontman incroyable qu’est Mike Score. Ce dernier possède toujours cette voix haineuse et désabusée depuis 20 ans qui, pour quiconque connaît ALL OUT WAR, est une marque de fabrique, mais pour celui qui découvre le groupe aujourd’hui, risque de passer quelques nuits mouvementés dans les jours qui viennent. Plongé dans le champ lexical de la destruction et de la haine, le prof d’histoire (oui oui) ne souhaite pas faire de détours inutiles, il vomit son aversion du genre humain qui n’est rien d’autre qu’un mouton à ses yeux.

Le LP n’est pas exempt de tout reproche. On peut dire que la reprise du groupe Nausea, "Cybergod" est de loin le morceau le plus anecdotique, voir totalement dispensable. De plus, pour tous les hermétiques à la scène Hardcore, l’album semble n’être qu’un enchaînement de "tchouka tchouka", de breaks, de mosh parts, de ponts, comme cette chronique semble le suggérer. Mais ALL OUT WAR ne cherche pas à être original, il cherche à remuer votre nez dans vos propre déjections, et à asséner le plus de coups dévastateurs dans le même morceaux. Et ça marche ! Au bout de quelques écoutes, l’album laisse paraître une certaine cohérence au fil des morceaux, tâche compliquée pour un style si sauvage et basique.

De retour aux affaires, les Italos-Américains semblent parés à prendre la place de HATEBREED cité plus haut qui patine depuis quelques temps, si ce dernier loupe encore une marche. Give Us Extinction est donc un excellent album de Metal et de Hardcore, à conseiller aux fans des deux styles, mais aussi aux étudiants en histoire qui souhaiteraient prendre une leçon pas comme les autres…

PS : Pas de bandcamp, ni de vidéo officiel. Juste le Soundcloud dispo ci-dessous.

Tracklist

  1. Give Us Extinction
  2. Burn These Enemies
  3. Worship The Cancer
  4. From The Mouths Of Serpents
  5. In Praise The Leeches
  6. Choking On Indifference
  7. Carcass Rot
  8. Circling Vultures
  9. Ingesting Vile
  10. Bodies For The Machine
  11. Cybergod
  12. Repulsive Premonitions

Soundcloud


par Bocchi le 05/12/2017 à 07:38
85 %    255

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
05/12/2017 à 10:13:43
J'aime quand le hardcore se fait blasphématoire et anti-religieux, ça le rend encore plus méchant ! A l'image d'un Get The Shot et All Out war !

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)