Me voilà donc de retour sur les terres du Hard Rock plus classique, d’ailleurs à la limite du Classic Rock, s’il n’y avait cette distorsion très présente et cette énergie de tous les diables. Il est d’ailleurs bon de se recentrer parfois et d’abandonner les méandres obscurs de l’underground pour se concentrer sur une musique plus fondamentalement consensuelle, même si je tiens ce mot en horreur. N’est-ce pas Wayne Campbell qui lui-même affirmait que LED ZEPPELIN n’était même pas universel entre deux émissions et autres blagues potaches ? Des proportions plus humaines donc, des prétentions plus humbles, mais pas moins de talent pour autant, et même sans remarquer que ce groupe nous vient du Danemark et donc garant d’une qualité indéniable, il est aisé à l’écoute de sa musique de comprendre qu’il ne souhaite pas révolutionner le monde du Rock, mais lui apporter une fraîcheur lui faisant souvent défaut. BLACK OAK COUNTY, BLACK COUNTRY COMMUNION, le parallèle nominatif pourrait être établi assez facilement, et pourtant, même si les deux groupes partagent certaines conceptions, leur approche du Hard-Rock n’en est pas moins différente, au moins autant que les époques les ayant inspirés. Si le groupe de Glenn Hughes s’abreuve de ces seventies qu’il a lui-même connu au sein de DEEP PURPLE, les danois de BLACK OAK COUNTY semblent plus fondamentalement obsédés par les nineties et le nouveau siècle, et il n’est pas étonnant de les voir souvent comparés aux BLACK STONE CHERRY, bien qu’artistiquement, les différences soient de plus en plus notables. Et pour cause, puisque le BLACK OAK COUNTY n’est plus vraiment le même qu’hier, ou avant-hier.

Avant-hier plus précisément, puisque le dernier (qui fut aussi le premier) LP des danois date de 2017, ce fameux éponyme qui avait attiré l’attention de magazines référentiels comme Classic Rock Magazine ou Metal Hammer. Il faut dire que cette introduction brisait cinq ans de silence, ces cinq années qui le séparaient de la création du groupe en 2012. Fondé à Esbjerg il y a donc sept ans, BLACK OAK COUNTY était à la base un quatuor, formation qu’il a conservée pendant un bon moment, avant que son chanteur Niels Beier ne se décide à arrêter complètement la musique pour se concentrer sur d’autres activités. C’est donc à un power-trio auquel nous avons affaire aujourd’hui, les trois musiciens restant ayant choisi de ne pas choisir, et de refuser l’exercice Ô combien difficile du changement de vocaliste. C’est donc le bassiste René Hjelm qui tient aujourd’hui le micro, acceptant la lourde tâche de faire oublier une voix qui avait marqué de son empreinte un premier album prometteur, et après écoute, avouons que l’homme s’en tire plus que bien. Son timbre, plus posé et lisse convient parfaitement au léger glissement artistique opéré par le trio, qui avec Theatre of the Mind se veut plus modéré et modulé, mais terriblement ancré dans une époque qui regarde autant vers le passé qu’elle n’accepte le présent. Produit par Jacob Hansen (AMARANTHE, PRETTY MAIDS, DIZZY MIZZ LIZZY, VOLBEAT), mixé et masterisé par Jonas Haagensen, Theatre of the Mind est donc la nouvelle scène des danois, qui lorsque le rideau se lève laisse apparaître un ensemble sûr de son fait, et maître de son destin, armé de chansons simples, aux refrains symptomatiques de mélodies en vogue il y a vingt-cinq ans, mais légèrement remises au goût du jour. A l’aise dans son nouveau costume, le combo se lâche donc au gré de dix compositions qui ne cherchent pas la petite bête, mais qui procurent des sensations plus tangibles, de celles qu’on ressentait dans les années 90 lorsque le Hard Rock se teintait d’une patine de nostalgie abrasive pour s’adapter à son contexte humain.

Lâchant quelques influences au détour de sa page Facebook (BLACK SABBATH, MOTÖRHEAD, PRIDE & GLORY, SOUNDGARDEN, BLACK LABEL SOCIETY, BLACK STONE CHERRY, ALICE IN CHAINS, GODSIZED, HELLFUELED, SPIRITUAL BEGGARS, ALTER BRIDGE, SLASH, ZAKK WYLDE, ZZ TOP, OZZY OSBOURNE, LAMB OF GOD…), BLACK OAK COUNTY ne fait pas grand mystère de son éclectisme, même si la plupart des noms cités n’ont qu’un lointain rapport avec les dix nouveaux morceaux qu’ils nous offrent. Première constatation, le son est bon, très même, légèrement gonflé mais avec cette sincérité qui a fait que les nineties flottent encore dans les mémoires comme la décade de la franchise. Plus nivelés, mais pas moins honnêtes, les trois musiciens n’ont pas vraiment bousculé les bases de leur approche, et se contentent toujours de riffs simples et directs, de breaks immédiats et d’harmonies un peu amères (« I Know You’re Lonely ») pour propager leur message Rock, toujours aussi convaincant, puisque reposant sur des principes de qualité. Entre mid tempi soulignés et burners en forme de clin d’œil (« Stick To My Guns », le genre de truc que SLASH aime bien tripoter en compagnie de Miles Kennedy), Theatre of the Mind est un petit bijou de sensations fortes rendues plus abordables par une vision policée mais pas aseptisée, et si ce second album ne bénéficie pas de l’effet de surprise du premier, il confirme dès « Watch Your Back » que l’heure n’est pas à la temporisation, mais bien à la course en avant tout en surveillant ses arrières. Cette ouverture aux guitares aiguisées et aux percussions en écho semble prendre plaisir à synthétiser la science mélodique des HAREM SCAREM et l’immédiateté Rock des BLACK STONE CHERRY, pour rappeler les débuts des STONE TEMPLE PILOTS, de CREED et autres figures de proue d’une époque pas si révolue que ça.

Ça joue carré, propre, mais pas édulcoré, puisque la puissance est toujours aussi palpable, la basse se satisfaisant très bien de son rôle de pivot central, et l’ambiance à la ALTER BRIDGE/FOO FIGHTERS est plus qu’agréable, et rappellera sans doute de bons souvenirs à la génération X. Pas vraiment de faute de goût sur cette suite qui confirme le potentiel, et « Since You’ve Been Gone » de trépider d’un binaire franchement dansant, sur lequel le phrasé de René Hjelm fait merveille. En trente-sept minutes et pas plus, les danois précisent encore une fois qu’ils ne sont pas venus jouer les doublures, et lâchent l’énergie pour nous doper d’hymnes à la joie de jouer (« Sycophanic»), sans pérorer, mais en s’appuyant sur des arguments agencés. Un second LP qui permet donc aux BLACK OAK COUNTY de se poser en leaders d’une nouvelle génération danoise avide de Rock, mais pas au point de piller le passé pour se construire un avenir prévisible.        


Titres de l’album :

                        1. Watch Your Back

                        2. Just Another Psycho

                        3. My Change To Change

                        4. Since You’ve Been Gone

                        5. Pretty Pistol

                        6. Sycophanic

                        7. Wasted Life

                        8. I Know You’re Lonely

                        9. Stick To My Guns

                       10. Theatre Of The Mind

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/05/2019 à 16:32
80 %    69

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)