Me voilà donc de retour sur les terres du Hard Rock plus classique, d’ailleurs à la limite du Classic Rock, s’il n’y avait cette distorsion très présente et cette énergie de tous les diables. Il est d’ailleurs bon de se recentrer parfois et d’abandonner les méandres obscurs de l’underground pour se concentrer sur une musique plus fondamentalement consensuelle, même si je tiens ce mot en horreur. N’est-ce pas Wayne Campbell qui lui-même affirmait que LED ZEPPELIN n’était même pas universel entre deux émissions et autres blagues potaches ? Des proportions plus humaines donc, des prétentions plus humbles, mais pas moins de talent pour autant, et même sans remarquer que ce groupe nous vient du Danemark et donc garant d’une qualité indéniable, il est aisé à l’écoute de sa musique de comprendre qu’il ne souhaite pas révolutionner le monde du Rock, mais lui apporter une fraîcheur lui faisant souvent défaut. BLACK OAK COUNTY, BLACK COUNTRY COMMUNION, le parallèle nominatif pourrait être établi assez facilement, et pourtant, même si les deux groupes partagent certaines conceptions, leur approche du Hard-Rock n’en est pas moins différente, au moins autant que les époques les ayant inspirés. Si le groupe de Glenn Hughes s’abreuve de ces seventies qu’il a lui-même connu au sein de DEEP PURPLE, les danois de BLACK OAK COUNTY semblent plus fondamentalement obsédés par les nineties et le nouveau siècle, et il n’est pas étonnant de les voir souvent comparés aux BLACK STONE CHERRY, bien qu’artistiquement, les différences soient de plus en plus notables. Et pour cause, puisque le BLACK OAK COUNTY n’est plus vraiment le même qu’hier, ou avant-hier.

Avant-hier plus précisément, puisque le dernier (qui fut aussi le premier) LP des danois date de 2017, ce fameux éponyme qui avait attiré l’attention de magazines référentiels comme Classic Rock Magazine ou Metal Hammer. Il faut dire que cette introduction brisait cinq ans de silence, ces cinq années qui le séparaient de la création du groupe en 2012. Fondé à Esbjerg il y a donc sept ans, BLACK OAK COUNTY était à la base un quatuor, formation qu’il a conservée pendant un bon moment, avant que son chanteur Niels Beier ne se décide à arrêter complètement la musique pour se concentrer sur d’autres activités. C’est donc à un power-trio auquel nous avons affaire aujourd’hui, les trois musiciens restant ayant choisi de ne pas choisir, et de refuser l’exercice Ô combien difficile du changement de vocaliste. C’est donc le bassiste René Hjelm qui tient aujourd’hui le micro, acceptant la lourde tâche de faire oublier une voix qui avait marqué de son empreinte un premier album prometteur, et après écoute, avouons que l’homme s’en tire plus que bien. Son timbre, plus posé et lisse convient parfaitement au léger glissement artistique opéré par le trio, qui avec Theatre of the Mind se veut plus modéré et modulé, mais terriblement ancré dans une époque qui regarde autant vers le passé qu’elle n’accepte le présent. Produit par Jacob Hansen (AMARANTHE, PRETTY MAIDS, DIZZY MIZZ LIZZY, VOLBEAT), mixé et masterisé par Jonas Haagensen, Theatre of the Mind est donc la nouvelle scène des danois, qui lorsque le rideau se lève laisse apparaître un ensemble sûr de son fait, et maître de son destin, armé de chansons simples, aux refrains symptomatiques de mélodies en vogue il y a vingt-cinq ans, mais légèrement remises au goût du jour. A l’aise dans son nouveau costume, le combo se lâche donc au gré de dix compositions qui ne cherchent pas la petite bête, mais qui procurent des sensations plus tangibles, de celles qu’on ressentait dans les années 90 lorsque le Hard Rock se teintait d’une patine de nostalgie abrasive pour s’adapter à son contexte humain.

Lâchant quelques influences au détour de sa page Facebook (BLACK SABBATH, MOTÖRHEAD, PRIDE & GLORY, SOUNDGARDEN, BLACK LABEL SOCIETY, BLACK STONE CHERRY, ALICE IN CHAINS, GODSIZED, HELLFUELED, SPIRITUAL BEGGARS, ALTER BRIDGE, SLASH, ZAKK WYLDE, ZZ TOP, OZZY OSBOURNE, LAMB OF GOD…), BLACK OAK COUNTY ne fait pas grand mystère de son éclectisme, même si la plupart des noms cités n’ont qu’un lointain rapport avec les dix nouveaux morceaux qu’ils nous offrent. Première constatation, le son est bon, très même, légèrement gonflé mais avec cette sincérité qui a fait que les nineties flottent encore dans les mémoires comme la décade de la franchise. Plus nivelés, mais pas moins honnêtes, les trois musiciens n’ont pas vraiment bousculé les bases de leur approche, et se contentent toujours de riffs simples et directs, de breaks immédiats et d’harmonies un peu amères (« I Know You’re Lonely ») pour propager leur message Rock, toujours aussi convaincant, puisque reposant sur des principes de qualité. Entre mid tempi soulignés et burners en forme de clin d’œil (« Stick To My Guns », le genre de truc que SLASH aime bien tripoter en compagnie de Miles Kennedy), Theatre of the Mind est un petit bijou de sensations fortes rendues plus abordables par une vision policée mais pas aseptisée, et si ce second album ne bénéficie pas de l’effet de surprise du premier, il confirme dès « Watch Your Back » que l’heure n’est pas à la temporisation, mais bien à la course en avant tout en surveillant ses arrières. Cette ouverture aux guitares aiguisées et aux percussions en écho semble prendre plaisir à synthétiser la science mélodique des HAREM SCAREM et l’immédiateté Rock des BLACK STONE CHERRY, pour rappeler les débuts des STONE TEMPLE PILOTS, de CREED et autres figures de proue d’une époque pas si révolue que ça.

Ça joue carré, propre, mais pas édulcoré, puisque la puissance est toujours aussi palpable, la basse se satisfaisant très bien de son rôle de pivot central, et l’ambiance à la ALTER BRIDGE/FOO FIGHTERS est plus qu’agréable, et rappellera sans doute de bons souvenirs à la génération X. Pas vraiment de faute de goût sur cette suite qui confirme le potentiel, et « Since You’ve Been Gone » de trépider d’un binaire franchement dansant, sur lequel le phrasé de René Hjelm fait merveille. En trente-sept minutes et pas plus, les danois précisent encore une fois qu’ils ne sont pas venus jouer les doublures, et lâchent l’énergie pour nous doper d’hymnes à la joie de jouer (« Sycophanic»), sans pérorer, mais en s’appuyant sur des arguments agencés. Un second LP qui permet donc aux BLACK OAK COUNTY de se poser en leaders d’une nouvelle génération danoise avide de Rock, mais pas au point de piller le passé pour se construire un avenir prévisible.        


Titres de l’album :

                        1. Watch Your Back

                        2. Just Another Psycho

                        3. My Change To Change

                        4. Since You’ve Been Gone

                        5. Pretty Pistol

                        6. Sycophanic

                        7. Wasted Life

                        8. I Know You’re Lonely

                        9. Stick To My Guns

                       10. Theatre Of The Mind

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/05/2019 à 16:32
80 %    269

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !