C’est amusant de constater qu’en fait, la carrière de QUEENSRŸCHE, du moins sur sa période la plus trouble ressemble beaucoup à celle de SEPULTURA. Un groupe lassé de voir toutes les décisions prises par la femme de son chanteur, chanteur qui cela dit au passage semblait se satisfaire de cette situation. Sauf que dans le cas des originaires de Seattle, en plus de la femme manager et du chanteur légèrement narcissique, il y avait aussi la fille responsable du fan-club. Et ça peut faire méchamment pencher la balance d’un seul côté, avec un trois contre quatre qui pèse pourtant plus lourd. Et on sentait que tout ça allait mal finir, pour achever de s’en convaincre, il suffisait de tendre une oreille sur Dedicated To Chaos et de voir le groupe en tournée, tourner le dos à de plus en plus de classiques pour faire de la place au nouveau répertoire. Mais à contrario de SEPULTURA qui eut beaucoup de mal à se remettre du départ de son chanteur, qui lui s’offrait une nouvelle carrière encore plus exposée, QUEENSRŸCHE a su rebondir en se ressourçant, et en repartant vers ses origines, nous livrant un premier LP éponyme post séparation enterrant définitivement la pathétique tentative Frequency Unknown de Tate qui s’embourbait dans les certitudes fanées, malgré un timbre de voix intact. Depuis, les chemins ont définitivement divergé, la cour a rendu son verdict, et le groupe a tracé sa route et publié une confirmation, peut-être encore plus flamboyante que la première assertion, via un Condition Human qui semblait démontrer que l’ex-CRIMSON GLORY Todd La Torre était définitivement à sa place en leur sein, un peu comme s’il avait toujours fait partie du concept. Sans vouloir revenir une énième fois sur cette sordide histoire de split et de droits, autant admettre que ce déchirement a permis à QUEENSRŸCHE de renouer avec la flamboyance des années de gloire, et depuis quatre ans, nous attendions impatiemment de connaître la suite de leurs aventures, qui prennent la forme aujourd’hui d’un quinzième LP studio, ce The Verdict qui en prononce un irrévocable. L’un des plus grands groupes de l’histoire de Heavy Metal n’a toujours pas envie de se laisser rattraper par la concurrence ou de renier ses traits de caractère les plus symptomatiques, se payant le luxe de côtoyer les cimes autrefois atteintes par ses œuvres les plus culottées.

Produit par l’incontournable Chris "Zeuss" Harris (ICED EARTH, ARSIS, SUFFOCATION, et tellement d’autres qu’on ne les recensera pas ici), The Verdict est en quelque sorte une fin de non-recevoir, et une confirmation à la fois. Une négation des années perdues à se rapprocher d’une Pop toujours plus avide de concessions, et l’assertion que le seul véritable QUEENSRŸCHE fut celui des années 80, jusqu’à la sortie du chef d’œuvre ultime Empire qui reste le monument du Hard-Rock pivot des nineties, paru juste à temps pour éviter d’être bouffé par la vague alternative. Todd n’a d’ailleurs pas caché son impatience de l’offrir au public, après cette campagne participative une fois encore couronnée de succès. Et Wilton n’a pas fait grand cas d’un revirement vers l’approche plus progressive des jeunes années, sans hésiter sur le caractère profondément Heavy de ce nouvel album. A l’écoute de ce quinzième chapitre de la saga, il est facile de donner raison à l’un tout en comprenant l’autre. Car The Verdict, troisième album de l’ère La Torre est sans doute le plus équilibré, dans tous les sens du terme. On y retrouve l’envie d’en découdre de Queensrÿche, la puissance de Condition Human (déjà produit par Harris), le tout équilibré d’une maturité qui fait plaisir à entendre, d’autant plus qu’elle se voir boostée par une envie irrépressible de revenir aux fondamentaux, sans trahir son époque et faire le jeu des fans de vintage bon marché. Le son global, sombre mais aéré est l’un des plus pertinents de la carrière du groupe, à peu près autant que celui d’Empire, et il assez logique d’en trouver des traces sur le magnifique et envoutant « Inner Unrest », qui semble aussi nostalgique qu’une vieille photo posée sur un nouveau meuble et y trouvant sa place attitrée. Pourtant, outre le fait qu’il constitue la troisième partie d’un triptyque de renouveau, The Verdict devait aussi affronter la défection d’un des membres légendaires de la troupe, prenant acte du départ de Scott Reckenfield et laissant ainsi Todd assumer outre ses lignes de chant les parties de batterie. De ce côté-là aussi, la transition a été la plus douce possible, puisque la frappe de Todd, nuancée et racée, s’accorde merveilleusement bien de la tendance prônée. Et cette tendance est palpable sur l’ensemble du travail accompli, et sur les détails les plus infimes aussi. Car le double piège que devait affronter le quatuor était de ne pas se laisser happer d’une part par les standards actuels qui semblent confondre Heavy de bucheron et puissance de fond,  et d’autre part de se reposer un peu trop ouvertement sur son passé. L’équilibre trouvé entre modernisme et traditionalisme est donc bluffant de crédibilité, et « Blood Of The Levant » de le démontrer en quelques minutes, quelques riffs précieux, et des lignes vocales bénies des Dieux.

  

Autre grand signe d’intelligence à noter, le fait d’avoir accepté le timing comme composante importante. QUEENSRŸCHE continue de mesurer ses retours, semblant conserver les critères imposés par les eighties et ces quarante-cinq minutes qui permettaient sur vinyle de garder un son dynamique. Dix chansons qui dépassent en plusieurs fois les cinq minutes, mais qui ne s’éternisent pas, et qui se concentrent sur des thèmes porteurs, se posant tour à tour sur les pierres du passé pour rebondir vers le présent. Le fan hardcore, suivant les traces depuis The Warning ou Rage For Order, et n’ayant pas lâché ses idoles dans les nineties saura remarquer que tous les disques majeurs trouvent un écho ici, malgré l’envie de retourner vers des rivages plus progressifs, et symptomatiques du triumvirat Rage For Order/Operation Mindcrime/Empire. Il est d’une lénifiante évidence que ces trois albums resteront à jamais les achèvements majeurs d’un groupe unique, et ce legs est à ce point encombrant que certains morceaux semblent exhumés de bandes restées dans un tiroir depuis 1990. Ainsi, le final « Portrait » nous glace les sangs de son mimétisme absolu, et nous trouble de son esprit synthétique qui nous propulse des décennies en arrière, tout en offrant de nouvelles pistes pour l’avenir. D’ailleurs, le groupe a finement joué sa carte en plaçant en arrière-plan les morceaux les moins directs, préférant garder en entame les uppercuts les plus puissants, à l’image de « Man The Machine » qui aurait aisément pu se substituer à « Spreading the Disease » sur Operation Mindcrime. L’ambiance globale, adaptée au non-concept de l’album qui préfère se concentrer sur tous les dommages commis à l’encontre d’un monde partant à la dérive, est résolument opaque, tamisée, aux lumières volontairement cachées par des astuces de production et des effets qui tombent toujours pile, et « Light-Years » de jouer l’ambivalence d’un couplet noir comme un inédit de Rage For Order, avant de nous réchauffer d’un refrain purement Promised Land. La basse d’Eddie Jackson, toujours aussi ronde et claquante cimente le lien entre les parties de Todd et les riffs sinueux de la paire Lundgren/Wilton, mais ce sont clairement les aménagements multiples qui sautent aux oreilles, cette façon de passer de l’ombre à la lumière, et de truffer le chemin de petites finesses de composition et d’interprétation qui prend.

Aucun titre bouche-trou, une classe permanente, et une façon de dire aux fans et à ses contemporains qu’on ne changera plus. Et au contraire, qu’on se connaît tellement bien qu’on peut oser des choses plus légères (« Propaganda Fashion »), sans tomber dans l’arnaque Pop des années 2000. Ou à l’opposé, traquer le passé pour lui imposer le présent avec des coups de brosse violents sur le tableau, d’une mystique que les fans apprécieront en l’état (« Bent », ses chœurs grondants, et l’un des rares à échapper à des années de gloire un peu trop pesantes). A une époque, QUEENSRŸCHE imposait le respect, symbolisait la classe ultime, et chacun de ses albums était attendu comme un nouveau messie sur la voie de l’ouverture d’esprit. Il en est toujours de même aujourd’hui, malgré ses erreurs de parcours. La sérénité en plus.

 

Titres de l'album :

                         01. Blood Of The Levant

                         02. Man The Machine

                         03. Light-Years

                         04. Inside Out

                         05. Propaganda Fashion

                         06. Dark Reverie

                         07. Bent

                         08. Inner Unrest

                         09. Launder The Conscience

                         10. Portrait

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/03/2019 à 14:55
92 %    283

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


kisolep
@78.192.38.132
10/03/2019 à 18:55:32
le dernier album valable de ce groupe restera Empire, voire son successeur... Perso je serais même plus dur en disant Operation Mindcrime...

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes