On ne va pas se la jouer surpris, les groupes entièrement féminins existent depuis belle lurette, et la question stupide de savoir si elles sont capables de développer autant d’énergie que leurs homologues masculins est caduque depuis longtemps, et n’aurait d’ailleurs jamais dû être posée.

Les filles dans le Heavy Metal ont beaucoup de choses à dire, et à apporter. Mais leur sensibilité n’a rien de différente de celle des hommes bardés de bracelets cloutés et de cuir bondé, et leur approche de la musique est exactement la même, et donc sujette à critique.

Quelles critiques ? Succomber à la facilité, se contenter de compositions réchauffées, faire preuve de complaisance eut égard à un niveau technique approximatif, et penser qu’un gros riff bien carton peut suffire à construire une chanson béton.

Les suissesses de BURNING WITCHES n’ont pas ce genre de problème, puisque leurs guitares sont salement affûtées, et que leurs compositions ont bénéficié d’un temps de maturation largement assez long pour les transformer en hymnes à la gloire d’un Heavy Metal plein de panache et de flamboyance.

Mais un petit regard vers le passé vous aiderait sans doute à replacer les choses dans leur contexte ?

Alors allons-y.

BURNING WITCHES a été fondé en 2015 à Brugg, Suisse, par la guitariste Romana Kalkuhl, qui souhaitait alors s’entourer de musiciennes pour compléter un line-up entièrement féminin.

Jeanine Grob, une vieille amie fut recrutée en tant que bassiste, avant que Romana ne rencontre la chanteuse Seraina Telli à un festival. Cette dernière apporta toute son expérience acquise à la Music Academy, mais aussi au sein de son groupe SURRILIUM, et les deux nouvelles associées en profitèrent alors pour se mettre à composer ensemble.

Une fois la bonne batteuse fédérée (Lala Frischknecht), et Aléa embarquée à la seconde guitare, les BURNING WITCHES furent enfin au complet, et Romana osa se fendre d’un courrier adressé au légendaire Schmier de DESTRUCTION pour le convaincre de superviser le projet d’un premier album, financé via la plateforme Pledge Music.

Ce dernier ne se fit pas prier pour accepter le challenge, et se vit donc bombardé producteur du premier LP éponyme des ladies, dont les trois premiers morceaux furent confiés aux bons soins de V.O Pulver aux Little Creek Studios (PANZER / PRO PAIN / DESTRUCTION). Le résultat ?

Un Heavy Metal qui flirte souvent avec le Power, mais dont les racines sont à aller chercher du côté des sacro-saintes années 80, dans la discographie des légendes que sont JUDAS PRIEST ou ICED EARTH, les rois incontestés du Heavy salement burné et dopé au Thrash léger.

Si quelques esprits chagrins me diront tristement que cinq musiciennes au physique avenant ne suffisent pas à faire un bon combo de Heavy, je répondrai vertement que cinq poilus hirsutes ne suffisent pas non plus à constituer un combo de Thrash solide.

Alors une fois la question superfétatoire du physique évacuée, il convient de se concentrer sur un potentiel technique indéniable qui rappelle d’ailleurs celui des égéries de Shrapnel PHANTOM BLUE, dont la musique se rapproche d’ailleurs parfois de celle des BURNING WITCHES, tout comme celle des MEANSTREAK, dans un registre toutefois moins connoté Heavy/Speed/Thrash.

Et ne vous laissez surtout pas abuser par l’ouverture tonitruante de « Black Widow », qui cavale bon train dans une osmose « Painkiller » des JUDAS et « Going Mad » des PHANTOM BLUE, puisque les inclinaisons des suissesses les emmènent plutôt sur le terrain du Heavy d’airain, style qu’elles manipulent à loisir avec un brio incontestable.

Dès lors, la démonstration prend des allures de constatation, puisque dès le morceau éponyme, la messe est dite et les sorcières conduites au bûcher des vanités Heavy. Si vous étiez en manque d’hymnes, « Burning Witches » vous rassurera quant au potentiel toujours aussi fédérateur de cette musique unique, et vous opposera des couplets enflammés à un refrain hautement mélodisé, et strié d’interventions à la tierce que MAIDEN n’aurait pas reniées.

Le but avoué du quintette, à savoir jouer un Heavy en faisant briller toutes ses facettes est atteint sans problème, puisque les nouvelles sirènes nous entraînent vers les récifs en usant de toutes leurs armes. Que leur Metal soit mordant et agressif comme un chant nous rendant passif d’un Jorn Lande ou d’un ANGRA à vif (« Bloody Rose »), ou qu’il se veuille plus nuancé et mâtiné d’une sensibilité typiquement NWOBHM (« Dark Companion », qui rappelle même nos BLIND GUARDIAN chéris tout en dégénérant ICED EARTH aguerris), il apparaît imperfectible et bénéficiant d’un traitement poli dans les moindres recoins, sans pour autant atténuer sa portée énergétique.

On n’évite bien évidemment pas les clichés d’usage, mais les demoiselles y mettent tellement de cœur qu’on cède sans résister (« Metal Demons », plus loud and proud que ça, ça me parait difficile…), surtout lorsqu’elles enchainent sur une manipulation mélodique classique, mais séductrice en diable (« Save Me »).

Histoire de bien enfoncer le clou dans le cercueil du Heavy qui n’est pas prêt de se laisser mettre en terre, on fait un petit détour du côté du Power à la DRAGONFORCE (« Creatures of The Night », avec toujours ces harmonies de guitare à la MAIDEN/HELLOWEEN), avant de se taper un délire total à base de grandiloquence horrifique au troisième degré (« We Eat Your Children »).

Bien sûr, tout ceci est éculé avant même d’avoir été énoncé, mais la partie n’étant pas truquée et basée sur un bluff mal géré, il n’y a aucun mal à se laisser entraîner dans cette sarabande endiablée. Et même si parfois, l’inspiration reste au placard pour quelques minutes un peu trop réchauffées (« Creator Of Hell »), on reste sur la bonne impression d’un épilogue burné (« JawBreaker », merci Rob, K.K et Glenn pour tout ce que vous avez apporté au Heavy enfumé) pour refermer ce premier chapitre un sourire prononcé sur le visage illuminé.

La production de Schmier respecte tout à fait les codes du Heavy passé, tout en y apportant une patine contemporaine brillante, sans jamais tomber dans les artifices ou les excès. Il est évident que les BURNING WITCHES capitalisent sur un amour indéfectible envers une musique imperfectible, puisque ses limites en ont été atteintes depuis fort longtemps, mais le plaisant intermède qu’est Burning Witches nous ramène à l’époque où les voisins allemands de WARLOCK parlaient eux aussi de chasse aux sorcières sur fond de Metal sans bannière.

D’originalité il n’est point question. Mais de rébellion et de Metal en fusion, si. Et même protégés d’un Malleus Maleficarum en acier béni trempé, les anciens pourfendeurs de sorcellerie auraient eu bien du mal à mettre à terre ces cinq nouvelles égéries à la foi sincère et Heavy.


Titres de l'album:

  1. Black Widow
  2. Burning Witches
  3. Bloody Rose
  4. Dark Companion
  5. Metal Demons
  6. Save Me
  7. Creatures of The Night
  8. We Eat Your Children
  9. Creator Of Hell
  10. The Deathlist
  11. Jawbreaker

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/06/2017 à 17:18
72 %    390

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

The Brink

Nowhere to Run

Crazy Lixx

Forever Wild

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?


Enormissime ce titre !! J'adore. Terrible !


Boucherie absolue !!! Oh la vache ! Trop pressé d'écouter ça en entier !


et le sujet *


Tu m'étonnes mec !!!
Et oser "Marc Dutroux national hero" pour un groupe belge… Quand tu sais le drame national que cela a été à l'époque (est le sujet "taboo" que c'est encore désormais), au delà de l'outrage, faut limite avoir de sacrées couilles au cul pour pondre un titre pareil(...)


Tel père tel fils bordel ! C'est marrant, en à peine 5 secondes tu sais que tu es dans la Bay Area...


Pas mal ce truc, connaissais pas du tout ! Merci pour la découverte, mais du coup fait chier de pas avoir été les voir au ND !
Joli titres de morceaux en tout cas :,D !


Only Theater of Pain, l'ultime chef d'oeuvre.


Merci, oui c'est souvent ça.


ah cool ! j'y croyait plus !