Autant les mecs qui finassent pour ne rien dire, et qui toisent de leurs références pointues me filent des crampes aux genoux, autant ceux qui assument leur côté populaire et lèvent le poing sans faire les malins peuvent m’en mettre un bon coup.        

Vous vous demandez sans doute pourquoi une telle accroche aussi péremptoire en introduction d’une chronique du soir ? Tout simplement parce que le second LP des Finlandais de RANGER me l’a suggérée implicitement de son approche brute et rauque et de ses riffs massifs et francs.

De leur Finlande natale, ces quatre preux chevaliers du clou en inox blindé traversent les continents et bravent vents et marées pour répandre la bonne parole d’un Metal bien chauffé, qui multiplie les clins d’œil à une décennie passée, celle qui voyait le Hard-Rock de pépé se transformer en Heavy accéléré.

Du cuir, des guitares, des allusions bizarres, et une allégeance à la musique qui met en transe, à grands coups de rythmiques intenses et de soli étincelants de brillance.

Bon, pour la faire courte, et si vous avez un minimum de culture extrême, vous vous rappelez sans doute de cet album d’EXCITER, Violence and Force, publié en 1984, et dont la pochette dévoilait une main gantée tenant un cran d’arrêt, suscitant la peur chez cette demoiselle aux ongles vernis qui tentait de garder sa porte fermée pour éviter l’agression sur le tapis.

Il semblerait que ce graphisme, mais aussi la musique qui en encombrait les sillons internes soient la référence majeure de ce quatuor qui n’en est pas à son premier bloc de béton (Where Evil Dwells, premier LP en 2015), et qui voue une admiration sans bornes à ce Speed Thrash des années 83/84, lorsque les SLAYER, VOÏVOD, EXCITER et consorts commençaient à jouer avec les limitations de vitesse tout en maniant leur manche d’un geste preste.

Après tout, chacun ses racines, et celles-ci sont au moins aussi pertinentes que le dernier groupe de Post Hardcore à la mode, et c’est une joie de retrouver à nouveau cette musique sinon audacieuse, tout du moins pas peureuse, qui assume ses penchants rétrogrades et les illustres de hurlements de plantigrade.

Speed & Violence, tout est dans le texte et le trait, et les dix morceaux de ce second effort sont calqués sur une pochette au dessin grossier. N’attendez donc rien de plus fin qu’un gros sel de Speed/Thrash un peu plus malin qu’à l’époque, mais aussi rude et mastoc, basé sur des rythmiques pas toc et des riffs taillés dans le roc. Dimi Pontiac (basse/chant), Miko (batterie), Mickael et Ville (guitare) savent s’y prendre pour recréer ce climat de violence qui a déclenché bien des vocations féroces il y a une trentaine d’années, et parfois, leur admiration acharnée tend à proposer des plans qui sentent bon le passé (« Satanic Panic », plus Show No Mercy et « Black Magic » que ça, je ne vois que les clous de Kerry plantés sur un tronçon de bois). SLAYER donc, mais aussi DESTRUCTION, DESTRUCTOR, WHIPLASH évidemment, et toute cette première vague de Metal en fusion venant conjointement d’Allemagne et des Etats-Unis. Telles sont les tables de loi à la Finlandaise, qui nous mettent à l’aise et nous présentent devant un autel encombré d’une vierge prête à être sacrifiée au nom d’un Thrash pas pompier, mais sec et tranchant comme une dague de sorcier.

Nous en sommes là, et autant apprécier l’œuvre pour ce qu’elle est. Un condensé de savoir-faire traditionnel, qui ne ménage ni les guitares en scie circulaire, ni la basse ronflante et fière, et encore moins les incantations vocales infernales et déviantes, qui partent souvent dans les cris suraigus et les sifflantes.

Pas de Metal Revolution depuis le premier album, aucun changement dans la continuité, juste une poignée d’hymnes bien troussés, qu’on apprécie sans doute encore plus entouré des bons potes avec une bonne bière fraiche - ou pas - ramenée du supermarché.   

Néanmoins, ces guerriers de la franchise aiguisée n’en oublient pas pour autant de faire preuve d’une finesse assez distillée, comme le démontre l’interlude « Evil Barrier », qu’on franchit la sensibilité exacerbée, et qu’on apprécie pour qu’il peut apporter.

Mais pas de doute, de « Speed & Violence » à « Last Breath », tout est dit et bien hurlé, et le rythme ne faiblit jamais, rappelant mêmes les débuts d’EXODUS (« Night Slasher »), et les moments les plus clairs et sans bavure d’un VENOM pas encore perdu sans sa faucille dans les limbes d’un enfer de pacotille (« Shock Troops » et son thème proche du séminal « Black Metal »).

RANGER, c’est du solide, mais surtout, un travail d’exhumation mené à la perfection. Vous aurez beau fouiller les moindres recoins vous ne trouverez rien qui ne vous rappelle pas les années 80, des envolées lyriques sadiques d’un chanteur vraiment épique, aux duels de guitare à la tierce si chers à la NWOBHM, en passant par une section rythmique aussi inamovible que l’enclume des ANVIL.

Plus qu’un disque, Speed & Violence est un album souvenir qu’on feuillette avec les oreilles, et qui nous replonge dans les années Enfer Magazine et Metal Attack, lorsque les premiers vinyles purement Thrash affolaient des rédactions médusées, et ce, de l’interprétation jusqu’à cette production qui réussit la gageure de reproduire le son et la dynamique des groupes mixant Heavy fumant et Speed en fusion.

D’ailleurs, ce fameux Heavy n’est jamais très loin, et le final « Last Breath » suggère quelques réminiscences du MAIDEN de référence, tout en flirtant avec la nostalgie d’un SATAN en incandescence.

Certes, tout ça n’est ni très fin, ni très novateur. Mais à la question « à quoi ça sert de faire les malins avec une musique qui renie l’inconnu du lendemain ? », j’opposerai un tonitruant « qu’est-ce qu’on en a à f****** ??? » puisque justement, RANGER est le genre de groupe qui ne s’en pose aucune, et qui se contente de jouer une musique tout sauf bidon, avec le cœur, les tripes, et les gosiers à l’unisson.

Alors, si d’aventure vous cherchiez une occasion de sortir à nouveau vos bracelets cloutés, votre perf’ usé, et vos vieux vinyles de Thrash rayés, soyez ravis, vous allez pouvoir headbanger, avec un CD de qualité.

Speed & Violence, c’est tout dans l’intitulé, sans mystère ni prix à payer. Et que les culs bénis aillent se l’essuyer, puisque de leur avis nous saurons nous passer.

 Je peux même leur fournir le papier !


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Speed & Violence
  3. Without Warning
  4. Demon Wind
  5. Lethal Force
  6. Satanic Panic
  7. Evil Barrier
  8. Night Slasher
  9. Shock Troops
  10. Last Breath

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/01/2017 à 14:46
75 %    281

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !