Hard to Stop

High Spirits

31/07/2020

High Roller Records

Généralement, la musique c’est comme le cinéma, l’été n’est pas la période la plus propice pour sortir son nouvel album, mieux vaut attendre la rentrée quand les gens sont plus attentifs et moins préoccupés par leur bronzage. Sauf qu’en période de COVID, la logique n’a plus grand-chose à dire, et la rentrée devient une notion plus ou moins floue. Ce qui n’empêche pas la production des mois de juillet d’août d’être un peu pauvre, et le chroniqueur de devoir fouiller sur les sites pour y trouver sa pitance critique quotidienne. Heureusement pour nous, certains dont fi de la logique commerciale et lancent leurs projets en plein mois de juillet, ce qui est le cas des américains de HIGH SPIRITS, dont le quatrième album risque de rendre votre séjour au camping encore plus torride. On connaît bien ces américains, qui font partie des rares nostalgiques à pouvoir défier les suédois sur leur propre terrain, et leur quatrième LP était attendu comme le messie old-school de cette tragique année 2020. Une fois encore soutenus par les esthètes de High Roller, le groupe de Chicago s’est surpassé pour vous faire tripper aux confins de deux décennies, mélangeant avec bonheur l’attitude puriste des seventies, et la souplesse mélodique des eighties. En résulte une nouvelle réussite, qui à l’image des trois premières pioche dans ce que le Rock a fait de mieux pendant vingt ans pour vous faire oublier votre vie un peu morne. Léger flashback, les HIGH SPIRITS sont nés à la fin des années 2000, se présentant comme un groupe à la philosophie claire : « les démos, c’était mieux ! » qui en disait long sur son envie de recycler des idées passéistes à la sauce du nouveau siècle. Et bingo, en trois LPs, les mecs ont réussi à se faire un gros nom sur l’affiche, préparant le terrain pour la horde de suiveurs qui n’ont pas manqué de leur emboîter le pas.

Pour faire simple et clair, Hard to Stop est une nouvelle pépite à ajouter au coffre des trésors vintage, et développe en trente-cinq minutes à peine des arguments que d’autres musiciens peinent à mettre en place sur toute une carrière. Doués, disciplinés, les musiciens composent de véritables chansons et non de simples accumulations de plans classiques à peine remis au goût du jour. Enregistré une fois encore par Chris Black à Chicago et mixé par Dan Swanö au fameux Unisound Studio, Hard to Stop s’ingénie à mériter son titre à chaque tube qu’il refourgue, et nous donne la pêche pour le reste de la journée, en se reposant sur les mêmes recettes que ses grands frères. Une grosse louche de NWOBHM, du THIN LIZZY à peine adapté aux standards modernes, des mélodies persistantes qui restent dans la tête, et une rythmique qui abat le boulot comme notre gouvernent prend les mauvaises décisions, c’est du travail d’orfèvre constellé de tierces, de refrains qu’on reprend main dans la main, et certainement le trip nostalgique le plus effectif du moment. Avec un son rude mais souple, une propension à ne pas gommer les aspérités pour ne pas sonner trop synthétique, ce nouvel épisode de la saga HIGH SPIRITS est évidemment hautement recommandable, et commence même par une véritable déclaration d’intention, et le titre le plus Heavy de la carrière du groupe américain. Cueilli à froid par la violence ouverte de « Since You’ve Been Gone », qui loin d’évoquer LED ZEP suggère plutôt des accointances avec la première vague de Heavy/Speed US, le critique se fera un plaisir de célébrer le retour en fanfare du quintet (Chris, Scott, Mike, Bob, Ian), visiblement très en forme, et capable de synthétiser RIOT, STRATOVARIUS et SWEET SAVAGE en cinq minutes à peine. Tout est là, les ingrédients bien dosés, et l’envie décuplée, et ce quatrième album de poser des bases saines en terre old-school.

Bien sûr, tout l’album ne cavalera pas sur ce tempo, et c’est quelque chose qu’on sait pertinemment. Il n’empêche qu’il affiche une santé de fer, et qu’il se montre une fois de plus capable de traduire le langage THIN LIZZY dans un vocable plus léger et contemporain, sans perdre de vue sa philosophie passéiste. On savoure donc la souplesse délicieuse de « Restless », tube comme généralement seuls les suédois savent les trousser, et en deux titres à peine nous voilà happés dans un vortex de joie et de bonne humeur, même si les mélodies gardent cet impact un peu mélancolique. Rien de neuf sous le soleil du passé, mais une envie renouvelée, et surtout, l’assertion du talent d’un groupe qui ne semble jamais manquer d’inspiration. Certes, il est toujours plus facile de composer avec des influences en tête, en essayant de reproduire un son plutôt que d’en créer un, mais le talent collectif des américains permet d’oublier pour quelques instants que la musique se doit d’être audacieuse pour vraiment convaincre. Il est certain qu’un morceau comme « Face To Face » donne le sentiment d’avoir été entendu des dizaines de fois depuis 2010 et l’avènement de la suprématie suédoise, mais les chœurs, les riffs, et l’enthousiasme global font que l’on se moque de la répétition des thèmes d’un groupe à l’autre. D’autant que les HIGH SPIRITS privilégient les formats courts, cherchant l’impact immédiat, spécialement lorsque la Pop s’invite aux agapes du Rock (« Voice In The Wind »). Du binaire qui fait du bien, des guitares qui se tirent la bourre en toute complicité, un chant posé qui ne cherche pas les arabesques, et une ambiance générique nous ramenant à l‘orée des années 80, lorsque la tradition entre le Rock de papa et le Hard du fiston commençait à prendre sa forme définitive (« All Night Long »).

Alors, que dire ? Rejeter l’effort comme quatre-vingt-dix pour cent de la production nostalgique sous prétexte que les idées présentées ne sont que des reformulations habiles d’anciennes pratiques ? Ou apprécier le travail de réhabilitation pour ce qu’il est, à savoir un boulot de passionnés qui n’ont jamais trouvé d’équivalent à cette musique unique qui nous a vus grandir ? Je préfère souvent adopter la seconde option, et un groupe comme HIGH SPIRITS m’encourage dans cette voie de ses mélodies imparables et de sa joie transpirant des mélodies (« Midnight Sun »). De toute façon, ils l’avouent eux-mêmes, ils sont partout, à l’image des profanateurs pointant du doigt les humains en hurlant (« We Are Everywhere/Hard to Stop »), et personne ne peut les arrêter, alors autant les considérer comme des musiciens comme les autres. Hard to Stop ne sera pas l’album du siècle, ni peut-être celui de la semaine, mais il a l’avantage en plein été de nous faire oublier nos tracas.         

   

Titres de l’album:

01. Since You’ve Been Gone

02. Restless

03. Face To Face

04. Hearts Will Burn

05. Voice In The Wind

06. All Night Long

07. Midnight Sun

08. Now I Know

09. We Are Everywhere


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 07/03/2021 à 14:33
80 %    65

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51