Hard to Stop

High Spirits

31/07/2020

High Roller Records

Généralement, la musique c’est comme le cinéma, l’été n’est pas la période la plus propice pour sortir son nouvel album, mieux vaut attendre la rentrée quand les gens sont plus attentifs et moins préoccupés par leur bronzage. Sauf qu’en période de COVID, la logique n’a plus grand-chose à dire, et la rentrée devient une notion plus ou moins floue. Ce qui n’empêche pas la production des mois de juillet d’août d’être un peu pauvre, et le chroniqueur de devoir fouiller sur les sites pour y trouver sa pitance critique quotidienne. Heureusement pour nous, certains dont fi de la logique commerciale et lancent leurs projets en plein mois de juillet, ce qui est le cas des américains de HIGH SPIRITS, dont le quatrième album risque de rendre votre séjour au camping encore plus torride. On connaît bien ces américains, qui font partie des rares nostalgiques à pouvoir défier les suédois sur leur propre terrain, et leur quatrième LP était attendu comme le messie old-school de cette tragique année 2020. Une fois encore soutenus par les esthètes de High Roller, le groupe de Chicago s’est surpassé pour vous faire tripper aux confins de deux décennies, mélangeant avec bonheur l’attitude puriste des seventies, et la souplesse mélodique des eighties. En résulte une nouvelle réussite, qui à l’image des trois premières pioche dans ce que le Rock a fait de mieux pendant vingt ans pour vous faire oublier votre vie un peu morne. Léger flashback, les HIGH SPIRITS sont nés à la fin des années 2000, se présentant comme un groupe à la philosophie claire : « les démos, c’était mieux ! » qui en disait long sur son envie de recycler des idées passéistes à la sauce du nouveau siècle. Et bingo, en trois LPs, les mecs ont réussi à se faire un gros nom sur l’affiche, préparant le terrain pour la horde de suiveurs qui n’ont pas manqué de leur emboîter le pas.

Pour faire simple et clair, Hard to Stop est une nouvelle pépite à ajouter au coffre des trésors vintage, et développe en trente-cinq minutes à peine des arguments que d’autres musiciens peinent à mettre en place sur toute une carrière. Doués, disciplinés, les musiciens composent de véritables chansons et non de simples accumulations de plans classiques à peine remis au goût du jour. Enregistré une fois encore par Chris Black à Chicago et mixé par Dan Swanö au fameux Unisound Studio, Hard to Stop s’ingénie à mériter son titre à chaque tube qu’il refourgue, et nous donne la pêche pour le reste de la journée, en se reposant sur les mêmes recettes que ses grands frères. Une grosse louche de NWOBHM, du THIN LIZZY à peine adapté aux standards modernes, des mélodies persistantes qui restent dans la tête, et une rythmique qui abat le boulot comme notre gouvernent prend les mauvaises décisions, c’est du travail d’orfèvre constellé de tierces, de refrains qu’on reprend main dans la main, et certainement le trip nostalgique le plus effectif du moment. Avec un son rude mais souple, une propension à ne pas gommer les aspérités pour ne pas sonner trop synthétique, ce nouvel épisode de la saga HIGH SPIRITS est évidemment hautement recommandable, et commence même par une véritable déclaration d’intention, et le titre le plus Heavy de la carrière du groupe américain. Cueilli à froid par la violence ouverte de « Since You’ve Been Gone », qui loin d’évoquer LED ZEP suggère plutôt des accointances avec la première vague de Heavy/Speed US, le critique se fera un plaisir de célébrer le retour en fanfare du quintet (Chris, Scott, Mike, Bob, Ian), visiblement très en forme, et capable de synthétiser RIOT, STRATOVARIUS et SWEET SAVAGE en cinq minutes à peine. Tout est là, les ingrédients bien dosés, et l’envie décuplée, et ce quatrième album de poser des bases saines en terre old-school.

Bien sûr, tout l’album ne cavalera pas sur ce tempo, et c’est quelque chose qu’on sait pertinemment. Il n’empêche qu’il affiche une santé de fer, et qu’il se montre une fois de plus capable de traduire le langage THIN LIZZY dans un vocable plus léger et contemporain, sans perdre de vue sa philosophie passéiste. On savoure donc la souplesse délicieuse de « Restless », tube comme généralement seuls les suédois savent les trousser, et en deux titres à peine nous voilà happés dans un vortex de joie et de bonne humeur, même si les mélodies gardent cet impact un peu mélancolique. Rien de neuf sous le soleil du passé, mais une envie renouvelée, et surtout, l’assertion du talent d’un groupe qui ne semble jamais manquer d’inspiration. Certes, il est toujours plus facile de composer avec des influences en tête, en essayant de reproduire un son plutôt que d’en créer un, mais le talent collectif des américains permet d’oublier pour quelques instants que la musique se doit d’être audacieuse pour vraiment convaincre. Il est certain qu’un morceau comme « Face To Face » donne le sentiment d’avoir été entendu des dizaines de fois depuis 2010 et l’avènement de la suprématie suédoise, mais les chœurs, les riffs, et l’enthousiasme global font que l’on se moque de la répétition des thèmes d’un groupe à l’autre. D’autant que les HIGH SPIRITS privilégient les formats courts, cherchant l’impact immédiat, spécialement lorsque la Pop s’invite aux agapes du Rock (« Voice In The Wind »). Du binaire qui fait du bien, des guitares qui se tirent la bourre en toute complicité, un chant posé qui ne cherche pas les arabesques, et une ambiance générique nous ramenant à l‘orée des années 80, lorsque la tradition entre le Rock de papa et le Hard du fiston commençait à prendre sa forme définitive (« All Night Long »).

Alors, que dire ? Rejeter l’effort comme quatre-vingt-dix pour cent de la production nostalgique sous prétexte que les idées présentées ne sont que des reformulations habiles d’anciennes pratiques ? Ou apprécier le travail de réhabilitation pour ce qu’il est, à savoir un boulot de passionnés qui n’ont jamais trouvé d’équivalent à cette musique unique qui nous a vus grandir ? Je préfère souvent adopter la seconde option, et un groupe comme HIGH SPIRITS m’encourage dans cette voie de ses mélodies imparables et de sa joie transpirant des mélodies (« Midnight Sun »). De toute façon, ils l’avouent eux-mêmes, ils sont partout, à l’image des profanateurs pointant du doigt les humains en hurlant (« We Are Everywhere/Hard to Stop »), et personne ne peut les arrêter, alors autant les considérer comme des musiciens comme les autres. Hard to Stop ne sera pas l’album du siècle, ni peut-être celui de la semaine, mais il a l’avantage en plein été de nous faire oublier nos tracas.         

   

Titres de l’album:

01. Since You’ve Been Gone

02. Restless

03. Face To Face

04. Hearts Will Burn

05. Voice In The Wind

06. All Night Long

07. Midnight Sun

08. Now I Know

09. We Are Everywhere


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 07/03/2021 à 14:33
80 %    258

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
fallwarden

Fred :  pourquoi devrait il avoir l'honnêteté de parler de ses convictions politiques ça n'a rien à voir avec le sujet de l'interview. Si ce type était d'extrême gauche, tu lui reprocherais de ne pas en parler?

16/08/2022, 06:43

Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20