Desecrating

Repulsione

09/03/2018

Wooaaargh

Le problème avec les groupes de Grind, c’est qu’on passe souvent plus de temps à lire leur bio qu’à écouter leurs morceaux…Une fois n’est pas coutume, le nouvel effort de ces tarés là est d’une durée raisonnable, et permet d’arriver à la fin de leur interminable histoire, étalée sans complexe sur leur page Facebook. Et en plus, ils en sont fiers les malandrins ! Il faut dire que comme tout bon combo du cru qui se respecte, les carottes étaient cuites d’avance…Formé en 2003, l’ensemble REPULSIONE a donc connu son lot de contretemps, de temps d’adaptation, d’adversité, mais surtout, d’un gros sac de nœud au niveau de son line-up. Ayant débuté leur carrière comme groupe Hardcore lambda, très inspiré par leur scène nationale, les gus ont vite dérivé vers quelque chose d’un tantinet différent, le jour où ils ont définitivement perdu leur guitariste…Et au lieu de s’échiner à retrouver un nouveau tricoteur, les marsouins ont préféré continuer sans, poussant le vice jusqu’à recruter un second bassiste, dont la seule tâche était d’augmenter leur niveau sonore et leur degré de distorsion. Un groupe sans guitariste, dans le Metal, on connaît bien. Les ZEUS, mais aussi SETE STAR SEPT ou WATER TORTURE, mais le cas de figure n’est pas si fréquent dans le Grind. Oui, en même temps, la surprise n’est pas vraiment totale, puisqu’à la manière d’un Colombo, j’ai désigné le coupable dès l’introduction, mais après tout, là n’est pas le propos. Le seul étant de savoir si ces originaires de Bologne jouent du bon ou du mauvais barouf, et impossible de répondre à cette question sans avoir écouté leurs déflagrations. Mais vous devez bien vous douter que si je reste là à vous tenir le crachoir/clavier…

Oui, ne tournons pas autour du pot, les REPULSIONE nous offrent avec Desecrating un excellent opus de bordel et foutoir, puisqu’ils ont quand même choisi de s’en référer aux influences les plus parlantes et analogiques du style, tout en agrémentant leur capharnaüm de quelques passages beaucoup plus calmes, histoire de séduire le chaland trop rapidement effrayé par leur boucan. Alors, on trouve dans leur musique (sic) des références plus ou moins directes aux anciens testaments de  - insérer ici la liste mentionnée sur leur page Facebook, encore plus longue que leur bio - ROT, AGATHOCLES, REPULSION, ANAL CUNT, EXTREME NOISE TERROR, LARM, BRUTAL TRUTH, MALIGNANT TUMOUR, CONCRETE SOX, CODE 13, SIEGE, ou SORE THROAT (je n’ai sélectionné que les plus pertinents), mais aussi un joli résumé de leur parcours chaotique, histoire de ne pas tomber dans la paraphrase éhontée. Mais finalement, ceux-là (Matteo/The Headcrashing Chainsaw - mur du son, Tex - basse salement distordue, Gioele - Batterie pneumatique et Mosh - cris du caniveau) s’en sortent admirablement bien, puisqu’ils ne se contentent pas d’un Grind pur jus, mais bien d’un Hardcore un peu noisy et crado, qu’ils laissent dériver à intervalles réguliers vers le Powerviolence le plus cramé ou le Grind le plus blasté. Alors, on nage en pleine euphorie, évidemment, parce qu’au-delà de leur costume de super-zéros bordéliques, les mecs ont le sens du rythme, mais aussi de l’accroche atypique, malgré une dualité vocale rappelant les plus beaux jours de NASUM, ASSUCK ou NAPALM DEATH. On sent très bien qu’on a affaire à des esthètes et des spécialistes du style de compète, qui en connaissent toutes les combines, et qui ne se limitent pas à une énumération de titres rigolos aux intitulés tout aussi cocasses. Leurs morceaux en sont, et cette double basse vraiment très spéciale n’assume pas non plus les fréquences brouillées de celle popularisé par le gros Shane Embury, mais les rapprocherait plutôt d’une version complètement déjantée et foutrement Powergrind de MORPHINE, l’infâme saxo agonisant en moins. Difficile à croire ? Pourtant, c’est la vérité, à tel point que sous ses atours les plus chafouins, cette musique en est aussi, et nous entraîne dans son délire sans coup férir.

Et une fois n’est pas coutume (encore), on a le sentiment d’écouter un album qui a été murement pensé et composé, et non pas un premier jet répondant aux règles immédiates de l’improvisation entre potes. En témoignent des morceaux vraiment percutants et efficaces, à l’image de ce sinueusement groovyronique « Arbeit Macht Nicht Frei », pour lequel le cogneur en chef Gioele multiplie les pirouettes (une mention spéciale à cette pieuvre qui n’hésite pas à jouer les funambules supersoniques), ou du prenant et déconstruitement progressif « An Infamous Beast », qui s’éloigne méchamment des sentiers repus pour emprunter des chemins de traviole et nous balader de riffs de basse joufflus en soudaines torgnoles de moldus. Mais les exemples sont légion, puisque plus d’un titre joue les prolongations et le concept avoue donc ses ambitions, que ces margoulins ont du mal à faire passer pour un barouf brouillon. On a même parfois le sentiment d’écouter une hybridation bâtarde entre BRUTAL TRUTH, ZEUS et TOTAL FUCKING DESTRUCTION, tant les figures rythmiques sont culottées et justifiées. Bon après, je le reconnais, une détonation initiale comme « The Eternal Darkness Of An Useful Skull » aurait largement eu sa place sur le Endtime de BRUTAL TRUTH ou le Grind Finale de NASUM, mais même lorsque les segments respectent un certain classicisme (« Vomero »), la folie ambiante dégage un tel charme qu’on ne peut s’empêcher de considérer ces italiens comme de sérieux outsiders tout sauf crétins, qui font drôlement bien semblant, mais qui savent jouer, et pas qu’à l’avenant. Et entre de grosses beignes comme ce terrifiant et terrassant « Desecrating », qui vous ratatine les esgourdes de sa double grosse caisse avant de les panser de son break à confesse (mais qui dégénère bien vite en orgie Grind, faut pas déconner), des reprises bien senties et plus que correctes (« Selfish », cover des COMRADES, blitzkrieg en accolade), on trouve toujours de quoi dodeliner de la rondelle en rythme avec les donzelles (« 1985 », presque Thrashcore des années 80, en tout cas on s’y croit bien), et de quoi se finir sur le zinc, avec une grosse bourrade de derrière le comptoir (« Emptiness », le verre est vide mais la coupe est pleine).

Il faut certes du temps pour digérer la bio de ces oiseaux, mais leur Grind à tendance Core et Power vaut salement le temps passé à décrypter. REPULSIONE n’est sans doute pas le nouveau REPULSION transalpin, mais il est surtout beaucoup plus que ça. Une légende en devenir ? Et pourquoi pas ? Après tout, on en a vu décorés pour moins que ça !


Titres de l'album:

  1. The Eternal Darkness Of A Useful Skull
  2. Vomero
  3. Desecrating
  4. Sacrifice
  5. Junkyard Dog
  6. Resistance
  7. An Infamous Beast
  8. Last Man Standing
  9. 1985
  10. Arbeit Macht Nicht Frei
  11. Union
  12. Selfish (Comrades cover)
  13. Maggio Rosso Sangue
  14. Emptiness

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/02/2018 à 18:07
80 %    541

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53

Simony

J'y retrouve les mêmes défauts que les dernières sorties du groupe, titre lambda à la fin duquel tu ne retiens rien ! Au niveau des guitares c'est d'une pauvreté affligeante, indigne d'un groupe de ce niveau, y a pas de riff c'est de la r(...)

16/04/2021, 20:47

Wolf88

Tracklist:1- Intro 2:042- Die erste Levitation 5:073- Zelfkastijder 6:034- Hypnotisch Bevel - De daimonische Mensch 7:325- Zelfbestraffingstendenz en occulte Raadsels 6:106- Vom freien Tode 7:377- Scabreusheden uit hed Tuchtarsenaal 9:26(...)

16/04/2021, 14:07

Wolf88

voir aussi info:Rock'n Load 

16/04/2021, 13:57

RBD

De toute façon avec les moyens avancés par le label pour l'habillage, la production et mixage, le clip, c'est qu'il mise quelque peu sur un succès potentiel.

15/04/2021, 20:26

Jus de cadavre

Tout pareil, je suis encore ce groupe parce que j'aime beaucoup leur coté on "emmerde tout le monde" mais le dernier m'avait beaucoup déçu... et puis sur scène la dernière fois pour moi (un Hellfest) c'était bien pourri (et tr&egr(...)

15/04/2021, 19:51

KaneIsBack

J'ai à la fois hâte et peur, le dernier album en date était franchement mauvais, et la longue période (7 ans, quand même !) entre les deux ne me rassure pas vraiment. Mais c'est ImpNaz, donc j'écouterai ça avec attention quand mê(...)

15/04/2021, 19:14

Humungus

"De plus on parle de groupe 100% masculin tout aussi peu intéressant, si ça c'est pas une preuve !"AH AH AH AH !!! !!! !!!

15/04/2021, 16:23

Simony

Pour ce qui est de la présence de la news si ce n'était pas des femmes, bien sur que l'on en parlerait tout de même, d'ailleurs tu remarqueras que cet aspect (groupe 100% féminin) n'est absolument pas mis en avant et de plus on parle de groupe 100% m(...)

15/04/2021, 15:04