Roots of all Evil

Coventrate

27/03/2019

Autoproduction

(Conversation chez un disquaire de province, circa 1987/1988. Deux amis en goguette traquant la bonne affaire).

« T’as maté le rayon des nouveautés ? »

« Que dalle, pas plus qu’hier ».

(Soudain, le préposé aux commandes s’approche dudit rayon, et y dépose une nouvelle galette).

« Attends, il a mis quoi l’autre ? »

« Mate la pochette bordel ? Ça tue ça non ? »

« C’est quoi ? COVENTRATE ? Connaît pas ce machin, mais ça à l’air d’envoyer le pâté. Mexique, t-shirt OVERKILL, bonnes dégaines, vas-y on écoute ».

(Silence religieux. Le préposé aux commandes s’amuse soudain de leur air interloqué et de leurs cheveux qui commencent à s’envoler)

(Voix qui évidemment couvrent les décibels produits par la musique qui assourdissent le préposé aux commandes, et qui effraient les clients venus se procurer le dernier 45t de Mylène Farmer ou l’album de Michel Sardou)

« Bordel, c’est mieux que TESTAMENT !!! C’est monstrueux, presque autant que SLAYER ta mère sa race !!! »

« Vas-y ça ressemble quand même méchamment à The Legacy non ? »

« Bah justement, c’est plutôt bon signe non ? Tu me files un figolu ? »

Cette conversation n’a évidemment jamais eu lieu, mais elle aurait pu. Elle n’a pu exister puisque les COVENTRATE ne se sont formés qu’en 2014, après avoir sévi deux ans sous pavillon CANNON FODDER, et que nos deux amis imaginaires du jour n’auraient donc pas pu écouter leur second album il y a trente ans. Mais si d’aventure, ce LP avait vu le jour quelques décennies auparavant, j’aurais pu avoir cet échange avec un ami thrasheur de l’époque, certainement aussi séduit que moi par cette énergie dantesque et cette créativité dans la nostalgie. Autant jouer la franchise, après plus de dix ans passés à soutenir la cause old-school, j’ai besoin de temps en temps de savoir pourquoi je continue ce combat, et des œuvres de la trempe de Roots of all Evil sont justement le carburant de l’âme et des oreilles qu’il me faut. Ces cinq originaires de Monterrey, Mexique, après un prometteur Cannon Fodder en 2015 confirment donc tout le bien que l’underground commençait à penser d’eux, et se hissent au niveau des plus grands héros de la vague vintage, en moins de quarante minutes, neuf morceaux, mais une intensité à faire pâlir les cadors des années 80. Et ma comparaison avec le TESTAMENT de The Legacy était tout sauf fortuite, puisqu’on retrouve au menu de ce second chapitre les mêmes éléments bénéfiques/maléfiques, ces rythmiques au cordeau, ces soli au biseau, ces riffs au marteau et cette voix volubile, virile comme celle de Chuck dans les graves, et joliment hystérique et lyrique dans les aigus comme David Wayne. Mais avec un hymne en introduction de l’envergure de « Thrashing of the People », nous étions prévenus, et de la meilleure des façons. Ce quintette (Milton "Messiah" Helaman - batterie, Pedro "Peter" King - lead, Leo "Yujiro" Uvalle - basse, Ramon "Waste" Fraustro - rythmique et Michael X "La Metralladora Estilson" - chant) n’est pas revenu pour jouer les seconds rôles ou amuser la galerie, mais bien pour nous faire remuer de la perruque jusqu’au bout de la nuit.

Mais diantre, mais fichtre, plus nourrissant que douze douzaines d’huîtres, plus décoiffant qu’une tempête au levant, plus épais qu’un glaviot en été, Roots of all Evil est une véritable déclaration d’intention mise en musique, et certainement l’un des plus beaux hommages à la vague Speed/Thrash US des glorieuses eighties. En citant quelques influences possibles et variées (RIOT DISASTER, SLAYER, SARGENT, GRINDHOLE, MUNICIPAL WASTE DESTRUCTION, JUDAS PRIEST, MISFITS, DANZIG, URIAH HEEP, VENOM, DARKTHRONE), les mexicains ne balisent pas trop le terrain, eux justement qui peuvent tout autant se réclamer de la mouvance Speed allemande que de l’offrande purement Thrash américaine et gourmande, et qui sont capables d’alterner le meilleur et le meilleur, singeant les DESTRUCTION en leur damant le pion (« Speed Metal Command », au même niveau que « Mad Butcher » ou « Eternal Ban », avec la folie des LIVING DEATH en plus, ça en dit long…), ou imitant les METAL CHURCH en boostant leur puissance d’une aisance à la DEATH ANGEL. Les meilleures références vous viendront à l’esprit en vous cramant les tympans sur cette déflagration de printemps, et même si trente-huit minutes restent un timing tout à fait raisonnable, aucune faute de goût à déplorer sur cette démonstration de style. Deux guitaristes qui ne s’en laissent pas riffer, une section rythmique ajustée et excitée, et un chanteur capable de s’adapter à tous les registres, tapant dans le Heavy pour mieux s’envoler en opératique, mixant le Rob, le Chuck, le James, le Tom, le Paul et le David pour nous bloquer le marteau et l’enclume dans un inextricable nœud de vocalises damnées, tel est le constat des forces en présence, et ce second LP n’en manque pas, bien au contraire. Il pourrait d’ailleurs en refiler à deux ou trois confrères moins inspirés qui pensent encore qu’un bon break mosh suffit à satisfaire les plus affamés.

Et après avoir goulument avalé ces neuf morceaux d’un trait, pour mieux les re-déguster, j’ai franchement du mal à faire mon choix dans ce panier plus que garni, au moment de désigner les plus frais. « The Dictator » mélange le mid et l’up tempo, balance des chœurs à gogo, « Maskarade » se la joue plus contemporain mais abuse des sifflantes comme la loco d’un train, « Brainless Consumer » ne fait pas de quartier en associant la rythmique speed et le chant presque Death, alors que le final homérique « Roots of all Evil » reprend à son compte le meilleur des années 80 pour mieux supporter le nouveau siècle. Le genre d’album sur lequel tous les thrasheurs de 1987/1988 se seraient jetés sans le regretter, et qui aurait sans doute déclenché des conversations passionnées au lycée pendant la récré. COVENTRATE vient donc de sortir un gros pavé, qui nous renvoie au plaisir de l’adolescence, repensant à ces heures passées chez le disquaire du quartier, à attendre que le préposé aux commandes se décide à nous rassasier.

   

Titres de l’album :

                           1.Thrashing of the People

                           2.Apocriphal Dream

                           3.M.O.A.B (Mother of all Bombs)

                           4.The Dictator

                           5.Maskarade

                           6.Brainless Consumer

                           7.Speed Metal Command

                           8.Distopic Paradise

                           9.Roots of all Evil

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/06/2019 à 16:59
90 %    262

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Buck Dancer
@79.87.138.218
20/06/2019, 21:36:13
Avec une pochette comme ça, ça ne pouvait venir que de ce coin là du globe ! La musique sympa mais pas pour moi ce trip old-school, par contre je veux bien un figolu aussi.

Simony
membre enregistré
20/06/2019, 22:02:44
"Tu me files un figolu", j'imagine le groupe qui met ça dans Google Traduction pour savoir qu'est-ce que peut bien raconter mortne2001 sur leur album...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17