Une fois de plus, pas grand-chose à se mettre sous la dent pour obtenir plus d’informations sur un groupe dont seule la page Facebook indique l’existence. Pourtant, les points forts du combo en question auraient appelé un peu plus de développement, tant leurs qualités individuelles et collectives méritent amplement une mise en avant. Nous en venant de Maryborough, Hervey Bay en Australie, les THE BRUTAL AFTERMATH se proposent d’incarner une certaine vision d’un Thrash progressif empruntant tout autant aux références usuelles qu’à leurs extensions plus actuelles, histoire de nous démontrer que le style a encore pas mal de choses à dire. Formé en 2010, ce quatuor (Adam Jasch - basse/chant, Brett Kernke - batterie, Quand Lee - guitare et Simon Smith - guitare/chant) a donc patiemment préparé son grand soir pour débarquer sur la scène nationale armé d’un LP en bonne et due forme, qui joue même l’ambition en affichant une durée plus que (dé)raisonnable d’une heure bien tapée. Huit morceaux pour soixante minutes de musique, le pari est risqué, mais globalement relevé. En choisissant d’incarner une sorte de raccourci assez futé entre les séminales 80’s et les ambivalentes 90’s, les australiens ont fait le choix de la dualité classicisme/modernité, sans tomber dans les travers d’une production trop compressée et aseptisée. Lâchant quelques influences évidentes et variées sur leur page officielle (METALLICA, TRIVIUM, IRON MAIDEN, DEVIL DRIVER, LAMB OF GOD, NIRVANA, BLACK SABBATH, MACHINE HEAD, OPETH), ces jeunes musiciens ont joué la carte de la sureté, histoire de ne pas baliser un terrain trop restreint. Et à l’écoute des huit bombes de ce TBA, on comprend assez facilement qu’ils ont phagocyté le jeu de leurs glorieux ancêtres pour en restituer une version très personnelle, à cheval entre un Power Metal vraiment convaincant, un Thrash méchamment mordant, mais aussi un Heavy particulièrement séduisant, refusant de fait les facilités bombastic d’un genre qui se contente souvent d’effleurer la surface sans chercher à creuser.

Certes, et c’est une évidence, ce premier LP n’est pas exempt de défauts, y compris en termes de production, encore un peu balbutiante sur certaines fréquences (les guitares semblent un peu bridées, et la caisse claire se rapproche un peu du son si chéri par un Lars Ulrich pas vraiment béni). Musicalement, si les structures sont ambitieuses, elles semblent parfois perdre un peu le nord à force d’accumuler les plans qui n’ont pas vraiment de logique entre eux, comme si toutes les idées avaient été jetées pêle-mêle dans la bataille. Mais il faut dire qu’avec deux titres qui dépassent allègrement les dix minutes, il y avait de quoi s’inquiéter, même si ces deux segments constituent une acmé très crédible. Deux pistes uniquement sous la barre des cinq minutes, pour un véritable festival de riffs, d’arpèges, d’accélérations, de compressions, et d’instants de compassion, tel est le menu de ce premier effort sorti à compte d’auteur, qui a quand même de quoi en remontrer à bien des ténors. On tombe facilement sous le charme de certaines charnières, comme cet enchaînement diabolique entre « What Is Left To Conqueer… » et « …When There’s Nothing Left To Kill », qui tombe pile au-delà du quart d’heure de jeu, mais qui se propose de résumer l’affaire Thrash en quelques directions fort bien choisies. Si le chant pourra sembler un peu fluet au regard des standards habituels, il offre une souplesse que des grognements et autres hurlements auraient empêchés, et s’accorde parfaitement d’une bande son ambivalente et toute en dualité, qui oppose constamment la force à la mélodie, histoire de ne pas sombrer dans le vintage passe-partout. Beaucoup plus crédible et culotté qu’un énième travail old-school stérile, TBA parvient donc dans ses moments les plus homériques à nous persuader du bien-fondé de sa démarche, et effleure l’esprit du SUICIDAL le plus métallique pour l’incarner dans une version reliftée d’un MORTAL SIN expurgé de ses velléités les plus véhémentes. En traitant du cas des pistes les plus évolutives et progressives, il est impossible de passer sous silence la magie qui opère lors des quasi douze minutes du foudroyant « Inception », qui rappelle de son agencement le film éponyme de Christopher Nolan, proposant des décors en trompe l’œil, des voix multiples nous perdant dans des réalités parallèles, pour finalement dresser un tableau onirique d’un extrême qui refuse de se voir cantonné dans son rôle restrictif.

Aussi nuancé qu’un LP de METAL CHURCH, aussi puissant qu’un jet de fiel des TRIVIUM, ce TBA est donc une surprise délicieuse, qui nous éloigne enfin des turpitudes prévisibles de la scène vintage mondiale. Aussi Heavy qu’il n’est Thrash, ce Crossover pioche même dans l’héritage Hardcore de quoi alimenter son bestiaire, et nous convainc de ses chœurs revanchards superposés à des harmonies fatales. Si la section rythmique est mise à contribution sans discontinuer, le travail vocal est lui aussi remarquable, au moins autant que le rendement de guitares qui s’échinent à piocher les riffs les moins éculés pour mieux nous transpercer de saccades impitoyables. Sans atteindre (et là n’est pas le but) le niveau d’un WATCHTOWER, ou d’un SIEGES EVEN, les THE BRUTAL AFTERMATH démontrent que leurs capacités techniques et leur habilité créative leur permettent de tenir la dragée haute aux influences usuelles, même si quelques épisodes auraient gagné à être plus synthétisés. 

Mais c’est toujours avec sincérité que les australiens s’aventurent en terrain mélodique, même si parfois la mise en place semble un peu erratique (« The Raping of Your Right », qui ose quand même une soudaine violence que l’on n’a pas forcément vue venir). Pas encore assez peaufiné pour s’imposer réellement, ce LP n’en est pas moins digne d’intérêt, et sans vraiment nous prendre à la gorge de bout en bout, maintient notre attention en variant les climats, se perdant parfois dans les limbes d’un Heavy-Thrash résolument moderne et féroce (« Dictator », le plus bourrin du lot, mais qui fait du bien). Le trip se termine même sur un ultime exutoire, via le lapidaire « Gotham », qui nous recréé le décorum des DC Comics, optant pour une diversité de tempi (allant même jusqu’aux blasts) et une imbrication de plans terriblement performants. Sombre mais éclairé, dense mais aéré, ce premier album est donc une bonne carte à jouer pour nos amis australiens, qui se pavent un chemin doré que l’avenir leur permettra sans doute de fouler. Et ils ont fait des efforts pour nous offrir un monde beaucoup moins prévisible que celui développé par la scène actuelle, même si leurs décors font encore un peu trop carton-pâte pour nous embarquer. On exigera pour la suite plus de concision, et une expurgation des idées les moins indispensables.


Titres de l'album:

  1. Rising
  2. Fixxxed Again
  3. What Is Left to Conquer...
  4. ...When There's Nothing Left to Kill
  5. Inception
  6. The Raping of Your Rights
  7. Dictator
  8. Gotham

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/05/2018 à 14:38
78 %    293

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.