Schöpfungswut

Porta Nigra

17/01/2020

Soulseller Records

La Garde meurt mais ne se rend pas. Nul ne saura jamais si Pierre Cambronne a effectivement accompagné cette fameuse tirade de son légendaire « Merde ! », désormais passé dans le langage courant. Mais le mystère qui entoure cet épisode de l’histoire rend l’anecdote encore plus fascinante…La garde d’accord, elle meurt, l’arrière-garde elle, reste solide et attend son tour. Mais qu’en est-il de l’avant-garde, celle qui est exposée sous les coups et essuie les plâtres alors que le reste de l’armée attend sagement derrière ? En termes artistiques, l’avant-garde expérimente, essaie, prend tous les risques tandis que les autres continuent tranquillement leur chemin, sans trop s’en écarter de peur de faire fuir. La prise de risques est-elle toujours valable en termes de reconnaissance ? Artistiquement parlant oui, commercialement non. Les artistes les plus expérimentaux sont rarement ceux qui ont connu les fins de mois les plus faciles, mais ils se sont enrichis d’une réputation presque immaculée. Dès lors, se pose l’éternelle problématique. Comment reconnaître un artiste avant-gardiste, les signes sont-ils évidents, et surtout, une fois identifié ponctuellement, le reste-t-il toute sa vie ? Après tout, même les SONIC YOUTH, même EINSTURZENDE NEUBAUTEN ont fini par s’adoucir, et se plier à un sens plus aigu de la communication. Alors étendons la question. Si un premier album porte les stigmates, si le second panse les plaies mais s’en occasionne quelques autres, moins profondes, et si un troisième n’arbore plus que des cicatrices superficielles, comment juger de l’appartenance à un mouvement aux contours assez flous ? Cette légitime question s’applique aujourd’hui concrètement aux allemands de PORTA NEGRA. Sont-ils encore les expérimentateurs que l’on a connus en 2012 ? Quelque part oui, mais ailleurs, et sur la quasi-totalité de la surface, non.

Qu’il semble loin le temps de Fin de Siècle, alors que seulement sept ans et un album séparent les deux chapitres de l’histoire. Fini ce chant si particulier, fini cette bande instrumentale instable, irritante, fini cette errance sur les chemins de l’aventure, aujourd’hui, les originaires de Koblenz s’achètent une conduite, et sonnent plus consensuels. Attention, pas forcément abordables pour le fan de BM lambda, mais moins abrupt, plus discernable et osons le terme, « compréhensible ». Dans les faits, Schöpfungswut (La Rage de la Création) est indéniablement l’album le moins « complexe » de la saga du trio allemand, toujours aussi précieux, mais moins abscons. O (batterie, chant) et Gilles de Rais (guitare, basse, composition et écriture) sont aujourd’hui accompagnés de Tongue (AVE MARIA, CHAOS INVOCATION, CRESCENT) dont le chant est moins pernicieux, moins vicieux, moins emphatique mais pas moins roublard. La musique, elle aussi, a subi une mutation. Elle accepte plus volontiers le classicisme, mais garde le narcissisme, composante indispensable de la création pour le pivot de tête. On sent le souffle du changement et du nivellement dès « Die Kosmiker », qui ne présente plus les sinuosités virtuoses d’avant, et qui semble parfaitement se satisfaire d’une charge traditionnelle, sevrée de blasts et de guitares en vibrato diabolique. Entendons-nous bien, si ce premier morceau porte le sceau de la seconde vague BM que nous connaissons tous, il ne s’en affilie pas totalement. Le chant, plus écorché et linéaire se permet quand même quelques divagations, et le monolithisme de l’ensemble à quelque chose d’hypnotisant dans la forme. Respectant son crédo, le groupe n’a pas abandonné sa passion pour les morceaux longs, très longs, et ne s’inscrit toujours pas dans une démarche normative. Sa singularité est toujours présente, malgré une guitare formelle et une batterie ne l’étant pas moins, disons qu’elle s’articule différemment, autour de cette dualité vocale toujours aussi particulière, presque séduisante de ses mélodies, mais réellement malsaine de son but.

Il est tout à fait possible de regretter l’ancien PORTA NEGRA, puisque les vrais groupes avant-gardistes sont rares. Je veux bien sûr parler des vrais groupes avant-gardistes, avec une vraie démarche, un dessein, et les moyens de le mettre en forme. Il est donc tout à fait possible de ne pas se laisser convaincre par ces morceaux beaucoup plus simples dans le fond, mais complexes dans l’intention. On pense parfois à une mouture du MAYHEM légendaire revue et corrigée au prisme des UNEXPECT canadiens, spécialement sur le monstrueux      « Das Rad Des Ixion ». Mais cette linéarité d’apparence cache une réelle recherche de contexte, particulièrement lorsque les blasts stoppent enfin leur course pour laisser un riff dissonant occuper le premier plan. Mais il semblerait qu’en 2020, les allemands se sentent plus concernés par l’ambiance que par le moyen de l’instaurer. Et c’est sans doute pour cette raison que les titres semblent plus conventionnels qu’avant, alors même qu’ils sont toujours aussi étranges. Etranges, car presque pernicieux, constellés d’idées anticonformistes, et pourtant si concrets. Presque aucune coupure ne vient ralentir l’avancée de la progression, et « Die Augen Des Basilisken » de continuer son travail de sape, avec toujours en exergue ces riffs purement BM soutenus par une schizophrénie vocale inquiétante et roublarde. C’est effectivement déstabilisant en termes d’impact immédiat, mais à contrario de ses deux aînés Schöpfungswut ne fonctionne pas sur l’effet choc et instantané. Il s’apprécie sur le long terme, se révèle sur de nombreuses écoutes, et déverse ses richesses via un effort de patience. A ce titre, il pourrait être le plus ambitieux des efforts avant-gardistes d’un Black traditionnel, ou le plus traditionnel des albums d’avant-garde. La dualité n’est pas inintéressante et la musique dense, épaisse, presque digne d’une tragédie.

Le groupe semble ne jamais dévier de sa ligne de conduite, même en lâchant comme épilogue plus de dix-sept minutes en deux morceaux. Les plus exigeants se rabattront sur les parties vocales, méprisant les riffs concentriques. Les moins complaisants argueront du statisme d’une rythmique qui n’ose pas. Mais les plus curieux se diront que ce BM formel ne l’est pas vraiment, et que l’expérimentation, même en ayant changé de camp est toujours présente. Comme si les PORTA NEGRA avaient relevé le défi d’un album plus « normal », ce qui est pour eux le comble de l’expérimentation. J’entends déjà les colériques « merde ! » prononcés après écoute de Schöpfungswut. Ils n’auront rien de mystérieux, et le groupe les aura bien cherchés. Mais ça n’est pas parce qu’on pense comprendre quelque chose que son explication en est rendue plus facile. Ou qu’on a trouvé la bonne.                 


Titres de l’album :

                           01. Die Kosmiker

                           02. Das Rad Des Ixion

                           03. Die Augen Des Basilisken

                           04. Die Entweihung Von Freya

                           05. Unser Weg Nach Elysium

                           06. Schöpfungswut

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/05/2020 à 18:28
80 %    309

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07