Rise of the Beast

Bestiality Business

15/12/2016

Soundage Productions

Bon parfois, pas la peine de traquer les détails, de dénicher des indices, les pochettes et les noms de groupes sont suffisamment explicites pour qu’on pige du premier coup.

Ainsi, avec les russes de BESTIALITY BUSINESS, pas de grosse tromperie sur la marchandise, on s’attend à du bon gros Brutal Death des familles, et on se retrouve avec un Death à tendance Grind assez épais, et donc, la logique étant respectée, tout le monde est content et on peut y aller.

Quinette d’Ufa (Snike - guitares/chœurs, Immortal – lead, Beast – chant, Blasthate – batterie et Rakoth – basse), créé en 2011, les BB ont donc pris leur temps pour accoucher de leur première œuvre, qui prend donc les traits d’une abominable grosse bestiole cornue qui dézingue tout sur son passage. Sacrée cover cela dit en passant, au trait aguicheur et aux tons vert pale séducteurs, et d’ailleurs, un poil plus fine que la musique qu’elle dissimule.

De ce côté-là, rien à craindre, le Death est roi, et rien que le Death, ce qui fait de Rise of the Beast la énième sortie de l’année 2016 dans le créneau.

Photos promo en compagnie de molosses, mines patibulaires de colosses, pseudos à l’avenant, on sent que les mecs ne sont pas là pour plaisanter. En effet, ils ne badinent pas avec l’amour, mais tronçonnent un gros Death tout ce qu’il y a de plus balourd, qui rappelle les DISMEMBER, SUFFOCATION en moins technique et bourrin, et mille autres références entre 1990 et demain.

Aucun désir de s’émanciper des règles, juste de proposer une musique efficace et violente, qui toutefois ne dénigre pas offrir quelques riffs plus accrocheurs que la moyenne.

Belle ambiance délétère, atmosphères parfois putrides, le contexte est travaillé, et le rendu assez pointu. On pense d’ailleurs parfois aux origines du genre (« Grave Water »), même s’il est difficile de dater les influences de ces barbares.

Evidemment, on subit une rythmique à la double grosse caisse triggée à outrance, ce qui rend les passages les plus rapides assez indigestes, mais c’est une figure imposée alors autant l’accepter.

D’autant plus que lorsque les gaillards ralentissent le tempo, ils versent dans le Death bien costaud, et nous jettent même en pâture quelques thèmes sans usure (« Doomsday »).

Ardu de disserter sur une musique qui est produite pour être ressentie et non expliquée…Signalons tout de même une plutôt bonne production, qui évidemment exagère les graves mais rend hommage aux médiums, et qui sait mixer le chant pour ne pas le placer trop en avant.

Précisons aussi que le chemin choisi par les amis de l’est emprunte les sinuosités d’un Death US matiné de rugosité suédoise glaciale (« Knock on Your Door », avec un solo plus MORBID ANGEL que nature), que les textes semblent se vouloir un poil provocants et violents (« My Lovely Axe », « Vagabonds Mass Execution »), que parfois la basse semble pouvoir se faire une place au soleil de la morgue (« My Lovely Axe », un des meilleurs découpages du lot), que le quintette ne laisse jamais traîner les choses plus de quatre minutes et quelques (le final « Outro », qui en est effectivement une avec son Dark Ambient grouillant qui fait trembler les pansements sur les plaies encore béantes), et que nous avons même droit à un tube de l’impossible, qui lacère un riff bien charnu pour mieux le découper de syncopes pointues (« Vagabonds Mass Execution », avec toujours cette basse qui claque et virevolte).

Quelques exigences tirant sur un Thrash Death assez clair (« I Want »), et je pense le bilan exhaustif dans un registre de Death sanglant et rampant.

Mais vous le savez comme moi, il vous faudra écouter Rise of the Beast pour vous faire votre propre idée, et envisager les dangers encourus à observer cette grosse bête se réveiller.

Mais en substance, ce premier album des russes de BESTIALITY BUSINESS n’est pas désagréable pour occuper une petite demi-heure bancale, sans pour autant bousculer l’ordre Death bestial bien établi.

Un LP qu’on écoute et puis qu’on oublie, et qu’on remet un jour d’ennui parce qu’on a oublié de quoi il s’agissait.

 On demandera un peu plus de témérité la prochaine fois, sous peine de continuer l’édification d’une discographie anonyme.


Titres de l'album:

  1. Infant-Devil's Incarnate
  2. I Want
  3. Doomsday
  4. Grave Water
  5. Knock on Your Door
  6. My Lovely Axe
  7. Hungry Death
  8. Vagabonds Mass Execution
  9. Outro

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/03/2017 à 12:26
65 %    673

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35