Bon parfois, pas la peine de traquer les détails, de dénicher des indices, les pochettes et les noms de groupes sont suffisamment explicites pour qu’on pige du premier coup.

Ainsi, avec les russes de BESTIALITY BUSINESS, pas de grosse tromperie sur la marchandise, on s’attend à du bon gros Brutal Death des familles, et on se retrouve avec un Death à tendance Grind assez épais, et donc, la logique étant respectée, tout le monde est content et on peut y aller.

Quinette d’Ufa (Snike - guitares/chœurs, Immortal – lead, Beast – chant, Blasthate – batterie et Rakoth – basse), créé en 2011, les BB ont donc pris leur temps pour accoucher de leur première œuvre, qui prend donc les traits d’une abominable grosse bestiole cornue qui dézingue tout sur son passage. Sacrée cover cela dit en passant, au trait aguicheur et aux tons vert pale séducteurs, et d’ailleurs, un poil plus fine que la musique qu’elle dissimule.

De ce côté-là, rien à craindre, le Death est roi, et rien que le Death, ce qui fait de Rise of the Beast la énième sortie de l’année 2016 dans le créneau.

Photos promo en compagnie de molosses, mines patibulaires de colosses, pseudos à l’avenant, on sent que les mecs ne sont pas là pour plaisanter. En effet, ils ne badinent pas avec l’amour, mais tronçonnent un gros Death tout ce qu’il y a de plus balourd, qui rappelle les DISMEMBER, SUFFOCATION en moins technique et bourrin, et mille autres références entre 1990 et demain.

Aucun désir de s’émanciper des règles, juste de proposer une musique efficace et violente, qui toutefois ne dénigre pas offrir quelques riffs plus accrocheurs que la moyenne.

Belle ambiance délétère, atmosphères parfois putrides, le contexte est travaillé, et le rendu assez pointu. On pense d’ailleurs parfois aux origines du genre (« Grave Water »), même s’il est difficile de dater les influences de ces barbares.

Evidemment, on subit une rythmique à la double grosse caisse triggée à outrance, ce qui rend les passages les plus rapides assez indigestes, mais c’est une figure imposée alors autant l’accepter.

D’autant plus que lorsque les gaillards ralentissent le tempo, ils versent dans le Death bien costaud, et nous jettent même en pâture quelques thèmes sans usure (« Doomsday »).

Ardu de disserter sur une musique qui est produite pour être ressentie et non expliquée…Signalons tout de même une plutôt bonne production, qui évidemment exagère les graves mais rend hommage aux médiums, et qui sait mixer le chant pour ne pas le placer trop en avant.

Précisons aussi que le chemin choisi par les amis de l’est emprunte les sinuosités d’un Death US matiné de rugosité suédoise glaciale (« Knock on Your Door », avec un solo plus MORBID ANGEL que nature), que les textes semblent se vouloir un poil provocants et violents (« My Lovely Axe », « Vagabonds Mass Execution »), que parfois la basse semble pouvoir se faire une place au soleil de la morgue (« My Lovely Axe », un des meilleurs découpages du lot), que le quintette ne laisse jamais traîner les choses plus de quatre minutes et quelques (le final « Outro », qui en est effectivement une avec son Dark Ambient grouillant qui fait trembler les pansements sur les plaies encore béantes), et que nous avons même droit à un tube de l’impossible, qui lacère un riff bien charnu pour mieux le découper de syncopes pointues (« Vagabonds Mass Execution », avec toujours cette basse qui claque et virevolte).

Quelques exigences tirant sur un Thrash Death assez clair (« I Want »), et je pense le bilan exhaustif dans un registre de Death sanglant et rampant.

Mais vous le savez comme moi, il vous faudra écouter Rise of the Beast pour vous faire votre propre idée, et envisager les dangers encourus à observer cette grosse bête se réveiller.

Mais en substance, ce premier album des russes de BESTIALITY BUSINESS n’est pas désagréable pour occuper une petite demi-heure bancale, sans pour autant bousculer l’ordre Death bestial bien établi.

Un LP qu’on écoute et puis qu’on oublie, et qu’on remet un jour d’ennui parce qu’on a oublié de quoi il s’agissait.

 On demandera un peu plus de témérité la prochaine fois, sous peine de continuer l’édification d’une discographie anonyme.


Titres de l'album:

  1. Infant-Devil's Incarnate
  2. I Want
  3. Doomsday
  4. Grave Water
  5. Knock on Your Door
  6. My Lovely Axe
  7. Hungry Death
  8. Vagabonds Mass Execution
  9. Outro

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/03/2017 à 12:26
65 %    223

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !