Death Metal ? Black Metal ? Les deux ? Si telle est votre inclinaison, je ne saurais que trop vous conseiller de jeter vos deux oreilles sur le premier longue-durée du projet LIGHT DWELLER, qui justement, se situe en convergence des deux genres, tout en échappant à leurs contraintes. Projet plus que groupe, puisqu’on ne trouve qu’un seul musicien au casting de cette nouvelle entité maléfique, le très discipliné mais légèrement sociopathe Cameron Boesch, qui depuis presque deux ans s’évertue à brouiller les pistes en combinant capacités techniques palpables et nihilisme artistique total. C’est donc dans le flou le plus complet que nous accueillons cette première réalisation, qui fait toutefois suite à un premier EP à compte d’auteur lui aussi, paru l’année dernière, Nullity of Light. De son titre, ce premier format court dispensait quelques leçons de brutalité musicale sous couvert d’une union pas si contre nature que ça des tendances les plus extrêmes, et autant dire que Incandescent Crucifix ne fait pas grand-chose pour amadouer le chaland, en accentuant les aspects les plus rebutants et bruyants de l’affaire. Calé au chaud sous le label confortable mais imprécis du Blackened Death Metal, LIGHT DWELLER est une entité uniforme qui propose des idées protéiformes, et qui de fait, s’exclue de toute case un peu trop répartitive. Si la bio du sieur Boesch est assez sommaire sur ses pages officielles (tout au plus confesse-t-il des penchants pour le pessimisme et les psychoses), on apprend en fouillant un peu qu’il officie en parallèle au sein de plusieurs ensembles, dont ABHORRATION (Brutal Death) et NULLINGROOTS (Post BM/Shoegaze), ce qui finalement en dit plus long sur ses aspirations multiples qui trouvent ici un point de convergence relativement intrigant. D’une cruauté assez admirable, Incandescent Crucifix n’est rien de moins qu’un gigantesque chaudron de Santeria débordant d’ingrédients tous plus dégoulinants et repoussants les uns que les autres, qu’un magicien parvient à amalgamer en une sorte de brouet à base de riffs purement Death, d’un chant typiquement Black, et d’une technique instrumentale se rapprochant des sorciers de MESHUGGAH.

Etonnant ? Oui, c’est le moins qu’on puisse dire, mais surtout, incroyablement viable et épais en oreilles. S’avouant proche de groupes comme ARTIFICIAL BRAIN ou DARK FUNERAL, ce sont surtout les références DEATHSPELL OMEGA et INCANTATION qui frappent le plus la conscience, puisque LIGHT DWELLER se situe à équidistance des deux, adoptant la complexité inextricable des premiers et la profondeur de gravité des seconds. En agitant bien, tout ça nous donne un Death très technique, aux changements de rythmes et de motifs fréquents, accentué d’un chant partagé entre écorchement et exploration de glotte, pour une combinaison fatale qui ne laisse pas de bois. D’ailleurs, ce premier LP en envoie pas mal, malgré sa brièveté (sous la demi-heure, mais bizarrement ça ne choque pas plus que ça), et nous assomme de sa succession de riffs tous plus sombres et complexes les uns que les autres, qu’une rythmique à l’abattage phénoménal soutient de ses triples croches affolées. Se promenant dans les arcanes de l’extrême, Cameron en profite pour en décrire les moindres recoins les moins recommandables, et taquine le Doom, le BM, le Sludge parfois, et évidemment le Death le plus crucial et impitoyable, pour donner à son travail un aspect encore plus compact, qui pourra éprouver les nerfs des plus sensibles d’entre vous. Au demeurant, aucune démonstration à craindre, mais des capacités de composition assez notables, et une succession de morceaux, qui s’ils partagent un fil rouge, n’en oublient pas moins les variations pour ne pas se montrer trop linéaires.

Et si certains se montreront méfiants à l’égard du label « one-man-band » qui cache souvent un excès de complaisance et des enregistrements at home ne valant guère mieux qu’une démo, soyez rassurés. La production, très diffuse et un peu sourde vous garantit un confort d’écoute professionnel, et le talent du bonhomme vous assure une trame générique que les grandes références pourraient lui envier. Certes, « Glum », en tant qu’entame pose les jalons et trace les grandes lignes, abusant de dissonances d’intro et de polyrythmie complexe, singeant les meilleurs tics des DEATHSPELL OMEGA pour les transcrire dans un vocabulaire commun aux SUFFOCATION et VOÏVOD, sans copier l’un ou l’autre, inimitables de toute façon. Mais on se prend de passion pour ce Death très affiné qui ne rechigne pas à se montrer aussi laid qu’un album de BM des années 90/2000, lorsque les BLUT AUS NORD, DODECAHEDRON et autres défenseurs de la cause expérimentale l’ont définitivement fait passer du côté obscur. Mais il n’est pas non plus interdit de ressentir des secousses du GORGUTS d’Obscura, eut égard à cet empilement de parties enchevêtrées, même si émotionnellement, LIGHT DWELLER reste bien plus appréhendable. Mais en forçant sa guitare à adopter les postures les plus biscornues, en les enfonçant dans le marigot d’une gravité excessive, et en glaçant sa voix d’un nappage scandinave, Cameron Boesch parvient à générer des images nouvelles, qui décrivent avec âpreté un voyage compliqué dans les tréfonds de la brutalité. Jamais simple, sa musique reste pourtant pénétrante, et si « Incandescent Crucifix » ne fait rien pour arranger les choses au point de suggérer des parties disparates assemblées à la hâte, les basculements soudains vers la lourdeur, les breaks rythmiques qui semblent joués par des pieuvres à dix tentacules, les ambiances très élaborées nous hypnotisent au point de nous faire perdre la notion du temps (car l’homme impose cinq idées à la seconde), et de l’espace, tant les frontières de genre s’effacent au profit d’un chaos ininterrompu.

On encaisse, et quelques licks plus foncièrement classiques comme ceux du diabolique « Dissociative Panopticon » nous permettent de reprendre notre souffle pour un court instant, avant que des blasts BM ne nous balayent la cervelle une fois de plus. Démonstratif dans le fond, ce qui est indéniable, mais efficace dans la forme, Incandescent Crucifix place la tension et l’oppression comme vertus cardinales, et nous bouscule, nous choque, nous perturbe et nous intrigue de ses écrasements inopinés, de ses crescendos bien amenés, de ses mélodies amères en dissonances abusées, et finit par s’imposer comme œuvre majeure de cette année 2019, malgré le caractère singulier de ses prises de position. Et sans vouloir vous dévoiler tous les atours d’un album qui mérite d’être découvert par soi-même, je vous persuade que son intensité ne se dément pas, et que la continuité des riffs vous embaumera le cœur dans un linceul de tonalités caverneuses. Un disque qui ne fait pas vraiment de bien à l’âme (l’intro de « Ignoramus Resurrect » donne clairement envie de mettre fin à ses jours un dimanche de pluie), mais qui représente un exutoire crédible à la linéarité ambiante des travaux trop avant-gardistes pour enthousiasmer, et des pathétiques tentatives de raviver une flamme qui ne s’est jamais éteinte.     


Titres de l'album :

                        01. Glum

                        02. Incandescent Crucifix

                        03. Dissociative Panopticon

                        04. Aphotic MonolithCradel

                        05. Cradel

                        06. Sloven

                        07. Ignoramus Resurrect

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 28/03/2019 à 16:34
90 %    147

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Do'DK
@176.166.253.187
25/04/2019 à 06:27:22
Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.

Ajouter un commentaire


Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.