Negative Evocation Rites

The Funeral Orchestra

30/06/2020

Nuclear War Now! Productions

En ce moment, peu de gens voient la vie du bon côté. Confinement, isolement, peur de l’extérieur, absence de perspectives réjouissantes, avenir qui se dessine aux contours d’un réchauffement climatique annonçant des catastrophes à répétition, pouvoir d’achat, maladie, égoïsme grimpant, repli sur soi-même, les voies diminuent, les portes de sortie se ferment, et l’ambiance n’est ni à la détente, ni à l’amusement. Certes, quelques-uns préfèrent ignorer ce qui les entoure et faire comme si de rien n’était, mais autant admettre l’inéluctable. Le monde court à sa perte, et la prochaine pandémie ou catastrophe naturelle risque d’engloutir une grosse partie de l’humanité et ce qui l’entoure. Le bilan n’est pas des plus joyeux, mais il est lucide. Le néo-libéralisme sauvage continue de faire la part belle aux profits au lieu d’écouter la nature et de ralentir le rythme, la démographie galopante n’a de cesse de piller les réserves naturelles, les animaux continuent d’être abattus à un rythme démesuré, et le ciel s’assombrit de rêves mort-nés qui sont autant d’actes de renonciation d’une utopie depuis longtemps devenue une dystopie à peine déguisée. Alors, quelle leçon tirer d’une telle situation désespérée ? Prendre acte et se trancher les veines, attendre patiemment en sachant pertinemment que la fin est proche, ou essayer de changer les choses chacun à notre niveau pour ralentir cette exécution programmée que le vingt-et-unième siècle semble prédire de ses litanies funèbres ? Je ne saurais prodiguer de réponse, mais j’ai sans doute la bande-son idéale à cette procession nous menant tout droit au cimetière le plus proche. Depuis plus de vingt ans, un concept suédois semble s’ingénier à mettre en musique l’avenir noir de l’humanité, en dispensant des homélies aussi macabres que concrètes. Le projet THE FUNERAL ORCHESTRA, au nom si évocateur n’est pas le genre de groupe à se précipiter pour nous inonder de sorties toutes plus dispensables et répétitives les unes que les autres. Avec un seul album depuis leur percée en 2002, le collectif énigmatique a depuis longtemps placé la barre à la hauteur de ses convictions, ce qui n’est guère étonnant pour un ensemble évoluant dans le créneau d’un Funeral Doom poussé à ses extrêmes.

Trois hommes ou oracles (Priest I, Priest II et Priest III), encapuchonnés et masqués, des photos promo mystérieuses et nimbées de brume dans un noir et blanc très esthétique, une énigme que les spécialistes se font une priorité de percer, et pourtant, depuis la sortie du référentiel Feeding the Abyss en 2003, aucun nouvel élément pour tenter de reconstituer le puzzle. En dix-sept ans de silence longue-durée, les trois apôtres n’ont trouvé le temps que de dispenser des formats courts, des splits, une poignée de singles, relativement peu satisfaits de la tournure que prenait leur créativité. Il faut dire que les suédois sont plutôt exigeants en ce qui concerne leur art. Si leur approche ne leur convient pas à 100%, ils préfèrent tout effacer que de se contenter d’approximations bradant leur méthode. C’est pourquoi ils se produisent si rarement en live, et n’osent publier de LP que lorsque le résultat les satisfait pleinement, et c’est ainsi que l’année dernière, l’inspiration revenant, ils ont réinvesti les studios pour élaborer ce monstrueux Negative Evocation Rites qui porte si bien son nom. Nuclear War Now, leur label, n’est d’ailleurs pas avare de superlatifs lorsqu’il parle de ce dernier né. Le considérant comme la litanie la plus parfaite pour une procession funèbre annoncée, le label s’enorgueillit de pouvoir compter le concept dans ses rangs, et se propose de désigner ce pavé comme la sortie principale en termes de Funeral Doom pour cette triste année 2020. N’étant pas spécialiste de la cause, je ne saurais remettre en question leur enthousiasme, mais je me dois d’avouer que cet album possède toutes les qualités pour satisfaire les fans d’une musique lancinante, à la limite d’un drone maitrisé, et qui reprend tous les codes du style pour les pousser à leur paroxysme. D’ailleurs, Negative Evocation Rites est l’archétype d’album que l’on écoute quand le moral est au plus bas, histoire de s’enfoncer encore plus dans la déprime et la névrose. Il est à prendre comme un tout, chacun de ses morceaux mettant en exergue des ambiances mortifères, plus que des structures à part entière. Si l’on attend le moindre coup de caisse claire comme un rayon de soleil après deux semaines de pluie, si on tente de s’accrocher à la moindre intervention vocale comme à une prophétie de mauvais augure, si les chansons sonnent comme des litanies de désespoir dans un monde mourant, le tout ne manque pas d’un charme résigné, à la lisière d’un BM Ambient n’en étant pas vraiment, mais en tout cas plus qu’un simple Doom rabâché jusqu’à la corde de mi.

Le premier et long morceau, « Negative Evocations » met les choses au clair. Retour aux bases de 2003, pour des perspectives de moins en moins joyeuses. Avec plus de douze minutes au compteur, cette introduction est un avertissement pour l’auditeur éventuellement perdu sur le chemin des nouveautés. Les néophytes n’ont pas le droit à l’erreur, et une fois la marche entamée, rien ne vient l’accélérer. Le rythme, si tant est que l’on puisse l’appeler ainsi est d’une lenteur éprouvante, mais l’empilement des textures sonores créé un phénomène hypnotique assez fascinant, et fonctionne de la même façon que ce réflexe morbide qui consiste à ralentir sa voiture pour observer un accident de plus près. Avec seulement quatre morceaux, ce second volet n’étire pas les plans jusqu’à l’agonie, mais reste concis et précis dans sa démarche. Loin d’un simple racolage bruitiste sans queue ni tête, Negative Evocation Rites fonctionne comme une catharsis inversée, et traite la douleur morale avec une souffrance auditive. Pourtant, en insérant quelques mélodies rachitiques à sa longue procession, le groupe fait preuve d’un certain flair dans l’insistance, et « Negations I » de fonctionner comme la BO d’un film d’anticipation souffreteux, au gros grain, et à la conclusion inéluctable. Monolithique, cette musique n’en est pas moins riche, profitant des fréquences, du feedback, de la gravité pour dessiner les contours d’un univers sombre, à la manière d’un WORMPHLEGM ou d’un BEGRÄBNIS. « Negations II » se propose de refermer les lourdes portes de la même façon que « Negative Evocations » les ouvrait, avec la même lenteur, la même insistance, nous laissant sur une impression délicieuse de fin d’une nuit éternelle nous libérant enfin de notre prison. Je le conçois, le tout paraîtra difficilement digeste aux réfractaires du Doom, mais en osant aller un peu plus loin que la moyenne des groupes du cru, THE FUNERAL ORCHESTRA conforte son statut de créature de l’ombre, n’en ressortant que pour dispenser son savoir énigmatique, mais terriblement lucide.    


Titres de l’album :

                         01. Negative Evocations

                         02. Flesh Infiltrations

                         03. Negations I

                         04. Negations II

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/06/2020 à 17:15
78 %    169

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
29/06/2020, 21:26:20
Super chronique pour un achat obligatoire pour moi. Ce groupe est vraiment excellent, tellement loin des groupes de Funeral lambdas. L'analyse de Sir mortne2001 et tellement juste !
La différence entre un groupe qui fait un album et un groupe qui fait de la musique, qui retrouve son statut d'art !

Simony
membre enregistré
26/10/2020, 17:22:00

Après maintes écoutes de la bête, franchement pas déçu. C'est du pur FUNERAL ORCHESTRA ! Dans le genre glauque, sombre et franchement abyssal, difficilement égalable ces mecs là.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14