Atavisme (nm, du latin atavi, ancêtres) :

Apparition imprévue, chez un individu, d'un ou de plusieurs caractères qui s'étaient manifestés chez un de ses ancêtres et qui avaient disparu depuis une ou plusieurs générations. (Larousse).

En gros, en détail, cette définition colle à la peau d’ATAVISMA comme un tic générationnel. Fondé en 2013 lorsque G. (guitare) et L. (chant) décidèrent d’unir leurs forces pour faire revivre un Death Metal old-school qu’ils affectionnaient, et rapidement rejoints par C. (batterie) et W. (basse), partageant leur point de vue, le groupe commença à mettre au point un répertoire en forme d’hommage aux groupes les plus nauséabonds du genre. Ayant depuis connu quelques ajustements, et ayant eu la chance de partager la scène avec des références telles que ARCHGOAT, MERRIMACK, INFERNO, RITUALIZATION, ATARAXIE, MERCYLESS ou MOURNING DAWN, les franciliens ont patiemment travaillé leur copie pour en remettre une impeccable aujourd’hui, bientôt disponible en format CD via les bons soins du label ibère Memento Mori. Leur parcours à ce jour reste émaillé de tous les formats disponibles sur le marché (single, démo, EP), mais ce sont bien leur première démo (Where Wolves Once Dwelled, 2014) et leur premier EP (On the Ruins of a Fallen Empire, 2017) qui leur ont attiré les faveurs d’un underground toujours aussi avide de nouveautés putrides à se mettre sous la dent cariée. Et gageons qu’à l’écoute de cet abyssal The Chthonic Rituals, l’underground ne sera pas déçu de l’avancée d’un nouveau groupe fétiche, qui repousse les limites du Death pour lui faire épouser les contours d’un Doom pas vraiment assumé, mais qui fait parfaitement office de contrepoint de lourdeur à la violence ambiante.

Pouvant se rapprocher de références aussi terrifiantes qu’INCANTATION, CIANIDE, ETERNAL DARKNESS, GRAVE, DISMA, BLOOD INCANTATION, MOONDARK, WINTER, CONVULSE, INDESINENCE, CRUCIAMENTUM, FUNEBRE, ou ENCOFFINATION, les ATAVISMA prouvent que les Death vintage a encore des choses à dire en 2018, et osent la synthèse ignoble des gênes dISEMBOWELMENT et de l’ADN FUNEBRARUM pour parvenir à mettre au point une nouvelle cellule de haine viscérale en forme de virus létal. Aussi puissant qu’il n’est glauque, ce premier album fait la part belle aux sensations les plus primaires du Death Metal des origines, celui développé en laboratoire et expurgé de toute contrainte humaniste, mettant en exergue une pression de tous les instants, et suçant sa propre sève à l’arbre scandinave tout autant que tirant sa substance des égouts américains. Le résultat est non seulement probant, mais réellement écœurant, d’autant plus que la production du LP en question est plutôt du genre compétitive et méchamment grave dans la sévérité. Enregistré et mixé chez Mannaz Records et masterisé par Javier Felez (GRAVEYARD) aux Moontower Studios (TEITANBLOOD, ATARAXY, GRAVEYARD...), et emballé dans un sublime artwork dégoulinant d’E.Muskie (EKPYROSIS, BOKLUK, RUIN...), The Chthonic Rituals est un concentré d’immondices de l’humanité, explorant les relations ténues entre l’homme et la nature, mais aussi la spiritualité et les anciennes cultures.

Musicalement, l’affaire est limpide et complexe à la fois. S’il est impossible de renier les accointances Death de l’ensemble, il convient d’y apporter une nuance. En refusant de jouer le jeu d’une brutalité outrancière de chaque instant, les français sans jouer l’ambivalence, apportent à leur travail une variété dans l’ignominie qui pourrait les rapprocher d’une union entre SYMPTOM et l’écurie Nuclear War Now !, alors même que leurs exactions bruitistes peuvent profiter de respirations mélodiques assez probantes, comme le prouve le majestueux et pourtant vomitif « Monoliths », titillant même la corde sensible des fans les plus durs de NEUROSIS. Si l’ombre des ignobles ENCOFFINATION plane parfois sur les ambiances les plus moribondes (« Invocation of Archaic Deities »), les quatre musiciens ne tirent aucune fierté de l’économie de moyens, et ne se contentent que très rarement d’un ou deux plans étirés jusqu’à la nausée. Ils virent même parfois casaque pour tenter l’opération séduction Death/Black sur l’introductif « Extraneous Abysmal Knowledge », au riff à la suédoise amplifiée d’une énergie typiquement BM. Mais leur force réside bien en cette alternance permanente entre cruauté et pesanteur, qui transforme des morceaux de la trempe de « Ashen Ascetic » en véritables symphonies progressives de l’horreur, témoignant d’un potentiel individuel et d’une capacité créative globale assez frappantes.

Usant sans abuser d’un chant violemment sous-mixé et faisant office de troisième ligne rythmique, les ATAVISMA juxtaposent la cruauté d’embardées vraiment véloces à la lourdeur suffocante d’un Doom par touches fugaces, ce qui permet à leurs morceaux d’évoluer sans se contraindre à répéter la même litanie sur de longues minutes. Avec une poignée de riffs accrocheurs qui équilibrent la balance (« Amid The Ruins », sorte de démarcage du PARADISE LOST de Gothic et du INCANTATION d’Onward To Golgotha), et de très longues suites qui laissent libre court à une inspiration d’outre-tombe (le long et hypnotique final « A Subterranean Life »), The Chthonic Rituals célèbre la diversité dans le monolithisme, et convaincra les nostalgiques du Death le plus ténébreux des origines que leur style de prédilection dispose toujours de créateurs affutés pour en défendre les qualités les plus évidentes. Aussi moite qu’il n’est irrespirable, ce premier effort longue-durée montre des aptitudes incontestables, et évite l’écueil de la redondance grâce à une production vraiment épaisse et des compositions ambitieuses. Sorte de Putrid Death alambiqué et évolutif, l’art des ATAVISMA est justement de retrouver les réflexes de leurs aînés pour les intégrer à un cadre plus personnel et malléable, sans en trahir les dogmes les plus fondamentaux. Une ode à l’atrocité, un opéra de l’outrance, mais surtout, une façon de toucher du doigt la quintessence d’un genre qui n’a jamais supporté la médiocrité. L’ignominie n’est jamais facile à affronter, mais l’occasion vous en est donnée.             

             

       

Titres de l'album:

                          01. Chthonic

                          02. Extraneous Abysmal Knowledge

                          03. Sacrifice Unto Babalon

                          04. Invocation Of Archaic Deities

                          05. Monoliths

                          06. Ashen Ascetic

                          07. Amid The Ruins

                          08. A Subterranean Life

Facebook officiel 

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 18/07/2018 à 13:50
85 %    368

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !