Atavisme (nm, du latin atavi, ancêtres) :

Apparition imprévue, chez un individu, d'un ou de plusieurs caractères qui s'étaient manifestés chez un de ses ancêtres et qui avaient disparu depuis une ou plusieurs générations. (Larousse).

En gros, en détail, cette définition colle à la peau d’ATAVISMA comme un tic générationnel. Fondé en 2013 lorsque G. (guitare) et L. (chant) décidèrent d’unir leurs forces pour faire revivre un Death Metal old-school qu’ils affectionnaient, et rapidement rejoints par C. (batterie) et W. (basse), partageant leur point de vue, le groupe commença à mettre au point un répertoire en forme d’hommage aux groupes les plus nauséabonds du genre. Ayant depuis connu quelques ajustements, et ayant eu la chance de partager la scène avec des références telles que ARCHGOAT, MERRIMACK, INFERNO, RITUALIZATION, ATARAXIE, MERCYLESS ou MOURNING DAWN, les franciliens ont patiemment travaillé leur copie pour en remettre une impeccable aujourd’hui, bientôt disponible en format CD via les bons soins du label ibère Memento Mori. Leur parcours à ce jour reste émaillé de tous les formats disponibles sur le marché (single, démo, EP), mais ce sont bien leur première démo (Where Wolves Once Dwelled, 2014) et leur premier EP (On the Ruins of a Fallen Empire, 2017) qui leur ont attiré les faveurs d’un underground toujours aussi avide de nouveautés putrides à se mettre sous la dent cariée. Et gageons qu’à l’écoute de cet abyssal The Chthonic Rituals, l’underground ne sera pas déçu de l’avancée d’un nouveau groupe fétiche, qui repousse les limites du Death pour lui faire épouser les contours d’un Doom pas vraiment assumé, mais qui fait parfaitement office de contrepoint de lourdeur à la violence ambiante.

Pouvant se rapprocher de références aussi terrifiantes qu’INCANTATION, CIANIDE, ETERNAL DARKNESS, GRAVE, DISMA, BLOOD INCANTATION, MOONDARK, WINTER, CONVULSE, INDESINENCE, CRUCIAMENTUM, FUNEBRE, ou ENCOFFINATION, les ATAVISMA prouvent que les Death vintage a encore des choses à dire en 2018, et osent la synthèse ignoble des gênes dISEMBOWELMENT et de l’ADN FUNEBRARUM pour parvenir à mettre au point une nouvelle cellule de haine viscérale en forme de virus létal. Aussi puissant qu’il n’est glauque, ce premier album fait la part belle aux sensations les plus primaires du Death Metal des origines, celui développé en laboratoire et expurgé de toute contrainte humaniste, mettant en exergue une pression de tous les instants, et suçant sa propre sève à l’arbre scandinave tout autant que tirant sa substance des égouts américains. Le résultat est non seulement probant, mais réellement écœurant, d’autant plus que la production du LP en question est plutôt du genre compétitive et méchamment grave dans la sévérité. Enregistré et mixé chez Mannaz Records et masterisé par Javier Felez (GRAVEYARD) aux Moontower Studios (TEITANBLOOD, ATARAXY, GRAVEYARD...), et emballé dans un sublime artwork dégoulinant d’E.Muskie (EKPYROSIS, BOKLUK, RUIN...), The Chthonic Rituals est un concentré d’immondices de l’humanité, explorant les relations ténues entre l’homme et la nature, mais aussi la spiritualité et les anciennes cultures.

Musicalement, l’affaire est limpide et complexe à la fois. S’il est impossible de renier les accointances Death de l’ensemble, il convient d’y apporter une nuance. En refusant de jouer le jeu d’une brutalité outrancière de chaque instant, les français sans jouer l’ambivalence, apportent à leur travail une variété dans l’ignominie qui pourrait les rapprocher d’une union entre SYMPTOM et l’écurie Nuclear War Now !, alors même que leurs exactions bruitistes peuvent profiter de respirations mélodiques assez probantes, comme le prouve le majestueux et pourtant vomitif « Monoliths », titillant même la corde sensible des fans les plus durs de NEUROSIS. Si l’ombre des ignobles ENCOFFINATION plane parfois sur les ambiances les plus moribondes (« Invocation of Archaic Deities »), les quatre musiciens ne tirent aucune fierté de l’économie de moyens, et ne se contentent que très rarement d’un ou deux plans étirés jusqu’à la nausée. Ils virent même parfois casaque pour tenter l’opération séduction Death/Black sur l’introductif « Extraneous Abysmal Knowledge », au riff à la suédoise amplifiée d’une énergie typiquement BM. Mais leur force réside bien en cette alternance permanente entre cruauté et pesanteur, qui transforme des morceaux de la trempe de « Ashen Ascetic » en véritables symphonies progressives de l’horreur, témoignant d’un potentiel individuel et d’une capacité créative globale assez frappantes.

Usant sans abuser d’un chant violemment sous-mixé et faisant office de troisième ligne rythmique, les ATAVISMA juxtaposent la cruauté d’embardées vraiment véloces à la lourdeur suffocante d’un Doom par touches fugaces, ce qui permet à leurs morceaux d’évoluer sans se contraindre à répéter la même litanie sur de longues minutes. Avec une poignée de riffs accrocheurs qui équilibrent la balance (« Amid The Ruins », sorte de démarcage du PARADISE LOST de Gothic et du INCANTATION d’Onward To Golgotha), et de très longues suites qui laissent libre court à une inspiration d’outre-tombe (le long et hypnotique final « A Subterranean Life »), The Chthonic Rituals célèbre la diversité dans le monolithisme, et convaincra les nostalgiques du Death le plus ténébreux des origines que leur style de prédilection dispose toujours de créateurs affutés pour en défendre les qualités les plus évidentes. Aussi moite qu’il n’est irrespirable, ce premier effort longue-durée montre des aptitudes incontestables, et évite l’écueil de la redondance grâce à une production vraiment épaisse et des compositions ambitieuses. Sorte de Putrid Death alambiqué et évolutif, l’art des ATAVISMA est justement de retrouver les réflexes de leurs aînés pour les intégrer à un cadre plus personnel et malléable, sans en trahir les dogmes les plus fondamentaux. Une ode à l’atrocité, un opéra de l’outrance, mais surtout, une façon de toucher du doigt la quintessence d’un genre qui n’a jamais supporté la médiocrité. L’ignominie n’est jamais facile à affronter, mais l’occasion vous en est donnée.             

             

       

Titres de l'album:

                          01. Chthonic

                          02. Extraneous Abysmal Knowledge

                          03. Sacrifice Unto Babalon

                          04. Invocation Of Archaic Deities

                          05. Monoliths

                          06. Ashen Ascetic

                          07. Amid The Ruins

                          08. A Subterranean Life

Facebook officiel 

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 18/07/2018 à 13:50
85 %    283

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Midnight Priest

Aggressive Hauntings

Mortals' Path

Feast of Maggots

Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !