Thrash Till Death

Drastic Solution

25/09/2017

Unholy Fire Records

Ils sont trois, comme les légendaires BULLDOZER de l’époque (Marco " Big Jerk " Lecce – chant/basse, Piero Greco - guitare, Patrizio Panariti – batterie), viennent d’Italie comme les légendaires BULLDOZER de l’époque (Lizzano contre Milan), et jouent du Thrash sans concession comme les légendaires BULLDOZER de l’époque. Est-ce à dire que les DRASTIC SOLUTION sont les BULLDOZER de l’époque de maintenant ? Non, bien que les points communs soient parfois évidents. On trouve entre les deux groupes cette même inclinaison à traiter de sujets de société sérieux comme d’autres au second degré moins pointilleux, et surtout, une propension à jouer une musique extrême en gardant sous le coude un aspect paillard et résolument personnel. Mais si comparaison il devait y avoir, j’autoriserais plutôt un parallèle avec les américains de WHIPLASH, pour cette approche un peu sourde et diffuse, quoique les italiens soient un poil moins misanthropes, et ne refusent pas le chaperonnage d’EXODUS et du SLAYER des premiers jours.

Sinon, tout ça tourne plutôt rond, et même parfois en rond tant les compositions semblent toutes issues du même moule façonné de vitesse raisonnable, et de perspirations Hardcore palpables. Crossover ? Oui, quelque part, mais plutôt light. Je verrais plutôt les choses sous l’angle d’un Speed/Thrash de transition, de celui qui expirait des sillons de certaines réalisations de la charnière 85/86, lorsque les flingués n’avaient pas encore l’audace de se frotter aux frontières d’un boucan désorganisé.

Mais tout ça sent quand même bon, et nous rappelle la scène Italienne des années 80, lorsque tout restait à faire et que les parallèles n’étaient pas encore trop envahissants. Niveau bio, les DRASTIC SOLUTION ont déjà commis un premier forfait, il y a trois ans, qui ne faisait pas grand cas de la cause qu’il épousait. Thrashers avait alors convaincu une large frange du lectorat underground, qui semblait se fédérer aux accents pur Thrash de ce premier jet qui ne cherchait pas la sophistication. Depuis, silence radio, à tel point qu’on pensait le groupe éteint, alors qu’il n’était qu’en veille.

Et de répétitions en concerts maison, le trio a fini par revenir dans notre giron en septembre via cette seconde formalisation Thrash Till Death, qui enfonce encore un peu plus le clou de la fidélité dans le cercueil des suiveurs de mode incapables de rester collé à une optique. Ici, là, et à côté aussi, du Thrash donc, plutôt modéré, mais suffisamment euphorique pour vous faire headbanguer, et vous replonger dans les temps reculés où la Bay Area et la Ruhr débitaient de l’acier par albums entiers, pour faire des étincelles et savourer une bonne syncope bien biseautée. Sur une rythmique simple comme mosh se greffe donc une guitare qui n’a pas les cordes dans sa poche, et qui sait distiller des riffs sinon top, du moins assez pertinents pour accrocher l’oreille. La simplicité est de mise sur ce second LP qui ne cherche pas à épater, mais bien à éclater, et qui remplit sa mission sans genou ployer. Inutile donc de chercher le raffinement technique ou l’esbroufe électrique, ici, on admire des brulots comme Power And Pain, Bonded By Blood, Retaliatory Strike, Black Metal et autres Show No Mercy, qu’on se permet d’adapter aux vues Crossover des classiques Speak English or Die ou Game Over. De temps à autres d’ailleurs, le Punk et le Hardcore prennent la mesure sur le Metal, et le pogo s’encanaille d’une rythmique up qui vaille que vaille, soutient une guitare et une voix aussi rauques et déchirées l’une que l’autre (« Thrash Till Death »).

Classique et formel, Thrash Till Death se satisfait très bien de morceaux simples et courts, qui répètent plus ou moins les mêmes motifs en les agrémentant parfois de breaks plus intuitifs. A ce titre, les trois premières interventions « Fucked By… », « Extreme Problem Extreme Solution » et « Taste of Blood » sont sensiblement les mêmes et nous entraînent dans un tourbillon de saccades et autres pieds sur le champignon, tout en gardant la vitesse sous le coude pour ne pas tomber dans les travers d’un Thrashcore trop de travers. On joue juste et à la note près, pour ne pas trop se décaler, et il faut avouer que si l’ensemble dégage un parfum juvénile qu’on aime bien, on attend parfois le coup de rein qui va faire basculer la chose du côté obscur d’un Thrash plus radical d’outre-Rhin. Mais ainsi va la vie et roule le Thrash qui n’amasse pas mousse, et qui sous la houlette des italiens se porte bien, sinon mieux.

Un peu de Heavy façon Core pour se maintenir éveillé (« Killing »), des choses plus poussées qui cassent un peu le schéma pour le faire avancer façon TESTAMENT de « C.OT.L.O.D » (« T.O.J.I.F.Y.M.A »), mais aussi des longueurs qui nous laissent regarder passer les heures (« Adelphiliac », du SLAYER sans SLAYER, et trente ans après « Necrophiliac »), heureusement corrigées par des éclairs de colère qui de leur brièveté permettent de se secouer (« Infamous Bastard », l’une de mes préférées…). En gros, un bilan plutôt positif pour un éventail assez restreint qu’on aimerait voir se développer un peu plus.

Mais assez intelligemment, le trio termine son effort sur une dernière attaque sonore plutôt bien balancée, et privilégiant un Heavy/Thrash assez envouté, dans l’optique du SLAYER de South of Heaven (« Stronger », titre prédestiné), qui laisse augurer d’une suite qu’on espère moins prévisible…Au bilan, ajoutez des soli pas vraiment dans l’air du temps et digne du tandem Hanneman/King de l’enfer, une voix râpeuse qui ajoute une plus-value Core, des arrangements sommaires et vous obtenez un LP de Thrash à tendance Crossover honnête, qui aura quand même du mal à surnager dans le marasme permanent de la surproduction ambiante. Il conviendra aux DRASTIC SOLUTION de redresser la barre dans la tempête et d’oser des idées moins systématiques pour pouvoir se faire remarquer. Mais si vous cherchez un LP assez court pour vous éclater entre deux cours, alors Thrash Till Death fera largement l’affaire. Pas de quoi se taper la tête contre les murs de la cour, mais largement de quoi faire chauffer ses chaussures.


Titres de l'album:

  1. Fucked By...
  2. Extreme Problem Extreme Solution
  3. Taste of Blood
  4. Full Metal Cock
  5. Thrash Till Death
  6. Killing
  7. T.O.J.I.F.Y.M.A.
  8. Adelphiliac
  9. Infamous Bastard
  10. Stronger

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/10/2017 à 14:33
68 %    564

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Tranbert
membre enregistré
23/10/2017, 09:21:59
Un pochette dans l'air du temps

Simony
membre enregistré
23/10/2017, 09:37:19
Oui ça aurait pu être la pochette du prochain Decapitated !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42

Gargan

...Quand tu découvres les effets lumineux de ton logiciel de montage.

10/07/2020, 10:37

steelvore666

Bien d'accord avec vous messieurs.
J'écoute encore les "vieux" albums, ceux qui montrait un groupe sur de lui et assez puissant pour convaincre sans en faire des tonnes et devenir pathétique.
Un constat : la qualité de ses albums est inversement proportionnelle à son implication dans(...)

10/07/2020, 09:41

Speeding Velocity

Eh ben.... vraiment pas bandante cette affiche.
Je suis quand même curieux de voir le prix des places pour "ça".
(et le taux de remplissage, mouarf !)

10/07/2020, 09:00

NecroKosmos

Même opinion. Groupe de clowns. Après, cette polémique montre bien l'ouverture d'esprit du gouvernement polonais.

10/07/2020, 06:40

NecroKosmos

Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

10/07/2020, 06:28

aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07

Buck Dancer

Jus de Cadavre, merci de dire que je pose des questions pas trop connes ;)

09/07/2020, 19:47