Of Empires Past

Mnhm

05/05/2017

Consouling Sounds

Vous admettrez qu’en 2017 (mais depuis longtemps finalement), jouer une musique novatrice tient d’une gageure que très peu de groupes ont la capacité de relever. A vrai dire, ils sont même de plus en plus rares, se concentrant sur une ou plusieurs obsessions rassurantes, plutôt que d’essayer d’emmener les choses plus loin, en jouant plus fort, plus nuancé, plus métissé, et surtout, plus décomplexé.

Car finalement, verser dans l’inédit n’est pas chose impossible, il suffit pour cela d’oublier. Oublier ce qu’on joue pour se concentrer sur ce qu’on ressent, sans se demander si telle ou telle approche a déjà été tentée ou pas. Et quand bien même le cas se présente, est-ce vraiment si important que ça ?

On connaît bien le principe du crossover et de la fusion, encore faut-il que ces deux concepts s’éloignent des préceptes d’origine. On peut aussi laisser son imagination divaguer sans atteindre un rivage bien défini, et finalement, dériver sans jamais atteindre son but.

Ou on peut faire ce qu’on veut sans se poser de question, et être suffisamment créatif pour oser des mélodies un peu plus organiques et désincarnées, des rythmiques concassées mais fluides, et des amalgames tout sauf faciles qui nous entraînent dans un monde parallèle.

Et c’est précisément cette option que les Hollandais de MNHM ont choisie, sans vraiment l’affirmer ou le vouloir.

MNHM, c’est un quatuor (anciennement MANNHEIM) débarqué d’Arnhem, Pays-Bas, qui sur le papier, combine les digressions spatiales du Post Rock et la complexité rythmique du Mathcore. Sauf que dans les faits, rien n’est aussi éloigné de la vérité.

Apparus sur le devant de la scène via un impressionnant premier album, Super-Empowered qui en avait perturbé plus d’un, les quatre bataves ont continué leur travail d’expérimentation pour se rapprocher d’un absolu dont ils sont les seuls à connaître les limites.

Bien que plaisantant sur leur style qui reste flou, et le brossant ironiquement comme du « Noisy Spacedoom with a hint of saxophone », ils restent d’un sérieux imperturbable pour explorer les confins de l’expression musicale aussi harmonique et harmonieuse qu’elle n’est dissonante et perturbante.

Si les mélodies qui constellent les neuf pistes de cet Of Empires Past sont somme toute assez cohérentes dans leur fil rouge (à tel point que la première moitié de l’album donne le sentiment d’un ad lib ininterrompu), le travail de déconstruction rythmique est assez fascinant, un peu comme si les morceaux n’avaient pas d’ossature fixe et flottaient dans une apesanteur musicale troublante. Mais loin de se montrer complaisants dans leur mode d’interprétation, les MNHM font preuve d’une intelligence rare pour vous emmener sur de fausses pistes de facilité tout en glissant dans vos oreilles des idées vraiment novatrices qui nécessitent une attention particulière pour être devinées.

Si l’on pense à des actes Post comme les ZEUS ! sur certaines inflexions typiques, Of Empires Past ne s’insère toutefois pas dans le paysage Post comme un caméléon sur une branche. Loin de privilégier la contemplation dans l’unicité, les MNHM varient les tons, passant de pastels à des couches sombres, et flirtent avec la violence pour se rapprocher d’une bande-originale de film non existant pour dérouler sous nos yeux le paysage admirable d’une planète inconnue, à l’atmosphère respirable mais quelque peu euthanasiante dans l’euphorie.

Ainsi, le très développé « How Things End » se laisse porter par un motif circulaire agissant comme une communication entre l’émetteur et le réceptacle (vous-même), qui ondule selon les choix harmoniques, et qui se repose sur un rythme martial emphatique digne d’un Glenn Branca débarrassé de ses obsessions occultes et absconses.

Tout semble si naturel qu’on se demande même pourquoi tout ça n’a pas été fait avant, mais il est facile de comprendre que seuls ces musiciens en étaient capables.

Cette cohabitation de violence et d’apaisement se renforce au fur et à mesure de l’avancée de l’album, atteignant parfois des sommets comme à l’occasion de « Rule Of Law » qui se rapproche même d’un Post Black vraiment cathartique et strié d’arrangements sonores. Rythmique plombée et basse malmenée, guitare qui tronçonne des riffs saignants, avant qu’une sublime pause impromptue ne laisse un saxo éthéré nous guider vers un monde ou la noirceur et la lumière aveuglante cohabitent sans se gêner l’un l’autre ou atténuer leurs effets respectifs.

Evidemment, la trame mélodique garde l’empreinte qu’elle assumait dès l’entame de l’album, mais elle est subtilement modifiée et transformée par petites touches, ce qui permet à ce deuxième album d’offrir une progression constante et délicate qui nous transporte avec attention vers d’autres horizons.

Enregistré et mixé par Rocky O'Reilly aux Start Together studios de Belfast, et masterisé par l’immanquable Brad Boatright à l’Audiosiege, Of Empires Past offre un regard en arrière qui projette en avant, évitant la nostalgie qui plombe bon nombre de réalisations du même créneau, et se veut anticipation d’un destin musical qui finalement ne pourrait appartenir qu’aux Hollandais, et à leurs fans les plus fidèles.

Production très spéciale et spatiale, espaces négatifs et positifs qui se superposent et interfèrent, et qui aboutissent parfois à d’étranges constructions instables (« Superior Grace », rythmique puissante sur litanies harmoniques en intermittence), guitare prise soudain d’un accès d’expressionisme Post Rock incontrôlable (« Enforce – Embrace », l’un des plus classiques du lot, si tant est que ce terme puisse être pertinent dans leur cas), et final brumeux aussi Ambient qu’il n’est conclusion logique d’un voyage irréel (« Coronation », strates de sons accolés qui fournissent un final en symphonie de poche), Of Empires Past n’est en fait pas le testament d’empires anciens agonisant sans testament, mais point de départ d’une aventure dont nul ne connaît encore les tenants et aboutissants, et qui flotte dans la stratosphère du Post Metal sans en adopter les mouvements les plus symptomatiques. Certes, les thèmes laissés libres et travaillés à l’instinct en sont des tics assez prononcés, mais la logique et la cohérence dont font preuve les MNHM, et ce refus de tomber dans la contemplation stérile en assumant la violence sans la laisser exploser en font des individus aux objectifs troublants, qui utilisent et détournent le Post Metal pour le mouler à leur guise.

Il est certain que la patte expérimentale et l’approche instrumentale en rebuteront certains, mais si vous ne rechignez pas à vous perdre dans un monde inconnu qui déclenchera en vous des sensations nouvelles, alors Of Empires Past est le genre de trip qu’il vous faut.

Sans carte, sans téléphone ni idées téléphonées, et sous un ciel aussi étoilé qu’orageux. Mais il faudra faire preuve d’abnégation pour accepter de partir sans savoir comment revenir.


Titres de l'album:

  1. A Show of Might
  2. Equals Of Gods
  3. Ascension
  4. Of Empires Past
  5. How Things End
  6. Rule Of Law
  7. Superior Grace
  8. Enforce - Embrace
  9. Coronation

Site officiel


par mortne2001 le 24/05/2017 à 17:38
80 %    528

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39