Vous admettrez qu’en 2017 (mais depuis longtemps finalement), jouer une musique novatrice tient d’une gageure que très peu de groupes ont la capacité de relever. A vrai dire, ils sont même de plus en plus rares, se concentrant sur une ou plusieurs obsessions rassurantes, plutôt que d’essayer d’emmener les choses plus loin, en jouant plus fort, plus nuancé, plus métissé, et surtout, plus décomplexé.

Car finalement, verser dans l’inédit n’est pas chose impossible, il suffit pour cela d’oublier. Oublier ce qu’on joue pour se concentrer sur ce qu’on ressent, sans se demander si telle ou telle approche a déjà été tentée ou pas. Et quand bien même le cas se présente, est-ce vraiment si important que ça ?

On connaît bien le principe du crossover et de la fusion, encore faut-il que ces deux concepts s’éloignent des préceptes d’origine. On peut aussi laisser son imagination divaguer sans atteindre un rivage bien défini, et finalement, dériver sans jamais atteindre son but.

Ou on peut faire ce qu’on veut sans se poser de question, et être suffisamment créatif pour oser des mélodies un peu plus organiques et désincarnées, des rythmiques concassées mais fluides, et des amalgames tout sauf faciles qui nous entraînent dans un monde parallèle.

Et c’est précisément cette option que les Hollandais de MNHM ont choisie, sans vraiment l’affirmer ou le vouloir.

MNHM, c’est un quatuor (anciennement MANNHEIM) débarqué d’Arnhem, Pays-Bas, qui sur le papier, combine les digressions spatiales du Post Rock et la complexité rythmique du Mathcore. Sauf que dans les faits, rien n’est aussi éloigné de la vérité.

Apparus sur le devant de la scène via un impressionnant premier album, Super-Empowered qui en avait perturbé plus d’un, les quatre bataves ont continué leur travail d’expérimentation pour se rapprocher d’un absolu dont ils sont les seuls à connaître les limites.

Bien que plaisantant sur leur style qui reste flou, et le brossant ironiquement comme du « Noisy Spacedoom with a hint of saxophone », ils restent d’un sérieux imperturbable pour explorer les confins de l’expression musicale aussi harmonique et harmonieuse qu’elle n’est dissonante et perturbante.

Si les mélodies qui constellent les neuf pistes de cet Of Empires Past sont somme toute assez cohérentes dans leur fil rouge (à tel point que la première moitié de l’album donne le sentiment d’un ad lib ininterrompu), le travail de déconstruction rythmique est assez fascinant, un peu comme si les morceaux n’avaient pas d’ossature fixe et flottaient dans une apesanteur musicale troublante. Mais loin de se montrer complaisants dans leur mode d’interprétation, les MNHM font preuve d’une intelligence rare pour vous emmener sur de fausses pistes de facilité tout en glissant dans vos oreilles des idées vraiment novatrices qui nécessitent une attention particulière pour être devinées.

Si l’on pense à des actes Post comme les ZEUS ! sur certaines inflexions typiques, Of Empires Past ne s’insère toutefois pas dans le paysage Post comme un caméléon sur une branche. Loin de privilégier la contemplation dans l’unicité, les MNHM varient les tons, passant de pastels à des couches sombres, et flirtent avec la violence pour se rapprocher d’une bande-originale de film non existant pour dérouler sous nos yeux le paysage admirable d’une planète inconnue, à l’atmosphère respirable mais quelque peu euthanasiante dans l’euphorie.

Ainsi, le très développé « How Things End » se laisse porter par un motif circulaire agissant comme une communication entre l’émetteur et le réceptacle (vous-même), qui ondule selon les choix harmoniques, et qui se repose sur un rythme martial emphatique digne d’un Glenn Branca débarrassé de ses obsessions occultes et absconses.

Tout semble si naturel qu’on se demande même pourquoi tout ça n’a pas été fait avant, mais il est facile de comprendre que seuls ces musiciens en étaient capables.

Cette cohabitation de violence et d’apaisement se renforce au fur et à mesure de l’avancée de l’album, atteignant parfois des sommets comme à l’occasion de « Rule Of Law » qui se rapproche même d’un Post Black vraiment cathartique et strié d’arrangements sonores. Rythmique plombée et basse malmenée, guitare qui tronçonne des riffs saignants, avant qu’une sublime pause impromptue ne laisse un saxo éthéré nous guider vers un monde ou la noirceur et la lumière aveuglante cohabitent sans se gêner l’un l’autre ou atténuer leurs effets respectifs.

Evidemment, la trame mélodique garde l’empreinte qu’elle assumait dès l’entame de l’album, mais elle est subtilement modifiée et transformée par petites touches, ce qui permet à ce deuxième album d’offrir une progression constante et délicate qui nous transporte avec attention vers d’autres horizons.

Enregistré et mixé par Rocky O'Reilly aux Start Together studios de Belfast, et masterisé par l’immanquable Brad Boatright à l’Audiosiege, Of Empires Past offre un regard en arrière qui projette en avant, évitant la nostalgie qui plombe bon nombre de réalisations du même créneau, et se veut anticipation d’un destin musical qui finalement ne pourrait appartenir qu’aux Hollandais, et à leurs fans les plus fidèles.

Production très spéciale et spatiale, espaces négatifs et positifs qui se superposent et interfèrent, et qui aboutissent parfois à d’étranges constructions instables (« Superior Grace », rythmique puissante sur litanies harmoniques en intermittence), guitare prise soudain d’un accès d’expressionisme Post Rock incontrôlable (« Enforce – Embrace », l’un des plus classiques du lot, si tant est que ce terme puisse être pertinent dans leur cas), et final brumeux aussi Ambient qu’il n’est conclusion logique d’un voyage irréel (« Coronation », strates de sons accolés qui fournissent un final en symphonie de poche), Of Empires Past n’est en fait pas le testament d’empires anciens agonisant sans testament, mais point de départ d’une aventure dont nul ne connaît encore les tenants et aboutissants, et qui flotte dans la stratosphère du Post Metal sans en adopter les mouvements les plus symptomatiques. Certes, les thèmes laissés libres et travaillés à l’instinct en sont des tics assez prononcés, mais la logique et la cohérence dont font preuve les MNHM, et ce refus de tomber dans la contemplation stérile en assumant la violence sans la laisser exploser en font des individus aux objectifs troublants, qui utilisent et détournent le Post Metal pour le mouler à leur guise.

Il est certain que la patte expérimentale et l’approche instrumentale en rebuteront certains, mais si vous ne rechignez pas à vous perdre dans un monde inconnu qui déclenchera en vous des sensations nouvelles, alors Of Empires Past est le genre de trip qu’il vous faut.

Sans carte, sans téléphone ni idées téléphonées, et sous un ciel aussi étoilé qu’orageux. Mais il faudra faire preuve d’abnégation pour accepter de partir sans savoir comment revenir.


Titres de l'album:

  1. A Show of Might
  2. Equals Of Gods
  3. Ascension
  4. Of Empires Past
  5. How Things End
  6. Rule Of Law
  7. Superior Grace
  8. Enforce - Embrace
  9. Coronation

Site officiel


par mortne2001 le 24/05/2017 à 17:38
80 %    317

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)