The Signal Heard Throughout Space

Parius

07/10/2022

Willowtip Records

C’est l’album des premières fois et du plus pour les américains de PARIUS, qui avec The Signal Heard Throughout Space célèbrent leur premier album longue-durée avec Dan Silver à la batterie et Sean Gallagher aux claviers. Mais c’est aussi l’album de tous les excès, l’album des « plus », puisque ce troisième chapitre accuse une heure de jeu, soit le double de l’album précédent, mais aussi une explosion créative phénoménale, qui transforme cette étape en pari crucial pour une carrière. Alors, ça passe ou ça casse ? Non seulement ça passe, mais ça casse aussi toute la concurrence dans le créneau.

Pourtant, Dieu sait que le Metal Progressif est un genre casse-gueule, entre guerres d’égo, prétention musicale excessive et démonstrations techniques stériles. Même les meilleurs s’égarent parfois, et se retrouvent englués dans des digressions sans fin que l’on a d’ailleurs supporté un nombre conséquent de fois. Mais l’arme majeure de PARIUS étant sa folie, on ne pouvait s’attendre qu’à une grande réussite, ce qui est immanquablement le cas.

Le quintet (Louis Thierry - chant, Ryan Rauch - guitare, Kenny Rentz - basse, Sean Gallagher - claviers et Dan Silver - batterie) nous propose donc une balade dans l’espace, à la recherche d’échos pour mesurer l’étendue de l’infini. Pour ce faire, le quintet n’a pas lésiné sur les informations, nous noyant sous soixante minutes de données, parfois brutes, parfois traitées, mais toujours pertinentes. Et le feu d’artifices conjoint proposé par la doublette « Spacelog.0245 » / « The Signal » en dit long sur l’appétit de ces jeunes hommes plein de fougue.

L’écueil majeur du genre a toujours été l’équilibre entre la puissance Metal et la sophistication progressive. Trouver le point juste entre la délicatesse et la force, ce que les américains savent faire mieux que personne. Leur balance de Roberval est toujours aussi précise, et permet de doser à la demi-croche près un morceau aussi sublime que « Spaceflight Dementia » à la basse mutine et aux arrangements stellaires. Dès le début de l’album, le groupe impose son identité, et mixe les influences OPETH, DREAM THEATER, MASTODON avec un savoir-faire bluffant. Et pourtant, PARIUS ne ressemble à aucune de ces légendes, et se loverait plutôt au creux de l’inspiration d’un Devin Townsend moins empêtré dans ses propres délires.    

Un RUSH massif ? Un LUNA’S CALL moins bruyant ? Un peu des deux à la fois, mais surtout, des structures mouvantes, des breaks intelligents, des reprises fulgurantes et des déviations riches. Si évidemment l’album ne se digère pas en une seule ou deux écoutes, il se révèle grandiose dès la prise de contact, et crucial pour la carrière d’un jeune groupe attendant la consécration. 

Alors évidemment, on dissèque. On analyse. On décortique, on savoure, on sublime et on se laisse emporter par ce voyage au long-cours nous entraînant parmi les étoiles et les planètes satellites, à bord d’un vaisseau spatial de luxe. Basé sur une alternance de riffs et d’arpèges, de violence Thrash et de sophistication Rock, The Signal Heard Throughout Space cherche la réponse à ses questions hors de la galaxie, et nous berce de ses mélodies superbes et de ses accroches rythmiques équilibristes. On soulignera l’importance de ces nappes vocales autoritaires, de ces soudains accès de colère en précisions de syncopes, et on acceptera au bout d’un moment de lâcher prise, et de se laisser emporter par un tourbillon bouillonnant.

« The Acid Lakes of Ganymede », premier gros morceau est un modèle. Son propos est étalé sur plus de dix minutes, entre académisme Metal et furie Death, et fait montre d’une redoutable intelligence d’agencement. Loin des délires fourre-tout piqués à l’école de Canterburry de certains de leurs collègues, ce titre est une mine de plaisir sur une planète de désir, et synthétise les arguments progressifs de ce nouveau siècle avec une science exacte pour le moins bluffante. Toujours puissant et à la limite de la rupture du Metal extrême, PARIUS ne cède pas un pouce de terrain, compacte son attaque mais laisse respirer les intervenants via une production immaculée (signée par la référence Jamie King, nommé aux Grammy).

Le plus fort dans cette entreprise, est qu’à aucun moment on ne peut accuser le groupe d’en faire trop. Cette musique et son évolution sonne naturelle, coulant des instruments, comme si la complexité n’était qu’un argument parmi tant d’autres, chose que n’ont pas compris nombre de pratiquants. Et entre la férocité d’un « The Human Molecule » et la légèreté purement Heavy Metal de « Contact! », The Signal Heard Throughout Space offre le meilleur et ose se frotter à Mike Patton et à Alex Lifeson, pour sortir vainqueur d’un combat improbable.

Toutes les composantes du Metal moderne sont là, et incroyablement bien dosées. Loin du Progressif qui se contente de figures imposées rabâchées jusqu’à l’overdose, The Signal Heard Throughout Space use d’électronique et de slap sur la basse (« Dimension Y »), avant de nous émerveiller d’un final orgiaque qui encore une fois, ne regarde pas sa montre.

« Arecibo » est un épilogue à la hauteur des enjeux. On ne peut s’empêcher de peser aux grandes heures de DREAM THEATER en l’écoutant, nous croyant revenus à l’époque d’Awake, et pourtant, ce morceau est encore une preuve du talent unique de PARIUS pour accommoder des restes à sa sauce. Loin du Progressif fast-food, mais également aux antipodes du progressif élitiste et pédant, PARIUS ose le magnum opus et peut se montrer satisfait de sa marge de progression.

L’un des albums de l’année, hors querelles de style, et une aventure incroyable aux confins de l’espace. Et si personne ne vous y entend crier, certains peuvent vous y entendre jouer.   

         


Titres de l’album :

01. Spacelog.0245

02. The Signal

03. Suspended Animation

04. Spaceflight Dementia

05. The Acid Lakes of Ganymede

06. The Human Molecule

07. Contact!

08. Dimension Y

09. The Outer Limit

10. Arecibo


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/11/2022 à 17:21
92 %    69

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51