Popol Vuh

Sotz'

02/11/2020

Autoproduction

Non, rassurez-vous, les allemands de POPOL VUH n’ont pas repris du service en changeant de nom. Ces musiciens-là ne sont pas allemands mais bien portugais, et Popol Vuh est bien leur premier album, sans compter que les styles des groupes ne partagent pas beaucoup de points communs. Mais n’oublions pas à la base que le Popul Vuh est un texte mythologique maya rédigé en quiché à l'époque coloniale, et qu’il a donc servi à beaucoup d’artistes pour construire leur concept, et qu’il reste à ce jour le document le plus important sur les mythes de cette civilisation. C’est ainsi que les SOTZ', originaires d’Oporto ont décidé de lui consacrer leur œuvre, et de donner à cette civilisation un éclairage nouveau à base de brutalité et de puissance. Si les mayas avaient faussement prédit la fin de notre ère en 2012, SOTZ’ en fournit la bande son idoine avec quelques années de retard, et ce premier album, d’une solidité indéniable aurait parfaitement accompagné les crises de panique des peuples confrontés à l’issue de leur existence. Fondé en 2008, ce collectif lusophone a pris son temps pour construire son répertoire, ne nous gratifiant que d’un EP neuf ans après sa naissance (Tzak' Sotz'), et d’un single il y a deux ans, ce qui en dit long sur le soin qu’ils insufflent à leur art. Leur art justement, est assez complexe, et si les sites généralistes les classent volontiers dans la case vague du Death Metal, je préfère parler de Metal extrême les concernant, puisque leur musique tient tout autant du Black que du Death, voire même du Heavy Metal parfois. Mais loin des querelles de sous-genres, Popol Vuh n’est rien de moins qu’un monstre de puissance, un colosse aux pieds de béton, qui saura satisfaire tous les fans de musique violente mais ciselée, et qui ne crache jamais sur un brin de mélodie pour aérer ses attaques brutales.

Le quintet (Emanuel Ribeiro - basse, Dan Vesca - chant, João Rocha et Pedro Magalhães - guitares et Tiago Silva - batterie) nous propose même quelques guitares acoustiques ibères en guise d’intro subtile (« Tree of Knowledge »), mais en se contente pas de gimmicks pour varier ses approches, et joue constamment avec le tempo, permettant à son jeune batteur (dans le groupe depuis 2016) de faire montre de ses talents de cogneur modulant sa frappe pour s’adapter aux ambiances des morceaux. Ces mêmes ambiances sont la plupart du temps compactes et sombre, mais ce qu’on remarque au prime abord en découvrant ce premier album, c’est que sa thématique de base se limite aux lyrics, et ne cherche pas forcément à intégrer le côté folklorique aux titres. Loin d’un NILE ou d’un CEMICAN, SOTZ’ se satisfait la plupart du temps d’un Metal féroce, certes très proche d’un Death de la fin des années 90, et ne cherche aucunement le crossover pour se rapprocher des racines de sa passion. Bien évidemment, quelques breaks plus calmes permettent d’apprécier la singularité du groupe, et certaines entames nous laissent apprécier le calme d’une instrumentation plus classique, qui débouche parfois sur des structures plus évolutives et ouvertes (« Ixchel »). Nous sommes donc assez loin d’un MYRATH qui n’hésite jamais à mélanger ses influences orientales à une base européenne, mais que cela ne vous empêche pas d’apprécier les portugais pour ce qu’ils proposent, à savoir un Death vraiment puissant, mais plus mélodique que la moyenne, sans tomber dans les travers niais du Death mélodique, souvent lénifiant.

Ici, seule la brutalité intelligente à droit de cité, ce qu’on réalise dès l’ouverture tonitruante de « Oracles ». Après une courte intro d’une minute et quelques, ce premier véritable morceau pose les jalons, offre une entrée en matière toute en percussions tribales, avec instruments à vent en arrière-plan, avant de nous écraser d’un énorme Metal sans pitié, qui peut rappeler les charges les plus virulentes de SAMAEL. La voix de Dan Vesca, très monolithique, profite d’un background progressif pour ne pas trop lasser de ses interventions linéaires, et c’est avant tout le travail des deux guitaristes qu’on remarque, deux guitaristes qui sont loin de se contenter de riffs prémâchés et déjà entendus mille fois. Avec ses morceaux d’une durée raisonnable, ce premier album sait rester entre des balises, et si les BPM s’affolent de temps à autres, le chaos n’est jamais le but, même si l’écrasant « The Return of Kukulkan » étouffe l’oxygène pour altérer nos sens. Beaucoup de variations donc, pour un résultat global qui sait rester homogène, quelques allusions bien senties à la scène scandinave (« Siege of Tikal »), une production exemplaire, malgré une dynamique un peu compressée sur la rythmique, et une basse quasiment inexistante, et SOTZ' de se présenter sous un jour plus que flatteur.

Exemple même de cette jeune génération qui n’hésite pas à s’inspirer de l’arrière-garde sans perdre sa propre identité, ces cinq musiciens osent donc une présentation solide, qui reflète bien leurs obsessions, au travers d’une flute perdue dans le magma ambiant (« Popol Vuh »), ou de cassures plus harmonieuses. Avec seulement trente-huit minutes de timing, Popol Vuh ne lasse jamais, d’autant qu’en fin de parcours, les portugais osent les dissonances à la GORGUTS (« Eye of Baalam »), avant de nous laisser sur un épilogue emphatique au possible qui évoque à merveille la grandeur de la civilisation Maya, et les siècles d’avance qu’elle avait sur les autres peuples.

On espère seulement que le prochain chapitre sera moins réticent à incorporer des sonorités plus folkloriques, et que l’équilibre entre violence et exotisme sera mieux géré. En gardant cette ligne de conduite, les SOTZ' risquent de n’attirer dans leur sillage que les fans de Death brutal et épais, et il serait dommage que leur philosophie tombe aux oubliettes pour cause d’implication trop timorée. 

                           

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Cenote

02. Oracles

03. The Return of Kukulkan

04. Tree of Knowledge

05. Sahkil

06. Ixchel

07. Siege of Tikal

08. Popol Vuh

09. Eye of Baalam

10. Prospects of Pakal


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/09/2021 à 14:49
78 %    23

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

@Jus de Cadavre : ok my bad ;)Moi non plus, je ne demande pas un Focus 2, m'enfin l'une des bases de Cynic (le Death) n'est vraiment plus là.Ici, j'ai l'impression d'écouter une musique planante pour junkies huppés rêvant de s(...)

16/09/2021, 20:39

Wildben

@Chemikill Et ce n'est pas du tout ce que je lui demande !

16/09/2021, 18:52

Chemikill

@widben je ne pense pas que masvidal ait envie de reproduire un focus. 

16/09/2021, 18:21

Jus de cadavre

Je n'ai pas mis Sean Reinert car il n'était plus dans le groupe depuis des années au moment de sa mort (ce n'est pas un oubli

16/09/2021, 18:08

Gargan

5 labels d'un coup, chaque membre du groupe a le sien ? 

16/09/2021, 16:45

Wildben

Je trouve l'extrait dans la lignée de leurs dernières prods : agréable mais malheureusement très loin d'un Focus. Après, comment arriver à reproduire un tel chef d'oeuvre ?

16/09/2021, 16:23

Arioch91

Après avoir vainement tenté de tenir bon en écoutant les 6:25 de l'extrait proposé et m'étant arrêté au bout de 4:29, je confirme : NEXT !

16/09/2021, 16:10

Gargan

Ça s’écoute avec un grand verre de cognac à la main, pour le prétexte d’avoir un grand verre de cognac à la main.

16/09/2021, 13:14

Chemikill

C'est une bonne claque pour ma part. 

16/09/2021, 12:52

K

Dobrze,  jechać  luczyka.

16/09/2021, 11:53

Gerggg

Tout comme arioch pour moi c’est du jazz, pas du death 

16/09/2021, 10:45

Arioch91

Bonjour,tu oublies la disparition du batteur, Sean Reinert, survenue également en 2020.Pour l'album, je sais pas trop. Autant j'avais adoré Focus, autant je m'étais fait chier en écoutant Traced in Air. Donc là, je ne me fais pas tro(...)

16/09/2021, 08:51

Bones

  

15/09/2021, 12:33

Humungus

Et le pire, c'est que j'ai perdu 3 min à vérifier si tout ceci était réellement du polak... ... ...

15/09/2021, 08:42

Bones

Dobra zabawa na placu zabaw. Dzięki chłopaki !   

15/09/2021, 07:32

Jus de cadavre

Alors en anglais à la limite ok, mais en polonais ça va devenir compliqué les gars   !

15/09/2021, 07:03

Blackdeedee

   lubczyk chooj wozi gnoj na gumowych taczkach ...

15/09/2021, 02:00

Zygzak

Straszna kupa

14/09/2021, 22:05

Bones

Pas besoin d'anorak, ça chauffe ici.

14/09/2021, 12:34

Humungus

Et bah dites donc... ... ...

14/09/2021, 09:33