Bon, j’admets, il est dimanche, c’est beau, ou l’inverse, mais ça n’est pas pour autant qu’on est obligé de se sentir en joie en allant manger une galette chez les grands-parents. On peut aussi rester à la maison, tranquille, histoire de voir si le net ne cache pas quelque part un groupe digne de quelques lignes.

Et c’est sans surprise, après trente secondes de recherches que je suis tombé sur la perle en question, du côté de Rovereto, Italie.

Pour y trouver quoi au juste ?

IGIOIA, un quatuor plein d’énergie, qui ne conçoit la musique que sous son aspect le plus violent et véhément. Autant mettre les choses au point dès le départ, je n’ai pas grand-chose à vous raconter sur eux. Je peux juste vous dire qu’ils sont trois et un (une femme, Marcella au chant, et trois mecs, Andrea, Francesco et Lorenzo qui se partagent le reste), que ce (No) Di Vivere semble être leur première réalisation si j’en crois leur Bandcamp, et que les neuf minutes passées en leur compagnie sont très rapide et…méchantes.

A part ça…

Pas grand-chose.

Ils nomment quand même quelques références, histoire de se situer un peu sur l’échiquier de l’extrême, et citent SPAZZ, CROSSED OUT, DROPDEAD, CHARLES BRONSON, NEANDERTHAL, ASSHOLE PARADE, SUPPRESSION, APARTMENT 213, ASSUCK, AGORAPHOBIC NOSEBLEED, DISCORDANCE AXIS, ce qui en dira plus long que n’importe quelle chronique que je pourrais écrire.

Mais comme je ne suis pas payé à rien foutre, j’en dirai quand même un peu plus, mais pas beaucoup.

Les IGIOIA ne font effectivement pas dans la dentelle, mais se vautrent plutôt dans les draps souillés d’un Powerviolence à tendance bien Grind, et y mettent du cœur. Leurs morceaux sont la plupart du temps basés sur un ou deux riffs, et ne franchissent que très rarement la barre de la minute, à quelques exceptions près. Une des exceptions justement est le final « Nettuno », qui s’autorise cent-cinquante secondes de lourdeur oppressante, histoire de nous laisser sur une note bien pesante et discordante.

Le reste est lapidaire et plutôt euphorique, comme en témoigne le rire tonitruant en ouverture de « Necrosi Cerebrale », et leur Hardcore vraiment velu fonce bille en tête, exhorté par les vindictes vocales d’une chanteuse qui ne fait pas semblant de beugler.

Sinon le modus operandi est simple, et ose parfois quelques exercices rythmiques assez finauds (« Nevrosi », limite Mathgrind sur les bords). Des blasts, des passages Crust/D-Beat remarquables, et même quelques riffs Hardcore’n’Roll (« Neon ») qui témoignent d’une culture assez riche.

Le tout est enrobé dans une production bien rêche, signée Lorenzo Piffer (enregistrement, mixage et mastering, bravo) aux Frizzer studios, et fait montre d’une hargne que quelques inflexions Downcore modulent avec noirceur (« Nihil Is Me », un peu Doom et au titre relativement bien choisi). Le title-track en lui-même est aussi révélateur de cette ambivalence entre tempi supersoniques et breaks léthargiques, et joue avec les ambiances pour nous tenir en haleine pendant les dix petites minutes imparties.

Quelques allusions plutôt franches (« Nausea », oui, on s’en doutait un peu quand même), du bon Powerviolence/Crust qui refuse les clivages d’époques (« Nessun Respiro », difficile en effet de reprendre son souffle dans cette tornade), et un premier EP qui sent bon la violence made in Italia, décomplexée, et largement à la hauteur de ses homologues US.

Avec un instrumental qui déroule et refuse le statisme, et une chanteuse qui expulse ses poumons à chaque intervention, (No) Di Vivere est une bonne façon de se ramoner les tuyaux, et de prendre conscience de la place prédominante de l’Italie sur la scène extrême’n’Core européenne, loin des expérimentations de ses groupes les plus ambitieux.

Mais je suis certain que les IGIOIA le sont aussi, et attendons-nous à recroiser leur route dans un avenir très proche, parce que tout ça sent bon le groupe qui va en profiter pour aligner les albums tout au long de l’année. La BO d’un dimanche pas si tranquille, loin des grands-parents et de leur galette, mais la tronche dans la boue de la vie et l’oreille alerte.


Titres de l'album:

  1. Novenovenove
  2. Necrosi Cerebrale
  3. Nevrosi
  4. Neon
  5. Nihil Is Me
  6. (No) di vivere
  7. Nausea
  8. Nessun Respiro
  9. Nettuno

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/06/2017 à 13:59
70 %    351

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Tool

Fear Inoculum

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !


Un bel objet à n'en pas douter ;-)


Ouuuh qu'il me le faut ce coffret !
J'étais au Hammer Of Doom cette année là…
Super show…
Raison de plus donc pour me l'acheter.


Pareil, billet en poche, ça peut pas se louper, ça.
Quel dommage, ce festival où j'ai pu aller le mois dernier est en effet très bien organisé, avec une sélection cohérente d'artistes et une jauge parfaite tant en nombre qu'en structure.
En espérant que ce festival perdurera au d(...)


1) J'étais malheureusement déjà au jus de cette trèèès mauvaise nouvelle.
Le big boss de l'orga m'a laissé sous-entendre que le flambeau serait ensuite repris par d'autres...
Intox ?
Quoi qu'il en soit, je croise vraiment les doigts pour que cela soit vrai.
2) N'oublie(...)


Si tu n'y est jamais allé, ^profites de l dernière édition, c'est vraiment un beau petit fest bien champêtre et chaleureux, avec une prog diabolique pour un coup très, très honnête. J'y suis allé trois ou quatre fois et chaque édition était superbe.


Nile est malheureusement en mode pilotage automatique depuis une bonne dizaine d'années maintenant. Ce n'est pas forcément mal en soi, mais dans ce cas présent, les américains sont vraiment en panne d'inspiration pour ce nouveau morceau. Rien de bien captivant. A voir sur l'album entier.


Jamais été à ce fest, mais toujours entendu de bonnes critiques. Bravo à l'équipe, et c'est classe de partir comme ça sur une dernière édition !


"Pas très bon", ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...