Souvent il y a un effet d'entraînement sur les concerts, on suit un compère motivé qui se porte garant et prend en main l'organisation. Je connaissais bien sûr Wovenhand, mais j'aurais hésité plus longtemps à faire le court déplacement vers la Paloma sans quelqu'un. Et puis il y avait la frustration d'avoir dû sacrifier les Chameleons à Toulouse la veille.

Dans le coucher de soleil d'un printemps précaire, je me demandais qui viendrait pour cette affiche qui avait l'avantage d'être exceptionnellement peu chère pour un artiste de renom. Quelques fans de Sludge et Stoner assez confits pour s'y être laissé prendre aussi, forcément. Globalement, le public était bien plus quadra et plus qu'étudiant et, en effet, fourni. Arrivant un peu juste à l'heure, je ne m'étendrai pas une fois de plus sur le confort de la Paloma, la qualité de son matériel et de sa programmation au fil des ans.


En première partie locale HAROLD MARTINEZ était inévitable. Ce chanteur guitariste issu du cru évolue en duo avec un batteur à l'équipement restreint, et propose un Country Rock Folk sudiste typé. L'atout maître est ce chant juste, doté d'une âme certaine, surplombant des riffs assez bons bien que peu originaux. Les paroles tournaient forcément autour de la thématique de rédemption chrétienne au cœur du style, 16 Horsepower, Nick Cave, Johnny Cash n'étaient pas loin mais peut-être sur un registre plus catholique pour ce que j'en ai saisi (ce qui détonne dans un pays à forte identité calviniste). Devant des compatriotes emplissant abondamment la salle rouge (la plus petite), le succès était acquis d'avance. Le son était impeccable, l'interprétation attentive malgré la simplicité de la formation, de telle sorte que se dégageait un groove suffisant pour taper du pied à défaut de décoller haut. Astucieusement, la set list avançait vers des titres de plus en plus lourds (en termes de Rock, hein). Je crois qu'il faudrait mûrir encore, traverser de vraies épreuves pour toucher le Ciel, mais une demi-heure à ce régime était déjà sympathique.


David Edwards et ses trois partenaires actuels de WOVENHAND entrèrent après une intro chamanique préparant l'esprit à ce qui allait suivre. Le mélange de Country, de Blues et de Rock Gothique, passait à merveille avec une production puissante propre à satisfaire le hardos de passage, et un mixage parfait comme la variété des éclairages. L'immersion était rapide dans un répertoire ample qui invite au vrai voyage, celui qui n'est pas seulement un périple exotique mais une authentique quête spirituelle. Edwards est tout fluet, bourré de tics qui parsèment ses récits entre quelques mimes, la main fermée un peu au-dessus de la tête, ou mordant son poignet. Surtout, son regard restait constamment caché par l'ombre du chapeau dont c'est d'évidence la vraie utilité. De même la distorsion forte de ses vocaux empêchait toute intelligibilité des textes, comme s'il les dissimulait également au profit d'une musique cohérente mais sans pareille. L'autre guitariste posait les quelques chœurs, tandis que le bassiste restait en retrait aux côtés du batteur. La basse tient une importance notable pour charpenter l'ensemble du son de Wovenhand, bien qu'aucun passage en arpège ne lui soit accordé.

Entre la marche avec le Christ (remarquez la croix pectorale à moitié enveloppée que portait Edwards), la danse tribale rituelle et l'histoire de saloon, c'est l'âme du Colorado rural qui s'emparait d'un auditoire captivé. La communication était minime (mais les "merci beaucoup" sans aucun accent), la communion profonde autour d'une musique dense comme bien des metalleux chevronnés finissent par le privilégier. Puis, le gourou prit une mandoline dans les mains au lieu de ses guitares, ce changement marquant un virage vers un répertoire encore plus contemplatif qui laissa très progressivement sortir quelques spectateurs à mesure que l'on s'avança vers le terme, signifié par le retour du sample tribal. Mais rapidement un rappel fut offert en revenant avec bonheur au tout électrique le temps de quelques titres. Le salut final assez étrange confirmait que nous nous étions laissés une fois encore envoûtés par l'un de ces grands timides bourrés de talent qui se subliment dès qu'ils prennent leur instrument.

Après un regard au merchandising assez fourni et quelques saluts, un peu de route n'était pas de trop pour atterrir de cette expérience. Mais si vous préférez du méchant, de l'explosif, je vous donne rendez-vous assez vite…


par RBD le 06/05/2017 à 04:12
   430

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

Michael Bormann's Jaded Hard

Feels Like Yesterday

Khymera

Master of Illusions

Killin' Baudelaire

Vertical Horizon

Last Addiction

Last Addiction

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !


La personne qui gère Iron Bonehead est un passionné absolument incroyable. Il réussi à garder une ligne directrice très cohérente entre toutes ces sorties. Du vrai bon boulot de sa part !


"IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites"

Alors là, je plussoi à fond ! En ce moment j'ai l'impression de n'écouter que des trucs venant de chez eux ! Et de chez Profound Lore records aussi...


Pour le Graspop, c'est pour l'instant maintenu : https://www.graspop.be/fr/actualite/gmm-2020-aura-bien-lieu-comme-prevu/238/

Je cite : "Graspop Metal Meeting 2020 aura bien lieu comme prévu. Nous sommes d’ores et déjà impatient de vous accueillir cet été! Nous surveillons l’é(...)


Et pour ce qui est du GRASPOP, quelqu'un a des news ?


Je ne sais pas pourquoi mais j'ai pensé directe à nos bons frenchies de Solekhan avec un son plus Raw, putain de rouleau compresseur ce titre.

IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites.


Cover Magnifique de Nona Limmen