Souvent il y a un effet d'entraînement sur les concerts, on suit un compère motivé qui se porte garant et prend en main l'organisation. Je connaissais bien sûr Wovenhand, mais j'aurais hésité plus longtemps à faire le court déplacement vers la Paloma sans quelqu'un. Et puis il y avait la frustration d'avoir dû sacrifier les Chameleons à Toulouse la veille.

Dans le coucher de soleil d'un printemps précaire, je me demandais qui viendrait pour cette affiche qui avait l'avantage d'être exceptionnellement peu chère pour un artiste de renom. Quelques fans de Sludge et Stoner assez confits pour s'y être laissé prendre aussi, forcément. Globalement, le public était bien plus quadra et plus qu'étudiant et, en effet, fourni. Arrivant un peu juste à l'heure, je ne m'étendrai pas une fois de plus sur le confort de la Paloma, la qualité de son matériel et de sa programmation au fil des ans.


En première partie locale HAROLD MARTINEZ était inévitable. Ce chanteur guitariste issu du cru évolue en duo avec un batteur à l'équipement restreint, et propose un Country Rock Folk sudiste typé. L'atout maître est ce chant juste, doté d'une âme certaine, surplombant des riffs assez bons bien que peu originaux. Les paroles tournaient forcément autour de la thématique de rédemption chrétienne au cœur du style, 16 Horsepower, Nick Cave, Johnny Cash n'étaient pas loin mais peut-être sur un registre plus catholique pour ce que j'en ai saisi (ce qui détonne dans un pays à forte identité calviniste). Devant des compatriotes emplissant abondamment la salle rouge (la plus petite), le succès était acquis d'avance. Le son était impeccable, l'interprétation attentive malgré la simplicité de la formation, de telle sorte que se dégageait un groove suffisant pour taper du pied à défaut de décoller haut. Astucieusement, la set list avançait vers des titres de plus en plus lourds (en termes de Rock, hein). Je crois qu'il faudrait mûrir encore, traverser de vraies épreuves pour toucher le Ciel, mais une demi-heure à ce régime était déjà sympathique.


David Edwards et ses trois partenaires actuels de WOVENHAND entrèrent après une intro chamanique préparant l'esprit à ce qui allait suivre. Le mélange de Country, de Blues et de Rock Gothique, passait à merveille avec une production puissante propre à satisfaire le hardos de passage, et un mixage parfait comme la variété des éclairages. L'immersion était rapide dans un répertoire ample qui invite au vrai voyage, celui qui n'est pas seulement un périple exotique mais une authentique quête spirituelle. Edwards est tout fluet, bourré de tics qui parsèment ses récits entre quelques mimes, la main fermée un peu au-dessus de la tête, ou mordant son poignet. Surtout, son regard restait constamment caché par l'ombre du chapeau dont c'est d'évidence la vraie utilité. De même la distorsion forte de ses vocaux empêchait toute intelligibilité des textes, comme s'il les dissimulait également au profit d'une musique cohérente mais sans pareille. L'autre guitariste posait les quelques chœurs, tandis que le bassiste restait en retrait aux côtés du batteur. La basse tient une importance notable pour charpenter l'ensemble du son de Wovenhand, bien qu'aucun passage en arpège ne lui soit accordé.

Entre la marche avec le Christ (remarquez la croix pectorale à moitié enveloppée que portait Edwards), la danse tribale rituelle et l'histoire de saloon, c'est l'âme du Colorado rural qui s'emparait d'un auditoire captivé. La communication était minime (mais les "merci beaucoup" sans aucun accent), la communion profonde autour d'une musique dense comme bien des metalleux chevronnés finissent par le privilégier. Puis, le gourou prit une mandoline dans les mains au lieu de ses guitares, ce changement marquant un virage vers un répertoire encore plus contemplatif qui laissa très progressivement sortir quelques spectateurs à mesure que l'on s'avança vers le terme, signifié par le retour du sample tribal. Mais rapidement un rappel fut offert en revenant avec bonheur au tout électrique le temps de quelques titres. Le salut final assez étrange confirmait que nous nous étions laissés une fois encore envoûtés par l'un de ces grands timides bourrés de talent qui se subliment dès qu'ils prennent leur instrument.

Après un regard au merchandising assez fourni et quelques saluts, un peu de route n'était pas de trop pour atterrir de cette expérience. Mais si vous préférez du méchant, de l'explosif, je vous donne rendez-vous assez vite…


par RBD le 06/05/2017 à 04:12
   370

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


1349

The Infernal Pathway

The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ça tient carrément la route même ! D'habitude dans le genre en France c'est assez... bancal en effet. Trop franchouillard quoi (avec l'accent qui va bien...), mais là ça le fait ! Excellent !


En tout cas, ça a dû être une sacré galère à booker comme tournée...


Stoner Rock ???
Southern Rock ouais !
Et c'est foutrement de haute qualité en plus ce bazar !!!
Improbable même…
J'en reviens pas pour un groupe de chez nous…


Encore un que je ne verrai malheureusement jamais en concert...


Perso, je trouve cette idée de double concerts géniale.
Après, c'est sûr qu'il faut avoir la finance et le temps pour se coltiner le doublon...


RIP


Bizarre, ce format, j'espère qu'il veillera à ce que les places ne soient pas trop chères.


J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?