Je pense sérieusement à dénoncer un jour les responsables de Sentient Ruin pour cause de manque d’empathie flagrant. Les traduire devant un tribunal civil ou militaire pour les juger de hauts faits de trahison musicale eut égard aux souffrances qu’ils nous auront fait subir depuis leur création à Oakland. Et sans aller jusqu’à recenser toutes les abominations qu’ils ont répandues sur un monde déjà à l’agonie, on pourra placer quelques noms dans le réquisitoire de l’accusation, pour apporter les preuves formelles de leur vilénie. Moi qui suis depuis quelques années leurs exactions de production, je peux affirmer qu’ils ont laissé leur porte ouverte aux formations les moins tolérables de l’histoire, avec une morgue le confinant à la défiance la plus absolue. C’est simple, plus vous faites de bruit, plus vous êtes laid, plus vous êtes méchant et agressif, plus vous avez de chances d’intégrer leur écurie de l’horreur, ce que prouve une fois de plus la sortie du premier LP du projet VESSEL OF INIQUITY, qui ne s’inscrira certainement pas dans la marge de leurs distributions les plus accessibles. Mais qu’attendre d’autre de la part d’un label américain ayant par le passé osé lâcher sur le marché des abominations de la trempe de VERMIN WOMB, SHOW OF BEDLAM, NECROT, PETRIFICATION, ATRAMENT et autres VOID ROT ? Pas grand-chose, sinon une solide dose de misanthropie, augmentée d’une quantité non négligeable de souffrance pour l’auditeur éventuel. Et cette nouvelle offrande ne contredira certainement pas leurs dogmes les plus fondamentaux, puisque de l’Oxfordshire, sud-est de l’Angleterre surgit une nouvelle créature innommable, dont les seules obsessions sont de repousser les limites d’un Black Metal qui n’admet déjà que très peu de contraintes.  

Fondé en 2015, le one-man project VESSEL OF INIQUITY fut déjà responsable d’une entame en version courte en 2016, via un éponyme qui posait les jalons d’une exploration des recoins les plus sombres de l’âme humaine. Aujourd’hui, animé des mêmes mauvaises intentions, ce musicien solitaire pousse l’effort de quelques minutes pour accentuer les points les plus nuisibles de sa musique, et nous proposer via Void Of Infinite Horror un voyage aux confins du non-sens harmonique, réfutant tout principe de musicalité pour s’enfermer dans un donjon de torture dont seuls les plus aguerris tenteront de franchir les lourdes portes. Pour les néophytes et les esprits purs ne connaissant pas encore la bête, ce concept est né du cerveau dérangé de S.P White, poly-instrumentiste émergeant des abysses de l’enfer, et s’impliquant aussi dans diverses formations toutes moins complaisantes les unes que les autres, comme AN AUDIENCE OF NONE, ANATTA, DYNAMICAL SYSTEM COLLECTIVE, EDGE OF DARKNESS, ou THE NULL COLLECTIVE. Dans chaque cas de figure, notre ami anglais est seul à la barre, et je le vois mal partager les responsabilités à l’écoute de ce pamphlet entièrement tourné vers une distorsion du bruit à l’extrême, pour se rapprocher des entités les plus néfastes du circuit. D’ailleurs, son label dérangé n’hésite pas à l’acoquiner avec des excroissances aussi infâmes que GNAW THEIR TONGUES, TETRAGRAMMICIDE, SUTEKH HEXEN, ou TEITANBLOOD, allant même jusqu’à coucher sur papier le nom imprononçable d’ABRUPTUM, ce qui en dit long sur le contenu de ce second LP trop bref pour être désigné comme tel.

Cinq morceaux, pour moins de vingt-cinq minutes de chaos, c’est largement suffisant pour jauger du potentiel d’un concept qui défie la gravité pour nous catapulter vers une étoile noire. Cinq chapitres qui prônent tous plus ou moins les mêmes valeurs, celle d’un BM trempé dans la lave dérangeante de l’expérimental bruitiste, cette même fontaine en geyser près de laquelle Mories va souvent étancher sa soif d’ignominie pour continuer de produire des œuvres à la dimension cauchemardesque. Et c’est d’ailleurs le parallèle le plus intéressant à dresser en partant du constat Void Of Infinite Horror, qui s’échine à mériter son titre à chaque seconde, en exceptant une outro en forme d’Ambient plus posé. Mais il est tout à fait rationnel de craindre pour la santé mentale d’un musicien qui débute son second chapitre par une déclaration de folie de la trempe de « Invocation of the Heart Girt With a Serpent », qui de ses blasts incessants, de ses arrangements de crypte hantée et de son chant indiscernable et sous-mixé évoque les crises les moins pardonnables de GNAW THEIR TONGUES, tout autant que la catharsis d’un instrumentiste décidément peu à l’aise avec les convenances harmoniques. Aussi bruyant qu’un cataclysme sismique peut l’être, ce premier morceau place la barre très haute (ou basse selon les points de vue), et développe des arguments vénéneux de guitares gravissimes, dont l’emphase est encore plus exagérée sur la suite « Babalon ». On se retrouve plongé dans un magma de lourdeur excessive, de guitares qui ne tolèrent que les inflexions les plus profondes, et de soudaines accélérations qui brisent les cervicales, pour un ballet d’horreur incroyablement dense, mais paradoxalement aussi réfléchi que viscéral. Car aussi excessive soit l’approche de S.P White, il ne nous prend pas pour de vulgaire adorateurs du veau d’or en agençant sa musique pour la rendre compréhensible, et en maniant le chaos avec une dextérité incroyable.

Et appuyé par une production absolument énorme, le musicien s’en donne à cœur noir de joie, et convoque une horde de démons aux agapes de l’apocalypse. Et plus on avance dans le marigot de ses tendances noires comme la mort, plus on s’empêtre dans un marais poisseux de haine, de ressenti et de misanthropie, la « musique » prenant des atours de moins en moins recommandables, et s’enfermant dans une lourdeur véritablement oppressante. Ainsi, le title-track développe des arguments assourdissants, adaptant l’ignominie d’un ABRUPTUM pour la traduire dans un langage cryptique capté au fond d’une caverne par un matériel pointu et moderne, et réconcilie l’Horror-Ambient des IN SLAUGHTER NATIVES et de LUSTMORD avec le Noisy BM le moins supportable. Et aussi difficile d’accès soit cette approche artistique, elle fonctionne à un niveau hypnotique assez troublant, puisqu’elle refuse les convenances du BM le plus lo-fi et déviant, pour au contraire creuser les bases. Les morceaux sont structurés et ne sont pas de simples défouloirs, le compositeur a des capacités, et les exploite, et finalement, on se retrouve captivé par cette odyssée aux frontières de l’horreur, qui nous renvoie une image de nous-même en tant que voyeurs très peu flatteuse, mais terriblement réaliste. Une traduction littérale du marasme dans lequel l’humanité est plongée, et plus concrètement, l’un des albums de BM noisy les plus pertinents, à cent lieues des caprices instantanés de formations toutes plus nulles et anecdotiquement risibles les unes que les autres.            


Titres de l'album :

                         1. Invocation of the Heart Girt With a Serpent

                         2. Babalon

                         3. Void of Infinite Sorrow

                         4. Mother of Abomination

                         5. Once More Into the Abyss

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 01/03/2019 à 16:34
80 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !