The Hardcore Pit

Shooting Daggers, Last, Hip Fire

05/08/2022

Autoproduction, Autoproduction, New Heavy Sounds

Shooting Daggers - Athames

Nouvelle rubrique, parce que le Hardcore, j’en veux encore. Sous-titré : le Punk/Hardcore est l’un des styles les plus prolixes, et voit éclore chaque semaine une grosse portée de groupes, qui ont tous leurs revendications. Et quel plus grand plaisir que d’entamer cette nouvelle formule avec un power-trio exclusivement féminin, qui hurle ses revendications comme un chien la queue coincée dans la porte. Fondé il y a quelques années, SHOOTING DAGGERS est évidemment lié au mouvement riot grrrl, ce que précise leur bio sur la page officielle de leur label, mais évidemment, il est impossible de les résumer ainsi. Sal, Bea et Raquel se revendiquent d’une étiquette feminist punk/Queercore outfit, puisque la lutte pour l’équité en matière de droits est encore un long combat loin d’être terminé, et quel meilleur vecteur d’expression que ce premier EP, décliné en trois supports, CD, 7’’ et tape.

C’est leur label national New Heavy Sounds qui se charge de la distribution, et la maison de disques a eu le nez creux. Malgré sa brièveté, Athames est l’une des grosses surprises de cet été, avec son rythme affolé, ses cris à donner des suées à Ted Bundy, ses riffs francs et massifs et sa cohésion d’ensemble. Très liées, les trois musiciennes ne se contentent pas de rentrer dans le lard façon Fastcore, mais imposent leur point de vue sur un up tempo diabolique, le tout nappé de lyrics hargneux mais terriblement lucides.

Admettons-le, ce simple/EP est le genre de truc qui s’écoute en boucle pendant une heure, tant sa hargne est tangible et sa musique addictive. Sorte de trip en immersion dans la peau d’une femme de notre siècle, ou dans les fringues d’un queer de campagne, Athames met mal à l’aise de sa violence, mais use aussi de nombreux effets/atmosphères pour nous interpeller. Et tout ça fonctionne très bien, laissant parfois place à une sorte de Heavy Core malsain et en écho (« We Will Live », on veut bien les croire), ce qui confère à ce premier format court une aura particulière et une créativité indéniable.

A l’image d’un BIKINI KILL détourné par ATARI TEENAGE RIOT en rupture de synthés et d’électronique, SHOOTING DAGGERS est une dague plantée dans le cœur des machos, des homophobes, et plus généralement de cette société inégale qui envisage encore certains de ses représentants comme des citoyens de seconde, voire troisième zone.

Entre « Liar » à l’ambiance BLACK FLAG et l’entame « No Exit », vraiment en rogne, Athames nous prend à la gorge pendant un quart d’heure, et nous fait voyager dans les couloirs du temps, entre Hardcore traditionnel et attaque alternative fumeuse des nineties. Faites-vous plaisir, et partez à la rencontre de ces trois musiciennes qui ont beaucoup de choses à dire et qui le disent très bien, et très fort.       

         

Titres de l’album :

01. No Exit

02. Liar

03. Manic Pixie Dream Girl

04. Carnage

05. We Will Live

06. You Can’t Kill Us


Facebook officiel

Bandcamp officiel


Last - The Sinless Birth

Du Hardcore encore, du Hardcore d’accord, mais du fort, du violent, et du qui te casse gentiment les dents. Et à ce petit jeu de pains balancés dans la tronche, les belges pas trop débonnaires de LAST sont des cadors, ce que leur second EP prouve en vous brisant quelques côtes et en vous offrant un bel œil au beurre noir. La bagarre, la vraie, et pour une raison simple : la diversité. Certes, le groupe des Flandres est résolument Core, mais il ne crache pas pour autant sur un brin de fantaisie Metal et même d’un jet de pus Death histoire d’agrémenter de sauce bien torride ses morceaux hargneux comme des pitbulls réveillés en pleine nuit.

La nuit, tous les chats sont gris, mais le soir, tous les belges sont teigneux. Voilà la formule à l’emporte-pièce qui pourrait résumer cette confrontation, puisque The Sinless Birth tient plus du combat psychologique et physique que de la simple écoute d’un produit mis sur le marché. Fondé en 2019, le quintet (Ruben - basse, Koen & Kristof - guitares, Kris - chant et Bert - batterie) a d’abord tâté le terrain avec confiance via Eater of the Light, mais a rassemblé ses forces pour nous offrir la déflagration la plus intense de cet été caniculaire, histoire de faire grimper la température de quelques degrés supplémentaires.

Impeccablement produit, distribué localement mais disponible sur Bandcamp, The Sinless Birth est un pur concentré de haine, comme le démontrent les intitulés des morceaux. « Chaque jour tu échoues », « Bois le sang », « Pas d’espoir », « Une époque de dépression », « La malédiction de l’humanité », « L’enfer rentre à la maison », je ne vais pas tous les citer, mais on sent que les textes ne sont pas focalisés sur l’amour de la nature ou de son prochain. Il fallait donc que la musique soit en adéquation, et ce Hardcore fortement métallisé n’est pas sans évoquer un SLAYER des années 90 en goguette avec les EXILE, et frappe fort, lourd, méchant, laissant une sensation durable de pugnacité de tous les instants.

Lucides, les belges jouent donc la dénonciation des inégalités et la torture d’une vie régentée par la société et la plèbe bienpensante. On sent que l’héritage Hardcore se manifeste surtout au niveau des textes et du chant, alors que l’instrumental lui, joue la carte de la biodiversité en recyclant des riffs purement Death sur fond de rythmique solide comme un bloc de béton. De là, inutile de chercher midi à quatorze heures, le EP s’écoute d’une traite, et puis encore une fois, et encore une fois…ad lib.

Sa brièveté joue pour lui, mais parvenu à « The Sinless Birth », limite Crust et Grind, on déplore que deux ou trois titres n’aient pas été rajoutés au dernier moment. Alors, LAST ne fait sans doute pas partie des premiers, mais ne dit-on pas que Dieu envoie ses plus valeureux soldats à la fin ?

         

Titres de l’album :

01. You Fail Every Day

02. Drink the Blood

03. No Hope

04. Times of Desperation

05. Curse of Humanity

06. Manumitter

07. Hell Comes Home

08. The Sinless Birth


Facebook officiel

Bandcamp officiel


Hip Fire - Vices and Sins

This EP is dedicated to Austin Stewart, Jace Dallas, Riley Gale, and all other friends lost too soon. Rest in Power.

On ne peut pas vraiment dire que cet EP se présente sous les auspices les plus joyeux et optimistes. En choisissant de rendre hommage à des disparus, ce groupe nous rappelle gentiment que la mort frappe n’importe où et n’importe quand, et que notre condition fragile d’humains est soumise aux caprices du destin. Ce qui, au demeurant, ne doit pas nous empêcher d’apprécier la musique proposée par HIP FIRE, lourde, intense, glauque et légèrement métissée sur les bords.

Comme dirait notre regretté Coluche, « c’est l’histoire d’un mec ». Oui, car HIP FIRE est un side-project monté par Michael Anstice, originaire d’Austin, Texas, et membre de HINAYANA. Souhaitant explorer d’autres horizons, l’homme s’est lancé en solo, en sollicitant toutefois l’aide de quelques comparses. On retrouve ainsi des featurings d’Erik Shtaygrud (guitare), et de Kyler Caron et TJ Lewis au chant. Niveau prod, c’est Michael Anstice lui-même qui s’est chargé du mixage et du mastering, en résulte un son gras, épais comme un caillot de sang, et mettant admirablement en relief le côté Metal des riffs.

La question en suspens dans tous les tympans : cette musique reste-t-elle du Hardcore, ou bien s’agit-il d’un Metal subtilement Sludge, méchamment Death, et, par moments Core, lorsque l’humeur de colère l’exige ? La réponse est simple, on s’en cogne comme du premier coupe-ongles de Dee Snider, et on savoure cette tranche de méchanceté, parfaitement adaptée  son époque, qui ne reste certes pas dans les balises précises d’un Hardcore de rue, mais qui en a l’intensité et les intentions. Si Vices and Sins n’est pas le EP du siècle, ni même du mois, il n’en est pas moins un produit efficace, qui n’est pas sans évoquer - avec un peu d’imagination - un délire commun à MEETHOOK SEED et CANCER. Comme vous le constatez, les racines ne sont pas vraiment Hardcore, pas plus que ces guitares qui rugissent des riffs noirs comme une cheminée ramonée par les RAMONES. Mais l’envie, la rage en filigrane, et ce deuil porté du bout du désespoir s’assimilent bien à cette forme de musique rageuse venue de la rue, même si parfois, notre hôte pousse le bouchon le plus loin possible sur les rives d’un Death vraiment cryptique et subtilement mélodique (« Sins », interlude loin  d’être un bouche-trou).

Alors, j’en conviens, j’aurais pu pour boucler cette nouvelle rubrique trouver un machin plus roots et moins métallique. Mais les hasards des choix étant ce qu’ils sont, je suis assez content d’être tombé sur ce moyen-format intense, déprimant et sans réel avenir autre que celui du point de vue de son concepteur.

Les rythmes sont variés, les idées aérées (« Burn the Rot »), les syncopes entrecoupées par des silences bien sentis (« Johnny Texas »), et le plaisir un peu masochiste. Avec Vices and Sins Michael Anstice s’est fait plaisir, ne nous vend pas vraiment de rêve mais plutôt une lucidité indispensable à toute survie dans cette société, en jouant une musique bien déprimante, et surtout, violente à souhait.

Hardcore ? Quelque part oui, mais bien travesti.   

   

Titres de l’album :

01. Vices (Intro)

02. Ink and Blood (feat. Erik Shtaygrud)

03. A Rider Named Death

04. Sins (Interlude)

05. Burn the Rot (feat. Kyler Caron)

06. The Pattern (feat. TJ Lewis)

07. Johnny Texas

08. Burn the Rot (feat. Kyler Caron) (Extended)


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/08/2022 à 17:29
80 %    95

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Hip Fire
@70.115.142.24
10/08/2022, 05:28:52

❤️

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Albatard

Cool le report bien détaillé, ça donne envie d’y retourner!

18/08/2022, 21:09

Seb

j'avais eu de l'espoir avec un morceau qu'il avait mis en ecoute mais le reste, c'est de la merde.Comme d'hab...

18/08/2022, 10:29

Fleur de cannibal

C’était mieux à 3 qu’à 4 ? Sans doute mais Angelripper au fond de lui ne veut pas se l’avouer … 

18/08/2022, 08:27

l\'anonyme

C'est fade et très convenu. Ca surf sur la vague actuelle, comme tous les albums de Machine Head d'ailleurs qui surfaient sur la vague du moment. Et, à force de vouloir faire des albums différents les uns des autres, ils perdent leur identité.Le seul poin(...)

18/08/2022, 08:02

Humungus

Mon dieu, mon dieu... ... ...

18/08/2022, 07:37

Humungus

Idem.(Et cela m'attriste de le dire au vu de ma vénération pour ce groupe...)

18/08/2022, 07:13

Kijgo

Et tout aussi ininteressant

17/08/2022, 21:45

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Arioch91

Pas mieux.

17/08/2022, 20:11

Eliminator

Oui je crois qu on peut dire que c est vraiment pas terrible.Machine head, Fear Factory, Sépultura... Ces groupes de mon adolescence qui aujourd hui disparaissent dans cet océan de chiasse qu est devenue l industrie musicale.Cette prod sans âme avec un son de bat(...)

17/08/2022, 19:26

KaneIsBack

Toujours un bon moment, ces reports de l'OEF, même si je ne suis pour ainsi dire jamais d'accord avec toi. Au passage, merci pour Escuela Grind, dans le genre, c'est franchement chouette. 

17/08/2022, 17:35

KaneIsBack

Pas mal. J'aurai sans doute oublié ce groupe demain, mais en attendant, je suis toujours client pour ce genre de Black/Death suédois à la Dissection. 

17/08/2022, 17:30

Humungus

Bah voilà...Cela ne révolutionne effectivement rien dans le genre, mais quoi qu'il en soit, cela faisait trèèèèèès longtemps qu'un groupe de Black 90s ne m'avait pas autant fait de l'œil.Dommage qu&apo(...)

17/08/2022, 16:00

Humungus

Un fest que je voulais faire quand j'étais encore jeune et plein d'entrain...Plus du tout le cas maintenant donc. Même si l'affiche beaucoup plus éclectique désormais me plait bien plus...PS : A te croire, malgré l'aur(...)

17/08/2022, 15:43

Jus de cadavre

La taille du report   Merci ! Un fest que je rêve de faire !

17/08/2022, 13:42

Gargan

C'est lØve.

17/08/2022, 10:59

Gargan

On dirait un générique de séries 80s US en boucle   

17/08/2022, 10:56

pierre2

On a le droit de dire que c'est pas terrible ?? mmmh....

17/08/2022, 08:37

Simony

Mouais... c'est pas fou fou...

17/08/2022, 08:30