Forever Black

Cirith Ungol

24/04/2020

Metal Blade

Les plus jeunes d’entre vous auront certainement un peu de mal à répondre à cette question : qui est CIRITH UNGOL ? Noyés dans la vague nostalgique actuelle, ils penseront à une énième formation traumatisée par la NWOBHM, et s’attendront à un premier album en respectant les codes, sans chercher à aller plus loin. Pourtant, en fouinant un peu, ces jeunes fans ne tarderont pas à découvrir que le premier album du groupe ne date pas d’hier, ni même d’avant-hier, mais bien de 1981. Surpris par cette découverte, ils voudront sans doute en savoir un peu plus sur ce groupe américain mystérieux n’ayant jamais frappé l’enclume de leurs tympans, et se plongeront dans la discographie d’un des groupes les plus uniques de l’histoire du Heavy Metal américain, volontiers plus friand de Thrash, de Speed, de Glam et de FM. Mais avant l’explosion de la cote Metal aux Etats-Unis, certains artistes avaient encore le regard tourné vers l’Angleterre et non leur propre nombril, et se servaient des enseignements seventies pour les mettre à profit du modernisme d’une décade qui allait tout révolutionner. Mais là encore, même avec un premier long publié en 1981, il serait grave de considérer les CIRITH UNGOL comme un pur produit de la tendance des années 80. A l’image d’un SCORPIONS né au début des seventies, ou d’un MAIDEN ayant fait ses premières armes au milieu de la même décennie, les américains ont entamé leur parcours bien plus tôt que leur premier témoignage vinylique, puisque leur acte de naissance affiche fièrement 1972 comme date de baptême. Mais toutes ces précisions disponibles sur le net n’en disent pas plus sur le groupe, et ne permettent pas de le cerner. Pour en savoir plus, il faut évidemment se souvenir de quelques albums qui sont depuis longtemps entrés dans la légende, dont les séminaux King of the Dead et surtout One Foot in Hell, qui font partie depuis une éternité du patrimoine Heavy US le plus fameux.

Quelle surprise donc de retrouver les californiens en 2020, alors que peu de gens s’attendaient à les voir se réunir. Pourtant, en arrière-plan, les fans savaient, et pour cause. L’acte notarié de la reformation fut tamponné en 2015, et cinq ans plus tard, le groupe presque au complet se lâche enfin, via un cinquième longue-durée qu’ils n’ont jamais eu le temps de graver de leur vivant héroïque. La carrière du groupe fut stoppée net en 1992, après un dernier et presque dispensable LP (Paradise Lost, titre qui trouvera prolongement dans le nom d’un groupe qui allait méchamment marquer les nineties, merci Milton), et malgré un travail de révérence en background, avec moult compilations et coffrets soignés, le nom de CIRITH UNGOL finit par ne plus attirer que quelques antiquaires et autres archéologues de la cause d’un Heavy aux teintes Doom prononcées. Mais même trente et quelques années plus tard, personne n’a pu oublier ce groupe si spécial qui proposait une alternative intéressante aux fils du SABBATH, l’une des rares aussi viable que les homologues nordiques de CANDLEMASS ou de la référence ST VITUS. En effet, avec un peu d’objectivité et de nostalgie, il n’est pas interdit de voir en l’œuvre du quintet tout un pan de l’histoire métallique américaine, et nombreux sont ceux qui pensent encore aujourd’hui que King of the Dead et One Foot in Hell sont des pièces maîtresses de toute discographie qui se respecte. Je partage cette opinion, ce qui ne m’a pas empêché d’aborder le cas de ce Forever Black avec beaucoup de circonspection. Les années s’écoulant, la motivation s’émoussant, le désir de capitaliser sur l’attrait old-school biaisant, il n’était pas difficile de voir en ce cinquième effort un cas d’école d’opportunisme, profitant de l’intérêt soudain du géant Metal Blade. Comment en effet espérer retrouver un groupe aussi inspiré qu’au temps de sa grandeur, d’autant plus en prenant en compte l’importance de la scène scandinave actuelle, et son apport générique et spécifique en termes de vintage poli et reluisant ? Simple, en écoutant les neuf pistes de cet album, qui donnent le sentiment d’avoir affaire à un combo de jeunes loups découvrant les joies du Heavy Metal des origines, et en livrant leur propre interprétation.

Pourtant, de jeunes loups, il n’y a point au casting de CIRITH UNGOL. Loin d’une reformation moisie autour du guitariste ou du chanteur d’origine, le groupe se présente sous une configuration presque intouchée, avec pas moins de quatre membres d’époque, le chanteur Tim Baker, le batteur Robert Garven et les guitaristes Greg Lindstrom et Jim Barraza. Certes, les pinailleurs pinailleront, et argueront du fait que seuls Greg et Robert étaient déjà en fonction en 1972, que Tim les a rejoint en 1976, et pis, que Jim n’a commencé à officier qu’en 1988, alors que le plus gros de la carrière était déjà derrière les anciens. Mais avec l’apport depuis 2016 du bassiste Jarvis Leatherby, également grave chez NIGHT DEMON, le quintet peut se prévaloir d’une crédibilité qui n’est pas restée que théorie, ou acquis. Il eut été très tentant pour les californiens de jouer la sécurité et de se fourvoyer en réadaptant des vieux classiques à peine retouchés, mais le travail accompli prouve le contraire. Et Forever Black de réussir la prouesse de s’adapter à son époque, sans trahir les optiques d’origine. C’est donc un album qui aurait pu être enregistré en 1987/88 mais qui sonne comme une production 2020 auquel nous avons affaire, et surtout, à une bordée de compositions aussi léchées que puissantes. Les musiciens n’ont rien perdu de leurs caractéristiques aussi particulières, et jouent toujours le Heavy de façon emphatique et lyrique, avec des arrêts sur la case Doom moins prononcés peut être que par le passé, mais avec toujours ce panache indéniable pour trousser des hymnes au courage et à l’honneur. On le ressent dès les premières secousses de « The Call », véritable appel à l’unité autour des héros, qui se pose en intro parfaite à l’ambiance délicatement sombre. « Legions Arise » explose enfin d’un Hard-Rock vitaminé, plein d’entrain, à l’atmosphère entre MERCYFUL FATE et SAVATAGE, mystique tout en étant catchy, et puissant tout en gardant une certaine légèreté. On constate assez vite que Tim Baker n’a rien perdu de sa superbe, hurlant toujours comme un beau diable lyrique, tandis que la paire de guitaristes s’affaire au premier plan pour nous offrir le riff le plus insistant de 2020. Le son, impeccable, trouve un compromis entre hier et aujourd’hui, et la rythmique dopée de ce nouveau bassiste tape sévère, mais fluide.

Les retrouvailles étant entérinées et appréciées, le reste du répertoire peut dérouler. Et comme il y a plus de trente ans, CIRITH UNGOL explore toutes les possibilités d’un Heavy tantôt lourd et moite (« The Frost Monstreme »), tantôt médium et proche d’ACCEPT (« The Fire Divine »), souvent épique et ample (« Nightmare », sorte de pendant négatif du DIO de Holy Diver), mais toujours pertinent, sincère et hautement mélodique (« Before Tomorrow »). Forever Black se termine même par un dernier chapitre symptomatique de la démarche du groupe depuis ses débuts (« Forever Black », un véritable aveu), et avec sa superbe pochette une fois de plus peinte par le fidèle Michael Whelan, se place parmi les plus grandes réussites du groupe. Un comeback qu’on n’attendait plus forcément, mais qui relance une machine impeccablement huilée, et tout à fait pertinente dans un contexte old-school actuel.     

                                                                                                        

Titres de l’album :

                       01. The Call

                       02. Legions Arise

                       03. The Frost Monstreme

                       04. The Fire Divine

                       05. Stormbringer

                       06. Fractus Promissum

                       07. Nightmare

                       08. Before Tomorrow

                       09. Forever Black

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/05/2020 à 17:31
80 %    493

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


MorbidOM
@78.246.0.128
17/05/2020, 05:32:33
Réécouté aujourd'hui, je le trouve vraiment bon, ça valait le coup de revenir.

Humungus
membre enregistré
17/05/2020, 14:42:41
mortne2001 & MorbidOM + 1 000 000 !!!
Et effectivement cette pochette me file de doux frissons dès que je jette un œil dessus...
Pis pour déjà la deuxième fois (cf. "I'm alive"), ils nous sortent un putain de coffret aussi superbe que bourré jusqu'à la gueule de goodies.
Merci Petit Papa Ungol !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41

Humungus

Satan + 1.J'avais encore quelques espoirs il y a peu, mais l'ITW de Barbaud dans le Figaro (???) me les a définitivement enterrés...Allez... On croise tout de même les doigts hein... ... ...

23/10/2020, 07:31

POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47

Buck Dancer

Si, sur YouTube ! 

22/10/2020, 23:26

Satan

Il n'y aura pas des festivals l'été 2021, soyons réalistes.

22/10/2020, 22:28

Reg

The same ^^

22/10/2020, 18:55

NecroKosmos

Rien que pour Didier SUPER, je suis capable d'y aller. 

22/10/2020, 18:27

Simony

On ressent parfaitement la recherche de qualité dans les sorties du label, j'ai un peu la même image d'Avantgarde en Italie également.

22/10/2020, 14:11

David

Superbe reportage ! Bien dépaysant et qui montre que le métal est vraiment universel !manque peut être un peu de photos.

22/10/2020, 08:25

Harry Klein

J'aurais préféré pouvoir entendre un nouveau titre de Mavorim <3 mais qu'à cela ne tienne, bonne nouvelle ! et j'aime bien Ad Mortem aussi, mais moins. 

22/10/2020, 07:00

Buck Dancer

La pochette me dit vaguement quelque chose mais jamais écouté cet album. Le morceau en écoute est très très bon. Merci pour la découverte. 

22/10/2020, 04:52

Satan

Von? Laissez-moi rire...

21/10/2020, 21:49

Satan

Teaser années 80 au niveau du montage? Car là, j'espère que le gars qui a fait ça a été empalé au haut d'une colline depuis...

21/10/2020, 21:46

Zen

L'albûûûm VI de Seth ?!OK je file ...

21/10/2020, 20:27

Humungus

Putain c'est trop bon ce truc !J'connaissais pas du tout...Futur achat donc.PS : Y m'énerve ce mortne2001 à connaître plus de groupes que moi... ... ...

21/10/2020, 16:15

Oliv

Le grand retour de Seth ? ...

21/10/2020, 10:55