Myth, Magic and Steel

Savage Master

25/10/2019

Shadow Kingdom Records

De l’avantage de ne pas être pris pour une buse. Avec une pochette pareille, un nom pareil, et un titre d’album pareil, pas de tromperie possible sur la marchandise. Et pour cause, puisque les SAVAGE MASTER sévissent depuis maintenant six ans sur la scène Heavy US, se targuant de trois longue-durée et de deux EP. Mené de voix d’acier par la flamboyante Stacey Savage et de guitare de fer par Adam Neal, ce gang de nostalgiques aux riffs cloutés fait en effet partie des fers de la lance de la New Wave of Old American Heavy Metal, cette vague qui déferle sur le monde depuis que quelques musiciens se sont aperçus que le vintage c’est comme les vide-greniers, ça peut rapporter sans coûter grand-chose. Coûter en termes d’inspiration évidemment, puisque tous les combos impliqués s’ingénient à reprendre à leur compte des recettes éprouvées depuis les années 80, sans changer d’un iota les ingrédients, au point qu’on peut parfois se perdre entre les influenceurs et les suiveurs. Mais comme dans toute catégorie, il y a les bons suiveurs, et les mauvais. Alors, vous pouvez emboîter le pas de cette bande hirsute aux photos promo subtilement SM : ils font partie des meilleurs. Leur Metal non édulcoré trouve sa source dans l’héritage national d’un label comme New Renaissance records, et le parallèle n’est pas utilisé par hasard. Car Stacey et ses sbires peuvent parfois rappeler l’optique d’HELLION, le groupe d’Ann Boleyn, la finesse en moins, mais la passion égale. Avec ce look improbable, on pense aussi aux MENTORS, mais finalement, après écoute de ce troisième album qui confirme la réputation, on songe plutôt aux MANILLA ROAD, à ANGEL WITCH, mais aussi à BITCH, et lorsque le tempo s’affole, aux SAVAGE GRACE, soit quelque part la crème de l’underground US d’eighties qui transposaient à leur façon la folie de la NWOBHM. Le terme est lâché, et à dessein, puisque la source d’inspiration des originaires de Louisville, Kentucky est clairement identifiée.

Guitares à la tierce, longs morceaux épiques, motifs catchy et ambiance subtilement occulte, le décor est planté, et travaillé. Ne se contentant pas d’une imagerie finaude et de quelques clichés choc, les américains nous offrent une tranche de revival qui sent bon l’authenticité et l’honnêteté. De là, il convient de garder le recul nécessaire à l’appréciation objective de l’œuvre, et admettre que l’hommage a parfois des allures de clin d’œil forcé, spécialement lorsque les thèmes sentent un peu le réchauffé. Ainsi, la redondance cyclique gagne parfois sur le terrain de l’inspiration, spécialement sur un morceau comme « Crystal Gazer » qui se contente de répéter le même gimmick à l’infini, en piquant quelques astuces d’arrangement à Angus Young. Heureusement pour nous, cette répétition d’un Heavy Metal un peu léthargique est minoritaire sur l’album, qui la plupart du temps traverse les terres du milieu avec un panache éclatant, toutes guitares dehors et les chœurs vengeurs en étendard. Quel meilleur exemple de ce courage métallique que « Lady of Steel », hymne comme on n’en fait plus depuis 85/86, ou « Myth, Magic and Steel » qui reprend le meilleur d’ACCEPT pour l’accommoder à la sauce US, plus légère en bière et moins grasse sur les oreilles. Gardant sous contrôle leurs pulsions, les américains ne font pas traîner les débats, et restent la plupart du temps sous la barre des trois ou quatre minutes, bien conscients que leurs idées ne leur permettent pas de viser la longueur. Seule exception à cette règle, le final épique et glorieux de « Warrior vs Dragon », dont le titre pourrait faire rougir de plaisir les MANOWAR et autres RHAPSODY. Avec ses huit minutes bien tassées, ce morceau est l’épilogue grandiose que l’on est en droit d’attendre d’un groupe aussi attaché aux valeurs traditionnelles, tout comme on attendait il y a trente ans un « Rime of the Ancient Mariner » ou un « Alexander The Great ».

Aussi Heavy qu’il n’est Doomy, SAVAGE MASTER se sert de toutes les armes d’époque à sa disposition, et tente tant bien que mal de varier les climats, tout en gardant cette patine sombre et occulte qui lui va si bien. Impossible au demeurant de ne pas se dire qu’une bataille rangée entre le WARLOCK de Doro et le BITCH de Betsy aurait pu donner un contexte belliqueux similaire, tant la voix rauque et éraillée de Stacey rappelle celles de ses illustres modèles. Pas toujours très finaud, ce Metal pur et costaud sait toutefois se faire un peu moins lourdaud, comme en témoigne le très speed « The Devil's Ecstasy » qu’on aurait pu retrouver sur les premiers RUNNING WILD ou LIVING DEATH, et qui témoigne de l’importance européenne dans l’affaire américaine. Musiciens capables, compositeurs humbles, le quatuor (Stacey Savage - chant, Adam Neal - guitare, Larry Myers - guitare et John Littlejohn - batterie) ne prend donc aucun risque et reste en terrain balisé, mais fait montre d’un certain flair noir lorsque l’atmosphère se veut plus feutrée et oppressante (« The Owl »), sans perdre de sa teneur en mélodie. On se dit évidemment que l’impact du SAB sur la génération 1980 est toujours aussi important de nos jours, et que la transition entre la lourdeur et la puissance est toujours aussi effective, lorsque le catchy « Flyer in the Night » résonne de son riff sautillant. Tout à fait conscients du caractère classique et bien dans son temps de leur philosophie, les SAVAGE MASTER ne sont pas dupes de leurs emprunts, et les assument plutôt bien, parvenant souvent à nous donner l’illusion d’un voyage dans le temps, grâce à une production clean mais passéiste et quelques hymnes bien troussés et blindés de toiles d’araignée (« High Priestess », un genre de court métrage Hammer pour les oreilles). Un voyage dans le temps sympathique certes pour les nostalgiques, mais quand même un cran en deçà de ce à quoi les américains nous avaient habitués, puisque Myth, Magic and Steel sonne quand même parfois un peu forcé, et tentant par tous les moyens de réitérer les exploits (modestes, restons raisonnable) des deux premiers LP.

D’ordinaire étape cruciale dans la carrière d’un groupe, ce troisième album ne convainc donc pas totalement, et se repose souvent sur des formules toutes faites. Il faudra à l’avenir que SAVAGE MASTER aille fouiller plus loin dans ses souvenirs de quoi remplir un disque entier, sous peine de se voir happé par la masse grouillante des combos old-school. Les vide-grenier, ça rapporte, mais seulement si on ne refourgue pas que des fonds de tiroir.      

                                  

Titres de l’album :

                        01. Myth, Magic and Steel    

                        02. The Devil's Ecstasy    

                        03. The Owl

                        04. Flyer in the Night    

                        05. Crystal Gazer    

                        06. Lady of Steel    

                        07. High Priestess    

                        08. Far Beyond the Grave    

                        09. Warrior vs Dragon

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/02/2020 à 14:55
70 %    560

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41