Dark Revolution

Tokyo Blade

15/05/2020

Dissonance Productions

Inutile de mentir, le dernier album de TOKYO BLADE sur lequel j’ai posé mes délicates oreilles accuse aujourd’hui trente-trois ans d’âge, et n’était même pas un véritable album du groupe, mais plutôt une escapade solo de son leader Andy Boulton. Depuis 1987 et le Ain't Misbehavin' du ANDY BOULTON’S TOKYO BLADE, je n’ai plus suivi l’actualité de ce groupe mineur, qui année après année s’ingéniait à retrouver l’essence de ses débuts, sans vraiment y parvenir. A un moment donné, je pensais même le groupe disparu pour le compte, avant de m’apercevoir que sa discographie 90’s et 2K était quand même assez fournie. Le combo est d’ailleurs passé par une multitude de labels pour garder la tête hors de l’eau (Hot Blood Records, Fresh Fruit, High Vaultage, Zoom Club Records, Fastball Music, Wasabi Records), mais revient en 2020 avec une maison de disques nationale, Dissonance Productions, pour ce qu’Andy se plaît à décrire comme l’un des albums les plus agressifs de son histoire. Je m’apprêtais donc à traiter ce disque comme un comeback inopiné de ce groupe sympathique, des années après son émergence, avant donc de découvrir qu’il n’avait jamais disparu. Mais la réelle nouveauté de cet album (et du précédent, il faut l’avouer), c’est qu’il propose aux fans un line-up historique, celui des premiers LPs des années 80. On retrouve donc Andy Boulton à la guitare évidemment, de même que John Wiggins, Andy Wrighton à la basse, Steve Pierce à la batterie et surprise, Alan Marsh au chant, celui-là même que le label avait évincé au profit de Vic Wright avant l’enregistrement du premier chapitre Night of the Blade. C’est donc un trip nostalgique que Dark Revolution nous propose, avec sa pochette qui ne laisse planer aucun doute. TOKYO BLADE, the real one is back for good, plus Heavy que jamais, et lâche onze titres pour l’occasion, qui s’ils ne titillent jamais la corde de l’originalité, renforcent les chaînes d’un Heavy mélodique de tradition.

Une line-up historique exigeait évidemment un album qui tienne la route, et capable de rivaliser avec les plus grands achèvements du passé. Et les anglais se sont très bien débrouillés, évitant le piège de la redite maladroite pour mieux adapter leurs standards d’antan à une époque plus exigeante. Le TOKYO BLADE 2020 n’a donc plus grand-chose à voir avec les classiques « Midnight Rendez-Vous » ou « Madame Guillotine », et ne s’épanche plus au travers d’un Hard-Rock catchy et mélodique. La tonalité générale de Dark Revolution est à l’image sonore de son adjectif, plus sombre, rappelant parfois l’approche du SHOTGUN MESSIAH de Violent New Breed sans les accents industriels, et le title-track résume d’ailleurs parfaitement la démarche. Guitare puissante aux riffs classiques mais sombres, chant tout en retenue (Alan Marsh n’a pas vraiment fait de progrès au chant, mais son timbre s’accorde parfaitement avec le parti pris artistique), et tout est dit ou presque sur l’ouverture high on energy de « Story Of A Nobody ». Vélocité, efficacité, immédiateté, pour des chansons qui frappent en plein cœur de rockeur, pas de fioritures, pas de mélodies niaises, mais de l’impact, de la solidité et de la fermeté, pour une approche formelle, mais vraiment agréable. Pour un peu, on en oublierait que le groupe accuse plus de quarante ans d’âge, pensant que cet album n’est que le premier d’une carrière débutante. La surprise n’en est que beaucoup plus appréciable, l’impact des chansons étant flagrant et délicieux, et remise les derniers doutes au placard. Non, les TOKYO BLADE ne sont pas un groupe de grabataires regrettant leur presque glorieux passé, et Dark Revolution fait presque honte à la gloire qui n’est jamais venue frapper à la porte du groupe. Les soli sont propres et volubiles, le son compact mais précis, l’attitude déterminée, et le résultat impeccable. En trois morceaux, dont le glorieux et nuancé « Burning Rain », le quintet frappe fort et tout de suite, pour ne pas laisser à l’auditeur le temps de tergiverser.

Bien évidemment, tout n’est pas parfait, et le choix de renforcer l’aspect dur de l’entreprise condamne certains morceaux à se ressembler. Avec près d’une heure au compteur, Dark Revolution ne peut pas se permettre de jouer la diversité à outrance, mais Andy et les siens ont quand même réussi à aérer certaines pistes pour ne pas sombrer dans la platitude. Ainsi, « Truth Is The Hunter », toujours aussi dur insère quand même une mélodie plus prononcée et allège un peu la digestion, avec quelques chœurs certes simples, mais efficaces. Et il faut attendre « Crack In The Glass » pour que le schéma se fissure un peu, avec une rythmique plus syncopée et symptomatique de la NWOBHM, et des plans de batterie moins systématiques. « Perfect Enemy » continue d’ailleurs sur la lignée de la modulation, et semble puiser dans les premières années pour nous offrir une bouffée d’oxygène. Les spécialistes pourront se montrer irrités par le chant de Marsh, toujours très limité dans ses interventions, mais heureusement, le reste du groupe rétablit l’équilibre, et livre une de ses meilleures performances. On peut regretter que TOKYO BLADE ne nous serve pas de nouveau l’un de ses hymnes imparables des années 83/85, mais avec un burner Motorheadien de la trempe de « See You Down In Hell », la pilule passe plus facilement, et le headbanging remplace le sifflement joyeux. Avec quelques titres dispensables en moins, ce nouvel album aurait pu prétendre représenter la quintessence d’un éternel oublié de la réussite, mais en passant sous silence les quelques automatismes flagrants et en se concentrant sur les titres les plus mémorables, Dark Revolution se montre plus digeste, spécialement lorsque les refrains fédérateurs parviennent à se frayer un chemin (« The Lights Of Soho »).

Du classique, du traditionnel, aucune sortie de route ni risque inconsidéré, TOKYO BLADE joue sur du velours, et parvient à faire oublier les nombreux faux-pas de sa carrière. A l’image d’un SAXON s’étant perdu en route et doublé par tous ses petits camarades avant de revenir plus solide que jamais, le quintet anglais semble bien décidé à rattraper le temps perdu, et nous offre une excellente performance. Du Hard à foison, du Heavy plus que de raison, la lame est toujours affutée, et le tranchant précis. Une bonne raison de renouer avec le passé qu’un présent éclairé remet au goût du jour.              

                                            

Titres de l’album :

01. Story Of A Nobody

02. Burning Rain

03. Dark Revolution

04. The Fastest Gun In Town

05. Truth Is The Hunter

06. Crack In The Glass

07. Perfect Enemy

08. See You Down In Hell

09. The Lights Of Soho

10. Not Lay Down And Die

11. Voices Of The Damned


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/01/2021 à 17:09
80 %    121

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


jefflonger
@2.4.68.110
12/01/2021, 18:34:03

ça fait du bien de retrouver ce groupe, bon morceau

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ah putain ouais   ! Y en a qui se sont fait sucrer leur vidéo pour moins que ça je pense sur YT !

21/01/2021, 18:06

Simony

Et c'est marqué "To Be Continued..."

21/01/2021, 17:42

Gargan

Vraiment bien foutu, que ce soit au niveau des paysages sonores que de la prod. Je me bois bien écouter ça sur un beau vinyl, installé dans un chesterfield râpé, faisant tournoyer gentiment un cognac dans son verre, le lévrier à poils ras m'app(...)

21/01/2021, 16:54

Moshimosher

J'ai le teddy bear plein de shrapnels ! Perso, ça me plaît ! 

21/01/2021, 16:49

Baxter

Réponse de Roseline : Cest quoi ce truc de sauvage, je comprends rien, par contre je sais que j'ai ordre de dire non, non ,non car le médicale buisness désire étendre son marché jusqu’à fin 2021, le temps de se goinfrer un peu encore pu(...)

21/01/2021, 14:31

Kairos

Oui certe le mot est mal choisi mais ça ne change pas grand chose

21/01/2021, 12:52

tonculpueducul

Une tentative de coup d'état... on était plus proche du cirque Pinder que d'un putsch.

21/01/2021, 12:45

tonculpueducul

A la cuisine les radasses! C'est mauvais!

21/01/2021, 12:42

Simony

Inattendu que ce groupe de la région de Nancy attérisse sur ce label. 

21/01/2021, 12:38

Seb

J'ai jamais aimé ce groupe ...

20/01/2021, 22:05

Stink

Très sympa ce clip dis donc !  

20/01/2021, 21:55

Kairos

une tentative de coup d'État avec agression sur forces de l'ordre, avec pour consequences 5 morts, t'as le droit de penser que c'est moins grave que des vitrines cassées et quelques vols, mais bon je partage pas vraiment cet avis.Je suis loin d'excuse(...)

20/01/2021, 20:41

Kerry King

Le metal est loin de ce résumé a Napalm Death ouvertement gauchiste, il y a de tout bord politique clairement, et perso je ne juge pas une personne sur ses idées politiques, je m'en branle complet. Tu peux avoir des idées plus ou moins proche de Schaffer(partie ex(...)

20/01/2021, 18:23

Moshimosher

La booze est bien acide et mes neurones me coulent dans le cœur... Une bien bonne distillation que voici ! A écouler dans le noir...

20/01/2021, 17:41

Chemikill

le solo...

20/01/2021, 12:55

KaneIsBack

Pas mal, pas mal. En tous cas un peu plus varié que le tout-venant de la production Brutal Death. Maintenant, de là à retenir le nom du groupe, il y a un pas

20/01/2021, 10:34

Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23