Célébrons en fanfare le retour d’un des plus fameux quintettes de Hanovre, qui nous en revient avec un nouvel album, qu’ils jurent être le meilleur de leur carrière. Non, il ne s’agit pas de celui auquel vous pensez, à moins que Klaus Meine et les siens aient décidé de remettre une nouvelle fois le couvert, et qu’entre deux tournées d’adieu, aient troqué leur Hard Rock léché pour du Thrash à tendance Death bien secoué. Je veux bien évidemment parler des CRIPPER, qui fêtent avec Follow Me : Kill ! leur cinquième album, et le second pour le compte de Metal Blade, trois ans après un Hyëna qui avait laissé quelques fans assez interloqués. Alors, après cette sortie en demi-teinte, allons-nous suivre leur injonction, et eux par la même occasion, dans leur fuite en avant de meurtres et autres sauvageries ? La réponse vous appartient, mais affirmons d’ores et déjà que cette nouvelle réalisation à les arguments de ses préceptes véhéments, et qu’il replace la barre à une hauteur raisonnable, tout en souffrant de travers qu’il est impossible d’occulter.

Du point de vue du combo, les choses ont changé, tout comme leur approche de l’enregistrement. Cette fois-ci, une ligne directrice générale a été adoptée avant le processus de composition, menant à l’établissement d’une atmosphère qu’on retrouve valide sur les dix morceaux de cette nouvelle attaque frontale. Le groupe affirme ainsi, « avoir adopté une approche différente de l’écriture, qui a vraiment payé. L’ambiance a été établie avant même que nous commencions à écrire. Ce qui nous a permis de donner une densité à l’album, alors même que les morceaux sont plus variés que d’habitude. »

On le sait, les discours promotionnels ont tendance à tomber dans l’emphase et le dithyrambe. Après tout, c’est de bonne guerre, puisque les artistes et labels ont plutôt intérêt à nous convaincre des qualités d’un dernier-né, plutôt que d’admettre qu’il ne constitue qu’une étape de plus sur un parcours global. Mais avouons quand même que les CRIPPER ont en partie raison. Car si leur disque souffre d’un trop plein évident d’idées qui n’ont pas forcément l’aspect innovant qu’ils assument, il réussit la plupart du temps non à nous surprendre, mais à nous déstabiliser légèrement de ses partis-pris plus nuancés.

Hyëna, il y a trois ans, m’avait presque convaincu du potentiel d’un groupe qui avait une longue histoire derrière lui. Après presque dix ans d’une carrière bien remplie, le quintette (Britta "Elchkuh" Görtz – chant

Christian "Knitzel" Bröhenhorst & Jonathan Stenger – guitares, Christian "Lommer" Lommer – basse et

Dennis Weber – batterie) osait avancer à son propre rythme pour affiner son identité, tout en pratiquant un Thrash louchant vers le Death assez radical, mais apte à inclure quelques finesses dans son acharnement rythmique. Sous cet aspect-là, les choses n’ont pas vraiment changé, puisque dès l’entame « Pressure » et sa courte intro qui plonge dans les débats, les guitares plantent les saccades et le duo basse batterie cavale à bon rythme pour supporter les grognements toujours aussi sourds et rauques de la belle Britta. Les parallèles établis, toujours pertinents, qui rapprochaient le quintette d’HOLY MOSES, d’ARCH ENEMY ou SUBORNED sont toujours d’actualité, et l’orientation n’a pas vraiment changé. Ce qui n’a pas changé non plus, c’est cette obstination à remplir un disque plus que de raison, puisque ce cinquième LP frise une fois de plus l’heure de jeu, durée assez étalée pour un album qui force sur la concision et la brutalité. Jeu dangereux ? Oui, sauf lorsque les compos suivent, et si l’on en croit les propos des allemands, la diversité est donc l’élément clé permettant d’éviter la redite ou la cohésion un peu brouillonne et lassante. Toutefois, cette redite n’est pas complètement évitée, spécialement lorsque les morceaux s’éternisent, puisque trois d’entre eux piétinent allégrement les compteurs, en choisissant de dépasser les six, sept ou huit minutes, sans vraiment combler les blancs de plans qui rebondissent…

On retrouve bien sûr cette production énorme, symptomatique des traitements Metal Blade, qui a tendance à tout niveler par les graves et la compression, et autant dire que le confort d’écoute est assez aléatoire après quelques minutes. Le professionnalisme du quintette lui permet pourtant d’éviter les pièges les plus éculés du Thrash moderne, qui puise son inspiration dans les racines, mais parfois, on aurait bien aimé un peu plus de prise de risques…L’exemple de « Comatose » en reste le plus flagrant, avec son insistance Heavy qui rend les grognements de Britta un peu stériles, malgré les efforts accomplis pour trouver un phrasé fluide qui rebondit sur des riffs redondants, mais légèrement usants. On pense à ce moment-là à un MACHINE HEAD pas forcément inspiré, qui piocherait dans son vieux stock de licks de quoi alimenter une composition alambiquée mais un peu bancale et éculée…Alors on ventile comme on peut, avec quelques passages en son clair et de fausses accalmies éclair, mais la sauce ne prend pas toujours, et nous laisse parfois l’estomac trop plein. Dommage, mais après-tout, nul n’est exempt de reproches…

Peu d’interventions courtes sur ce cinquième LP, puisque les deux pistes les plus brèves ont été placées en ouverture et fermeture. Il est tout de même possible d’apprécier les CRIPPER en version presque brève, ce qui ne garantit nullement la satisfaction de déceler un pu d’audace dans leurs idées. En format Speed, le groupe est toujours aussi convaincant, comme le démontre sans ambages « Shoot Or Get Shoot », qui ménage le Thrash et le Death, tout en conservant une optique dirty Heavy assez sombre. D’ailleurs, le mot est lâché, puisque Follow Me : Kill ! est sans conteste possible le disque le plus noir de la discographie des allemands, puisque même les envolées les plus débridées semblent se placer sous des auspices ténébreux très étudiés.

Les originaires d’Hanovre semblent avoir trouvé via cette nouvelle orientation un chemin qui leur convient bien, ce qui leur a donné des ailes de phœnix qui renait de ses cendres noires. Ils osent même une déviation Thrash/Death progressive via l’imposant «Running High », qui ne compte pas le nombre de plans accumulés, et qui du haut de ses neuf minutes impose un crescendo de tension qui laisse présager d’un avenir plus complexe qu’il n’y paraît. Le principal reproche que l’on formulera à l’encontre de cette nouvelle livraison porte sur le systématisme des vocaux de Britta, qui pourtant fait ce qu’elle peut quand l’occasion lui en est donnée pour moduler et susurrer en chant clair, mais qui doit se contenter de riffs un peu réchauffés pour exprimer son talent inné. C’est ainsi que les plus exigeants des fans préféreront sans doute cette fameuse composition précitée, qui est une des rares à tenter des choses certes maladroites, mais un peu plus culotées. Sa tension progressive et presque maladive est relativement fascinante, et nous écarte du schéma un peu trop préparé de couplets en allumage de mèche et chorus en explosion. Qui fonctionne, quand l’enthousiasme permet quelques sinuosités, à l’instar d’un très malin « Mother » qui propose une rythmique mouvante assez ludique, ou une franchise enfin exacerbée, sur le conclusif « Menetekel » qui dynamite toutes les convenances pour nous laisser sur une impression certes banale, mais radicale.

Impossible de condamner un album qui ne le mérite pas, malgré une propension à recycler des idées déjà formulées. CRIPPER continue donc son parcours sans hésitation avec Follow Me : Kill ! mais il est certain que leurs méthodes de massacre organisé mériteraient d’être un peu moins agencées, et un peu plus improvisées. Les suivrez-vous sur ce chemin bien balisé ?


Titres de l'album:

  1. Pressure
  2. Into The Fire
  3. World Coming Down
  4. Mother
  5. Shoot Or Get Shoot
  6. Bleeding Red
  7. Comatose
  8. Pretty Young Thing
  9. Running High
  10. Menetekel

Site officiel


par mortne2001 le 02/10/2017 à 18:33
73 %    194

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
02/10/2017 à 23:48:36
Vu en live il y a des années et ça sentait effectivement l'ARCH ENEMY réchauffé....

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.