Célébrons en fanfare le retour d’un des plus fameux quintettes de Hanovre, qui nous en revient avec un nouvel album, qu’ils jurent être le meilleur de leur carrière. Non, il ne s’agit pas de celui auquel vous pensez, à moins que Klaus Meine et les siens aient décidé de remettre une nouvelle fois le couvert, et qu’entre deux tournées d’adieu, aient troqué leur Hard Rock léché pour du Thrash à tendance Death bien secoué. Je veux bien évidemment parler des CRIPPER, qui fêtent avec Follow Me : Kill ! leur cinquième album, et le second pour le compte de Metal Blade, trois ans après un Hyëna qui avait laissé quelques fans assez interloqués. Alors, après cette sortie en demi-teinte, allons-nous suivre leur injonction, et eux par la même occasion, dans leur fuite en avant de meurtres et autres sauvageries ? La réponse vous appartient, mais affirmons d’ores et déjà que cette nouvelle réalisation à les arguments de ses préceptes véhéments, et qu’il replace la barre à une hauteur raisonnable, tout en souffrant de travers qu’il est impossible d’occulter.

Du point de vue du combo, les choses ont changé, tout comme leur approche de l’enregistrement. Cette fois-ci, une ligne directrice générale a été adoptée avant le processus de composition, menant à l’établissement d’une atmosphère qu’on retrouve valide sur les dix morceaux de cette nouvelle attaque frontale. Le groupe affirme ainsi, « avoir adopté une approche différente de l’écriture, qui a vraiment payé. L’ambiance a été établie avant même que nous commencions à écrire. Ce qui nous a permis de donner une densité à l’album, alors même que les morceaux sont plus variés que d’habitude. »

On le sait, les discours promotionnels ont tendance à tomber dans l’emphase et le dithyrambe. Après tout, c’est de bonne guerre, puisque les artistes et labels ont plutôt intérêt à nous convaincre des qualités d’un dernier-né, plutôt que d’admettre qu’il ne constitue qu’une étape de plus sur un parcours global. Mais avouons quand même que les CRIPPER ont en partie raison. Car si leur disque souffre d’un trop plein évident d’idées qui n’ont pas forcément l’aspect innovant qu’ils assument, il réussit la plupart du temps non à nous surprendre, mais à nous déstabiliser légèrement de ses partis-pris plus nuancés.

Hyëna, il y a trois ans, m’avait presque convaincu du potentiel d’un groupe qui avait une longue histoire derrière lui. Après presque dix ans d’une carrière bien remplie, le quintette (Britta "Elchkuh" Görtz – chant

Christian "Knitzel" Bröhenhorst & Jonathan Stenger – guitares, Christian "Lommer" Lommer – basse et

Dennis Weber – batterie) osait avancer à son propre rythme pour affiner son identité, tout en pratiquant un Thrash louchant vers le Death assez radical, mais apte à inclure quelques finesses dans son acharnement rythmique. Sous cet aspect-là, les choses n’ont pas vraiment changé, puisque dès l’entame « Pressure » et sa courte intro qui plonge dans les débats, les guitares plantent les saccades et le duo basse batterie cavale à bon rythme pour supporter les grognements toujours aussi sourds et rauques de la belle Britta. Les parallèles établis, toujours pertinents, qui rapprochaient le quintette d’HOLY MOSES, d’ARCH ENEMY ou SUBORNED sont toujours d’actualité, et l’orientation n’a pas vraiment changé. Ce qui n’a pas changé non plus, c’est cette obstination à remplir un disque plus que de raison, puisque ce cinquième LP frise une fois de plus l’heure de jeu, durée assez étalée pour un album qui force sur la concision et la brutalité. Jeu dangereux ? Oui, sauf lorsque les compos suivent, et si l’on en croit les propos des allemands, la diversité est donc l’élément clé permettant d’éviter la redite ou la cohésion un peu brouillonne et lassante. Toutefois, cette redite n’est pas complètement évitée, spécialement lorsque les morceaux s’éternisent, puisque trois d’entre eux piétinent allégrement les compteurs, en choisissant de dépasser les six, sept ou huit minutes, sans vraiment combler les blancs de plans qui rebondissent…

On retrouve bien sûr cette production énorme, symptomatique des traitements Metal Blade, qui a tendance à tout niveler par les graves et la compression, et autant dire que le confort d’écoute est assez aléatoire après quelques minutes. Le professionnalisme du quintette lui permet pourtant d’éviter les pièges les plus éculés du Thrash moderne, qui puise son inspiration dans les racines, mais parfois, on aurait bien aimé un peu plus de prise de risques…L’exemple de « Comatose » en reste le plus flagrant, avec son insistance Heavy qui rend les grognements de Britta un peu stériles, malgré les efforts accomplis pour trouver un phrasé fluide qui rebondit sur des riffs redondants, mais légèrement usants. On pense à ce moment-là à un MACHINE HEAD pas forcément inspiré, qui piocherait dans son vieux stock de licks de quoi alimenter une composition alambiquée mais un peu bancale et éculée…Alors on ventile comme on peut, avec quelques passages en son clair et de fausses accalmies éclair, mais la sauce ne prend pas toujours, et nous laisse parfois l’estomac trop plein. Dommage, mais après-tout, nul n’est exempt de reproches…

Peu d’interventions courtes sur ce cinquième LP, puisque les deux pistes les plus brèves ont été placées en ouverture et fermeture. Il est tout de même possible d’apprécier les CRIPPER en version presque brève, ce qui ne garantit nullement la satisfaction de déceler un pu d’audace dans leurs idées. En format Speed, le groupe est toujours aussi convaincant, comme le démontre sans ambages « Shoot Or Get Shoot », qui ménage le Thrash et le Death, tout en conservant une optique dirty Heavy assez sombre. D’ailleurs, le mot est lâché, puisque Follow Me : Kill ! est sans conteste possible le disque le plus noir de la discographie des allemands, puisque même les envolées les plus débridées semblent se placer sous des auspices ténébreux très étudiés.

Les originaires d’Hanovre semblent avoir trouvé via cette nouvelle orientation un chemin qui leur convient bien, ce qui leur a donné des ailes de phœnix qui renait de ses cendres noires. Ils osent même une déviation Thrash/Death progressive via l’imposant «Running High », qui ne compte pas le nombre de plans accumulés, et qui du haut de ses neuf minutes impose un crescendo de tension qui laisse présager d’un avenir plus complexe qu’il n’y paraît. Le principal reproche que l’on formulera à l’encontre de cette nouvelle livraison porte sur le systématisme des vocaux de Britta, qui pourtant fait ce qu’elle peut quand l’occasion lui en est donnée pour moduler et susurrer en chant clair, mais qui doit se contenter de riffs un peu réchauffés pour exprimer son talent inné. C’est ainsi que les plus exigeants des fans préféreront sans doute cette fameuse composition précitée, qui est une des rares à tenter des choses certes maladroites, mais un peu plus culotées. Sa tension progressive et presque maladive est relativement fascinante, et nous écarte du schéma un peu trop préparé de couplets en allumage de mèche et chorus en explosion. Qui fonctionne, quand l’enthousiasme permet quelques sinuosités, à l’instar d’un très malin « Mother » qui propose une rythmique mouvante assez ludique, ou une franchise enfin exacerbée, sur le conclusif « Menetekel » qui dynamite toutes les convenances pour nous laisser sur une impression certes banale, mais radicale.

Impossible de condamner un album qui ne le mérite pas, malgré une propension à recycler des idées déjà formulées. CRIPPER continue donc son parcours sans hésitation avec Follow Me : Kill ! mais il est certain que leurs méthodes de massacre organisé mériteraient d’être un peu moins agencées, et un peu plus improvisées. Les suivrez-vous sur ce chemin bien balisé ?


Titres de l'album:

  1. Pressure
  2. Into The Fire
  3. World Coming Down
  4. Mother
  5. Shoot Or Get Shoot
  6. Bleeding Red
  7. Comatose
  8. Pretty Young Thing
  9. Running High
  10. Menetekel

Site officiel


par mortne2001 le 02/10/2017 à 18:33
73 %    263

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
02/10/2017 à 23:48:36
Vu en live il y a des années et ça sentait effectivement l'ARCH ENEMY réchauffé....

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html