Célébrons en fanfare le retour d’un des plus fameux quintettes de Hanovre, qui nous en revient avec un nouvel album, qu’ils jurent être le meilleur de leur carrière. Non, il ne s’agit pas de celui auquel vous pensez, à moins que Klaus Meine et les siens aient décidé de remettre une nouvelle fois le couvert, et qu’entre deux tournées d’adieu, aient troqué leur Hard Rock léché pour du Thrash à tendance Death bien secoué. Je veux bien évidemment parler des CRIPPER, qui fêtent avec Follow Me : Kill ! leur cinquième album, et le second pour le compte de Metal Blade, trois ans après un Hyëna qui avait laissé quelques fans assez interloqués. Alors, après cette sortie en demi-teinte, allons-nous suivre leur injonction, et eux par la même occasion, dans leur fuite en avant de meurtres et autres sauvageries ? La réponse vous appartient, mais affirmons d’ores et déjà que cette nouvelle réalisation à les arguments de ses préceptes véhéments, et qu’il replace la barre à une hauteur raisonnable, tout en souffrant de travers qu’il est impossible d’occulter.

Du point de vue du combo, les choses ont changé, tout comme leur approche de l’enregistrement. Cette fois-ci, une ligne directrice générale a été adoptée avant le processus de composition, menant à l’établissement d’une atmosphère qu’on retrouve valide sur les dix morceaux de cette nouvelle attaque frontale. Le groupe affirme ainsi, « avoir adopté une approche différente de l’écriture, qui a vraiment payé. L’ambiance a été établie avant même que nous commencions à écrire. Ce qui nous a permis de donner une densité à l’album, alors même que les morceaux sont plus variés que d’habitude. »

On le sait, les discours promotionnels ont tendance à tomber dans l’emphase et le dithyrambe. Après tout, c’est de bonne guerre, puisque les artistes et labels ont plutôt intérêt à nous convaincre des qualités d’un dernier-né, plutôt que d’admettre qu’il ne constitue qu’une étape de plus sur un parcours global. Mais avouons quand même que les CRIPPER ont en partie raison. Car si leur disque souffre d’un trop plein évident d’idées qui n’ont pas forcément l’aspect innovant qu’ils assument, il réussit la plupart du temps non à nous surprendre, mais à nous déstabiliser légèrement de ses partis-pris plus nuancés.

Hyëna, il y a trois ans, m’avait presque convaincu du potentiel d’un groupe qui avait une longue histoire derrière lui. Après presque dix ans d’une carrière bien remplie, le quintette (Britta "Elchkuh" Görtz – chant

Christian "Knitzel" Bröhenhorst & Jonathan Stenger – guitares, Christian "Lommer" Lommer – basse et

Dennis Weber – batterie) osait avancer à son propre rythme pour affiner son identité, tout en pratiquant un Thrash louchant vers le Death assez radical, mais apte à inclure quelques finesses dans son acharnement rythmique. Sous cet aspect-là, les choses n’ont pas vraiment changé, puisque dès l’entame « Pressure » et sa courte intro qui plonge dans les débats, les guitares plantent les saccades et le duo basse batterie cavale à bon rythme pour supporter les grognements toujours aussi sourds et rauques de la belle Britta. Les parallèles établis, toujours pertinents, qui rapprochaient le quintette d’HOLY MOSES, d’ARCH ENEMY ou SUBORNED sont toujours d’actualité, et l’orientation n’a pas vraiment changé. Ce qui n’a pas changé non plus, c’est cette obstination à remplir un disque plus que de raison, puisque ce cinquième LP frise une fois de plus l’heure de jeu, durée assez étalée pour un album qui force sur la concision et la brutalité. Jeu dangereux ? Oui, sauf lorsque les compos suivent, et si l’on en croit les propos des allemands, la diversité est donc l’élément clé permettant d’éviter la redite ou la cohésion un peu brouillonne et lassante. Toutefois, cette redite n’est pas complètement évitée, spécialement lorsque les morceaux s’éternisent, puisque trois d’entre eux piétinent allégrement les compteurs, en choisissant de dépasser les six, sept ou huit minutes, sans vraiment combler les blancs de plans qui rebondissent…

On retrouve bien sûr cette production énorme, symptomatique des traitements Metal Blade, qui a tendance à tout niveler par les graves et la compression, et autant dire que le confort d’écoute est assez aléatoire après quelques minutes. Le professionnalisme du quintette lui permet pourtant d’éviter les pièges les plus éculés du Thrash moderne, qui puise son inspiration dans les racines, mais parfois, on aurait bien aimé un peu plus de prise de risques…L’exemple de « Comatose » en reste le plus flagrant, avec son insistance Heavy qui rend les grognements de Britta un peu stériles, malgré les efforts accomplis pour trouver un phrasé fluide qui rebondit sur des riffs redondants, mais légèrement usants. On pense à ce moment-là à un MACHINE HEAD pas forcément inspiré, qui piocherait dans son vieux stock de licks de quoi alimenter une composition alambiquée mais un peu bancale et éculée…Alors on ventile comme on peut, avec quelques passages en son clair et de fausses accalmies éclair, mais la sauce ne prend pas toujours, et nous laisse parfois l’estomac trop plein. Dommage, mais après-tout, nul n’est exempt de reproches…

Peu d’interventions courtes sur ce cinquième LP, puisque les deux pistes les plus brèves ont été placées en ouverture et fermeture. Il est tout de même possible d’apprécier les CRIPPER en version presque brève, ce qui ne garantit nullement la satisfaction de déceler un pu d’audace dans leurs idées. En format Speed, le groupe est toujours aussi convaincant, comme le démontre sans ambages « Shoot Or Get Shoot », qui ménage le Thrash et le Death, tout en conservant une optique dirty Heavy assez sombre. D’ailleurs, le mot est lâché, puisque Follow Me : Kill ! est sans conteste possible le disque le plus noir de la discographie des allemands, puisque même les envolées les plus débridées semblent se placer sous des auspices ténébreux très étudiés.

Les originaires d’Hanovre semblent avoir trouvé via cette nouvelle orientation un chemin qui leur convient bien, ce qui leur a donné des ailes de phœnix qui renait de ses cendres noires. Ils osent même une déviation Thrash/Death progressive via l’imposant «Running High », qui ne compte pas le nombre de plans accumulés, et qui du haut de ses neuf minutes impose un crescendo de tension qui laisse présager d’un avenir plus complexe qu’il n’y paraît. Le principal reproche que l’on formulera à l’encontre de cette nouvelle livraison porte sur le systématisme des vocaux de Britta, qui pourtant fait ce qu’elle peut quand l’occasion lui en est donnée pour moduler et susurrer en chant clair, mais qui doit se contenter de riffs un peu réchauffés pour exprimer son talent inné. C’est ainsi que les plus exigeants des fans préféreront sans doute cette fameuse composition précitée, qui est une des rares à tenter des choses certes maladroites, mais un peu plus culotées. Sa tension progressive et presque maladive est relativement fascinante, et nous écarte du schéma un peu trop préparé de couplets en allumage de mèche et chorus en explosion. Qui fonctionne, quand l’enthousiasme permet quelques sinuosités, à l’instar d’un très malin « Mother » qui propose une rythmique mouvante assez ludique, ou une franchise enfin exacerbée, sur le conclusif « Menetekel » qui dynamite toutes les convenances pour nous laisser sur une impression certes banale, mais radicale.

Impossible de condamner un album qui ne le mérite pas, malgré une propension à recycler des idées déjà formulées. CRIPPER continue donc son parcours sans hésitation avec Follow Me : Kill ! mais il est certain que leurs méthodes de massacre organisé mériteraient d’être un peu moins agencées, et un peu plus improvisées. Les suivrez-vous sur ce chemin bien balisé ?


Titres de l'album:

  1. Pressure
  2. Into The Fire
  3. World Coming Down
  4. Mother
  5. Shoot Or Get Shoot
  6. Bleeding Red
  7. Comatose
  8. Pretty Young Thing
  9. Running High
  10. Menetekel

Site officiel


par mortne2001 le 02/10/2017 à 18:33
73 %    319

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
02/10/2017 à 23:48:36
Vu en live il y a des années et ça sentait effectivement l'ARCH ENEMY réchauffé....

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !