Limbo

Gaerea

24/07/2020

Season Of Mist

Second album des portugais de GAEREA, qui en 2018 nous avaient secoués d’un premier jet de bile et d’acide, présentant une version lusophone d’un Black Metal aussi barbare que créatif et riche. Passant de

Transcending Obscurity Records à Season of Mist, les originaires de Porto franchissent donc un cap et s’apprêtent à jouer dans la cour des grands, et il est évident que les musiciens en étaient conscients au moment d’enregistrer ce Limbo qui ne laisse guère place au hasard ou aux approximations. Enregistré aux Demigod Recordings, mixé et masterisé par Miguel Tereso, ce second effort de la bande est d’une écrasante puissance, d’une lourde majesté, et ouvre les portes de l’enfer en grand, histoire de bien nous inonder de créatures infernales et autres goules malfaisantes. Il est assez incroyable de noter la puissance dont fait preuve le groupe au moment d’asseoir sa réputation, et si ce LP ne contient que six titres, ses cinquante minutes prouvent que l’optique choisie était la bonne. N’utiliser que les idées les plus pertinentes, et alterner entre vélocité féroce et apaisement mélodique trompeur, pour proposer une somme de plans conséquente, et surtout, des structures évolutives qui confèrent à cette œuvre une aura maléfique délicieuse. Les portugais nous avaient déjà fait le coup avec l’impitoyable Unsettling Whispers, qui avait reçu un excellent accueil de l’underground, mais gageons que les fans du groupe seront convaincus par cette amélioration des points forts. Sans révolutionner le genre, les musiciens y apportent leur touche, et surtout leur professionnalisme. Proposant une approche séductrice, sans renoncer à une certaine éthique, les GAEREA se rapprochent dangereusement des meilleurs albums du genre, de ceux que le temps transforme en pierres angulaires, et d’ailleurs, sûr de son fait, le quintet entame son entreprise de déconstruction par un long pavé de plus de onze minutes qui met les choses immédiatement au point.

Evacuons immédiatement les détails techniques, en précisant que le quintet masqué a peaufiné tous les aspects de son retour, à commencer par cette gigantesque production qui fait trembler les murs et résonner les chuchotements dans les cryptes. Le son est ample, écrasant mais pas étouffant, les guitares virevoltent comme des psaumes démoniaques dans une église de prêtre défroqué, et le chant, habilement mixé porte de toute sa force son message de catharsis. La rythmique, évidemment très volubile, oublie un peu la basse dans le mixage, mais l’abattage impressionnant de la batterie fait vite oublier ce manque qui n’en est pas un. Stylistiquement, le groupe reste fidèle à sa démarche, et mélange BM de tradition, efficace et terriblement violent, et passages en Mid Heavy qui relancent la machine et maintiennent la pression. D’où cette sensation de souffle terrible et chaud qui se dégage des compositions, qui ne ménagent pas leurs efforts pour nous bousculer. Avec « To Ain », GAEREA se dégage une voie royale vers le cœur des esthètes du BM le plus pertinent et intelligent, et utilise le temps à bon escient, en passant d’un thème à l’autre sans perdre son fil conducteur. Si l’intro est suffocante de majesté, avec ses dissonances et ses percussions incantatoires, la construction en crescendo ne tarde pas à se mettre en place, permettant à une pluie de blasts de nous inonder l’âme. Conscients qu’on ne place pas une composition de plus de dix minutes sans réfléchir à son impact, le groupe agence son avancée, impose des cassures pressantes, avant de céder au charme d’un break Ambient du plus bel effet, dont les murmures s’accommodent très bien de ces arpèges en son clair en background. En un seul titre, GAEREA valide son retour, et nous sidère de sa maîtrise, et si son label n’hésite pas à placer quelques comparaisons sur la route (UADA, NUMENOREAN, THE GREAT OLD ONES, SVARTIDAUDI), le groupe de Porto se dispense très bien de parallèles tant son identité est devenue forte et imprimée au filigrane sur ses morceaux.

D’ailleurs, un seul des segments s’autorise une durée inférieure à cinq minutes, ce qui en dit long sur l’inspiration. Car malgré un timing très étiré, les compositions ne marquent jamais le pas, et font montre d’une créativité étonnante dans la bestialité maîtrisée. Constatation immédiatement confirmée par le terrassant « Null », qui mélange la crudité de l’école norvégienne et l’efficacité de la méthode allemande, avec ce mélange constant des tempi qui se succèdent à une vitesse folle. Si les riffs donnent parfois le sentiment de servir de texture d’arrière-plan (il est assez rare de les percevoir de façon claire), les harmonies qu’ils dispensent sont les pivots de cette réalisation, hésitant entre saccades classiques et lourdes attaques de médiator. Le chant, évidemment cruel et rauque est assurément l’autre point fort de cette œuvre et rapproche le groupe d’une version possédée d’un Post Hardcore soudainement passé de l’autre côté de la barrière. Il est toutefois difficile de se concentrer sur chaque segment d’un album qui ne contient que des idées valides. Et si « Glare » rappelle les meilleurs moments de MARDUK et DARK FUNERAL, si « Urge » se montre implacable de sa violence ouverte et sans limites, ce sont évidemment les titres les plus développés qui attirent l’attention. Accordons toutefois une mention spéciale à « Urge » pour son feeling Punk, Heavy et Hardcore sur les bords, mais la fascination dégagée par « Conspiranoia » porte le travail à une hauteur bien plus ambitieuse. Les portugais ont bien compris que le BM noble des années 2020 se doit d’exploiter des pistes un peu différentes que celles empruntées par ses aînés, et en acceptant cet héritage progressif, GAEREA se montre hypnotique lorsqu’il accepte d’aérer ses évolutions par des moments de faux calme plus inquiétant qu’autre chose.

Et comme pour mieux assommer définitivement l’auditeur et lui faire comprendre qu’il a affaire à un groupe à part, Limbo se termine sur un interminable pamphlet de plus de treize minutes, lui aussi rempli à ras bords d’harmonies acides, d’accélérations dantesques, de harangues vocales impitoyables, à la manière d’un MAIDEN complètement dévoué au malin. Et de fait, Limbo de ses limbes impénétrables et envoutants est plus qu’un simple album de Black Metal réussi. Il est un disque de musique extrême riche et précieux, un disque qui joue avec les limites et les possibilités, et l’œuvre d’un grand groupe qui en deux albums à peine se place déjà comme l’un des grands espoirs non de demain, mais d’aujourd’hui.                             

   

Titres de l’album:

                      01. To Ain

                      02. Null

                      03. Glare

                      04. Conspiranoia

                      05. Urge

                      06. Mare

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/03/2021 à 18:28
88 %    69

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21