Limbo

Gaerea

24/07/2020

Season Of Mist

Second album des portugais de GAEREA, qui en 2018 nous avaient secoués d’un premier jet de bile et d’acide, présentant une version lusophone d’un Black Metal aussi barbare que créatif et riche. Passant de

Transcending Obscurity Records à Season of Mist, les originaires de Porto franchissent donc un cap et s’apprêtent à jouer dans la cour des grands, et il est évident que les musiciens en étaient conscients au moment d’enregistrer ce Limbo qui ne laisse guère place au hasard ou aux approximations. Enregistré aux Demigod Recordings, mixé et masterisé par Miguel Tereso, ce second effort de la bande est d’une écrasante puissance, d’une lourde majesté, et ouvre les portes de l’enfer en grand, histoire de bien nous inonder de créatures infernales et autres goules malfaisantes. Il est assez incroyable de noter la puissance dont fait preuve le groupe au moment d’asseoir sa réputation, et si ce LP ne contient que six titres, ses cinquante minutes prouvent que l’optique choisie était la bonne. N’utiliser que les idées les plus pertinentes, et alterner entre vélocité féroce et apaisement mélodique trompeur, pour proposer une somme de plans conséquente, et surtout, des structures évolutives qui confèrent à cette œuvre une aura maléfique délicieuse. Les portugais nous avaient déjà fait le coup avec l’impitoyable Unsettling Whispers, qui avait reçu un excellent accueil de l’underground, mais gageons que les fans du groupe seront convaincus par cette amélioration des points forts. Sans révolutionner le genre, les musiciens y apportent leur touche, et surtout leur professionnalisme. Proposant une approche séductrice, sans renoncer à une certaine éthique, les GAEREA se rapprochent dangereusement des meilleurs albums du genre, de ceux que le temps transforme en pierres angulaires, et d’ailleurs, sûr de son fait, le quintet entame son entreprise de déconstruction par un long pavé de plus de onze minutes qui met les choses immédiatement au point.

Evacuons immédiatement les détails techniques, en précisant que le quintet masqué a peaufiné tous les aspects de son retour, à commencer par cette gigantesque production qui fait trembler les murs et résonner les chuchotements dans les cryptes. Le son est ample, écrasant mais pas étouffant, les guitares virevoltent comme des psaumes démoniaques dans une église de prêtre défroqué, et le chant, habilement mixé porte de toute sa force son message de catharsis. La rythmique, évidemment très volubile, oublie un peu la basse dans le mixage, mais l’abattage impressionnant de la batterie fait vite oublier ce manque qui n’en est pas un. Stylistiquement, le groupe reste fidèle à sa démarche, et mélange BM de tradition, efficace et terriblement violent, et passages en Mid Heavy qui relancent la machine et maintiennent la pression. D’où cette sensation de souffle terrible et chaud qui se dégage des compositions, qui ne ménagent pas leurs efforts pour nous bousculer. Avec « To Ain », GAEREA se dégage une voie royale vers le cœur des esthètes du BM le plus pertinent et intelligent, et utilise le temps à bon escient, en passant d’un thème à l’autre sans perdre son fil conducteur. Si l’intro est suffocante de majesté, avec ses dissonances et ses percussions incantatoires, la construction en crescendo ne tarde pas à se mettre en place, permettant à une pluie de blasts de nous inonder l’âme. Conscients qu’on ne place pas une composition de plus de dix minutes sans réfléchir à son impact, le groupe agence son avancée, impose des cassures pressantes, avant de céder au charme d’un break Ambient du plus bel effet, dont les murmures s’accommodent très bien de ces arpèges en son clair en background. En un seul titre, GAEREA valide son retour, et nous sidère de sa maîtrise, et si son label n’hésite pas à placer quelques comparaisons sur la route (UADA, NUMENOREAN, THE GREAT OLD ONES, SVARTIDAUDI), le groupe de Porto se dispense très bien de parallèles tant son identité est devenue forte et imprimée au filigrane sur ses morceaux.

D’ailleurs, un seul des segments s’autorise une durée inférieure à cinq minutes, ce qui en dit long sur l’inspiration. Car malgré un timing très étiré, les compositions ne marquent jamais le pas, et font montre d’une créativité étonnante dans la bestialité maîtrisée. Constatation immédiatement confirmée par le terrassant « Null », qui mélange la crudité de l’école norvégienne et l’efficacité de la méthode allemande, avec ce mélange constant des tempi qui se succèdent à une vitesse folle. Si les riffs donnent parfois le sentiment de servir de texture d’arrière-plan (il est assez rare de les percevoir de façon claire), les harmonies qu’ils dispensent sont les pivots de cette réalisation, hésitant entre saccades classiques et lourdes attaques de médiator. Le chant, évidemment cruel et rauque est assurément l’autre point fort de cette œuvre et rapproche le groupe d’une version possédée d’un Post Hardcore soudainement passé de l’autre côté de la barrière. Il est toutefois difficile de se concentrer sur chaque segment d’un album qui ne contient que des idées valides. Et si « Glare » rappelle les meilleurs moments de MARDUK et DARK FUNERAL, si « Urge » se montre implacable de sa violence ouverte et sans limites, ce sont évidemment les titres les plus développés qui attirent l’attention. Accordons toutefois une mention spéciale à « Urge » pour son feeling Punk, Heavy et Hardcore sur les bords, mais la fascination dégagée par « Conspiranoia » porte le travail à une hauteur bien plus ambitieuse. Les portugais ont bien compris que le BM noble des années 2020 se doit d’exploiter des pistes un peu différentes que celles empruntées par ses aînés, et en acceptant cet héritage progressif, GAEREA se montre hypnotique lorsqu’il accepte d’aérer ses évolutions par des moments de faux calme plus inquiétant qu’autre chose.

Et comme pour mieux assommer définitivement l’auditeur et lui faire comprendre qu’il a affaire à un groupe à part, Limbo se termine sur un interminable pamphlet de plus de treize minutes, lui aussi rempli à ras bords d’harmonies acides, d’accélérations dantesques, de harangues vocales impitoyables, à la manière d’un MAIDEN complètement dévoué au malin. Et de fait, Limbo de ses limbes impénétrables et envoutants est plus qu’un simple album de Black Metal réussi. Il est un disque de musique extrême riche et précieux, un disque qui joue avec les limites et les possibilités, et l’œuvre d’un grand groupe qui en deux albums à peine se place déjà comme l’un des grands espoirs non de demain, mais d’aujourd’hui.                             

   

Titres de l’album:

                      01. To Ain

                      02. Null

                      03. Glare

                      04. Conspiranoia

                      05. Urge

                      06. Mare

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/03/2021 à 18:28
88 %    122

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52