Non, les musiciens Brésiliens ne se contentent pas de jouer du Black teigneux ou du Thrash fiévreux, ils peuvent aussi se répandre dans les joies d’un Hardcore vraiment furieux, ce que démontre avec véhémence et violence le quatuor SCUMBAG!, qui nous offre donc depuis le mois de mars ses vues sur un Core à tendance Crust de première catégorie, qui va piocher son inspiration tout autant dans son patrimoine que dans les enseignements d’Amérique du Nord des années 80.

Peu d’informations à leur sujet, si ce n’est sur leur Bandcamp qui nous révèle l’existence d’une démo fin 2016, et de ce premier LP, distribué par la structure nationale Disease Records, sans pour autant cacher ses aspirations DIY, typiques du mouvement.

SCUMBAG!, c’est d’abord quatre musiciens (Marvin – chant, Espasmo – guitare, Chad – basse et Jorge – batterie), mais surtout une attitude plutôt frondeuse et un Hardcore assez sombre aux inflexions aussi rapides que ténébreuses. Une certaine vision de la vie au Brésil, via le prisme musical de ces originaires de Petropolis, la fameuse « Cité Impériale » lusophone, située à une soixantaine de kilomètres de Rio.

Pas grand-chose de plus à se mettre sous la dent hors constitution et location géographique, mais en écoutant cet initial Ameaça Para a Sociedade (Menace pour la Société en VF) vous apprendrez tout ce qu’il y a à savoir sur la scène Core brésilienne, aussi abrasive et violente que ses homologues internationales, quoique légèrement plus âpre que son équivalent Nord-Américaine, et assez Rock’n’Crust dans ses fondements. Un peu comme si les RATOS DE PORAO, MADBALL et DISCHARGE avaient adopté un jeune prodige du style, pour le transformer en machine de guerre Hardcore implacable et irrésistible.

SCUMBAG! fait donc honneur à son patronyme au travers des dix morceaux de ce premier LP, qui ne contient aucun temps mort et très peu de redites, même si l’inspiration couvre trente années du style pour en présenter un panorama presque exhaustif.

Entre rythmiques en mid tempo boostées par des riffs vraiment costauds, et envolées de vélocité implacables et échevelées, Ameaça Para a Sociedade est suffisamment varié pour ne jamais lasser, même si les ambiances à la DISCHARGE semblent consteller son ciel de rage et de haine envers l’adversité. C’est relativement patent sur des morceaux au tempo médium comme « Mantenha-se firme » qui adapte aux standards lusophones les échos gravissimes de Hear Nothing, ou même sur l’accablant « Eu me Odeio Duando Não ando de Skate », qui reprend les accents de la guitare de Bones tout en les confrontant sans préparation à de furieuses embardées Thrashcore de première fournée.

Mais les Brésiliens savent aussi préparer leur propre tambouille avec leurs propres ingrédients, et s’en tirent même avec les honneurs, comme le démontrent sans ambages les malicieux « A lei do mais forte », et ses samples assombris de riffs orageux, ou « Desprezível » qui parvient à nous plaquer au sol de son groove dégénérant assez souvent en Crust light tout à fait prenant.

Production sèche et sans fioritures, mixage équilibré aux fréquences un peu étouffées, l’underground brésilien sait faire parler la poudre et garder une éthique indéniable, en troussant de petits hymnes à la violence locale, s’abritant sous l’ombre d’influences manifestes tout en acceptant d’affronter la chaleur d’un soleil plus personnel.

C’est terriblement bien joué, avec une colère somme toute assez symptomatique du NYHC des années 90, mais exprimée avec une spontanéité typiquement Sud-Américaine (« Eu não vou mudar »).

Même en version plus développée, le quatuor parvient toujours à trouver des idées pour se renouveler, comme le démontre le long et éprouvant « Bolsonazi cuzão », qui pendant plus de trois minutes égrène les semis du ressenti, en osant des saccades plus classiques, sur lesquelles rebondissent les vocaux toujours très pertinents de Marvin, dont le phrasé heurté s’accommode très bien de ces poussées de fièvre soudaines qui rendent les morceaux épidermiques.

Juxtaposition de rythmiques up et Crust, guitares qui ne bavardent pas dans le vide, et textes adaptés à la rage d’un combo vraiment survolté, Ameaça Para a Sociedade est le cri du cœur d’une génération de musiciens épuisés par la corruption, et qui hurlent leur désarroi sans modération.

Offensifs en version compacte (« Ofensivo pra caralho » gros pavé dans la tronche qui une fois de plus cite DISCHARGE dans le texte, en plus virevoltant s’entend), les SCUMBAG! tentent même avec brio le coup de la citation finale en reprenant avec déférence un classique des 7 SECONDS, « We're gonna fight », qui apporte un peu de légèreté street à leur pamphlet, mais qui s’accorde très bien avec le reste de ce premier jet.

Références, personnalité, puissance et variété, ce premier album des originaires de Petropolis est appelé à vite devenir un classique du genre, sans en faire trop, mais en allant suffisamment loin pour ne pas trop s’empêtrer dans le démarquage trop marqué.

Efficace et malin, Ameaça Para a Sociedade est un disque à cheval entre le passé des 80’s et un présent pas plus réjouissant, mais vous permettra de vous extérioriser pendant presque une demi-heure pour vomir votre bile sur un quotidien parfois un peu trop dur à supporter.


Titres de l'album:

  1. Scumbag
  2. A lei do mais forte
  3. Eu me odeio quando não ando de skate
  4. Gambé
  5. Desprezível
  6. Mantenha-se firme
  7. Eu não vou mudar
  8. Bolsonazi cuzão
  9. Ofensivo pra caralho
  10. We're gonna fight (7 Seconds cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/04/2017 à 14:59
75 %    424

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon