Les mecs se plaignent, le Hardcore, le Thrash, le crossover deviennent trop sérieux, le fun d’antan manque, et après tout, ils n’ont pas tort puisque le truc était instinctif au départ, comme une sale blague qui fait rire les potes, une capote remplie d’eau et jetée d’un balcon sur un pauvre passant innocent.

Et c’est vrai. Terriblement vrai. Cette vie est suffisamment pénible pour ne pas se sentir obligé de se coltiner les prétentions artistiques de groupes qui finalement ne pissent pas plus loin que les clowns qu’ils pointent du doigt.

Et en parlant de clowns, les trois Pays de Galleux de PIZZATRAMP en sont de bons. Pas des clowns blancs, pas non plus de gros débiles au nez rouge, mais un truc entre les deux, qui prend la déconne avec sérieux.

Pourtant la pochette puait salement du graphisme avec son trait grossier plus symptomatique de la scène Punk fendard, et on ne s’attendait pas vraiment à découvrir caché dessous un énorme Punk Hardcore aux subtiles et néanmoins prononcées touches de Crossover.

C’est pourtant ce qui vous prendra à la gorge dès les premières secondes de Blowing Chunks, qui en effet coupe de larges tranches de Core au peppéroni rigolard et efficace, sans olives noires, mais avec une bonne dose d’anchois qu’on balance à la gueule du chat (parce que les anchois sur la pizza, c’est vraiment dégueulasse).

Alors d’où viennent-ils ces pourfendeurs d’humeur maussade ? Du Pays de Galles comme précisé, d’où ils ont émergé fin 2014 en configuration trio (Sammy Two Cabs – basse et grognements, Jimmy No Whammy – guitare et hululements, Danny Bang Bang – batteur rapide et cohérent).

Ils ont déjà eu l’impolitesse de sortir quelques EP, ce qui fait donc de ce Blowing Chunks leur premier effort en presque longue durée, puisque le machin n’excède pas la demi-heure.

Mais c’est un des atouts de cette farce qui n’en est pas vraiment une. Avec une quinzaine de titres courts et concis, fun mais précis, le trio frappe fort et juste, et n’envoie pas de tarte à la crème hors-jeu. On sent bien sûr de grosses influences, comme les MUNICIPAL WASTE en plus vintage, mais aussi la scène Core de Boston, les grosses guitares de Rocky George et le phrasé de Muir, la folie des STUPIDS et la vélocité paillarde des NO FX, et tout ça mélangé donne lieu à une grosse fête Hardcore qui donne le sourire et l’envie de fracasser la télé sur le cadre contenant le portrait fané de mémé.

Comme tous bons branleurs qui se respectent, les PIZZATRAMP s’affirment mauvais, mais évidemment, ne les croyez pas sur parole, ils n’en ont aucune. Ils acceptent comme influences notables les BLACK FLAG, MINOR THREAT, les DK et les PISTOLS, mais aiment aussi intégrer quelques éléments Thrash dans leur foutoir, ce qui le rend encore plus efficace et ludique. A vrai dire, et pour résumer la fête pas si bête, on pourrait dire que leur album ressemble beaucoup à une pente Californienne dévalée sur un skate à fond la caisse, et sans casque ni genouillères. C’est dangereux évidemment, mais tellement marrant qu’on se tape de savoir s’il reste du mercurochrome ou pas.

En l’état, Blowing Chunks propose quatorze tranches de vie qui ne dépassent jamais les deux minutes, et qui vont à l’essentiel. Et en mettant de côté le final improvisé et hautement dispensable de « Petrol Chicken » qui ne sert à rien sinon à se poser en ultime sketch pas drôle du tout, le tout frise la perfection dans les styles choisis, et pourrait bien incarner un gros revival Crossover comme on n’en a pas entendu depuis très longtemps.

Pour en arriver là, les trois barges ont fait le tri dans leurs riffs et n’ont retenu que les meilleurs, ce qui s’entend sans difficultés de «CCTV » à « Choruses Are For Cunts », et son aveu/boutade extrêmement clair.

  

Les refrains, c’est pour les petits malins (en version polie évidemment), mais les grosses guitares tronçonnées façon CRYPTIC SLAUGHTER qui se taillent une partie de rami avec les vieux SUICIDAL TENDENCIES, c’est pas pour les bouffis. C’est un peu la leçon à tirer de ce premier pamphlet qui expurge la crème rance du haut de la tasse de café.

Alors après…Que les mecs sonnent comme les SLAYER qui reprennent du Hardcore, mais cette fois-ci, pas par-dessous la jambe (« Fuck You Heavy », au moins c’est clair), ou comme des DRI du dimanche qui n’ont pas que ça à faire («Nunchunks Of Hell », douze secondes de blague Télé Z, mais drôle), ou qu’ils se prennent pour Ian MacKaye qui tâte du « Possessed To Skate » en pensant à « Filler » (« Blowing Chunks », peut-être le meilleur brûlot du lot), ils assurent et rassurent quant à la mentalité d’un Crossover qu’on pensait déjà galvaudé et trop sérieux pour encore faire marrer.

Une basse brillante qui n’hésite pas à en rajouter dans les cordes relâchées (« Piss Smasher », le plus méchamment Core sombre de l’ensemble), et qui part en vrille pour survoler un Fastcore à parfum Thrash qui dévore (« Pollyticks », jeu de mots OK, mais salaison bien corsée et breaks amoncelés), rythmique volubile qui touche sa bille et qui appuie des guitares Heavy méchantes comme un jour de pluie au skate park (« Slick Witch », avec ses parties de chant hurlées comme un gosse qui vient de s’écraser le nez contre la rampe),et puis une soudaine humeur Core N’Roll qui se permet un hymne que les FLAG auraient pu oser sur leur début de carrière (« Queen of Ringland »).

On n’oublie pas au passage de ratisser les allées avec un Fastcrossover qui dépouille le pauvre clébard de ses puces sans produit toxique (« Scumbag Boogie », pas vraiment ZZ TOP, mais habile et débile dans sa rencontre fortuite entre les NOFX et les JERRY’S KIDS), on peaufine le travail d’un « Two Dogs Six Legs » qui justement honore la race canine handicapée d’un tonitruant revival Hardcore qui aurait fait d’eux des leaders il y a quelques années.

Alors, en mettant de côté cette conclusion ni marrante ni très futée, on obtient quand même un des meilleurs albums du style qui fonce sans forcer et renvoie dans les caves les groupes qui ne se sentent plus péter. PIZZATRAMP avec Blowing Chunks parvient à rassasier tous les fans attablés, qu’ils aient faim de Hardcore, de Punk, de Metal, de Crossover ou de tout ça en même temps, sans utiliser le micro-ondes ni servir du réchauffé.

Pochette moche, mais blagues amusantes pour une musique franche et légère, traitée avec respect.

Si ça vous intéresse, une vidéo est dispo pour illustrer « Town Clown », et un vinyle en forme de pizza sortira via le label TNS Records.

 Alors un conseil, invitez des potes à la maison et faites tourner ça à fond. Les meubles ne devraient pas rester en place très longtemps et votre soirée va vite virer à l’ersatz de Jackass, avec une meilleure bande-son. Très con, mais c’est comme ça qu’on l’aime non ?

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 24/11/2016 à 12:02
85 %    384

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Kryzees + Manigance + King Crown

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)