Sur ce coup-là, je n’ai pas tout compris. Ne me demandez pas pourquoi, mais je connais depuis longtemps CRUELLA, obscur combo Heavy de Portland, Oregon, pour être tombé un jour sur leur deuxième album, Shock The World, que j’avais vu chroniqué dans je ne sais plus quel magazine. J’avais alors découvert un Heavy un poil lyrique, avec un sens de l’emphase sympathique, mais pas de quoi révolutionner mon quotidien alors en pleine transition entre le Thrash boom de 86 et la dérive Death et Grind de la fin des eighties. Une anecdote qui aurait pu rester enfermée dans le coffre de mes souvenirs, jusqu’à ce que je tombe sur ce Metal Revenge sorti de (quasiment) nulle part. Avec un peu de persévérance, j’ai réussi à savoir pourquoi cette sortie m’avait interpellé, et j’avais donc choisi de m’y intéresser, sans savoir que ce cas presque d’école allait déclencher des céphalées. Car voyez-vous, les informations disponibles à propos de ce nouvel effort sont à peu près aussi foisonnantes que les promesses de campagne tenues…A l’écoute du produit en question, j’ai pensé à une compilation de démos, ou à un album avorté remis sur le marché, mais il semblerait bien au vu des photos promotionnelles que Metal Revenge soit bien le troisième album officiel de CRUELLA, et donc une nouveauté tout à fait tangible. Abordons-le donc sous cet aspect-là, en s’enthousiasmant quelque part du retour de ce combo plongé dans les ténèbres depuis 1992, année de son split.

Pour les néophytes de la cause, pas d’inquiétude. Si le nom de CRUELLA n’évoque pas d’image précise, voire pas d’image du tout, rien d’étonnant à cela. Avec deux longue-durée parus très confidentiellement sur les indépendants US Metal Records et Rock Power/Crazy Life Music, aucune surprise à être passé à côté de cette référence, qui outre une distribution réduite, avait le handicap de jouer une musique pas vraiment franche du collier. A cheval entre Heavy lourd et pataud, Power à l’occasion, et Thrash un peu timide, les américains avaient le tort de ne pas vraiment trancher, et force est de constater que le problème est le même aujourd’hui. Je pensais à une démo d’ailleurs eu égard au son plus qu’approximatif de l’album, dont les médiums grésillent, dont les graves se résument aux notes les plus frappées de la basse et quelques coups de grosse caisse, et dont le chant sous-mixé dans le lointain sont symptomatiques. Il semblerait qu’en adéquation avec la vague old-school actuelle (ou plus simplement par manque de moyens…), les anciens presque héros aient choisi un cachet casher, qui confère à leur troisième LP une aura particulière d’œuvre coincée dans deux espace-temps différents…Mais loin de représenter une plus-value, cette production à la louche plombe des morceaux inventifs, qui avec un son plus étoffé et ample auraient pu se montrer compétitifs, et qui finalement restent assez vagues, imprécis, aux breaks hasardeux, et au feedback bizarre…

Mais cette sensation d’être tombé sur une maquette est aussi validée et accentuée par le fait que justement, la première démo du groupe, publiée en 1986 s’appelait déjà…Metal Revenge. Les CRUELLA auraient-ils souhaité nous plonger dans les affres de la perplexité, annonçant leur retour par le biais le moins direct qui soit ? Sans élément de réponse, impossible de juger, mais avec un line-up à moitié renouvelé (Roger DeCarlo - guitare et Kirk Johnson - basse, tous deux depuis 1986, accompagnés de Kaleb Davies - batterie et Tony Profitt - chant, depuis 2018), deux vieux de la vieille remettent donc le couvert, et nous présentent une poignée de sept nouvelles chansons, au parfum déroutant, et à la direction artistique plus ou moins erratique. S’agit-il encore de Heavy classique, de Power épique, de Thrash typique, de rien ou de tout ça en même temps ? Difficile à dire, puisque l’écart de style entre l’ouverture « Rampage » et « Burnt », est à peu près la même distanciant un habile clone de SAVATAGE/MANOWAR d’une démarque sage de HEXX et INFERNAL MAJESTY…Entamant les hostilités de la manière la plus formelle qui soit, les originaires de Portland décident ensuite de faire feu de tout bois, et explorent toutes les possibilités offertes par la nostalgie du Metal des années 80…Ardu dès lors de faire son choix dans ce festival de versatilité, qui voit le quatuor s’embourber dans un Heavy à tendance Power très formel ou s’exciter d’un Thrash de guingois, avec blasts surprenants et chant mordant. Plutôt en équilibre instable, Metal Revenge n’en est pas moins assez séduisant, dans un genre de cabinet des curiosités pas forcément bien rangé, mais foisonnant de surprises qui déstabilisent.

Si la patine la plus lourde ne convient pas vraiment, adoptant des postures tragiques à la MERCYFUL FATE d’occasion, l’agression nous permet de nous envoler, suggérant METAL CHURCH, en version excitée (« Slapped in the Face »), ou HEXX et la clique de série B d’il y a trente ans (« Burnt »). Entre les deux, des choses bizarres, dissonantes, occultes et dérangeantes, comme le très évolutif « Zombie March (March into Fire) », sorte de marche funéraire à la DEATH SS retravaillée par un Rob Zombie fatigué. Mais même en admettant les défauts inhérents à cette réalisation, et en faisant preuve d’objectivité, il est impossible de ne pas craquer pour ce Metal gentiment daté, mais joué avec envie, et faisant preuve de culot vicieux et d’originalité déviante. Ainsi, « Ancient Ruins », en final orgiaque, joue parfaitement son rôle, et fait encore regretter que la production ne soit pas performante avec ses riffs acides et son chant un peu traînant. Soulignons d’ailleurs le travail vocal de Tony Profitt qui permet à certaines idées de décoller beaucoup plus haut que leurs possibilités d’origine, même si le talent de guitariste rythmique de Roger DeCarlo n’est pas inintéressant en soi. Mais l’un dans l’autre, et après plusieurs écoutes attentives, j’avoue avoir un faible pour ce Metal Revenge bricolé par les CRUELLA, qui nous replonge avec sincérité dans une époque où le manque de moyens était facilement comblé par une passion indéfectible.   

 

Titres de l’album :

                      1.Rampage

                      2.Leave Me Alone

                      3.Dopemestic Violence

                      4.Zombie March (March into Fire)

                      5.Slapped in the Face

                      6.Burnt          

                      7.Ancient Ruins

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/08/2019 à 18:00
75 %    214

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...