Oozing Radioactive Vomition

Cryptworm

15/12/2024

Me Saco Un Ojo Records

Le jour vient de se lever sur une étrange idée : le Death Metal serait devenu le style le plus propice pendant les fêtes, et donnerait le sourire aux petits et grands qui mangent la dinde et des chocolats au faisan. Non que j’ai perdu l’esprit, mais un peu de poésie ne fait de mal à personne, surtout si la dite poésie concerne un album aussi féroce et graveleux qu’Oozing Radioactive Vomition. Originaires de Bristol, les CRYPTWORM n’en sont pas à leur coup d’essai, puisque ce second long fait évidemment suite à un premier, mais aussi à deux formats moyens, ce qui leur a permis d’établir leur réputation dans leur Angleterre natale.

Un an à peine après Spewing Mephitic Putridity, CRYPTWORM rouvre donc le cercueil, pour nous faire profiter d’une jolie odeur d’embaumement foiré. Comme si un boucher de grande surface retrouvait un vieux congélateur à l’abandon et débranché depuis plusieurs saisons, le trio anglais nous balance ses effluves de mort directement dans les naseaux, nous donnant des haut-le-cœur et des vomissements spontanés. Dit de cette manière, ça laisse dubitatif et pourtant, je vous promets que la sensation est inoubliable.

Dans un registre de Death cryptique et grognon, Tibor Hanyi (guitare/chant), Joss Farrington (basse) et Jamie Wintle (batterie) dominent leur sujet, et livrent une partition bien crade et maculée de sang. En mixant les bas morceaux les plus infects d’AUTOPSY et les méthodes de barbecue de MORTICIAN, les CRYPTWORM projettent des images morbides à souhait, vignettes de l’horreur patiemment élaborées, en diapositives cramées puisque restées trop longtemps sous la chaleur.

Impossible de résister à cette attaque frontale, hommage aux films de zombies les plus affreux, entre Fulci, Mattei, et toute la vague bis italienne des années 70/80. Rien de bien nouveau, mais du panache, et de l’entêtement au moment d’écrémer le style de ses scories les plus mélodiques. Ici, la mélodie n’a pas droit de cité, et est enterrée au plus profond d’une vielle fosse commune, quelque part dans un village oublié.

Avec un frontman et seul membre d’origine ayant traîné sa voix immonde et ses cordes d’outre-tombe dans de nombreux autres concepts (COFFINBORN, MÖRBID CARNAGE, ROTHADAS, TYRANT GOATGALDRAKONA, ex-BURIED REMAINS, ex-NECROSODOMY, ex-GOBLIN GORE, ex-GRAVECRUSHER, ex-FLOOD HAS COME), CRYPTWORM s’appuie sur un professionnalisme en passion d’un Death bourbier et sale come un bousier. Rien n’est propre sur cet album, si ce n’est le son, entre gravité suprême de la scène US et cataclysme Doom à la nordique. La caisse claire, non traitée, donne le métronome, tandis que la guitare, au groove certain, confère aux morceaux un groove bienvenu. La quintessence d’un genre qui accepte toutefois de se laisser amadouer par des techniques plus fédératrices.

Si les titres se suivent et se ressemblent beaucoup, c’est uniquement parce qu’Oozing Radioactive Vomition s’appréhende comme un tout et non une somme de parties. Avec des accents Gore très prononcés, une fascination pour IMMOLATION et CANNIBAL CORPSE, CRYPTWORM est un asticot de cimetière très capable en son genre, qui pond ses œufs dans le corps encore presque frais d’une pauvre victime ramassée dans le fossé un petit matin d’hiver triste et blafard.

Si on comprend assez vite le principe de la chose, on l’apprécie quand même, puisque les trois trublions font preuve d’un savoir-faire imparable dans la succession des plans, ce qui permet aux chansons de rebondir sur des idées rythmiques avant de s’écraser dans une lourdeur au moins équivalente à une coulée de boue post-inondations. C’est donc très vilain, chanté post-mortem par un vocaliste peu avare en roulements de gorge, et surtout, très digeste puisque les méchants musiciens nous attaquent sans prendre de gants, mais avec la politesse des puristes qui respectent leur public.

Alors évidemment, tout ça sent le sapin, mais pas de celui qu’on met dans un coin de la pièce, avec boules, guirlandes et petits angelots. Non, le sapin des cercueils fabriqués à la chaîne, pour enterrer anonymement la population mondiale subissant les premiers/derniers assauts d’un monde qui ne supporte plus notre prétention. Nous ne sommes plus au sommet de la chaîne alimentaire depuis longtemps, mais CRYPTWORM nous le rappelle de la plus directe des façons.

Le soleil brille toujours, mais il y a quelque chose d’inquiétant dans sa chaleur. Comme les prémices d’une fournaise à venir, anticipant un grand froid éternel.             Vous êtes déjà passé directement d’une cabine à UV à une chambre froide ?

Alors, c’est un peu le même principe.   

 

        

Titres de l’album:

01. Oozing Radioactive Vomition

02. Organ Snatcher

03. Miasmatic Foetid Odour

04. Necrophagous

05. Engulfed By Gurgling

06. Submerged Into Vile Repugnance


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/02/2024 à 17:43
75 %    88

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40