On appelle ça le syndrome de la page blanche.  Ce moment intense où rien ne se passe, ni dans la tête, ni dans le stylo et encore moins sur le clavier. Pas par manque d’envie ou d’inspiration mais plutôt par peur de ne pas être à la hauteur de ses attentes, de ses désirs.  Les affres de la déception en quelque sorte. Pourquoi  donc  s’escrimer à rédiger une chronique si la finalité n’est pas à la hauteur de son intention initiale, celle de se faire plaisir à l’aboutissement de celle-ci ? Comment rendre la lecture d’une chronique agréable pour férus de musique si l’on a déjà du mal à exprimer ce que l’on ressent au fond de soi ? Pour être concis, comment faire plaisir au lecteur sans se faire plaisir avant tout ? « Je suis comme je suis », écrivait aussi pudiquement que merveilleusement Jacques Prévert en 1956, dans son recueil de poèmes Paroles. C’est exactement cela. A prendre ou à laisser. C’est de cette manière qu’a été initié le projet ARES…, un one-man-band relativement mystérieux, à l’aura vraiment  singulière. Celui-ci m’a expressément été recommandé par un ami sur Facebook. Pour ma part, jamais je n’avais entendu parler de ce projet. Etant plutôt d’un naturel curieux, me voici donc à la recherche de quelques informations sur ce ARES… en question. Quelques clics et voici la page Bandcamp qui apparait sous mes yeux. Trois albums au compteur et trois artworks plutôt joliment troussés bien qu’assez similaires dans l’esprit. L’esprit… Il y en a dans cette musique. Et plutôt deux fois qu’une.

Difficile d’obtenir des informations concrètes s’agissant de ce musicien de l’ombre officiant donc à tous les postes inhérents à la conception d’un album. L’homme est aussi discret sur ses méthodes de travail ou de composition que sa musique est riche et intense. Aux quelques questions glanées au hasard d’échanges fort courtois et terriblement sincères via messenger, le musicien répond presque inlassablement : « tout est dans ma musique, aucun intérêt d’en rajouter ». En d’autres termes, impossible pour moi d’en savoir davantage. Qu’à cela ne tienne, la musique est un vecteur de communication paradisiaque. Me voici donc à l’entame de ce Black Hole paru en décembre dernier. On le sait désormais, le musicien s’est chargé de tous les instruments du disque en plus du mixage, de la production, du mastering et de l’écriture. Un travail absolument titanesque à saluer comme un seul homme tant le résultat est probant pour ne pas dire prodigieux. L’écriture tout d’abord. La musique proposée par ARES… est  essentiellement instru-mentale, en ce sens que le vôtre -de mental - risque d’être mis à rude épreuve à l’écoute de cette musique luxuriante. Il vous faudra plusieurs écoutes pour comprendre l’essence du travail de cet excellent musicien et arrangeur, certaines d’entre elles effectuées au casque vous seront par ailleurs nécessaires afin d’en retenir  toutes les subtilités. Les parties de guitares sont à ce point développées que l’attention de l’ouïe est requise à son potentiel le plus élevé. Les superpositions de six-cordes ont cela de passionnant qu’elles attrapent l’étrier pour ne plus le lâcher et poussent l’auditeur dans ses derniers retranchements. Car oui, l’écoute peut par moment s’avérer éprouvante pour qui n’a pas l’oreille un peu attentive et délicate. Il est parfois difficile de maintenir un niveau d’écoute aussi élevé que le niveau technique proposé. Mais dans un souci d’équilibre judicieusement travaillé en amont, l’auteur des partitions a su trouver quelques magnifiques moments d’une douceur bienvenue, de chatoyants oasis de fraicheur que l’on peut qualifier d’oxygénation du cerveau avant de repartir de plus belle à la découverte de cette jungle sonore encore vierge de tout coup de machette destructeur.  ARES… pourtant ne détruit pas, bien au contraire. Il déconstruit nos certitudes pour remodeler à sa façon et de ses mains généreuses certains de nos fondements que l’on croyait volontiers inébranlables. Alors on progresse au son de ces rythmes souvent asymétriques à cinq ou sept croches, de ces tierces, de ces cartes à jouer en quintes et de ces claviers dignes d’un délicat effeuillage des choux. Les lignes de basse sont elles aussi de toute beauté et extrêmement bien mises en avant de le son globale de l’album. Un régal ! Les ambiances apportées à la structure des morceaux sont autant de ponts de traverse parfois sombres, souvent lumineux mais toujours judicieusement à propos. Pour définir la quintessence de ARES…, il est nécessaire d’aborder cette œuvre comme une musique de film dont il n’est pas question d’en couper le fil. A écouter d’une traite et sans temps mort. On pense parfois à Hans Zimmer pour une certaine grandiloquence,  à Vangelis qui ne doit pas être très loin non plus, de même qu’à Eric Serra dans ce qu’il a pu proposer de plus percutant et musclé. La mise en son est globalement de très haut niveau  même si cela peut sonner peut-être de temps à autres un peu froid, voire légèrement clinique. Un parti pris ? Nul ne le saura. Sans doute le musicien, seul maître à bord, manque-t-il de hauteur de vue, ce qui serait tout à fait compréhensible à la lumière du peu d’éléments dont je dispose pour la rédaction de cette bafouille. Peut-être l’avis d’un tiers lui aurait été bénéfique afin de capturer un petit supplément d’incandescence dans la mise à plat du son. Mais il serait bien présomptueux de ma part d’apporter un jugement aussi hâtif qu’abrupte et malvenu ! Il s’agit là d’un ressenti personnel bien maladroit, convenons-en. Les influences du musiciens, en plus de celles précitées, semblent aussi diverses que variées. Pour ma part, j’ai perçu quelques bribes de Sithu Aye, un soupçon de DEPECHE MODE, quelques larmes de Stanislas - oui le chanteur-auteur-compositeur français – et sans doute pas mal de Steve Vai ou Frank Zappa pour l’aspect audacieux et les relents plus que jazzy de certaines compositions. Attention ! Tout ceci n’engage que le rédacteur de ces quelques lignes. Chacun y trouvera sa fibre personnelle, sa connexion cognitive propre car la musique de ARES… est avant tout une invitation à l’introspection, au voyage intérieur et cérébral ainsi qu’à la main mise sur le vortex émotif. Black Hole laisse libre court à l’imagination de chacun tout en laissant percevoir ce qui est familier. C’est tout le paradoxe de cette musique. Ardue mais délicieusement attachante. Difficile d’accès de prime abord, elle se laisse néanmoins apprivoiser lorsque l’auditeur exigeant en perce le secret. D’autant que l’inverse est aussi très vrai en ce sens que tous les amateurs de metal ne parviendront sans doute pas au terme d’une première écoute, distraite de surcroit. Il faut être attentif, à l’écoute de ses pulsions naturelles en ouvrant ses chakras, son cœur et ses oreilles le plus largement possible. ARES… se mérite. Lorsque les conditions sont réunies, tout devient alors limpide et jouissif. Le metal n’est qu’un postulat de départ et il serait bien triste et complètement injuste d’enfermer cette musique dans ce carcan. Si l’auditeur se doit de l’apprivoiser, cette œuvre a elle aussi besoin de vous apprivoiser pour être votre amie. Elle ne se livre pas facilement. Elle est un peu sauvage, espiègle mais désireuse de montrer l’étendue de son affection débordante. On n’écoute pas la musique de ARES… comme celle d’un ascenseur sinon elle se braque et tourne les talons pour mieux vous snober avec panache. Bref, c’est une musique d’adultes consentants et de bonne foi. Tout le monde ne le sera pas et ce sera bien dommage car ARES… s’avère tout bonnement passionnant même si quelques défauts seraient peut-être à souligner, aucune œuvre n’étant par définition parfaite. D’autant que le tourbillon formant le trou noir de l’artwork n’a pas l’air commode, si vous voyez ce que je veux dire. Effrayant à regarder de peur de s’y précipiter. A moins que ce ne soit lui qui vous regarde…

Bandcamp

Track listing

1 - Human Reality

2 - Wormhole

3 - Illusion Of Time

4 - Nebula

5 - Black Hole

6 - Earth Mother

7 - Sagittarius A

8 - Osmosis Stary

9 - Free Fall



par Alexis Cro-Mags le 05/03/2018 à 08:00
88 %    403

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


jean leroux
@80.201.175.103
05/03/2018 à 11:54:39
excellent ça dechire grave

Zhor
@176.184.190.6
22/03/2018 à 09:35:08
Tout est dis... bonne musique... bonne esprit... loin des standards d aujourd hui... un vrai travail... et comme il le rappel justement... Seul la zik compte... tout le reste est superflu... on sent que le bonhomme est la pour partager sa musique... pas ses fesses ... bravo

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.