Le Hard Rock mélodique, l’AOR, sont en quelque sorte nés à l’Ouest de l’Europe et aux USA, il y a de cela quelques décennies. Le genre à toujours survécu, malgré les attaques successives de genres plus à même de séduire la jeunesse, et se porte aujourd’hui à merveille si l’on en croit le volume de groupes qui s’y consacrent corps et âme. Et si l’Angleterre et les Etats-Unis ont su garder leur pavillon flottant haut sur la mer des mélodies, la Suède s’est imposée ces dernières années comme le paquebot le plus puissant sur ce même océan. Leur flotte est désormais reine sur les vagues, et le déferlement continu de leurs vaisseaux tient plus de l’invasion que de la visite de courtoisie…Je n’ai jamais pris le temps de recenser leurs noms sur un carnet de bord, mais s’il y en a un que j’ai toujours gardé en mémoire, c’est bien celui de H.E.A.T. Pourquoi ? Parce que c’est un de ceux dont la quille fend le plus facilement les mouvements d’une mer d’harmonies, alors que son moteur lui permet d’avancer à vive allure, au point de figurer aujourd’hui parmi les leaders qu’on tente de suivre de loin, mais qui s’éloignent toujours trop vite pour qu’on les rattrape.

Admettons-le, ses matelots sont tous les meilleurs à leur poste respectif, et les quatre escales qu’ils nous ont offertes depuis leur embarquement en 2007 ont laissé de profondes traces dans nos oreilles, à tel point qu’ils représentent presque la quintessence même de la cohésion d’équipe. Et leur cinquième périple, entamé en Thailande à des airs de croisière de luxe, menée tambour battant et machines à plein régime, et refrains de marins expérimentés s’échappant d’une hune qui leur permet de voir arriver la concurrence de loin.

Mais quelle concurrence, puisque ces cinq suédois (guitare: Sky Davis (aka Dave Dalone), basse: Jimmy Jay, claviers: Jona Tee, batterie: Crash et chant: Erik Grönwall) la laissent en rade en augmentant le nombre de nœuds auxquels ils naviguent ? Il semblerait que le temps passant ne marque aucunement leur enthousiasme, et que leurs albums sonnent toujours aussi frais depuis leurs débuts. C’est ce qui est le plus impressionnant lorsqu’on aborde leur cas, et ce cinquième LP, Into The Great Unknown le prouve avec flamboyance. Il ne vous projettera certainement pas dans l’inconnu, mais pose quand même quelques questions dont les réponses restent en suspens dans une autre dimension. Comment font-ils pour renouveler sans cesse leur inspiration, et jouer de nouveaux morceaux avec autant d’envie, comme si leur vie en dépendait ?

Mystère, mais finalement, comme nous sommes les grands gagnants de cette énigme, nous n’allons pas nous creuser la tête pour rien. Alors apprécions ce nouvel effort pour ce qu’il est, à savoir l’un des meilleurs albums de Hard mélodique et hargneux de cette année, et un trophée de plus sur la longue liste de victoires des suédois qui n’en finissent pas de nous émerveiller…

Produit par l’immanquable Tobias Lindell aux Karma Sound studios de Bangkok, Into The Great Unknown synthétise en dix morceaux le meilleur d’un genre que l’on peut dire hybride, et mélange des refrains gigantesques à des couplets dantesques, dans un élan de professionnalisme qui laisse pantois, mais qui a su garder son cœur de teenager rockeur aux abois. Spontanéité pour un disque qui pourtant a été peaufiné, et qui aligne les tubes comme à la parade des grandes voiles. D’ailleurs, le ton est donné dès la sortie du port, qui résonne d’un énorme « Bastard Of Society » au riff d’intro bluesy comme un AC/DC en pleine crise d’euphorie. Les chœurs se mettent en place et tremblent d’une basse gironde comme un rouleau de fond, et la fête démarre sous les meilleurs auspices, ceux que les SLAUGHTER, et autres SHARK ISLAND savaient instaurer pour séduire dès les premières mesures. Du taillé pour les charts qui résonnent encore du tube « 1000 Miles » que personne n’a oublié, et qui nous fait headbanguer et sourire dans un même maelstrom de puissance et de mélodies. Du beau boulot, qui laisse présager d’un cinquième LP haut en couleurs et déchaîné. Ce qui est exactement le cas.

Car encore une fois, H.E.A.T. ne commet aucun faux pas, et soigne ses interventions. Si la voix exceptionnelle d’Erik Grönwall fait encore une fois merveille, se montrant ferme sur les passages les plus Heavy et enflammée dans les aigus, l’instrumental se montre solide mais fluide, et sert des écrins de Hard’N’Roll comme seuls les scandinaves savent encore en produire. Bien loin des systématismes des grands cadors et des modèles italiens, les originaires d’Upplands Väsby n’ont pas perdu leur vision très naturelle du genre, et se permettent même quelques clins d’œil Synth-Pop très 80’s pour rester au sommet de la vague, et « Redefined » de nous montrer avec précision la frontière entre Hard Rock et AOR, sans céder un pouce de terrain à l’agressivité qui leur est si chère.

Guitares qui singent The Edge et Andrew Farriss dans un délié de cocottes qui résonnent sur des arrangements vocaux qui sonnent, et le hit single est encore à portée de main. Mais loin de se contenter de formules toutes faites, Into The Great Unknown pousse les choses encore plus loin, en nous opposant un « Time On Our Side » qui ondule d’une rythmique synthétique avant d’exploser au signal d’un refrain qui ne ménage aucun effort pour fédérer. La facilité est définitivement bannie, et le lyrisme succède à la conviction, pour un thème purement nordique qui s’emballe d’harmonies que les STRATOVARIUS n’auraient pas reniées. Et « Best of The Broken » de plonger l’ancre encore plus profondément dans les eaux d’un port de conquérants, avec force claquements, gimmicks adolescents, et chorus à la distorsion bien rentre-dedans. Du grand art, et nous n’en sommes qu’à la moitié de l’album, ce qui laisse songeur…

Ballade poignante sur arpèges subtils, pour une montée en puissance d’émotion sublimée par la voix incroyable de pureté d’Erik, pour des allusions HEART/SURVIVOR parfaitement assumées (« Eye of The Storm »), bourrasque Heavy Rock assouplie d’une électronique bondissante qui rendrait les plus belles déclarations de BON JOVI trop condescendantes (« Blind Leads The Blind »), aveu de supériorité sur fond de claviers envahissants mais désarmants (« We Rule »), pour une question Pop-Rock qui appelle une réponse évidente (« Do You Want It », oui, plutôt dix fois qu’une), et final épique truffé de trouvailles éclairées, qui place le progressif sur le champ des possibles (« Into The Great Unknown », riff bluesy, emphase du tempo martelé, et une fois de plus un travail vocal acharné), pour trois petits quarts d’heure qui passent décidément trop vite, et qui obligent à reprendre le voyage du début, pour être sûr de ne rien avoir manqué…

Cinquième album ?  Into The Great Unknown pourrait être le premier d’une carrière, tant il sonne incroyablement frais et dispo, et offre le spectacle auditif de musiciens toujours aussi affutés et précis. La longue traversée entamée il y a dix années par H.E.A.T. vogue toujours à bonne cadence, et si la légende du Hollandais volant avait de quoi fasciner l’inconscient collectif, celle des Suédois chantant s’y substitue avantageusement.


Titres de l'album:

  1. Bastard Of Society
  2. Redefined
  3. Shit City
  4. Time On Our Side
  5. Best Of The Broken
  6. Eye Of The Storm
  7. Blind Leads The Blind
  8. We Rule
  9. Do You Want It
  10. Into The Great Unknown

Site officiel


par mortne2001 le 01/10/2017 à 18:57
90 %    394

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes