Le Hard Rock mélodique, l’AOR, sont en quelque sorte nés à l’Ouest de l’Europe et aux USA, il y a de cela quelques décennies. Le genre à toujours survécu, malgré les attaques successives de genres plus à même de séduire la jeunesse, et se porte aujourd’hui à merveille si l’on en croit le volume de groupes qui s’y consacrent corps et âme. Et si l’Angleterre et les Etats-Unis ont su garder leur pavillon flottant haut sur la mer des mélodies, la Suède s’est imposée ces dernières années comme le paquebot le plus puissant sur ce même océan. Leur flotte est désormais reine sur les vagues, et le déferlement continu de leurs vaisseaux tient plus de l’invasion que de la visite de courtoisie…Je n’ai jamais pris le temps de recenser leurs noms sur un carnet de bord, mais s’il y en a un que j’ai toujours gardé en mémoire, c’est bien celui de H.E.A.T. Pourquoi ? Parce que c’est un de ceux dont la quille fend le plus facilement les mouvements d’une mer d’harmonies, alors que son moteur lui permet d’avancer à vive allure, au point de figurer aujourd’hui parmi les leaders qu’on tente de suivre de loin, mais qui s’éloignent toujours trop vite pour qu’on les rattrape.

Admettons-le, ses matelots sont tous les meilleurs à leur poste respectif, et les quatre escales qu’ils nous ont offertes depuis leur embarquement en 2007 ont laissé de profondes traces dans nos oreilles, à tel point qu’ils représentent presque la quintessence même de la cohésion d’équipe. Et leur cinquième périple, entamé en Thailande à des airs de croisière de luxe, menée tambour battant et machines à plein régime, et refrains de marins expérimentés s’échappant d’une hune qui leur permet de voir arriver la concurrence de loin.

Mais quelle concurrence, puisque ces cinq suédois (guitare: Sky Davis (aka Dave Dalone), basse: Jimmy Jay, claviers: Jona Tee, batterie: Crash et chant: Erik Grönwall) la laissent en rade en augmentant le nombre de nœuds auxquels ils naviguent ? Il semblerait que le temps passant ne marque aucunement leur enthousiasme, et que leurs albums sonnent toujours aussi frais depuis leurs débuts. C’est ce qui est le plus impressionnant lorsqu’on aborde leur cas, et ce cinquième LP, Into The Great Unknown le prouve avec flamboyance. Il ne vous projettera certainement pas dans l’inconnu, mais pose quand même quelques questions dont les réponses restent en suspens dans une autre dimension. Comment font-ils pour renouveler sans cesse leur inspiration, et jouer de nouveaux morceaux avec autant d’envie, comme si leur vie en dépendait ?

Mystère, mais finalement, comme nous sommes les grands gagnants de cette énigme, nous n’allons pas nous creuser la tête pour rien. Alors apprécions ce nouvel effort pour ce qu’il est, à savoir l’un des meilleurs albums de Hard mélodique et hargneux de cette année, et un trophée de plus sur la longue liste de victoires des suédois qui n’en finissent pas de nous émerveiller…

Produit par l’immanquable Tobias Lindell aux Karma Sound studios de Bangkok, Into The Great Unknown synthétise en dix morceaux le meilleur d’un genre que l’on peut dire hybride, et mélange des refrains gigantesques à des couplets dantesques, dans un élan de professionnalisme qui laisse pantois, mais qui a su garder son cœur de teenager rockeur aux abois. Spontanéité pour un disque qui pourtant a été peaufiné, et qui aligne les tubes comme à la parade des grandes voiles. D’ailleurs, le ton est donné dès la sortie du port, qui résonne d’un énorme « Bastard Of Society » au riff d’intro bluesy comme un AC/DC en pleine crise d’euphorie. Les chœurs se mettent en place et tremblent d’une basse gironde comme un rouleau de fond, et la fête démarre sous les meilleurs auspices, ceux que les SLAUGHTER, et autres SHARK ISLAND savaient instaurer pour séduire dès les premières mesures. Du taillé pour les charts qui résonnent encore du tube « 1000 Miles » que personne n’a oublié, et qui nous fait headbanguer et sourire dans un même maelstrom de puissance et de mélodies. Du beau boulot, qui laisse présager d’un cinquième LP haut en couleurs et déchaîné. Ce qui est exactement le cas.

Car encore une fois, H.E.A.T. ne commet aucun faux pas, et soigne ses interventions. Si la voix exceptionnelle d’Erik Grönwall fait encore une fois merveille, se montrant ferme sur les passages les plus Heavy et enflammée dans les aigus, l’instrumental se montre solide mais fluide, et sert des écrins de Hard’N’Roll comme seuls les scandinaves savent encore en produire. Bien loin des systématismes des grands cadors et des modèles italiens, les originaires d’Upplands Väsby n’ont pas perdu leur vision très naturelle du genre, et se permettent même quelques clins d’œil Synth-Pop très 80’s pour rester au sommet de la vague, et « Redefined » de nous montrer avec précision la frontière entre Hard Rock et AOR, sans céder un pouce de terrain à l’agressivité qui leur est si chère.

Guitares qui singent The Edge et Andrew Farriss dans un délié de cocottes qui résonnent sur des arrangements vocaux qui sonnent, et le hit single est encore à portée de main. Mais loin de se contenter de formules toutes faites, Into The Great Unknown pousse les choses encore plus loin, en nous opposant un « Time On Our Side » qui ondule d’une rythmique synthétique avant d’exploser au signal d’un refrain qui ne ménage aucun effort pour fédérer. La facilité est définitivement bannie, et le lyrisme succède à la conviction, pour un thème purement nordique qui s’emballe d’harmonies que les STRATOVARIUS n’auraient pas reniées. Et « Best of The Broken » de plonger l’ancre encore plus profondément dans les eaux d’un port de conquérants, avec force claquements, gimmicks adolescents, et chorus à la distorsion bien rentre-dedans. Du grand art, et nous n’en sommes qu’à la moitié de l’album, ce qui laisse songeur…

Ballade poignante sur arpèges subtils, pour une montée en puissance d’émotion sublimée par la voix incroyable de pureté d’Erik, pour des allusions HEART/SURVIVOR parfaitement assumées (« Eye of The Storm »), bourrasque Heavy Rock assouplie d’une électronique bondissante qui rendrait les plus belles déclarations de BON JOVI trop condescendantes (« Blind Leads The Blind »), aveu de supériorité sur fond de claviers envahissants mais désarmants (« We Rule »), pour une question Pop-Rock qui appelle une réponse évidente (« Do You Want It », oui, plutôt dix fois qu’une), et final épique truffé de trouvailles éclairées, qui place le progressif sur le champ des possibles (« Into The Great Unknown », riff bluesy, emphase du tempo martelé, et une fois de plus un travail vocal acharné), pour trois petits quarts d’heure qui passent décidément trop vite, et qui obligent à reprendre le voyage du début, pour être sûr de ne rien avoir manqué…

Cinquième album ?  Into The Great Unknown pourrait être le premier d’une carrière, tant il sonne incroyablement frais et dispo, et offre le spectacle auditif de musiciens toujours aussi affutés et précis. La longue traversée entamée il y a dix années par H.E.A.T. vogue toujours à bonne cadence, et si la légende du Hollandais volant avait de quoi fasciner l’inconscient collectif, celle des Suédois chantant s’y substitue avantageusement.


Titres de l'album:

  1. Bastard Of Society
  2. Redefined
  3. Shit City
  4. Time On Our Side
  5. Best Of The Broken
  6. Eye Of The Storm
  7. Blind Leads The Blind
  8. We Rule
  9. Do You Want It
  10. Into The Great Unknown

Site officiel


par mortne2001 le 01/10/2017 à 18:57
90 %    329

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...