Alive

Dion Bayman

22/10/2022

Art Of Melody Music

Alive était en préparation depuis trois ans et ça valait vraiment la peine d'attendre ! C'est un bon album de Rock/Pop mélodique avec quelques surprises. J’espère qu’il sera une belle distraction pour oublier ce qui se passe dans le monde en ce moment. 

Ce message promotionnel de Dion BAYMAN décrit avec une acuité troublante le contenu de ce nouvel album. Et pour être sûr de la sincérité du bonhomme, il suffit de regarder ses vidéos et ses photos : il est toujours souriant, heureux de vivre et de jouer sa musique, ceci dans un seul but : nous faire du bien et nous donner la pêche en ces temps plus que troubles. Non que le musicien souhaite faire l’autruche en se cachant la tête sous le sable des illusions mélodiques pour ne pas voir le monde courir à sa perte, mais il préfère tout simplement voir le soleil derrière les nuages noirs, et oublier l’espace de quelques chansons la morosité qui nous mine au quotidien. Initiative plus que louable en 2021, alors que l’horizon des espoirs s’assombrit de plus en plus. Mais avant d’aller plus loin dans la chronique de cet album souriant et euphorisant, laissez-moi vous présenter ce musicien qui a plus d’un atout dans sa manche.

Dion BAYMAN est une sorte d’Alessandro Del Vecchio australien. Il joue, compose et produit, mais le fait à son propre compte. Il incarne cette nouvelle garde mélodique australe qui fait du bien au moral, et l’homme n’en est pas vraiment à son coup d’essai. Car même si Alive a nécessité trois ans d’élaboration, il n’est que le nouveau chapitre d’une saga euphorique initiée en 2013 par Smoke And Mirrors, introduction qui présentait tout le talent d’un artiste bien dans ses baskets, et droit dans ses bottes.

Pas d’ambitions démesurées, juste le plaisir de composer une musique simple en appelant au meilleur du Rock mélodique et de l’AOR moderne. Une fois les présentations en longue-durée faites, Dion a continué son parcours, nous offrant trois autres albums tout aussi recommandables, Afterburn en 2014, Don’t Look Down en 2016 et le petit dernier Better Days en 2018 qui en disaient long sur son état d’esprit.  

En 2021, malgré la crise du COVID et divers autres fléaux ayant agité les consciences et ayant poussé les âmes dans le précipice du désespoir, Dion est toujours aussi optimiste mélodiquement parlant, et ces dix nouvelles chansons prouvent que l’homme ne perd rien de son talent malgré les circonstances. Il serait même très vrai de dire que plus le monde va mal, plus ses mélodies se montrent sous un jour ensoleillé, comme pour cacher cette pluie de l’âme qui nous trempe jusqu’aux os. Composé, interprété de A à Z, et produit par lui-même, Alive est donc le témoignage d’un artiste plus vivant que jamais, et bien décidé à partager ses opinions musicales joyeuses avec un public qui en a assez qu’on lui répète que tout part à vau-l’eau.  

Evidemment, cette musique n’a rien d’original en soi, et se contente de durcir les canons Pop-Rock des années 90/2000 pour leur faire adopter les courbes plus charnues du Hard-Rock mélodique. A l’image d’un Richard Marx en pleine possession de ses moyens, Dion BAYMAN n’accepte la tristesse que comme émotion inévitable, et insuffle beaucoup de lui-même dans son œuvre. Il n’est en effet pas difficile de l’imaginer heureux en train de composer ces chansons et de les interpréter pour lui-même en studio, et il nous touche en plein cœur de sa sincérité.

Plus qu’un simple album, Alive est un antidépresseur naturel, une cure thermale de jouvence, un massage de l’âme par des mains guérisseuses, et dès le premier morceau éponyme, l’environnement change, les couleurs deviennent plus vives, et les gens plus abordables. Les soucis sont remisés dans le placard des impératifs qu’on peut ignorer pendant une quarantaine de minutes, et la guitare le dispute à la voix pour nous donner de l’allant. Evidemment, avec une telle politique, l’artiste n’a pas forcément sa place dans ces colonnes, sa musique se rapprochant en plus d’une occasion d’un Rock FM très mélodique que les radios vintage aiment à passer aux Etats-Unis. Néanmoins, pas de mièvrerie à craindre de la part d‘un musicien qui sait ce que le mot « énergie » veut dire, et aussi souples ses tubes soient, avec ces arrangements de claviers ludiques, ils n’en restent pas moins mordants, bondissants, profitant d’une rythmique appuyée et de chœurs dignes du grand DEF LEPPARD.

Alors, on danse, on bouge, on va swinguer sous la pluie avec un parapluie rouge vif pour profiter de l’instant, nous trémoussant sans ridicule sur « Waiting for That Day », avant d’opter pour une balade à travers le parc au son de « You Will Never Know ».

Si tout est calibré par la facette producteur de ce musicien unique, si tout est mis en valeur et poli pour ne laisser passer aucune aspérité, si l’émotion est souvent à fleur de peau (« To Die For »), si le Hard-Rock est souvent remballé par des instincts plus volontiers jumpy Pop (« Breathless »), il n’en est pas pour autant frustré et se manifeste autour de riffs plus durs (« Miracle »), ou d’ambiances plus soutenues et festives (« Jaded »).

Une fois encore, la pluralité choisie par Dion est la meilleure alternative possible. Talentueux au possible, l’australien nous offre toute la palette de ses sentiments artistiques, passant par le côté synthétique de l’intro de « Something About You », pour finir dans la douceur Pop/Rock des années 80, cachée sous des draps immaculés et lavés de frais (« Show You Heaven »).

Oui, la vie est dure, de plus en plus. Les options se resserrent, et la mallette des opportunités est bientôt vide. Il serait inconscient de ne pas s’en rendre compte, mais que ça ne nous empêche pas de vivre ce qui nous reste à vivre avec le sourire. Et Dion BAYMAN, plus Alive que jamais saura s’en assurer.  

          

                                                                                                                                                                                                  

Titres de l’album:

01. Alive

02. Waiting for That Day

03. You Will Never Know

04. One Way Ticket

05. To Die For

06. Breathless

07. Miracle

08. Jaded

09. Something About You

10. Show You Heaven


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/11/2021 à 17:46
85 %    451

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

GBH + All Borders Kill

RBD 26/01/2023

Live Report

ORGÖNE / PRESUMPTION / BARABBAS - Rennes

Jus de cadavre 18/01/2023

Live Report

Voyage au centre de la scène : MESTEMA

Jus de cadavre 15/01/2023

Vidéos

Sélection Metalnews 2022 / Bonne année 2023 !

Jus de cadavre 01/01/2023

Interview

Kollaps

RBD 19/12/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : METAL EXHUMATOR

Jus de cadavre 18/12/2022

Vidéos

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Ptdr de la censure envers Cannibal Corpse en 2023 XD

29/01/2023, 23:06

UnderWill

Thanks for the review! We really appreciate it, it means a lot for us. We´ve updated our social media, our Bandcamp page it´s up and running now: https://underwill.bandcamp.com/album/the-inevitable-end

29/01/2023, 21:23

NecroKosmos

Et pour revenir sur l'Allemagne, Cannibal Corpse est toujours frappé d'une interdiction, celle de jouer des titres de certains de leurs albums. Bref...

29/01/2023, 11:52

NecroKosmos

Tout à fait. Je me souviens d'un vieux concert de Mayhem (à Rennes, il me semble) où Necrobutcher faisait des saluts nazis en backstage alors qu'il était complètement bourré. David VINCENT de Morbid Angel à une époque vantait &agra(...)

29/01/2023, 11:51

Saddam Mustaine

Bof Mayhem tout ça ils jouent au Wacken par exemple 

27/01/2023, 20:55

Buck Dancer

En même temps ça peut se comprendre. On parle de l'Allemagne et de Nuremberg. Les conneries (ou pas) d'un mec bourré le bras tendu passe certainement moins bien, malgré ses excuses, que dans d'autres pays. J'imagine aussi qu'en Allemagne cette i(...)

27/01/2023, 18:45

Saddam Mustaine

La prochaine étape sera d'envoyer Phil Anselmo dans une prison isolé en Sibérie et même d'exilés sa famille sur une île déserte pendant plusieurs générations

27/01/2023, 18:01

Saul D

Je suis un gros fan de GBH (sur album), notamment des premiers disques...mais en concert, hum...j'ai vu quelques vidéos youtube, et le groupe joue au ralenti ( contrairement à Exploited), donc je ne suis pas pressé de les voir en live...après, 40 ans d'existe(...)

27/01/2023, 14:56

Humungus

Mon souhait pour 2023 :Que la terre ne soit peuplé que de RBDs.

27/01/2023, 13:17

Pomah

+1 RDB

27/01/2023, 12:36

Bermuda Syndrome

Non à la haiiiiiiiiiiiiiiiiine

27/01/2023, 00:01

RBD

Et ça devait arriver... Les aventures du PanterA nouveau seront sans doute un bon indicateur de l'état de la liberté d'expression, selon les pays d'accueil des dates qui seront annoncées. Je ne cautionne pas les mauvaises blagues de Phil Anselmo, ne vous(...)

26/01/2023, 22:42

Jadore

VSool good sound

26/01/2023, 14:25

Arioch91

@mortne2001, merci pour la chro qui donnait envie d'écouter, rien qu'à la lire.Achat direct des deux skeuds sur Bandcamp, mes premiers achats de l'année !

26/01/2023, 09:06

torchure

ils sont contents, ils ont fait barrage à la haine

26/01/2023, 07:06

grinder92

Ben non, justement...

25/01/2023, 15:51

Jus de cadavre

Vous faites chier !

25/01/2023, 14:53

NecroKosmos

Monde de merde.

25/01/2023, 11:40

Wildben

Je peux pas, je suis apopathodiaphulatophobe.

25/01/2023, 11:06

Steelvore666

@Arioch.Enorme, ça va me faire ma journée !

25/01/2023, 08:41