Hardcore

Peropero

02/03/2023

Autoproduction

Celui-là, je peux vous dire que je l’attendais d’oreilles fermes. Depuis six ans exactement, ce qui fait que la notion de temps est vraiment relative, cette absence ayant dans mon cœur un écho d’une bonne décennie. Mais alors, pourquoi cet enthousiasme et cette joie qui me sont peu coutumières ? Tout simplement parce qu’un de mes groupes fétiches à enfin remis le couvert.

Les PEROPERO et leur nom improbable sont deux autrichiens délocalisés à Berlin en Allemagne, et leur musique est l’une des plus fertiles de ces dix dernières années. Je le reconnais et l’admets, Lizards sorti en 2017 a longtemps squatté ma playlist personnelle, et j’avais vu dans cet album le prolongement des travaux de NOMEANSNO, mais aussi de ZEUS et d’une certaine frange de l’écurie Ipecac. A base d’à-coups rythmiques et de riffs d’enfer, le tandem m’avait séduit de sa décomplexion totale et de son refus de s’enfermer dans une catégorie précise, portant la Fusion et le Crossover à ébullition pour nous faire tourner la tête en mode « mon manège à moi, c’est vous ».

Progressive Metal from outer space.

Entre Ed Wood, Zappa et IGORRR, PEROPERO prône le dadaïsme musical en peaufinage ultime, et bricole de petites chansons très bien troussées, sorte de mini-opéras italiens chantés d’une voix de stentor trafiquée. Massive Tales of Doom, malgré son nom n’a pas grand-chose à voir avec le Doom, mais garde pour maîtresse cet espèce de Mathcore Progressif qui les rend si différents et attachants. Mais cette fois-ci, et puisqu’il faut bien faire honneur au troisième album, les deux allemands d’adoption ont injecté pas mal de mélodie dans leur chaos organisé.

Erreur ? Non, au contraire. Alors que leurs deux premiers albums avaient de faux airs d’exercice rythmique élastique sur fond de lignes de chant scandées, Massive Tales of Doom ose un peu plus de classicisme sans que l’originalité de l’ensemble n’en pâtisse. Exemple frappant et probant, « Vermin », entame thrashy et franche, qui affranchit immédiatement l’esprit, et pas en lettre verte non prioritaire. Immédiatement, l’axe basse/batterie se veut alambiqué, de traviole, et les riffs en rajoutent une couche, pour que l’ensemble tangue et roule sur la houle laissée par le chalutier MR BUNGLE.

Mais au-delà des comparaisons - certes inévitables - PEROPERO met en avant sa propre identité, et nous sert encore chaudes des idées performantes et bluffantes. Massive Tales of Doom compte plus de déviations que le mois de septembre le plus chargé de la DDE, et s’embarque dans un voyage au long cours, un peu psychédélique, terriblement baroque, mais décidément très lucide au moment de faire les comptes. Entre faux Djent travesti en Hardcore souple et Progressif moderne qui refuse les figures de style trop évidentes, PEROPERO louvoie avec beaucoup de pertinence, et réussit le pari de faire aussi bien qu’il y a six ans, et même mieux : plus homogène.

On se délecte toujours autant de ces parties en solo qui semblent se faire l’écho de civilisations extraterrestres, de cette irrégularité rythmique qui nous oblige à faire glisser nos fesses sur les chaises non-musicales, et plus simplement, de cette liberté de ton qui ne doit rien à personne, et qui parvient à sonner aussi étrange qu’accrocheuse. Avec l’adjonction de synthés ludiques et frappés du sceau 80’s, le duo repousse ses propres limites, et ne joue pas la montre pour rien. Les morceaux les plus longs sont tous truffés de petites trouvailles malines, comme le démontre avec beaucoup de majesté « Luminosities », entre Heavy Metal vraiment lourd et NOLA déformée.

Les gus piochent donc dans toutes les décennies les ingrédients indispensables à leur soupe relevée, et nous somment d’oublier pour quelques dizaines de minutes notre monde bien balisé. Ce qui en soi n’est pas très difficile, puisque une piste comme « The Rig » fait la nique à tous les groupes de Mathcore Progressif de la création, entre un MESHUGGAH du dimanche et un Paul CHAIN de très bonne humeur.

Fascinant et hypnotisant de bout en bout, ce troisième tome est assurément l’un des meilleurs albums de ce premier trimestre 2023. La folie est toujours palpable, et « Moira » de combiner la force du Néo-Thrash et la précision du Mathcore traité Djent, sans que les orteils ne se laissent emporter par la marée.

Plus logique mais pas moins lubrique, PEROPERO progresse à son rythme en quantité, mais évolue très rapidement en qualité. En restant sur l’épilogue diabolique « Kensor », on pense même à un FAITH NO MORE de l’espace, perdu près de Vega, et devisant par télépathie avec les populations locales.

Cette rhétorique musicale est donc toujours aussi complexe et relevée, et pourtant, en écoutant ce disque, on a clairement l’impression de faire partie d’un club populaire pas si fermé qu’il n’en a l’air. 

Ouaf ?

                        

  

Titres de l’album:

01. Vermin

02. Luminosities

03. Event Horizon

04. The Rip

05. Moira Intro

06. Moira

07. Kensor



par mortne2001 le 08/03/2023 à 17:37
90 %    285

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49