« Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark ».

Non, ce postulat véhément n’est pas de moi, et gageons que vous aurez reconnu la célèbre signature de William Shakespeare. Cette citation d’Hamlet (être ou ne pas être est toujours la question, qui n’a pas trouvé de champion), extraite de son contexte à postériori ne se veut pas jugement sur l’attitude mercantile de Lars Ulrich, mais définit assez bien les contours obscurs du projet TAPHOS, qui nous propose donc en ce mois d’avril propice aux blagues et aux cloches de Pâques son premier longue durée, édité par les puristes de Blood Harvest, en bons voisins suédois. On reconnaît bien d’ailleurs la patte underground du label qui n’hésite jamais à fouiner les poubelles de l’underground pour y dénicher une pitance sonore adaptée. Ne voyez pourtant aucune malice ni second degré dans cette allusion, puisque je suis moi-même client de leurs productions, que je chronique d’ailleurs avec une foi sans failles. Spécialisés dans les exactions les plus sombres et bruitistes des sous-couches de l’évolution musicale, les scandinaves nous ont une fois de plus déniché une petite perle noire, qui depuis sa création (pas de date précise, mais aux alentours de 2015/2016) a cumulé les sorties sans s’essayer au longue durée. Ce qui n’est toujours pas le cas, puisque ce CD proposé par BH se veut compilation des deux œuvres primales des danois, la fameuse Démo MMXVI de 2016 et l’EP MMXVII qui s’ensuivit, aujourd’hui réunis sur un même format pour nous enthousiasmer ici-bas. Mais en fait, il est question de quoi ? De Death Metal, et d’assez fameux, qui va puiser son essence aux origines bestiales du style, tout en admettant de sévères accointances avec le BM nordique le plus bordélique. Pour autant, pas question de Black Death par ici, ni de Death Black, mais plutôt d’un Metal de la Mort sévèrement assombri par quelques impulsions païennes locales, et qui fleure tout aussi mauvais la Floride que Göteborg ou Oslo.

Contemporains des UNDERGANG et PHRENELITH, les TAPHOS (D &M - guitares, H - chant/basse et U - batterie) se permettent donc d’incarner un certain renouveau de la scène en regardant dans leur rétro, et d’évoquer les vagues américaines, suédoises et norvégiennes avec un certain panache morbide. Si les comparaisons avec INCANTATION, SADISTIC INTENT ou DEAD CONGREGATION pourraient s’avérer probantes, la musique contenue dans cette démo et cet EP est suffisamment convaincante par elle-même pour ne pas s’embarrasser de principes d’emprunts. Toutefois, et c’est là un élément important de la problématique, inutile d’attendre une quelconque audace instrumentale ou créative de la part du quatuor, qui préfère se fixer sur des concepts éprouvés pour mener sa barque. On retrouve donc des accents bien connus des amateurs de la scène Death scandinave des early 90’s, mais aussi des débuts de la vague BM des MARDUK, qui à l’époque, ne savaient pas encore à quel démon se damner, et qui erraient dans les limbes du purgatoire pour officialiser leur culte. Tout ceci est donc éminemment chaotique, violemment bruyant, mais musical au demeurant, histoire de ne pas verser dans le bordel ambiant auquel nous ont pourtant habitués quelques malandrins de l’écurie Blood Harvest. Les morceaux sont donc très construits, plutôt d’humeur macabre, et voguent au gré de riffs que les GRAVE, UNLEASHED, et autres INCANTATION ont répandu dans les océans gelés il y a vingt et quelques années de cela. Rythmiquement imparable, et régulièrement soumis à des soubresauts de cruauté, Demo MMXVI & 7" EP MMXVII nous offre donc un joli voyage dans le temps et l’espace, et se permet même de citer les AUTOPSY, MORBID ANGEL et autres chantres divinatoires typiquement US de Floride, tout en flirtant avec la rugosité de CANCER ou l’ascétisme de CARBONIZED, sans pour autant loucher du côté de l’Amérique du Sud où ces musiciens n’ont certainement jamais mis les pieux. L’ensemble est donc sévère mais concret, palpable mais subtilement évanescent lors de soli qui semblent s’évanouir dans le néant, alors que le chant se focalise volontiers sur les intonations sardoniques et rauques d’un Jeff Walker, sans jamais citer CARCASS dans le texte. Halte-là, point de Gore à l’horizon, mais un Death vraiment sauvageon qu’on imagine très bien déambuler dans les allées d’un cimetière rural abandonné à la recherche de son inspiration.

Chaque morceau nous permet donc de savourer un certain nombre de plans qui se succèdent assez rapidement, et qui s’enchaînent avec une logique imparable, formant au final une symphonie de violence tout ce qu’il y a de plus acceptable. Pas d’esprit frondeur ni d’ambitions de novateurs, mais un classicisme qui fait plaisir à subir, et qui nous maltraite les oreilles aussi bien que les pères fondateurs il y a trois décennies ou presque. Certains titres, dotés d’une production très vintage, pourraient presque passer pour des classiques du genre, voire des incunables perdus dans une boucle temporelle, à l’image de ce terminal « Purging Pyres » qui se réjouit de petits motifs tournoyants pour imposer une ambiance vraiment pesante, que Trey et David savaient encore bricoler au début de leur carrière. Les deux segments les plus longs sont d’ailleurs les deux plus intéressants, et « Venomous Tempest » de passer en revue le cahier des charges Death, avec sifflantes, riffs ténébreux, et cassures rythmiques indépendantes. D’un tempo aléatoire, ce premier longue-durée qui n’en est donc pas un fait admirablement bien le job, et ressemble à une vieille photo oubliée traînant sur une commode, qu’un quidam un peu plus curieux que la moyenne finit par remarquer. Et si « Venus’ Death » en intro (issu de la première démo) semble indiquer des variations BM assez marquées, il convient de le prendre pour une mise en bouche destinée à nous allécher, et non comme un indicateur des digressions à suivre. Mais finalement, et avec un peu moins d’une demi-heure d’écoute, ce CD se digère parfaitement bien, et laisse un arrière-goût irrésistiblement putride en bouche. Il y a certes quelque chose de pourri au royaume du Danemark, mais de la pourriture nait la vie. Et donc la mort, par extension.


Titres de l'album:

  1. Venus' Death
  2. Upon Withered Wings
  3. Perpetual Void
  4. Venomous Tempest
  5. Sensory Depravation
  6. Purging Pyres

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/04/2018 à 14:15
77 %    248

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !