Spirituality and Distorsion

Igorrr

27/03/2020

Metal Blade

Mais qui est Gautier Serre ? Wikipedia, toujours votre ami, vous répond sobrement d’un « IGORRR, de son vrai nom Gautier Serre, est un musicien compositeur producteur français mélangeant de nombreux genres musicaux, aussi disparates que le Black Metal, le Death Metal, la musique baroque, le Breakcore, ou encore le Trip Hop pour en faire une œuvre unique. ». Tout ceci est très précis, pas forcément exhaustif, mais ne répond aucunement à la question posée. Cette question qu’elle soit tournée d’un point de vue humaniste ou artistique est complexe, comme la musique du bonhomme. N’ayant pas le privilège de le connaître en personne, je ne saurais apporter de précision quant à la première partie de l’interrogation. Artistiquement par contre, les références sont possibles, et je les résumerai à cette épitaphe de son vivant : Gautier Serre est un dadaïste post-moderne. Post-moderne, parce qu’il contourne les aspects classiques des styles qu’il aborde pour les faire siens, et les transformer en un genre tellement personnel qu’on en vient à douter de son appellation. Dadaïste, puisque selon le toujours fiable et populaire Wikipedia, le dadaïsme est « une remise en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques ». Il précise aussi, « politiques », mais dans le cadre d’une chronique, on s’en fout cher Wikipedia. Ce qui nous intéresse pourtant, c’est qu’entre deux albums de son projet phare, Gautier s’amuse aussi sur le bas-côté, en composant la musique d’un film (Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc), qu’il continue d’expérimenter avec CORPO-MENTE, qu’il collabore avec MORBID ANGEL, VLADIMIR BOZAR, RUBY MY DEAR, ce qui lui permet de tester d’autres idées qui viennent enrichir sa discographie. Cette discographie justement, s’étoffe aujourd’hui d’un nouveau longue-durée encore parrainé par Metal Blade, sobrement mais justement intitulé Spirituality and Distorsion. La spiritualité, car Gautier aborde l’art avec une pensée structurée, mais une croyance tout à fait libre et basée sur le principe d’une force extérieure qui le guide (pas un Dieu, surtout pas). Distorsion, puisque la guitare s’en délecte jusqu’à plus soif, entre deux breaks Core et deux arrangements de cordes.

Bon mais alors, trois ans après Savage Sinusoid, c’est toujours le bordel dans sa tête ? Oui, évidemment.

Allez, évacuons de suite les détails techniques et autres renseignements utiles. Pour ce nouvel essai, Gautier s’est évidemment bien entouré, de ses musiciens habituels (Laure Le Prunenec, Laurent Lunoir pour les parties vocales), mais aussi d’une multitude d’autres virtuoses, trop heureux d’obliger. Ainsi, la grosse (dans tous les sens du terme) surprise au niveau des guests est évidemment la présence de George 'Corpsegrinder' Fisher venu nous dégueuler des enclumes CANNIBAL CORPSE sur « Parpaing », mais réduire l’album à ce gimmick fameux serait d’une injustice rare pour les autres protagonistes. Car la trame de fond de Spirituality and Distorsion a été claire dès le départ, sans raison particulière : les sonorités et instrumentations orientales. C’est ce qui apparaît clairement dès le début de l’album, qui ne cache en rien son faux concept en trompe-l’œil. Lequel ? Celui-ci, expliqué par Gautier lui-même :

« Être coincé sur une émotion est d’un ennui total pour moi. La vie est une vaste palette d’émotions. Parfois vous êtes heureux, parfois triste, en colère, énervé, nostalgique ou dévasté. La vie n’est pas en monochrome. Ces quatorze chansons sont un voyage au travers des différents états d’esprit qui m’ont animé »

Et il rajoute, exhaustif, en parlant de ces fameuses influences orientales :

« Je ne sais pas d’où elles sortent, mais les couleurs de ces sons m’ont beaucoup inspiré. C’est quelque chose qui m’a toujours beaucoup attiré. Ces sons ont une profondeur dans les émotions, et lorsqu’on les mélange à une musique Heavy, ça vous entraîne au plus profond de vous-même. C’est pour cette raison que j’ai composé des morceaux comme « Downgrade Desert », « Camel Dancefloor », « Himalaya Massive Ritual » ou « Overweight Poesy » ».

Et l’homme a beau se la jouer rigolard, avec des intitulés de morceaux en forme de calembours, des inserts cocasses comme « Very Noise » ou « Musette Maximum », qu’ULTRA VOMIT aurait pu trouver drôles, il n’en reste pas moins un sacré compositeur qui n’a peur de rien, un peu comme le neveu timide mais pas tant que ça de Mike Patton, Varèse, Frank Zappa, John Zorn, Ornette Coleman, ou même Pierre Henry pourquoi pas. Ou une connaissance lointaine de Genesis P-Orridge, de Bowie, de Devin Townsend, et puis tellement d’autres dont les 6:33 ou DIABLO SWING ORCHESTRA qu’on ne va pas se taper toute la liste des iconoclastes. C’est d’ailleurs pour cette raison que les morceaux les plus conséquents doivent servir de mesure au talent incroyable du bonhomme. Sur ces longues digressions, Gautier n’hésite pas à mélanger sa folie rythmique et baroque à l’épure orientale des cordes, des voix, créant des strates de sons qui s’empilent et forment une symphonie de toute beauté, loin des astuces décalées qui ont faussement fait de lui le trublion de la musique moderne. Car loin d’être un pingouin échoué sur la banquise urbaine, Gautier est un voyageur du temps, de l’espace et de la pensée. Il arrive à se faire épouser des amoureux solitaires, dans une ville morte, qui dansent leur pré-nuit de noce sur le surprenant « Himalaya Massive Ritual », sorte d’évolution Death moderne qui utilise les arabesques de Natasha Khan pour les opposer à un opéra maudit de Verdi joué dans le désert avec des Touaregs fins musicologues. Des amoureux qui dansent sur une valse improbable dans un vieux bar de Paris, admirant au détour d’un regard NILE taper le bœuf avec un vieux violoniste slave aux yeux délavés sur « Nervous Waltz ». Alors, certes, le Breakcore de « Camel Dancefloor » propose une collision entre SKRILLEX et THE TEA PARTY, mais « Overweight Poesy » est une petite merveille sur laquelle la voix hors-normes de Laure prend toute son essence et son ampleur. Et tellement d’autres choses aussi…

Pour en revenir à cette liste de guests, égrenons un peu le tableau. Le violoniste Timba Harris, le bassiste Mike Leon, le pianiste Matt Lebofsky, Mehdi Haddab à l’Oud (qui n’est pas une arbalète je le rappelle), Pierre Mussi à l’accordéon, le joueur de Kanoun Fotini Kokkala et Benjamin Bardiaux au clavecin. Largement de quoi enrichir les pièces conséquentes proposées par Gautier, qui du coup, s’amuse comme un petit fou et signe l’œuvre la plus homogène et paradoxalement la plus folle et disparate de son répertoire pourtant pas piqué des hannetons. Sorte de giallo sans victime tourné au Moyen Orient, Spirituality and Distorsion est un tableau unique peint avec une musique qui ne ressemble à aucune autre, œuvrant dans la démesure tout en restant populaire. Mais c’est aussi une nouvelle bribe de réponse à cette question appelée à rester éternelle : mais qui est Gautier Serre ?

Juste un mec capable d’inventer le Thrash Folk ragga (« Kung-Fu Chèvre »), et de balancer la sauce Heavy sur « Polyphonic Rust ». Un artiste en somme. Pas Jo le Clodo quoi. Enfin, vous voyez. Ou pas.         

                                                

Titres de l’album :

                      01. Downgrade Desert

                      02. Nervous Waltz

                      03. Very Noise

                      04. Hollow Tree

                      05. Camel Dancefloor

                      06. Parpaing

                      07. Musette Maximum

                      08. Himalaya Massive Ritual

                      09. Lost In Introspection

                     10. Overweight Poesy

                     11. Paranoïd Bulldozer Italiano

                     12. Barocco Satani

                     13. Polyphonic Rust

                     14. Kung-Fu Chèvre

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/04/2020 à 18:15
90 %    545

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52