Spirituality and Distorsion

Igorrr

27/03/2020

Metal Blade

Mais qui est Gautier Serre ? Wikipedia, toujours votre ami, vous répond sobrement d’un « IGORRR, de son vrai nom Gautier Serre, est un musicien compositeur producteur français mélangeant de nombreux genres musicaux, aussi disparates que le Black Metal, le Death Metal, la musique baroque, le Breakcore, ou encore le Trip Hop pour en faire une œuvre unique. ». Tout ceci est très précis, pas forcément exhaustif, mais ne répond aucunement à la question posée. Cette question qu’elle soit tournée d’un point de vue humaniste ou artistique est complexe, comme la musique du bonhomme. N’ayant pas le privilège de le connaître en personne, je ne saurais apporter de précision quant à la première partie de l’interrogation. Artistiquement par contre, les références sont possibles, et je les résumerai à cette épitaphe de son vivant : Gautier Serre est un dadaïste post-moderne. Post-moderne, parce qu’il contourne les aspects classiques des styles qu’il aborde pour les faire siens, et les transformer en un genre tellement personnel qu’on en vient à douter de son appellation. Dadaïste, puisque selon le toujours fiable et populaire Wikipedia, le dadaïsme est « une remise en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques ». Il précise aussi, « politiques », mais dans le cadre d’une chronique, on s’en fout cher Wikipedia. Ce qui nous intéresse pourtant, c’est qu’entre deux albums de son projet phare, Gautier s’amuse aussi sur le bas-côté, en composant la musique d’un film (Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc), qu’il continue d’expérimenter avec CORPO-MENTE, qu’il collabore avec MORBID ANGEL, VLADIMIR BOZAR, RUBY MY DEAR, ce qui lui permet de tester d’autres idées qui viennent enrichir sa discographie. Cette discographie justement, s’étoffe aujourd’hui d’un nouveau longue-durée encore parrainé par Metal Blade, sobrement mais justement intitulé Spirituality and Distorsion. La spiritualité, car Gautier aborde l’art avec une pensée structurée, mais une croyance tout à fait libre et basée sur le principe d’une force extérieure qui le guide (pas un Dieu, surtout pas). Distorsion, puisque la guitare s’en délecte jusqu’à plus soif, entre deux breaks Core et deux arrangements de cordes.

Bon mais alors, trois ans après Savage Sinusoid, c’est toujours le bordel dans sa tête ? Oui, évidemment.

Allez, évacuons de suite les détails techniques et autres renseignements utiles. Pour ce nouvel essai, Gautier s’est évidemment bien entouré, de ses musiciens habituels (Laure Le Prunenec, Laurent Lunoir pour les parties vocales), mais aussi d’une multitude d’autres virtuoses, trop heureux d’obliger. Ainsi, la grosse (dans tous les sens du terme) surprise au niveau des guests est évidemment la présence de George 'Corpsegrinder' Fisher venu nous dégueuler des enclumes CANNIBAL CORPSE sur « Parpaing », mais réduire l’album à ce gimmick fameux serait d’une injustice rare pour les autres protagonistes. Car la trame de fond de Spirituality and Distorsion a été claire dès le départ, sans raison particulière : les sonorités et instrumentations orientales. C’est ce qui apparaît clairement dès le début de l’album, qui ne cache en rien son faux concept en trompe-l’œil. Lequel ? Celui-ci, expliqué par Gautier lui-même :

« Être coincé sur une émotion est d’un ennui total pour moi. La vie est une vaste palette d’émotions. Parfois vous êtes heureux, parfois triste, en colère, énervé, nostalgique ou dévasté. La vie n’est pas en monochrome. Ces quatorze chansons sont un voyage au travers des différents états d’esprit qui m’ont animé »

Et il rajoute, exhaustif, en parlant de ces fameuses influences orientales :

« Je ne sais pas d’où elles sortent, mais les couleurs de ces sons m’ont beaucoup inspiré. C’est quelque chose qui m’a toujours beaucoup attiré. Ces sons ont une profondeur dans les émotions, et lorsqu’on les mélange à une musique Heavy, ça vous entraîne au plus profond de vous-même. C’est pour cette raison que j’ai composé des morceaux comme « Downgrade Desert », « Camel Dancefloor », « Himalaya Massive Ritual » ou « Overweight Poesy » ».

Et l’homme a beau se la jouer rigolard, avec des intitulés de morceaux en forme de calembours, des inserts cocasses comme « Very Noise » ou « Musette Maximum », qu’ULTRA VOMIT aurait pu trouver drôles, il n’en reste pas moins un sacré compositeur qui n’a peur de rien, un peu comme le neveu timide mais pas tant que ça de Mike Patton, Varèse, Frank Zappa, John Zorn, Ornette Coleman, ou même Pierre Henry pourquoi pas. Ou une connaissance lointaine de Genesis P-Orridge, de Bowie, de Devin Townsend, et puis tellement d’autres dont les 6:33 ou DIABLO SWING ORCHESTRA qu’on ne va pas se taper toute la liste des iconoclastes. C’est d’ailleurs pour cette raison que les morceaux les plus conséquents doivent servir de mesure au talent incroyable du bonhomme. Sur ces longues digressions, Gautier n’hésite pas à mélanger sa folie rythmique et baroque à l’épure orientale des cordes, des voix, créant des strates de sons qui s’empilent et forment une symphonie de toute beauté, loin des astuces décalées qui ont faussement fait de lui le trublion de la musique moderne. Car loin d’être un pingouin échoué sur la banquise urbaine, Gautier est un voyageur du temps, de l’espace et de la pensée. Il arrive à se faire épouser des amoureux solitaires, dans une ville morte, qui dansent leur pré-nuit de noce sur le surprenant « Himalaya Massive Ritual », sorte d’évolution Death moderne qui utilise les arabesques de Natasha Khan pour les opposer à un opéra maudit de Verdi joué dans le désert avec des Touaregs fins musicologues. Des amoureux qui dansent sur une valse improbable dans un vieux bar de Paris, admirant au détour d’un regard NILE taper le bœuf avec un vieux violoniste slave aux yeux délavés sur « Nervous Waltz ». Alors, certes, le Breakcore de « Camel Dancefloor » propose une collision entre SKRILLEX et THE TEA PARTY, mais « Overweight Poesy » est une petite merveille sur laquelle la voix hors-normes de Laure prend toute son essence et son ampleur. Et tellement d’autres choses aussi…

Pour en revenir à cette liste de guests, égrenons un peu le tableau. Le violoniste Timba Harris, le bassiste Mike Leon, le pianiste Matt Lebofsky, Mehdi Haddab à l’Oud (qui n’est pas une arbalète je le rappelle), Pierre Mussi à l’accordéon, le joueur de Kanoun Fotini Kokkala et Benjamin Bardiaux au clavecin. Largement de quoi enrichir les pièces conséquentes proposées par Gautier, qui du coup, s’amuse comme un petit fou et signe l’œuvre la plus homogène et paradoxalement la plus folle et disparate de son répertoire pourtant pas piqué des hannetons. Sorte de giallo sans victime tourné au Moyen Orient, Spirituality and Distorsion est un tableau unique peint avec une musique qui ne ressemble à aucune autre, œuvrant dans la démesure tout en restant populaire. Mais c’est aussi une nouvelle bribe de réponse à cette question appelée à rester éternelle : mais qui est Gautier Serre ?

Juste un mec capable d’inventer le Thrash Folk ragga (« Kung-Fu Chèvre »), et de balancer la sauce Heavy sur « Polyphonic Rust ». Un artiste en somme. Pas Jo le Clodo quoi. Enfin, vous voyez. Ou pas.         

                                                

Titres de l’album :

                      01. Downgrade Desert

                      02. Nervous Waltz

                      03. Very Noise

                      04. Hollow Tree

                      05. Camel Dancefloor

                      06. Parpaing

                      07. Musette Maximum

                      08. Himalaya Massive Ritual

                      09. Lost In Introspection

                     10. Overweight Poesy

                     11. Paranoïd Bulldozer Italiano

                     12. Barocco Satani

                     13. Polyphonic Rust

                     14. Kung-Fu Chèvre

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/04/2020 à 18:15
90 %    469

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53

Simony

J'y retrouve les mêmes défauts que les dernières sorties du groupe, titre lambda à la fin duquel tu ne retiens rien ! Au niveau des guitares c'est d'une pauvreté affligeante, indigne d'un groupe de ce niveau, y a pas de riff c'est de la r(...)

16/04/2021, 20:47