Compiled Ammunition

Paganizer

29/05/2020

Metal Bastard Enterprises

Une matinée placée sous le signe du Death Metal, avec cette fois-ci un détour par les couloirs de l’histoire en abordant le cas d’une des références les plus célébrées de Suède. On le sait, le pays a inventé plusieurs extensions du genre à lui seul, débutant par les exactions gelées d’ENTOMBED/NIHILIST avant de prendre un virage plus accessible et mélodique dans les nineties. Et c’est justement auprès d’un groupe né à la fin de cette décennie que j’ai puisé mon inspiration pour cette chronique, accordant de nouveau ma confiance à PAGANIZER, qui depuis 1998 n’a jamais démenti sa passion pour le genre. Avec onze longue-durée au compteur, le groupe de Gamleby fait partie des plus prolifiques du genre, et depuis Deadbanger en 1999, chacune de leurs sorties a été accueillie avec le même enthousiasme, comme le prouvent les pourcentages obtenus sur The Metal Archives. Leur dernier long datant de l’année dernière (The Tower of the Morbid), il était étonnant de les retrouver si tôt encore armés d’une inspiration intarissable, mais leur retour n’a rien d’inédit ou d’étonnant. Compiled Ammunition comme son nom l’indique n’est pas un nouveau LP, mais bien une énième compilation proposée par le label espagnol Metal Bastard Enterprises, et la huitième du combo si j’en crois sa pléthorique discographie. Les fans hardcore seront évidemment (partiellement, voir plus bas) déçus de cette nouvelle qui ne leur offrira (presque) rien d’inédit, et les néophytes se diront sans doute que les suédois sont en passe de détrôner les SCORPIONS dans l’exercice du résumé de carrière. Avant d’avoir analysé le tracklisting de ce nouveau sampler, l’addict ne saura dire s’il propose quelque chose de neuf par rapport aux sept tomes précédents, mais pour découvrir la philosophie des suédois, Compiled Ammunition reste une porte d’entrée acceptable, d’une durée plus que raisonnable qui donnera peut-être envie à certains de se pencher de plus près sur ce groupe sympathique.

Douze morceaux donc, qui tranchent dans le vif, et qui proposent un survol partiel et particulier du long parcours du quatuor (Rogga Johansson - guitare/chant, Kjetil Lynghaug - guitare, Matte Fiebig - batterie et Martin Klasen - basse). Même face au caractère de « recyclage » de l’opération, il est toujours agréable de retrouver l’hyperactif Rogga Johansson dans ses œuvres les plus fécondes, et sa voix gutturale dynamise toujours ce Death de tradition purement suédois qui nous replonge dans les premières années de la scène. Je renouvelle donc mon enthousiasme formulé lors de la précédente chronique de The Tower of the Morbid, et me réjouis de retrouver le héros morbide suédois en pleine possession de ses moyens. Certes, les accros ne seront pas surpris, mais une synthèse de la méthode inusable du perfide guitariste/chanteur est toujours bonne à prendre, spécialement lorsqu’elle commence par un tonitruant « Soldier of No Fortune ». Précisons quand même que cette compilation ne se contente pas de piocher dans les albums antérieurs de la formation, mais propose des titres rares et inédits de PAGANIZER, ce qui ajouter évidemment à la valeur de cette sortie. Et faites-moi confiance, dans le cas de ce bon vieux Rogga Johansson, inédit ne rime pas avec fond de tiroir, bien au contraire, les titres proposés ici explosant d’une rage coutumière au musicien toujours aussi fondu d’extrême.

Je laisserai donc les spécialistes disséquer l’œuvre à leur convenance, n’étant pas à même de juger de la pertinence de la rareté des chansons offertes. Sachez tout simplement que le tracklisting ne fait pas honte à la disco officielle du groupe, bien au contraire, ce qu’on comprend assez facilement en s’enfilant « The Second Portal », rigide comme un leftover d’ENTOMBED et rapide comme une saillie d’IMPALED NAZARENE. « Vanans Makt » nous propose un autre visage, plus rieur et hystérique, avec une voix féminine complètement possédée qui confère à l’ensemble une atmosphère de liesse globale. Légèrement folklorique, ce titre procure une sensation d’euphorie brutale, et donne de l’allant à l’auditeur, conquis par ce mélange de brutalité sourde et de violence paillarde et locale. D’autres au contraire semblent se faire un malin plaisir de plonger dans les eaux boueuses du Death le plus underground, à l’instar du démoniaque et lapidaire « El Diablo Cerveza », au son live insupportable, mais à la brièveté cocasse. Du côté des surprises rigolotes, notez sur vos tablettes le Techno-Indus « Among the Industrial Dread » qui offre une porte de sortie à la BERZERKER, mais les vrais fans préfèreront sans doute la franchise glauque d’un « Into the Wastelands », véritable témoignage de l’importance scandinave sur le monde de la mort gelée. Rien à jeter donc sur cette compilation euphorique, qui nous fait passer dans les coulisses d’un des groupes les plus importants de sa génération. A chacun de voir si Compiled Ammunition était vraiment indispensable, ou juste destiné à satisfaire la boulimie de production de Johansson, mais avec un tel éventail de morceaux différents, il eut été dommage de ne pas pouvoir poser ses pauvres oreilles abimées dessus. D’autant plus que le groupe résume sa philosophie par l’entremise du furieux et presque N’Roll mais totalement Crust « The Sound of Insanity », ce qui justifie amplement les quarante minutes que vous pourriez consacrer à l’exercice.         

         

Titres de l’album :

01. Soldier of No Fortune

02. The Second Portal

03. Vanans Makt

04. No Flesh Forlorn

05. Forever Zombie

06. Scavengers of the Undead

07. The Sound of Insanity

08. Into the Wastelands

09. The Aeon Machinery

10. Maggot Fodder

11. El Diablo Cerveza

12. Among the Industrial Dread


Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2022 à 14:34
78 %    99

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32