Si le groupe existe depuis 2013, Wairua est la porte d'entrée pour ce ARO ORA originaire de Tours. Le groupe avait délivré jusque là un EP autoproduit sorti en 2015 et a travaillé dans l'ombre ce premier album qui parait cette année et qui sent bon le mélange de GOJIRA (la voix, certaines parties de guitare), le DAGOBA de What Hell Is About ou même le SOULFLY à de nombreuses reprises, là aussi la voix et certaines tonalités de guitare.
Une fois cette description balancée en introduction, normalement tous les true metalleux sont partis... mais voilà si ARO ORA a retenu mon attention, moi qui suis très peu client de ce Metal moderne, c'est bien parce que les gars savent faire sonner leurs instruments. Tout commence avec cette introduction très belle et dont on sent la menace poindre. En effet, ça ne tarde pas avec "Shivering Flame" qui laisse entrevoir le potentiel du groupe, tout ici fait penser à GOJIRA mais sans en être vraiment, le travail sur l'instrumentalisation est bien plus pointue que n'importe quel groupe de Modern Metal lambda (désolé mais c'est quand même vrai que toute cette scène est d'une pauvreté...), les parties syncopées sont utiles et fluides et ne servent pas de remplissage, oh ! Magie ! Et puis il y a ce chant habité qui cache une mélodie toujours sous-jacente, et le petit gars qui réalise cette prouesse c'est Baptiste Boudoux alors que les gratteux se la jouent mélodique sur un excellent "Roots Of Knowledge" avant de revenir sur des terrains bien plus bruts.
Il y a une dimension progressive également dans ce groupe qui développe ses idées et multiplie les effets tiroir tout en aimant surprendre son auditeur avec des cassures nettes que l'on aime appeler mosh parts. Il y a également une dimension sombre chez ARO ORA, les guitares sont grasses certes, mais l'énergie déployée est particulièrement noire et sombre et même les quelques effets électros que l'on peut entendre à droite et à gauche ("Tragedy Of A Lost Self") sont magnifiquement contre-balancés par des parties Thrash Death Metal bien directes qui fleurent bon l'old-school, NO RETURN en tête.
Toutefois, le groupe va prendre un virage un brin plus Modern Metal après l'"Interlude" avec des "Seducing Venom" ou "Running On The Möbius Strip" peut-être moins surprenant, peut-être l'effet de surprise passé, mais la pression noire retombe quelque peu et ARO ORA se mue en un groupe un peu plus commun, comme GOJIRA a pu le faire dans son évolution d'ailleurs. Alors, même si on goûte encore avec plaisir les lignes de chant d'un "Our Closing Breath", l'après "Naiads" fait encore retomber la pression d'un cran même si certaines parties de "Kósmos" se chargent de nous rappeler à notre bon souvenir ce que le groupe avait balancé en début d'album.
Possible que la durée qui sépare le EP et l'album en soit la raison mais il y a peut-être une longueur inutile sur cet album, un ou deux titres en moins aurait rendu le truc plus compact et tellement plus homogène. Après, difficile d'en vouloir aux groupes lorsqu'ils en proposent un peu trop.
Enfin, un mot sur cette production extrêmement réussie, les guitares sonnent massives mais on comprend parfaitement les subtilités, et il y en a, la batterie claque parfaitement, même si son traitement peut paraitre très standard, ça fait parfaitement le job comme on dit. Et puis, il y a cette basse qui se distingue pas la fréquence continue qu'elle dégage, support essentiel aux parties de batterie. Et enfin, ce chant, bien plus varié que ce que l'on pourrait pensé, une voix hargneuse mais avec une mélodie prédominante, comme GOJIRA l'a très bien popularisé, c'est une des grandes réussites de cet album recommandé au public d'un Metal extrême moderne. Voilà encore un groupe français au potentiel avéré, en espérant que cela suive, notamment dans sa retranscription sur scène. Une belle découverte !

Tracklist :

  1. Inhale
  2. Shivering Flame
  3. Holos
  4. Roots Of Knowledge
  5. Tragedy Of A Lost Self
  6. Interlude
  7. Seducing Venom
  8. Running On The Möbius Strip 
  9. Our Closing Breath
  10. Golden Poetry
  11. Naiads
  12. Velvet
  13. Kósmos
  14. Flight Of The Red Ibis
  15. Exhale

Facebook


par Simony le 06/11/2019 à 10:00
83 %    106

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.