Si le groupe existe depuis 2013, Wairua est la porte d'entrée pour ce ARO ORA originaire de Tours. Le groupe avait délivré jusque là un EP autoproduit sorti en 2015 et a travaillé dans l'ombre ce premier album qui parait cette année et qui sent bon le mélange de GOJIRA (la voix, certaines parties de guitare), le DAGOBA de What Hell Is About ou même le SOULFLY à de nombreuses reprises, là aussi la voix et certaines tonalités de guitare.
Une fois cette description balancée en introduction, normalement tous les true metalleux sont partis... mais voilà si ARO ORA a retenu mon attention, moi qui suis très peu client de ce Metal moderne, c'est bien parce que les gars savent faire sonner leurs instruments. Tout commence avec cette introduction très belle et dont on sent la menace poindre. En effet, ça ne tarde pas avec "Shivering Flame" qui laisse entrevoir le potentiel du groupe, tout ici fait penser à GOJIRA mais sans en être vraiment, le travail sur l'instrumentalisation est bien plus pointue que n'importe quel groupe de Modern Metal lambda (désolé mais c'est quand même vrai que toute cette scène est d'une pauvreté...), les parties syncopées sont utiles et fluides et ne servent pas de remplissage, oh ! Magie ! Et puis il y a ce chant habité qui cache une mélodie toujours sous-jacente, et le petit gars qui réalise cette prouesse c'est Baptiste Boudoux alors que les gratteux se la jouent mélodique sur un excellent "Roots Of Knowledge" avant de revenir sur des terrains bien plus bruts.
Il y a une dimension progressive également dans ce groupe qui développe ses idées et multiplie les effets tiroir tout en aimant surprendre son auditeur avec des cassures nettes que l'on aime appeler mosh parts. Il y a également une dimension sombre chez ARO ORA, les guitares sont grasses certes, mais l'énergie déployée est particulièrement noire et sombre et même les quelques effets électros que l'on peut entendre à droite et à gauche ("Tragedy Of A Lost Self") sont magnifiquement contre-balancés par des parties Thrash Death Metal bien directes qui fleurent bon l'old-school, NO RETURN en tête.
Toutefois, le groupe va prendre un virage un brin plus Modern Metal après l'"Interlude" avec des "Seducing Venom" ou "Running On The Möbius Strip" peut-être moins surprenant, peut-être l'effet de surprise passé, mais la pression noire retombe quelque peu et ARO ORA se mue en un groupe un peu plus commun, comme GOJIRA a pu le faire dans son évolution d'ailleurs. Alors, même si on goûte encore avec plaisir les lignes de chant d'un "Our Closing Breath", l'après "Naiads" fait encore retomber la pression d'un cran même si certaines parties de "Kósmos" se chargent de nous rappeler à notre bon souvenir ce que le groupe avait balancé en début d'album.
Possible que la durée qui sépare le EP et l'album en soit la raison mais il y a peut-être une longueur inutile sur cet album, un ou deux titres en moins aurait rendu le truc plus compact et tellement plus homogène. Après, difficile d'en vouloir aux groupes lorsqu'ils en proposent un peu trop.
Enfin, un mot sur cette production extrêmement réussie, les guitares sonnent massives mais on comprend parfaitement les subtilités, et il y en a, la batterie claque parfaitement, même si son traitement peut paraitre très standard, ça fait parfaitement le job comme on dit. Et puis, il y a cette basse qui se distingue pas la fréquence continue qu'elle dégage, support essentiel aux parties de batterie. Et enfin, ce chant, bien plus varié que ce que l'on pourrait pensé, une voix hargneuse mais avec une mélodie prédominante, comme GOJIRA l'a très bien popularisé, c'est une des grandes réussites de cet album recommandé au public d'un Metal extrême moderne. Voilà encore un groupe français au potentiel avéré, en espérant que cela suive, notamment dans sa retranscription sur scène. Une belle découverte !

Tracklist :

  1. Inhale
  2. Shivering Flame
  3. Holos
  4. Roots Of Knowledge
  5. Tragedy Of A Lost Self
  6. Interlude
  7. Seducing Venom
  8. Running On The Möbius Strip 
  9. Our Closing Breath
  10. Golden Poetry
  11. Naiads
  12. Velvet
  13. Kósmos
  14. Flight Of The Red Ibis
  15. Exhale

Facebook


par Simony le 06/11/2019 à 10:00
83 %    194

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !