Massacre Through Seduction

Söft Dov

04/08/2017

Horror Pain Gore Death Productions

A force de chroniquer des albums, EP de Crust, de D-beat, je commençais à me dire que la chose tournait salement en rond. L’école suédoise, les instigateurs anglais, les riffs se répétaient et devenaient trop familiers…Il fallait bien qu’à un moment donné, quelqu’un donne un coup de Doc dans la fourmilière sur les docks, et fasse avancer les choses…Pas forcément en jouant plus vite et en tombant dans le piège de l’outrance, mais au moins en tentant des approches différentes…Certes, le style était somme toute assez figé et ses extrapolations mesurées, mais il devait bien exister un « ailleurs » quelque part. Et, finalement, oui, cet ailleurs existe, mais n’est pas ailleurs. Il est…autrement, mais toujours situé dans un pays à l’influence majeure. Ni en Suède ni en Angleterre, aux USA, mais il est de notoriété publique que les Américains, en termes de Core ne font pas tout à fait tout comme tout le monde tout le temps.

La preuve, le quartette SÖFT DOV, qui ne vient pas de Stockholm malgré ce que son nom semble indiquer, mais de New Brunswick, New Jersey, et qui propose son premier album via Horror Pain Gore Death Productions, toujours à l’affût sur les bons coups et les plus tordus…Et comme en plus, certains de ses membres ne sont pas vraiment des nouveaux venus, on était en droit de s’attendre à un truc bien solide. Et solide, ce premier LP l’est, mais il est surtout…différent. Vraiment différent.

Mark Bronzino à la guitare, vient des IRON REAGAN, Ian Thompsen au chant, fait partie des ANOTHER SOCIAL DISEASE, Erin quant à elle assure la batterie et Söft Steven la basse. Un quatuor assemblé mais à l’effort homogène, qui se permet de retrouver le souffle initial du Crust, tel que les anglais ont pu le définir dans les années 80, via DISCHARGE, DOOM, CRASS et pas mal d’autres qui avaient enfin compris que non seulement le Punk n’était pas mort, mais qu’il pouvait se montrer encore plus radical et méchant qu’avant. Depuis, le style s’est encore plus radicalisé, s’est même salement refroidi dans les congélateurs scandinaves, mais est régulièrement revenu vers ses rivages de brutalité brute, comme en témoigne ce Massacre Through Seduction qui porte terriblement bien son nom. Difficile de croire qu’un disque aussi agressif et dissonant puisse être séduisant, et pourtant c’est le cas, même dégueulant de stridences, de feedback, de chant traité et de riffs déglutis à l’arrache. Le groupe lui-même définit sa mixture d’un laconique surreal Death-Crust, ou d’un dédaigneux filth-Rock, et il est certain que leurs morceaux ne respirent pas la joie de vivre. Pour être honnête, à l’écoute des douze pistes de cet effort initial, on n’a aucun mal à imaginer un vieux junkie affalé sur le sol tentant d’aguicher une vieille pute aux traits fatigués et aux seins tombant, les deux partageant ce même goût pour l’autodestruction qui régit le Punk depuis sa création. Le tableau n’est certes pas des plus ragoutants, mais il a ce quelque chose d’excitant dans la transgression et la non-gestion du chaos qui le rend incroyablement séduisant…Allez savoir…

Mais au petit jeu du « je mélange du DISCHARGE, du GENOCIDE (celui de Submit To, pas l’autre), du No-Wave traité Crust, avec une moue dédaigneuse et un certain sens du beat Rock », les SÖFT DOV sont vraiment les plus forts et organisent donc un vrai massacre dans les règles, celui de la musicalité, de la logique et de l’harmonie, en maltraitant les rares mélodies qu’ils laissent passer la porte…Les deux points forts de ce premier jet, en dehors de cette production abominable truffée d’effets et laissant les guitares trancher les veines en toute liberté, sont justement ces dernières qui frisent l’overdose de larsen à chaque intervention, et ce chant noyé dans la réverb, qui prend des libertés inouïes avec les tonalités usuelles bien graves et rauques du genre. Ici, le balbutiement se veut sexy, le déhanché dégingandé, et sublime des riffs qui se perdent dans le delay et l’écho sans qu’on puisse vraiment pouvoir les discerner. Le tout est éminemment chaotique, terriblement bruyant, mais addictif comme une drogue bon marché vers laquelle on revient quand le manque commence à chatouiller. Après avoir dealé des centaines de disques du cru, je n’aurais jamais pensé pouvoir être surpris par un nouveau rendu, et pourtant je le suis, me noyant dans leur chaos comme un chien léchant son propre vomi. Et le spectacle n’est pas joli-joli.

Cyberpunk for the modern age.

La formule est aguicheuse, et partiellement vrai. Cyberpunk, je ne suis pas sûr, ou alors en considérant que l’informatique n’a pas progressé depuis les Pentium 75, mais il y a en effet quelque chose de virtuellement mécanique dans cette musique froide et robotique, qui semble émaner d’un vieil ordinateur apprenant les bases du Punk sans vraiment savoir de quoi il traitement de texte. Avertis dès le départ par un « Cyberwar » qui ne dissimule rien de son Noise, nous sommes vite happés dans un cyberespace Crust sale et nébuleux, au réseau fonctionnant par intermittence et au débit pas vraiment régulier. Difficile de télécharger des données stables face à un Crust bizarre, comme joué par de vieux punks UK n’ayant pas vraiment suivi l’actualité depuis la mort de Sid, et utilisant leurs instruments un peu comme ils le peuvent, sans chercher à savoir si leur barouf reste cohérent.

Ces Punks se souviennent d’ailleurs que leur style de prédilection se doit d’être court, et multiplient les saillies immédiates, mais entraînantes (« Industrial Genocide », « The Merger », « Haus »), et osent faire preuve d’un peu d’ambition, en mélangeant leur venin à un nectar malin alambiqué dans les 70’s, plutôt du côté anglais d’ailleurs (« Nëightmare Trip »/ « Nightmare Trip II », genre de Punk hippie très bizarre aux soli en écho). Les accélérations sont bien présentes, mais très modérées dans l’irrévérence, et toujours écrasées et dominées par ce chant si déformé et craché comme une haine mal digérée (« S.G.C »), alors même que le Punk-Rock peut parfois faire encore semblant d’exister (« From Where I Stand », MOTORHEAD tente de percer dans le Death-Crust psychédélique, et Lemmy, d’outre-tombe, se souvient qu’il aurait pu fondre HAWKWIND dans les DAMNED).

Un vieux squat dans le New-Jersey, des mecs qui jouent sur du matériel de fortune, dans des costumes défraichis, et qui envoient la purée sans penser au lendemain. Non, plutôt habillés comme des greasers qui confondent le Rock sale et le Punk qui a la dalle, et une Erin bien jolie comme figure de proue un peu sexy. Et un Crust indécis, mais qui se souvient qu’il a toujours été imprécis.

Merci.


Titres de l'album:

  1. Cyberwar
  2. Massacre Through Seduction
  3. From Where I Stand
  4. Industrial Genocide
  5. Chëmikal Residuè
  6. Nëightmare Trip
  7. Nightmare Trip II
  8. Abhornasëksia
  9. The Merger
  10. S.G.C.
  11. Elliptical Childe
  12. Haus

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/08/2017 à 14:25
78 %    435

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42

Gargan

...Quand tu découvres les effets lumineux de ton logiciel de montage.

10/07/2020, 10:37

steelvore666

Bien d'accord avec vous messieurs.
J'écoute encore les "vieux" albums, ceux qui montrait un groupe sur de lui et assez puissant pour convaincre sans en faire des tonnes et devenir pathétique.
Un constat : la qualité de ses albums est inversement proportionnelle à son implication dans(...)

10/07/2020, 09:41

Speeding Velocity

Eh ben.... vraiment pas bandante cette affiche.
Je suis quand même curieux de voir le prix des places pour "ça".
(et le taux de remplissage, mouarf !)

10/07/2020, 09:00

NecroKosmos

Même opinion. Groupe de clowns. Après, cette polémique montre bien l'ouverture d'esprit du gouvernement polonais.

10/07/2020, 06:40

NecroKosmos

Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

10/07/2020, 06:28

aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07