O Theos, O Basileus

Griffon

23/10/2020

Les Acteurs De L'ombre Productions

Troisième volet des sorties des Acteurs de l’Ombre pour cette rentrée, avec le second LP des parisiens de GRIFFON, quatre ans après leur découverte via Har HaKarmel, premier effort alors distribué en 2016 par Hass Weg Productions. Bonne affaire une fois encore pour le label français, qui s’octroie une nouvelle pièce de choix de l’underground Black Metal national, avec un groupe floutant les frontières entre toutes les fragrances de BM. Leur musique est-elle symphonique, martiale, épique, progressive, agressive ? Elle est tout ça à la fois, et il n’est pas difficile de constater que le groupe a fait d’énormes progrès en termes de composition en quatre petites années. Présenté comme d’habitude dans un digipack trois volets de luxe, O Theos, O Basileus (ὸ θεὀς ὸ βασιλεὐς en version originale) offre un déferlement de violence accentué par l’utilisation de mélodies très prononcées et de chœurs magistraux, et nous emporte aux confins de la créativité brutale, en acceptant le legs d’un Folk BM et d’un BM à tendance médiéval, tout en nous évitant la niaiserie caractéristique de ces deux genres. Pas question ici d’harmonies doucereuses à base d’instrumentation délicate, mais bien de pur Black Metal sous son éclairage le plus noble mais impitoyable. Déjà repérés par le label de Gérald qui leur a donné l’occasion de partager des faces avec DARKENHOLD l’année dernière, les musiciens parisiens ont donc précautionneusement élaboré leur retour pour ne pas manquer le coche, et se hisser au niveau des meilleures réalisations de ce label très exigeant. Et l’un dans l’autre, après plusieurs écoutes, O Theos, O Basileus peut sans peine rivaliser avec les meilleurs poulains de l’écurie, grâce à une confiance absolue en un style qui justement, sait éviter les écueils de genre trop cloisonnés.

D’obédience historique, O Theos, O Basileus est un disque « qui questionne la relation entre les pouvoirs spirituel et temporels. Souvent opposés, parfois allant de pair, voire totalement confondus, ces deux pouvoirs bien distincts vont connaître de nombreuses évolutions tout au long de l’ère chrétienne. ». Tel est donc le thème choisi pour driver les morceaux de ce second LP, et autant admettre que l’œuvre est fascinante, et digne des plus grands achèvements BM de ces dix dernières années. Aussi narratif qu’il n’est musical, ce deuxième tome de la saga GRIFFON utilise beaucoup d’inserts parlés, et de fait, ressemble parfois aux albums d’HYPNO5E, sans évidemment en approcher la philosophie instrumentale. Et dès l’intro de « Damaskos » mise en place, on comprend que l’ambiance va se vouloir grandiloquente, imposante, et subtilement hypnotique, nous emmenant en balade dans les couloirs du temps et de l’histoire, pour imposer son point de vue et son concept. Mixé et masterisé au Studio Henosis, décoré d’un sublime artwork d’Adam Burke, ὸ θεὀς ὸ βασιλεὐς est un petit chef d’œuvre de BM aux proportions symphoniques, qui évite toutefois le clinquant des productions les plus symptomatiques. Le quintet (Dino Dieleman - basse, Sinaï - guitare, Aharon - chant, Kryos - batterie et Antoine - guitare) a donc relevé le niveau de deux ou trois crans, sans perdre son identité, et nous offre un déroulé de chansons toutes aussi impressionnantes les unes que les autres, basées sur des riffs concentriques et cycliques, et des strates vocales omniprésentes, conférant à l’œuvre une aura de tragédie grecque transposée dans une autre époque, plus contemporaine.

Evidemment, parfois, l’instrumental prend des allures de classique des années 2000, nous rappelle ANOREXIA NERVOSA, mais aussi NKVD quand l’ambiance devient plus martiale que la moyenne. Ceci dit, ne vous amusez pas trop à comparer les GRIFFON à tout le monde et n’importe qui, leur art étant trop personnel pour supporter les rapprochements hâtifs. Mais il convient quand même de préciser que l’ombre de CRADLE OF FILTH plane souvent au-dessus des nuages de morceaux très théâtraux, tout comme celle du Black norvégien des années 90, ce qu’on constate en encaissant le sourd choc de « L’Ost Capétien », extrêmement violent. La recette est très simple, une base BM classique, avec blasts, chant rauque et sourd, riffs agressifs mais emprunts de Heavy Metal, le tout saupoudré d’arrangements grandiloquents, avec chœurs à la LAIBACH, nombreux breaks bien amenés, et variations dans l’approche mélodique. Le réel talent des parisiens est d’avoir composé des morceaux très riches et complets, sans avoir recours à des subterfuges de durée, la moyenne se situant dans les cinq minutes, bien que les chansons en paraissent plus. Mais sans pour autant provoquer l’ennui, et en découvrant « Régicide » et « Les Plaies Du Trône », on approfondit un peu plus l’identité de ce quintet hors normes, qui a exigé des instruments qu’ils soient tous présents au premier-plan, comme cette basse économique qui égrène une ou deux notes, ces arrangements classiques qui interviennent régulièrement, et qui offrent des respirations bienvenues dans le déluge de riffs qui s’apparente souvent à une tornade créative.

Le chant d’Aharon, brut et formel, s’accorde très bien de ces brisures délicates qui combinent notes cristallines et narration d‘arrière-plan, et l’album se suit donc comme une pièce en huit actes, avec des épisodes d’une beauté harmonique sublime (« Régicide »), des interludes à l’atmosphère moyenâgeuse (« … Et Praetera Nihil »), des intros aux claviers préfigurant une prise en charge Heavy puissante (« Abomination », le plus accrocheur du lot), et plus généralement, des fluctuations et modulations très pertinentes et qui ne tombent jamais comme un cheveu sur la soupe. Mais il est toujours difficile de décrire la qualité intrinsèque d’un album sans trop en révéler sur son contenu, et je pense qu’avec les arguments déjà énoncés, vous aurez compris que GRIFFON a signé un disque qui s’approche de la perfection, et qui ne détonera aucunement dans la production des Acteurs de l’Ombre. Un disque qui en appelle à la sensibilité des amateurs de BM précieux et sauvage à la fois, acceptant des accointances symphoniques sans vraiment y plonger de l’âme, se prêtant au jeu de l’ambition tout en restant pertinent et effectif. Une bien belle surprise que nous offre Gérald, et un groupe à suivre de très, très près, qui pourra rivaliser avec les leaders historiques.                                                    

                                                                   

Titres de l’album:

01. Damaskos

02. L’Ost Capétien

03. Régicide

04. Les Plaies Du Trône

05. Abomination

06. My Soul Is Among The Lions

07. … Et Praetera Nihil

08. Apotheosis


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/10/2020 à 17:59
85 %    171

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50