Ok, cette chronique paraît en février 2019, mais au moment où je l'écris, nous sommes encore le 31 décembre 2018. Soit le dernier jour d’une année qui aura été chargée en termes de sorties, qui aura révélé des perles, confirmé des réputations, mais aussi fait s'envoler quelques illusions, détruit quelques rêves, et terni l'image de groupes confirmés. Et alors que la plèbe et les patriciens s'apprêtent à fêter la Saint-Sylvestre comme il se doit à grand renfort d’huîtres et de foie gras, d'autres comme moi refusent ces festivités et continuent leur travail d'exhumation des bas-fonds pour vous permettre de découvrir de nouveaux artistes qui méritent une exposition. Et si mon année 2018 fut dominée par l'extrême et l'assomption de la suprématie de vieilles gloires, elle fut globalement marquée du fer rouge de l'extrême, au détriment d'autres styles que j'affectionne tout autant. Et quelle meilleure façon de préparer la purge de janvier que de retourner aux sources d'un Hard-Rock simple et direct, celui-là même qui nous a entraîné plus tard sur les pistes glissantes des extensions les plus bruyantes ? Et en 2018, comme en 2017 ou les six années précédentes, quel autre pays que la Norvège pour nous offrir du binaire qui dégèle, et qui accélère le palpitant au point de lui faire danser un jive dément ? Nous sommes donc d'accord, et c'est une fois encore du côté d'Oslo que je suis allé chercher ma dose de grisant, en l'incarnation d'un quintet qui ne se pose pas d'inutiles questions, et qui rocke, qui rolle, dans la plus grande tradition nationale. Attiré par une pochette alléchée, je m'intriguais du contenu du premier album des nordiques de VIRGINIA HILL, leur nom et leur graphisme fleurant bon le crime organisé, et surtout, l'attirance d'une figure bien connue de la pègre américaine. Pour les étourdis de l'histoire, sachez que dame Virginia Hill fut la compagne du mobster Bugsy Siegel dans le Chicago des années 30, ce qui vous permet un peu de situer ses activités. Mais loin de moi l'idée de vous présenter sa biographie, Google étant votre ami, et le sujet du jour étant quelque peu différent. Mais gageons que si les VIRGINIA HILL norvégiens étaient nés dans la première vingtaine du vingtième siècle du côté de l'Illinois, ils eurent été de fieffés brigands avides de trafic en tous genres et de contrebande liquide organisée.

Car leur Rock légèrement teinté de Sleaze est du genre roublard, et vide-poches goguenard. Pas beaucoup d'informations à communiquer à leur sujet, leur unique page Facebook étant succincte niveau biographie, mais il convient de préciser que ce Makin' Our Bones est leur premier LP, et que le groupe s'organise autour de cinq instrumentistes (Paulie Vecouteren – chant, Phillie – lead, Mathias Groven – guitare rythmique, Marcus Pedersen – basse et Jay Ratama – batterie) qui visiblement n'ont pas laissé les eighties dans leur poche, et n'ont pas oublié les seventies au profit d’une approche plus contemporaine histoire de sonner moderne. Si les rapprochements avec les plus grandes figures du nord n'est pas incongru, il serait trop facile de réduire les VIRGINIA HILL au rang de simples copies des HELLACOPTERS ou des BACKYARD BABIES. Nonobstant cet état de fait, les similitudes existent et sont patentes, notamment pour cette façon de traiter le Rock traditionnel comme une vulgaire catin Punk, la moue lippue et le verbe cru, le riff détaché et la rythmique resserrée. Le but du jeu est toujours le même, puisqu'il s'agit bien d'un jeu, unir dans une même envie les tempi pilonnés et les guitares enragées, saupoudrant le tout d'un chant séduisant mais pas dupe, et laissant l'inspiration voguer au gré du passé des STONES, traîner dans les loges des NEW YORK DOLLS, taper la causette avec les RAMONES, tout en saluant du coin du chapeau la vague Pop-Punk des eighties, sans leur donner l'air de faire partie de la même famille. C'est classique dans le fond, encore plus dans la forme, mais ça fonctionne puisque ces cinq lascars là connaissent leur bréviaire, et ne s'éternisent pas pour perdre le fil de leur propos. Alors, pas plus d'une demi-heure pour convaincre, et une bordée de hits pour vaincre, le tout enrobé dans une production un peu sèche aux médiums rêches, et vogue la galère qui n'en est pas une, mais qui a plutôt des allures de set joué comme à la parade dans un club d'Oslo aux murs suintants de stupre et de plaisir.

D'aucuns vous diraient, c'est du tout bon, mais c'est quand même un peu rebattu. Et je ne saurais les contredire, puisque c'est de Rock dont il s'agit, et rien d'autre, mais joué à la manière Glam, un peu comme des FASTER PUSSYCAT exilés en terre norvégienne. Le genre de truc qui fonctionne toujours pourvu qu'il provienne des pays scandinaves et voisins, et qui rappelle de loin les WIG WAM, les BACKSTREET GIRLS et d'autres compères de label. Donc, pas de quoi se prendre la tête, mais largement de quoi la faire dodeliner au son de quelques hymnes bien troussés, qui s'ils ne cherchent pas Ziggy à quatorze heures, prennent quand même le soin de respecter le cahier des charges, soli concis compris. Chacun connaît ses responsabilités et les assume, même si évidemment, on aimerait parfois que l'inspiration s'envole plus loin qu'une enclume et nous propose des choses un peu plus culottées. Du coup, chaque morceau sonne comme un archétype, ou comme un classique selon votre humeur, et fait une fois encore la jonction entre l'immédiateté Punk des seventies et l'arrogance Rock de la décade suivante, ce que « Blackout Nights » démontre en bonne introduction up tempo qui se respecte. Pas grand-chose donc de neuf à se mettre sous la dent, pas de révélation sur le chemin de Damas, mais de gros riffs qui paient leur tribut aux SEX PISTOLS et à CHEAP TRICK, pour un équilibre entre Pop, Punk et Rock dynamique, et hautement électrique (« Dangerous Temptations », sans doute le meilleur du lot). Arrangements sobres, attitude, tout est là pour rappeler qu'il y a plus de trente ans, les GUNS battaient le haut du pavé, et que depuis les pays nordiques ont repris le flambeau, sans trop chercher à creuser pour trouver leurs arguments à chaud. Et entre fureur et sensualité, les chansons défilent, respectant un schéma bien établi, et naviguant entre peinard appuyé et fouettard agacé.

Pas de ballade à craindre, puisque les gus n'ont pas le temps d'être trop tendres, et qu'il s'agit d'un premier album qui doit frapper fort. Alors, on n'hésite pas à pomper un peu du côté de l'Australie, histoire de rendre hommage aux frères Young (« Too Young To Die »), tout en gardant les deux pieds fermement ancrés à domicile pour affoler la fête et tirer sa révérence au modèle Nicke Andersson via l'influence de tous ses groupes et side-projects (« Line ‘Em Up (Knock ‘Em Down) »). Mais comme une analyse linéaire le serait autant qu'une écoute de travers, autant laisser la musique parler d'elle-même, et vous donner des fourmis dans les pieds, puisque tel est le but d'un jeu que tout le monde accepte de jouer. Sans révolutionner quoique ce soit, puisqu'en termes de Rock les anciennes tables font loi, les VIRGINIA HILL signent un début qui loin d'être mémorable, reste mémorisable, et laisse présager d'une carrière un peu folle et roll, et que tous les amateurs de franchise Rock apprécieront comme il se doit. La bande-son parfaite pour un réveillon un peu baston, dans un club d'Oslo ou un pavillon parisien. Après, tout dépend des voisins.

                   

Titres de l'album :

                         01. Blackout Nights

                         02. Dangerous Temptations (feat. Petter Baarli)

                         03. State Of Mind

                         04. Too Young To Die

                         05. Line ‘Em Up (Knock ‘Em Down)

                         06. Truth Be Told

                         07. Aphrodite

                         08. Welcome To My Dream

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/02/2019 à 19:35
75 %    159

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)