Changes

Toby Hitchcock

09/07/2021

Frontiers Records

Il y a des visages qu’on n’oublie pas, tout comme il y a des voix qu’on reconnaît instantanément. Celle de Toby HITCHCOCK en fait partie, et son extraordinaire travail avec PRIDE OF LIONS n’y est certainement pas étranger. Mais en dehors de son groupe fétiche, le vocaliste au timbre pur et puissant à une existence par lui-même, qu’il nous dévoile depuis plusieurs années via des albums solo d’une qualité constante, aux mélodies proéminentes, mais à l’énergie indéniable. Et c’est encore sur Frontiers que l’on retrouve Toby aujourd’hui, bien entouré, et prêt une fois de plus à mettre tous les amateurs de Melodic Rock d’accord, et les accros à l’AOR dans sa poche.

 

Toby HITCHCOCK, c’est plus qu’un simple nom et un parcours, c’est un gage de qualité, une promesse de haut niveau que rien ne viendra briser. Et conscient des enjeux de ce troisième album, le vocaliste et son backing-band ont tout donné pour que l’étape soit franchie avec panache, avec pas moins de onze morceaux et plus de quarante-cinq minutes de musique venue des cieux les plus perchés du paradis. Flanqué de seconds de premier choix, avec Martin Jepsen Andersen à la guitare, l’androïde Alessandro Del Vecchio à la basse, aux claviers et aux chœurs, et Nicholas Papapicco à la batterie, Toby a donc pu se laisser aller en toute confiance, et nous gratifier d’une des plus belles performances vocales de sa carrière. Symptomatique de ce que le chanteur américain a pu proposer de plus classique depuis ses débuts, Changes n’en amorce aucun, et reste en territoire connu. Avec une production assurée par le mutant Del Vecchio, nous aurions pu craindre une standardisation Frontiers assez désagréable, mais le gourou des consoles/multi-instrumentiste a su appréhender le monde de son chanteur avec justesse, et nous éviter ses pénibles réflexes habituels. En ressort un son plus aéré, des compositions mises en valeur par de nombreux détails, et une cohésion d’ensemble redoutable.

On le sent immédiatement sur le hit d’entrée « Forward », qui sans aller « en avant », respecte un cahier des charges très exigent. Guitare amplifiées mais polies, rythmique souple au son bondissant, et évidemment, des mélodies sublimées par la voix incroyable de ce chanteur hors-norme, capable de transcender n’importe quelle harmonie piquée à HARDLINE ou JOURNEY. Toujours fidèle à une démarche établie lors des premiers albums de son groupe principal, Toby fait preuve de beaucoup de sincérité dans la cohérence, et aligne les tubes imparables que les radios américaines auraient matraqués à une certaine époque. Et alors que les claviers pour une fois ludiques et bien placés d’Alessandro permettent aux guitares de lâcher quelques soli plus saignants que la moyenne, l’ensemble sonne parfois comme un excellent album de STRYPER sorti entre In God We Trust et Against the Law.

« Before I Met You », la reprise, fait office de clou définitif dans le cercueil des derniers doutes, et souligne avec beaucoup d’intelligence les variations de tonalité de Toby. A l’aise en mid range comme en high range, le chanteur nous gratifie des lignes harmoniques les plus pures de sa carrière, ce qui achève de le hisser à la même marche du podium que le fabuleux Michael Sweet, autre représentant récent de l’écurie Frontiers. Loin des travers des sorties du label italien les plus reconnaissables de la patte de Del Vecchio, Changes est donc une continuité de qualité très logique sur le parcours de l’américain, qui de sa voix suscite des émotions complémentaires touchant en plein cœur les amoureux d’une musique simple, mais efficace et authentique.

Bien évidemment, il n’y a rien à attendre de cet album que ce que Toby n’a déjà proposé sur ses deux précédents efforts. Les chansons restent dans le même registre, mais ne sont pas que de vulgaires écrins pour le diamant d’une démonstration vocale indiscutable. En témoignent le très sensible « Tonight Again » et le plus léger et AOR « Say No More », qui nous rappellent la magie d’un Jami JAMISON ou SURVIVOR au sommet de leur forme, ensemble ou séparément. Le meilleur du Rock mélodique west-coast donc, pour un voyage dans le temps qui garde quand même prise avec son époque. Loin d’un simple succédané de PRIDE OF LIONS version touriste, Changes est l’affirmation du talent individuel de Toby HITCHCOCK, qui n’hésite jamais à flâner sur les rivages de la tendresse Pop, sans tremper ses deux pieds dans la mer de la mièvrerie. Les instants romantiques ne sont donc pas dangereux pour les diabétiques, et « Run Away Again (From Love) » de nous faire rêver à cet amour inconnu surgissant de nulle part un beau soir d’été, au son d’un orchestre fantôme jouant sur une plage abandonnée.

Abordant tous les registres de son style de prédilection, Toby joue avec une facilité déconcertante entre la légèreté et l’épaisseur, et nous propose des hits que Richard MARX ou Jeff PARIS auraient pu composer à la fin des eighties, via un trépidant « Two Hearts On The Run ».

L’un dans l’autre, cet album peut être appréhendé comme une sorte de best-of parfait de la carrière du chanteur, avec une sacrée sélection de tubes imparables. J’en tiens pour preuve l’élastique « On The Edge Of Falling » qui offre à la fin d‘album le surplus d’énergie dont il avait besoin pour se terminer en beauté, avant que la ballade lacrymale « Losing You » ne nous laisse face à face avec nos souvenirs les plus nostalgiques.

Obstacle franchi haut la main donc par Toby, qui nous délivre là une copie parfaite, très bien appréhendée par un producteur qui a su se mettre à la hauteur du talent de son leader. Chœurs à la DEF LEP/STRYPER, chansons solides, émotion à fleur de peau, tout est fait pour vous inciter à provoquer un rendez-vous romantique avec la femme de votre vie, la musique, cette muse qui n’a de cesse de nous inspirer pour continuer à y croire jour après jour.     

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Forward

02. Before I Met You (Xano Esena) (Despina Vandi cover)

03. Changes

04. Tonight Again

05. Garden Of Eden

06. Don’t Say Goodbye

07. Say No More

08. Run Away Again (From Love)

09. Two Hearts On The Run

10. On The Edge Of Falling

11. Losing You


Facebook officiel


par mortne2001 le 16/07/2021 à 14:58
82 %    588

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31

Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20