Retador

Retador

13/09/2022

Xtreem Music

Voici un nouveau venu sur la scène Thrash espagnole, un espoir qui visiblement a de grandes ambitions, puisqu’il n’est même pas passé par la case démo ou EP avant de sortir son premier longue-durée. Belle confiance en son répertoire donc pour RETADOR, qui avec cet éponyme introductif compte bien se faire une place à la fournaise Thrash européenne. Fondé en 2020, ce quatuor (Migueli - basse, Juan Jolocaust - batterie, Rolo - guitare et Jofre - guitare/chant) propose donc ses services à tous les amateurs de violence maîtrisée et de mélodies malmenées. Et en découvrant cette nouvelle montagne par la face nord de « Retador », hymne parmi les hymnes, on se dit qu’elle ne risque pas d’accoucher d’une souris.

RETADOR est donc aussi classique qu’un combo rétro-Thrash peut l’être. Une franchise rythmique, une science des riffs formels, des soli très intéressants, pour une dizaine de compositions fraîches. Entre ultraviolence rythmique et séduction harmonique, le quatuor de Malaga navigue avec aisance, et nous foudroie de son énergie. Visiblement prêts à défier la première division espagnole, RETADOR ne se pose pas de question inutile, mais sait utiliser tous les ingrédients à sa disposition pour préparer un plat plutôt relevé.

Entre Heavy vraiment corsé, accroches en syncopes et petites fantaisies de cordes, Retador impose sa patte, et rappelle une version plus masculine des magnifiques DETENTE, la voix de sorcière de Jofre rappelant méchamment les timbres féminins les plus hystériques de la scène. Tempo variable mais souvent véloce, explosions de haine, breaks écrasants appuyés par des chœurs convaincants, la formule est d’usage, mais fonctionne à plein régime. D’ailleurs, « La Venda » ne nous laisse d’autre choix que de nous soumettre à cette volonté de brutalité fluide, choix que nous acceptons avec délice tant la torture est agréable.

Evidemment, l’originalité n’est pas de mise, comme dans quatre-vingt-quinze pour cent de la production Thrash actuelle. On peut presque anticiper les plans tant ils sont traditionnels, mais la folie de l’ensemble, cette façon débridée d’aborder la brutalité instrumentale, cette basse coulée et ronde et ces cris de belette en langue natale font de ce premier album un gros uppercut dans ta face de rat, laissant quelques dents au sol, qu’aurait pu compter un LAAZ ROCKIT des années 90.

Speed, Thrash, Power, Thrashcore, tout est passé en revue avec brio, mais l’allant ne connaît aucun ralentissement, comme si ce premier album était une course contre la montre récompensant le groupe le plus persuasif. « Títeres » nous ramène sur les traces de la scène Power Metal allemande des années 80, avec ces chœurs d’arrière-plan scandés comme des leitmotivs, et la production, incroyablement effective, permet de distinguer toutes les idées sans avoir à tendre l’oreille.

On appréciera aussi les capacités en terrain plus lourd, propice à des ambiances plus tamisées (« Violencia », hargneux comme du HOLY MOSES), mais les interventions les plus crues font aussi partie des bonnes surprises de cet album. Le turbo-nucléaire « Deseo de Matar » lâche les blasts avant de stabiliser son rythme tout en restant salement catchy, et si les thèmes abordés sont classiques (violence de la société, injustices, dérives policières, totalitarisme...), le rendu possède cette folie qui fait les excellents premiers jets.

Doués techniquement, mais modestes dans la forme, les RETADOR nous présentent donc un travail impeccable, certes encore un peu timide dans la traduction de la nostalgie, mais diablement efficace et à cheval entre la fluidité ibère et le radicalisme en vogue outre-Rhin dans les années 80.

Des digressions plus structurées (« Juicio Final » qui n’est pas sans évoquer le grand TESTAMENT fugacement avant de partir en vrille), pour un final à la hauteur des attentes (« B52 »), et un bilan largement positif pour ces sympathiques espagnols, promis à une belle carrière pour peu qu’ils développent leur propre singularité.

Un album à l’aise dans la discographie Xtreem Music, toujours prompt à découvrir la nouveauté à placer en tête de gondole, quelques réminiscences SLAYER, pour une dizaine de brulots incendiaires. RETADOR incarne donc un challenger sérieux, dont les mouvements rapides et agiles peuvent déstabiliser certains cadors.       

   

      

Titres de l’album :

01. Retador

02. La Venda

03. Furia

04. Títeres

05. Violencia

06. Ton 618

07. Deseo de Matar

08. Corrupción

09. Juicio Final

10. B52


Facebook officiel


par mortne2001 le 10/05/2023 à 17:24
80 %    298

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14