Thrashmageddon

Demolizer

11/09/2020

Mighty Music

Là forcément, si je vous dis DEMOLIZER, Thrashmageddon, vous n’allez pas m’accuser de tromperie sur la marchandise. Et bien que pas mal de groupes aiment jouer l’ironie pour brouiller les pistes, çà n’est pas le cas de ces jeunes danois, vite repérés par LA maison de disques nationale qui n’a pas manqué l’occasion. C’est donc encore les pisteurs de Mighty Music que l’on retrouve derrière ce premier album, qui à n’en point douter marquera la rentrée de septembre de son empreinte. Formé en 2014 à Copenhague, Danemark, DEMOLIZER a d’abord battu pavillon RADTSKAFFEN pendant quatre ans avant de changer de pseudonyme pour se la jouer plus direct. Entre 2014 et 2018, le combo a tout de même pris le temps de publier un EP et un live, avant de se rebaptiser, et de nous asséner un premier coup dans la tronche sous la forme d’un EP, Ghoul, lâché il y a deux ans. Mais vous vous demandez sans doute ce qui a permis à un jeune groupe du Danemark de se faire repérer par un label aussi référentiel, et la plupart du temps éloigné de la cause Thrash ? Tout simplement le talent, mais aussi une exposition live non négligeable en tant que finaliste du Wacken Metal Battle danois, ce qui en effet a du aiguiser les curiosités. Et c’est donc un an plus tard que nous découvrons les travaux longue-durée de ces quatre marsouins, qui n’y vont pas par quatre chemins pour rallier la Californie ou l’Allemagne. Se réclamant sans détour d’une nostalgie fort à propos, les musiciens ne jouent le Thrash que sous son aspect le plus puriste et sous influences, négociant les virages à fond la caisse, sans oublier l’humour en route, ni la technique. Leurs compositions, assez simples, frappent fort, et l’aspect très professionnel de cette première réalisation réjouit, tout comme le côté « hymne » de certains morceaux qui ont largement leur place dans le patrimoine brutal mondial.

Thrashmageddon, l’Armageddon du Thrash, c’est en quelque sorte la leçon à tirer de ce premier LP avant même d’en avoir écouté la moindre note. Mais l’avertissement est franc, comme cette musique qui sous des aspects classiques ne manque pas une occasion de rappeler l’actualité de la vague old-school, remise au goût d’un jour un peu plus exigeant que les premières années de conquête. Dès le départ, ces musiciens paraissent sympathiques, et les quatre larrons pas du tout foireux (Ben "Polle" Radtleff: guitare/chant, Aria Mobbarez: guitare, Bjørn "Krölle" Hjortgaard: basse et Max Petrén Bach Hansen: batterie) connaissent leur boulot, et le prouvent en quelques secondes. Les quelques secondes d’intro de « Copenhagen Burning », gros burner judicieusement placé en ouverture et qui vous explose à la face comme un rire tonitruant de Tom Araya. Et c’est après une courte intervention à la guitare rappelant le score mythique de John Williams pour Jaws que tout s’envenime soudain pour atteindre une cadence d’exécution tout à fait respectable. Pris à la gorge, le fan reconnaîtra quand même le mélange entre la fluidité US et le radicalisme rythmique allemand, pour un cocktail SLAYER
/DEATHROW très vitaminé, et donnant immédiatement envie de détacher sa couette pour se croire dans un pit surchauffé. Le son, clair, propre et net est un atout non négligeable (production signée Lasse Ballade (KONVENT & SOLBRUD)), et si la basse se retrouve légèrement étouffée dans le mix, les guitares rattrapent aisément le coup, et la batterie profite d’une frappe sèche et matte. Tout ça commence donc très bien, et avec à peine trente-cinq minutes au compteur, on devine que les débats ne vont pas se calmer.

Ce qui n’empêche nullement les gaillards d’aménager des breaks finauds et très Mosh pour détendre l’atmosphère, sans perdre de vue le plus important dans le Thrash : les riffs. Ces riffs infernaux hérités de Mustaine, Hetfield, Holt, Ian, Petrozza, et qu’on retrouve en masse sur ce premier album qui se présente comme un nuancier de guitare exhaustif. Vrai point fort d’une première calotte en CD, cette accumulation de plans homériques et virils, mais juste assez fun pour ne pas qu’on se perde sur la route du trop sérieux. Néanmoins, faites attention, les mecs sont branchés en triphasé, et lorsque les BPM augmentent le rendement, l’effet est immédiat, et le cœur de thrasheur se prend 240 battements par minute (« Cancer In The Brain »). Les breaks lourds et emphatiques permettent l’application de la figure dite du « crapaud en hélicoptère », et les alternances jouent l’évidence : les DEMOLIZER ont tout compris à l’immédiateté de la musique qu’ils pratiquent. En version mid tempo diabolique, les danois assurent aussi comme des bassets, et « NTC » d’enfin oser laisser flotter quelques chœurs à l’allemande, et des reprises terriblement fluides et légèrement Core. Les compositions, la plupart du temps courtes évidemment, bénéficient parfois d’une petite prolongation, ce qui permet d’instaurer des ambiances plus tamisées et des réflexes moins systématiques. Ainsi, « Until I Die » se la joue TESTAMENT, ose un solo bien troussé et harmonique à souhait, apportant un peu d’amertume à cette ambiance surchauffée. Et bien que les interventions les plus modulées souffrent un peu de niaiserie mélodique (on ne sait pas si c’est fait exprès, mais ça sonne un peu faux et hésitant comme de l’Epic Folk des années 80), ces instants de contraste permettent de mieux apprécier la vitesse ambiante, d’autant que le groupe démontre tout son savoir-faire sur les compos les plus différenciées. Ainsi « Lost In Torment » est un classique instantané que les ASSASSIN et autre EXUMER auraient pu signer, tandis que le lapidaire « Gore » se savoure Speedcore de ses quarante-huit secondes rageuses.

Alors, tout est bon ? Presque, nous avons la concision, la cadence d’exécution, la fluidité de saison, des riffs béton (« MSW » et ses rebonds vraiment canon), et s’il n’y avait que ces quelques mélodies qui parfois sonnent un peu fluettes, plein eut été le carton. Mais ne soyons pas ronchon, pour un premier album, le résultat est largement probant, au-dessus de la mêlée, et laisse augurer d’un avenir mosheur pour les danois enragés. Un LP qui donne envie de se mettre en short et de slammer du balcon, sur la tronche des voisins du troisième certainement euphoriques de tant de dynamique.              

          

Titres de l’album :

01. Copenhagen Burning

02. Cancer In The Brain

03. NTC

04. Bloodshot Eyes

05. Litany of Poison

06. Gore

07. Until I Die

08. Lost In Torment

09. Built On Slavery

10. MSW


Facebook officiel


par mortne2001 le 06/09/2020 à 18:28
80 %    429

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Le clip, it was a good idea at the time, comme y disent les englishes.

02/08/2021, 15:18

Simony

oui pardon, problème de dyslexie sur le clavier... c'est corrigé !

02/08/2021, 15:14

Fabior destructor

Il s'agit bien de Thyrfing   , espérons qu'il soit bon

02/08/2021, 14:24

Simony

Groupe hautement sous-estimé et un titre qui les replace sur de bons rails, j'attends l'album avec délectation maintenant... 

02/08/2021, 11:19

KKMetal

Merci pour vos retours !On en tiendra compte pour la suite !Juste pour clarifier : Le podcast tente d'être "fun" comme une discussion de comptoir dans un bar et en format assez court !Vous pouvez nous replayer sur

02/08/2021, 10:04

Buck Dancer

De mon côté, de Grave, je retiens surtout "Soulless" que je prends encore plaisir à écouter à l'occasion. 

01/08/2021, 22:13

Humungus

Ah y m'semblait bien !Etonnant, il n'apparait nulle part sur METAL ARCHIVES...

01/08/2021, 12:55

RBD

Oui, j'ai écouté un certain nombre d'épisodes de DLSDD, c'est sans doute celui qui me botte le mieux dans ce que j'ai essayé au long du confinement. L'approche plus austère dans la forme et limite intello sur le fond me va pa(...)

01/08/2021, 00:43

Kerry King

Sinon HS mais pour aller dans le sens d'un commentaire plus haut, je fais aussi parti des fans de X Factor, perso Sign of the Cross est l'un de mes titres favoris de la vierge de fer, et Man on the Edge un des titres qui me donne une pèche d'enfer. 

01/08/2021, 00:26

Kerry King

C'est Duff des Guns qui tient la basse. 

01/08/2021, 00:22

Buck Dancer

J'ai pas écouté tous les épisodes mais c'est vrai que "Dans le secret des dieux" est plutôt agréable à écouter.Pour l'instant le meilleur reste, pour moi, "Métal Bunker " qui était toujours(...)

01/08/2021, 00:14

Bones

J'écouterai ce podcast sur le chemin des vacances.RBD : as-tu suivi "Dans le secret des Dieux" (par Sylvain Bégot, membre de Monolith) ? Je trouve ce podcast vraiment bien troussé, intéressant, posé, les arguments sont creusés, il y (...)

31/07/2021, 23:33

Humungus

C'est qui à la basse là ?

31/07/2021, 22:01

Humungus

Hé hé hé...Je trouvais bizarre aussi que tu mettes autant de temps à commenter ta propre news mec...

31/07/2021, 21:54

Kerry King

Ce mec est juste un génie et restera un monstre du genre.

31/07/2021, 19:24

Joni

Pour ma part après un seventh son qui confirmait la tendance mou du genou amorcée sur le précédent, les merdiques no prayer et fear of m'ont achevé... Le reste je n'en parle même pas. 

31/07/2021, 19:10

poair

Calmez-vous les chialeuses made in "up the irons".

31/07/2021, 18:31

RBD

Mentionner des sorties de groupes importants pour donner un avis négatif ne me choque pas - même si pour ma part ce FF est une petite bonne surprise par contre. C'est plutôt qu'effectivement ça balance beaucoup sans trop argumenter, avec une musique de fond par(...)

31/07/2021, 18:17

metalrunner

Pas finauds les mecs .

31/07/2021, 17:18

Simony

Moi ce qui me choque le plus c'est dire adorer le grand Maiden des années 90, donc les années où ils ont été les moins bons artistiquement et en plus balancer "Run To The Hills" pour illustrer ces années 90. Mais bon.... à la limite (...)

31/07/2021, 13:29