Une nouvelle découverte venue d’Allemagne qui décidément ce matin a décidé de prouver sa supériorité dans tous les créneaux extrêmes disponibles. Cette fois-ci, pas d’Industriel à l’horizon, ni de Black Metal, encore moins de Thrash radical, mais plutôt une forme de Néo Crust très sombre et évolutive, qui se nourrit de l’essence même du style en l’ouvrant à des perspective encore plus ténébreuses que d’habitude. Peu de tuyaux à se mettre sous la dent concernant ces nouveaux pourfendeurs de violence stridente, mis à part quelques initiales qui ne disent pas grand-chose, et un laïus de présentation qu’on pourrait attribuer à n’importe quel groupe de la nouvelle génération.

Alors sachez pour info que les ORGANA sont anti fascistes, anti racistes, anti nationalistes et anti sexistes, anti homophobie et toute forme d’oppression. La règle est d’usage de nos jours, mais ne vous attendez pas pour autant à un discours musicalement correct, puisque l’assaut de nos amis de NRW est plutôt du genre salée, et juste assez brève pour nous laisser sonnés.

Disponible en version dématérialisée, mais aussi en tape via Colossus Tapes, ce premier EP est peu ou prou à l’image de sa pochette énigmatique et obscure, et propose un Crust tirant sur un Hardcore très abrasif et sans pitié, spécialement pour vos oreilles.

Adeptes de riffs vraiment noirs et souillés et d’un chant bien évidemment époumoné, les allemands savent rester en terrain balisé tout en semant quelques idées très personnelles sur le chemin. On sent les influences de cette nouvelle génération spontanée qui aime à brouiller les pistes en croisant les genres, mais la violence sous-jacente et bien présente finalement fait le travail grâce à une rythmique inspirée et une guitare déprimée, et les morceaux s’enchaînent dans une désillusion totale qui n’infléchit pas pour autant la puissance déployée. Ces mêmes morceaux se plaisent à évoluer dans le cercle restreint d’un format très resserré, évoquant parfois la vilénie instrumentale dissonante d’un UNSANE encore plus agressif  (« Desensibilisiert », qui en effet a de quoi désensibiliser le plus émotif d’entre vous), ou celle d’un DISCHARGE tombé dans un creuset de Chaotic Core dont il ne parvient plus à s’extraire (« Draisine »). Comme vous le constatez, les influences sont une fois de plus multiples et ouvertes, mais fondues dans un bain d’acide hautement corrosif, qui vous arrache les chairs d’un feedback vraiment traumatique. Basse qui ronfle son ennui, guitare qui torture sa révolte, et chant qui vomit sa bile sur les extrémistes de tout poil, pour une union parfaite entre lucidité et brutalité instrumentale.

Pas plus de deux minutes et une poignée de secondes, telle est la règle. Mais les ORGANA l’acceptent et la maîtrisent du haut de leur gravité de thèmes, et des hymnes à la lucidité comme « Columba » en sont les témoins de leur chaos savamment agencé, qui sème même quelques blasts épars sur le chemin avant de se fixer sur un tempo gluant qui vous colle au bitume. Les plans se succèdent, tous aussi vénéneux les uns que les autres, et susceptibles de faire passer les NAILS pour de gentils planteurs de clous sur tuteurs. Mais du côté d’Organa, les fleurs ne poussent pas, même pas celles du mal, et tout fane avant éclosion. Et ce premier EP devient de fait très impressionnant, non de par son originalité, mais de par sa pugnacité un peu la tête penchée qui regarde l’avenir par le prisme de la violence, pas du tout larvée et bruyamment exprimée. Ainsi, le cavalant et interrompu « Bleischürze » justifie tous les débordements possibles, du dédoublement des voix jusqu’aux changements de tempo pilotés à l’aveugle, qui confèrent à cette composition toute l’urgence électrique dont elle avait besoin.

Pourtant quelques rares mélodies Post parviennent à se tailler un chemin vers une lumière pale, en tamisant les arpèges pour les décharner au maximum avant une énième poussée de puissance soufflante.

« Methode » l’explique d’ailleurs, de sa rapidité hystérique, et de ses saccades Metal assez surprenantes pour un groupe qui ne semble pas forcément partager d’accointances avec notre monde un peu trop standardisé. Alors on casse le moule, on laisse le larsen briser les tympans, on martèle un beat vraiment oppressant, et on fait passer le message coûte que coûte, histoire de laisser les masses se débrouiller avec.

ORGANA et son éponyme entame est vraiment symptomatique de cette scène allemande, à la lisière du Hardcore et du Crust qui ne choisit que les matières les plus opaques pour travailler ses créations. Avec une outro discrète et inquiétante, le quatuor allemand nous laisse augurer d’une suite pas vraiment plus gaie, mais qu’on attend quand même comme l’annonce de la dernière catastrophe meurtrière à la télévision. Un groupe ancré dans son époque, qui la conchie, mais qui propose quand même des solutions.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Desensibilisiert
  3. Schleier
  4. Draisine
  5. Columba
  6. Bleischürze
  7. Methode

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/08/2017 à 17:59
70 %    364

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Noohmsul
membre enregistré
31/08/2017 à 11:10:53
L'extrait est très bon ! Ca me rappel un peu ce très bon groupe qu'était Some Pedestrian, bien que ce soit assez différent

Ajouter un commentaire


Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.