Master of Illusions

Khymera

06/03/2020

Frontiers Records

KHYMERA n’a rien à voir avec la fantasque Kimera, qui nous transposait le Classique et l’Opéra dans un langage purement et excessivement 80’s. Mais une chose les unit, cette passion pour une époque qui aujourd’hui trouve toujours un écho formidable dans le cœur des fans, même si on ne verra sans doute jamais ce brave Dennis Ward maquillé comme un aigle de l’espace…et c’est tant mieux ! KHYMERA dans les faits, est plus un projet qu’un groupe, puisque son histoire est émaillée de pauses, de hiatus, de changements de musiciens, à tel point qu’on ne trouve plus trace dans le line-up depuis fort longtemps des membres d’origine…Ces membres d’origine étaient le producteur/musicien italien Daniele Liverani et l’ancien chanteur de KANSAS Steve Walsh, qui ne dansèrent qu’un seul été ensemble…Depuis, les commandes de la machine ont été prises par ce bon Dennis, qui entre deux jobs de producteur trouve un peu de temps pour rassembler ses idées et nous offrir un nouvel album…Comme d’habitude, le nouveau LP intervient après un long silence, le dernier album, The Grand Design étant sorti en 2015, et avait succédé à The Greatest Wonder, lui-même lâché en 2008…Trois albums en douze ans donc, pour un total de cinq, mais la qualité prenant toujours le pas sur la quantité, le ratio est plus que raisonnable. D’autant plus que Master of Illusions ne déroge à aucune règle précédemment établie et continue le chemin tracé depuis des années. En 2020, on retrouve bien sûr au chant, à la basse et à la production l’indéfectible Dennis Ward, secondé cette fois-ci par Michael Klein aux guitares, Eric Ragno aux claviers et Pete Newdeck à la batterie, et si cette formation ne semble pas proposer quoi que ce soit de neuf par rapport aux quatre premiers albums, elle assure quand même dans les grandes largeurs pour retranscrire les compositions brillantes de Dennis.

Et pour cause, puisque ces nouveaux alliés sortent tous de girons bien connus (WICKED SENSATION, MECCA, LOS ANGELES, Fergie FREDERIKSEN, Michael BORMANN, BLOOD RED SAINTS, MIDNITE CITY, EDEN'S CURSE, Tony MILLS), et représentent donc les compagnons de route parfaits pour un musicien qui en a vu d’autres au sein de PINK CREAM 69 ou UNISONIC, sans parler de ses activités derrière la console. Dennis en substance, n’est pas homme versatile, après tout, il a confié un jour que le seul paramètre qu’il prenait en compte au moment de composer un album, était d’en faire un classique de l’AOR. Dont acte, et Master of Illusions propose donc son lot habituel de compositions soignées, mélodiques à souhait, et transcendées par le chant un peu rauque mais complètement Rock de Dennis qui une fois encore fait merveille. Rien de plus à attendre d’un disque que les fans connaîtront au moment même où ils poseront les oreilles dessus, si ce n’est que le compositeur américain s’est encore dépassé pour soigner les refrains. On trouve sur ce cinquième chapitre les hits que l’on est en droit d’espérer, mais même en connaissant la bête par cœur, on arrive encore à être surpris par son appétit. « The Rhythm Of My Life », classique dans le fond, fait partie de ces chansons intemporelles qui vous ramènent des décennies en arrière, lorsque le Rock mélodique, le Soft Rock et l’AOR trustaient le haut des classements. Même constat pour le plus rude « Follow The Sun », qui se repose sur un riff particulièrement velu de Michael Klein.

Et c’est sans doute ce qu’on apprécie le plus chez KHYMERA, cette façon de rester Hard même dans les moments les plus mélodiques et de nous éviter la soupe radiophonique énamourée. Producteur avisé et compositeur émérite, Ward a encore soigné ses suiveurs aux petits oignons, en peaufinant des chœurs particulièrement efficaces, et en mettant l’emphase sur des riffs mémorisables. On pense à GIUFFRIA, BRIGHTON ROCK, mais aussi à PINK CREAM évidemment, et aussi à la scène suédoise des W.E.T et WIG WAM, le côté Glam moins prononcé. Et si les choses sont claires dès l’ouverture franche de « Walk Away » avec sa juxtaposition claviers/guitare, l’album n’en reste pas moins assez varié pour fasciner. La place laissée à chaque instrumentiste est généreuse, et Dennis n’empiète pas sur le terrain de ses petits camarades. Certes, la basse se discerne sans avoir à aiguiser le tympan, mais le mixage est parfait dans son genre, avec ce son si rond mais âpre. Alors, les compos déroulent, et le talent déboule. La démonstration est encore une fois majestueuse, et Master of Illusions incarne avec panache la suite tout à fait logique de The Grand Design, sans toutefois en copier à la croche près les compositions. Mais toutes ici ont leur place évidente sur un album qui vise le sans-faute et l’atteint sans problème, s’appuyant sur des hits médiums de la force de « The First Time » ou des tubes trépidant comme une aube naissante de la qualité de « The Sun Goes Down ». Rien à signaler de particulier, si ne sont quelques modulations dans le ton, pour se rapprocher d’un Rock west-coast que Dennis vénère plus que tout (« Paradise »), ou de rares concessions au mainstream typiquement 80’s via le très Pop-Rock « After All This Time ».

On se retrouve parfois plongé dans les souvenirs d’un ICON toujours aussi actif et performant (« Victim Of Your Love »), mais en définitive, on oublie toutes les références puisque KHYMERA en est devenue une à part entière. En effet, quel autre groupe serait capable de produire un morceau aussi redondant que le final « Let It Happen » au riff moderne et bombé, qui tout en s’adaptant des inclinaisons vintage de son époque revendique un côté contemporain totalement assumé ? Car même si Dennis est fasciné par un passé qu’il a partiellement connu, il n’en reste pas moins un homme à l’aise dans son temps et parfaitement conscient des impératifs actuels. Après tout, sa carrière ne date pas d’hier, ni son implication dans ce projet magnifique, dont le seul défaut est de ne donner des nouvelles qu’avec une trop grande parcimonie. Mais si vous aviez aimé The Greatest Wonder et adoré The Grand Design, alors vous adulerez Master of Illusions qui est une pierre de plus montant l’édifice érigé au nom du talent de Dennis à des hauteurs stratosphériques.           

                                              

Titres de l’album :

                       01. Walk Away

                       02. The First Time

                       03. Master Of Illusions

                       04. The Sun Goes Down

                       05. Paradise

                       06. The Rhythm Of My Life

                       07. Follow The Sun

                       08. Father To Son

                       09. After All This Time

                       10. Victim Of Your Love

                       11. Let It Happen

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/03/2020 à 17:22
90 %    561

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bizarre

Thanks for spreading the news. Just a minor correction...I live in Oslo, Norway (although the band started in Russia) 

06/03/2021, 20:50

Trooper666

J'ai en vinyl. Acheté sur la commune Cour-Cheverny en Loir et Cher, là ou les deux protagoniste se sont rencontrés. 

06/03/2021, 18:36

Jus de cadavre

Je trouve ça excellent en tout cas !

06/03/2021, 17:58

Gargan

Marrant, ça me fait penser par moments à du Hakuja, la thématique étant nipponne, ça colle.

06/03/2021, 13:20

Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07