Traveling Cowboys

Mark Spiro

07/05/2021

Frontiers Records

Entre Mark SPIRO et moi, c’est une vieille histoire d’amour, artistique s’entend. Moins longue que celle qui m’unit à Richard Marx, JOURNEY ou TOTO, mais riche d’albums gorgés d’AOR. J’ai découvert sa musique en 1997, à l’occasion de son quatrième album solo, le désormais classique Devotion, que tout fan de west-coast se doit de posséder dans sa discographie s’il se prétend connaisseur. Pourtant, la carrière de Mark a commencé beaucoup plus tôt, au milieu des années 80, avec un premier album encore tâtonnant et plus empreint de Pop que de Rock, In Stereo, à la pochette subtilement kitsch. A cette époque, quoi que déjà talentueux, le chanteur guitariste cherchait encore sa voie, qu’il a fini par trouver sur Care of my Soul en 1994, mais surtout en composant pour d’autres artistes, conscients de son potentiel. Et à l’image de Desmond Child, Vini Poncia ou Jim Steinman, le nom de Mark SPIRO est devenu synonyme de tubes pour des artistes et groupes comme Laura BRANIGAN, CHEAP TRICK, KANSAS, Julian LENNON, WINGER, Lita FORD, BAD ENGLISH, HEART, GIANT, John WAITE et bien d’autres. Musicien, compositeur, mais aussi producteur, l’américain a donc taillé sa route dans les charts à la force de ses mélodies, et aujourd’hui, plus de trente ans après ses débuts, l’artiste revient avec un nouvel album solo rempli de plus de cinquante minutes de musique que les hard-rockeurs auront certainement du mal à apprécier.

Posons les choses sur la table, et jouons la franchise. Mark SPIRO incarne la gauche dure du mouvement AOR. Sa musique, quoique non dénuée de guitares, est souvent drivée par des arrangeantes plus synthétiques, des pianos délicats, et des cordes douces. Alors, en écoutant les deux ou trois premiers titres de ce Traveling Cowboys, vous comprendrez facilement que son lexique musical échappe à votre univers, ou pas. Un an à peine après le bel hommage rendu par Frontiers via un énorme Best-of 3 CD (2 + 2 = 5 Best Of + Rarities), Mark revient sur le devant de la scène avec ces quinze morceaux, pas tous inédits, mais dignes d’intérêt pour qui vénère le bonhomme omnipotent. Ceci dit, ne vous leurrez pas. Si certaines chansons jouent le jeu d’un Rock jumpy et bouncy, à l’image du trépidant « Vanderpump », Traveling Cowboys est une affaire assez intime, et réservée aux fans de mélodies travaillées et d’ambiance feutrées.   

Parfois moins Rock qu’un Rick Springfield, souvent même, tirant sur la corde de la nostalgie radiophonique des années 80/90, Mark SPIRO connaît ses propres classiques, et sait qui il est depuis le temps. Un musicien doué, capable de pondre des harmonies incroyables, et surtout, amoureux des sons les plus polis, de ceux qui caressent les oreilles avec une délicatesse rare. Il suffit pour comprendre son talent d’écouter un tube smooth de la trempe de « Going », qui dans les années 90 aurait fait un malheur dans les classements. Claviers veloutés, nappes de voix à la BOYS II MEN, atmosphère romantique avec bougies et sels de bain, tout est là pour passer une soirée magnifique en bonne compagnie, pour peu que vous soyez capable de mettre les décibels de côté pour quelques heures.

Objectivement, j’ai totalement conscience que cet album n’a pas grand-chose à faire dans les colonnes de notre webzine chéri. La distorsion n’a que peu droit de cité sur ce dixième album, le Rock est la plupart du temps tellement discret qu’on le croirait déjà parti se coucher, mais pourtant, quelque chose d’indicible relie Mark à notre monde, et pas seulement les noms des groupes qui ont utilisé son talent. Mais ce nouveau chapitre est plus proche d’un Americana travesti en AOR soft, trop soft pour certains, trop virils pour accepter ces structures souples et ces enchainements sans heurts. Je conseillerai alors à ces derniers de se jeter sur les morceaux les plus énergiques de l’album, « Kingdom Come » évidemment, « I Ain't Leaving » proche des power-ballads Hard-Rock des années 80, et d’éviter comme la peste un « Dance », qui emmêlera leurs petons et les fera choir de la piste de danse.

On peut reprocher un certain manque d’énergie à cet album, surtout en le comparant aux œuvres antérieures du musicien, et spécialement ses achèvements les plus admis, comme Devotion ou Now Is Then, Then Is Now. Il est vrai que tout est si coulant et peaufiné que la rudesse du Rock vient parfois à nous manquer, mais la beauté de l’ensemble, le calibrage de tous ces tubes, la perfection de la production font qu’on excuse bien des choses…

Peut-être un peu trop de délicatesse, et pas assez d’énergie. Les ballades ou blue-songs se succèdent, et aussi belles soient-elles (et « Let The Wind Decide » est l’une des plus belles de Mark), elles ne compensent pas les saillies plus FM qu’on est en droit d ‘attendre d’un compositeur pareil. Compositeur qui en profite pour revisiter son propre répertoire (« Between The Raindrops »), pour collaborer avec d’anciens partenaires ayant recherché sa compagnie à un instant T de leur carrière (la participation de Julian Lennon sur « 7 Billion People »), et pour replacer les choses dans leur contexte, en 2021, année encore une fois ravagée par l’absence de prestations live (« Still »).

Traveling Cowboys quelque part, se présente comme le plus parfait trait d’union entre le BON JOVI de ces dernières années, un Mike TRAMP encore plus nostalgique que d’ordinaire, et un Richard MARX apaisé et proche de la retraite. D’ailleurs, « Still » aurait pu être indifféremment interprété par ces trois-là, ce qui en dit long sur les analogies entre ces musiciens d’exception qui font partie depuis longtemps de notre patrimoine musical. Pas le meilleur album de Mark, pas le plus rythmé non plus, mais une image honnête d’un homme qui poursuit sa carrière avec passion et talent. Pour l’occasion, l’homme est accompagné de Tim Pierce aux guitares et Gia Sky, compositeur et producteur. Les trois hommes ont donc donné le meilleur d’eux-mêmes pour faire de ce dixième album une vraie réussite, qui aurait pu être une fête définitive, mais qui a préféré l’intimisme à l’ouverture globale.

Dommage. 

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Traveling Cowboys

02. Rolls Royce

03. Vanderpump

04. Going

05. 7 Billion People (Featuring Julian Lennon)

06. Someone Else

07. Kingdom Come

08. I Ain't Leaving

09. Between The Raindrops (Revisited)

10. Dance

11. Feel Like Me

12. Let The Wind Decide

13. Nothing In Between Us

14. The Fisherman 3 2020

15. Still


Facebook officiel


par mortne2001 le 12/06/2021 à 15:10
80 %    176

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23